14 avril 2006

Pork and Milk de Valérie Mréjen - 2005

Le premier film de ma copine Valérie Mréjen arrive de deux côtés en même temps : d'une part, il ne surprend pas ; d'autre part il surprend... mouais... D'abord, pour ceux qui ont déjà lu ses fabuleux et étranges livres (Mon Grand-Père, Agrume et Eau Sauvage), le film ressemble à du Mréjen. Même goût pour l'intime, même style bref et épuré, même sensation d'arriver droit au but, sans fioritures, mais sans pour autant négliger les détails qui pourraient paraître anodins. D'un autre côté, et c'est là où je veux en venir avec mes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2006

Fighting Elegy (Kenka erejii) (1966) de Seijun Suzuki

L'action de ce film, tourné en 1966, se passe en 1935 et se veut une critique de l'esprit "tu seras un homme mon fils", passant en revue l'esprit militaire et celui des gangs. Traité sur un ton très parodique, le film peine malgré tout à sortir du lot, à moins d'être un gros fan de l'humour japonais. Kiroku tombe amoureux de la jeune Michiko (rien à voir avec la Pie qui chante), se retrouve constamment entrainé dans des luttes entre gangs, et ne respectant aucun code de l'école, étant systématiquement renvoyé. Le film... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2006

The Proposition (2005) de John Hillcoat

Musique et scénario signés Nick Cave, ce western (Southern?, Bushern?) de très bonne facture nous vient d'Australie et nous propose une plongée toute en violence et en poésie (oui, j'assume) mettant en scène les trois frères Burns que tout devrait réunir et que tout sépare. La scène d'ouverture est digne du soldat Ryan lorsque Mickey (le faible) et Charlie (le strong) se retrouvent acculés dans une baraque par les forces de l'ordre. Les murs se retrouvent plus troués qu'un scénario de Lelouch et les deux hommes finissent par se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2006

LIVRE : Trois Jours chez ma mère de François Weyergans - 2005

Pendant que d'autres se tapent avec bonheur le dernier Harrison, j'en suis réduit à découvrir les prix littéraires de l'an dernier qu'on envoit automatiquement dans les Alliances. Automatiquement, c'est le mot pour décrire la façon avec laquelle je me penche sur ces "cream of the cream" décidés le plus souvent par des gens qui vont bientôt mourir. Des fois. c'est du bol, comme l'an dernier, Gaudé, excellent, le Némirovski, très bien, le Dubois, sympa (oui faut pas exagérer), le Nimier, bon, j'ai relu son père. Je suis vraiment obligé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2006

LIVRE : Vie amoureuse de Zeruya Shalev - 1997

Si cette histoire d’adultère a fait scandale dans son pays (Israël, certes), on reste quand même 14 divisions en-dessous d’Henry Miller. La grande qualité de Shalev est d’avoir essayé de retranscrire une sorte de « stream of consciousness » mêlant pensée objective, donc, descriptions et dialogues dans une même phrase en maniant un style indirect libre d’assez bonne facture. La gageure étant dans ces cas-là de rester compréhensible et elle y parvient avec un certain brio. Voilà au hasard des pages ce que cela donne : « Que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2006

13 Tzameti (2005) de Gela Babluani

Qui fait le malin, tombe dans le ravin. Il ne faut pas écouter au toit: un ouvrier pense avoir flairé l'affaire du siècle en écoutant les discussions de l'homme dont il répare le toit. Ce dernier mourant subitement, il prend sa place et se retrouve embarqué après 45 min de film inutiles dans un jeu très con: une roulette russe en cercle à 13. A chaque tour on rajoute une balle. Coup de bol, et on ne s'y attendait pas du tout, il sort vainqueur mais vachement détruit moralement. Il va en plus se faire flinguer bêtement par le frère... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2006

Des oiseaux petits et grands (Uccellacci e Uccellini) (1966) de Pier Paolo Pasolini

Pas facile d'aborder ce film, l'ennui progressif me gagnant malgré moi dans ce qui ressemble à une longue errance à travers l'Italie comme si les héros d' En attendant Godot prenaient la route. Beaucoup de choses me sont un peu passées au dessus de la tête à l'image de ses oiseaux planant dans le ciel mais bon, je vais faire de mon mieux... S'il ne s'avère pas facile de convertir les grands (en piaillant) et les petits oiseaux (en faisant de petits bonds), il est d'autant plus cruel de se rendre compte que les grands continuent à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 avril 2006

Jean-Philippe de Laurent Tuel - 2006

Jean-Philippe est le film le plus dégueulasse, le plus daubesque et le plus misérable qu'il m'ait été donné de voir depuis des lustres. Attiré par le sujet (un fan de Johnny se réveille un jour et constate que Johnny n'a jamais existé) comme on peut l'être par un Gondry ou un Spike Jonze, j'allais en confiance voir ce truc. Je savais bien que je n'allais pas trouver un chef-d'oeuvre, mais pourquoi pas...? "Et si Johnny n'avait jamais existé...", indique l'affiche, et on se prend à rêver : oui, s'il n'avait pas existé,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2006

Casanova (1976) de Federico Fellini

Le père de Jack Bauer traque la gorette dans les studios de Cinecitta. Si le film peut paraître par instant inégal (désolé maestro), le travail sur la direction artistique, les décors, les costumes, la musique -légère et entêtante du père Rota- sont en tout point fantastiques. Devant quitter Venise, Casanova entreprend un grand tour d'Europe qui lui fait connaître toutes sortes de femmes: de la taille mini à la taille maxi, de celles qui permettent la prouesse sexuelle (Casanova dans l'une des scènes les plus loufoques concourt... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2006

Haeckel's Tale de John Mac Naughton - 2006

Dans la forme, c'est du Tim Burton période Sleepy Hollow : jolie photo, ambiance gothique des années Corman, éclairs et bruits bizzares. Mais ça n'arrive pas au quart du petit orteil du gars : là où les références de Burton ouvrent à une esthétique contemporaine, à cheval entre le grand Hollywood et la série Z, Mac Naughton cite bêtement ses modèles sans en chercher l'émotion. Dans le scénar, c'est du Edgar Poe matiné de Mary Shelley. En gros, un étudiant en médecine (joué assez transparent) est persuadé que Dieu n'existe pas (et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]