27 mars 2006

Bad Santa (2003) de Terry Zwigoff

Le film le moins politiquement correct et le plus vulgaire, pardon grossier, de ces dernières années. Billy Bob Thornton fait une composition qui ferait passer Joe Pesci pour De Villepin. Terry Zwigoff ne s'embarasse pas à prendre des gants, quand il y va, c'est à donf: le Père Noël vomit, se pisse dessus, insulte les enfants et préfère les fesses larges. Oui le Père Noël est un homme comme les autres même s'il picole un peu trop et se fait braqueur une fois par an... Alors bon, au final, certes, l'honneur est sauf, Santa se prend... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2006

Mother (Mat) (1926) de Vsevolod Pudovkin

Adapté d'une nouvelle de Gorki, ce grand classique (de propagande, oui, bon) impressionne surtout par la force et la rapidité de son montage: il ne doit pas y avoir un plan qui excède 5 secondes et cet enchaînement convulsif donne une vitalité extrème au propos. 1905: Un fils prépare la grêve alors que son père alcoolo fini (il essaie de troquer un fer à repasser contre un verre de vodka, si jamais je faisais ça contre une caisse de Suntori, j'en connais une qui m'assommerait) est engagé par les briseurs de grêve. La scène où les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2006

LIVRE : La sorcière de Marie Ndiaye (1996)

L'écriture de Marie Ndiaye m'envoute, c'est comme ça, elle a un style unique en son genre qui me fait fondre. Peu d'écrivains français contemporains me font le même effet, et même si je les connaît pas tous, j'en crois peu capable d'arriver à son genou. Certes, c'est une histoire simple. Une femme initie ses deux filles à quelques tours de sorcellerie et avant que celles-ci s'envolent (dans les 2 sens, du foyer et sous forme d'oiseau) se fait quitter par son mari. On retrouve chez Marie Ndiaye ce goût des descriptions de ces petites... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2006

Brigadoon de Vincente Minnelli - 1954

Chaque fois que je vois danser Gene Kelly, je suis tenté de faire mon coming-out. Je ne sais pas pourquoi : ce type est cucul la praline à mort, il se tient toujours comme une petite danseuse de l'Opéra de Paris, il en fait des tonnes, mais quand je le vois danser, j'ai envie de pleurer. C'est mon côté fleur-bleue, que j'ai cessé de refouler depuis bien longtemps. Je préfère Gene Kelly à Zinedine Zidane, je sais, ça fait taffiole, mais je vous merde. Bon, c'est vrai que j'ai moins pleuré pour Brigadoon que pour Singin' in the Rain.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2006

Passe ton Bac d'abord de Maurice Pialat - 1979

Avant tout, une claque dans la gueule de retrouver tous ces petits machins qui ont fait notre enfance/adolescence et qui ont disparu : les t-shirts "Fruit of the Loom", les chansons de Patrick Juvet (j'étais plus Police, moi, mais bon), les papiers peints à losanges orange, et surtout ce poster "WHY ?" avec un soldat qui tombe (why, effectivement). Ceci dit, Passe ton bac d'abord est un film magnifique, comme de bien entendu. J'avoue que j'en avais un meilleur souvenir, et que c'est peut-être le moins... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2006

The Girl from Monday (2005) de Hal Hartley

Le dernier Hal Hartley est consternant... Encore inédit en France où il aura tout intérêt de le rester ou d'être interdit, ce film confirme la chute du Hal depuis A book of Life et le ridicule No such Thing... Croyez-moi cela me coûte de l'avouer, m'étant passé en boucle pendant mes années sauvages Trust me, The Unbelievable Truth, Simple Men ou le cultissime Surviving Desire, mais ce film est une merde. Située dans un futur où une Multi-Nationale a pris le pouvoir, où il faut faire l'amour pour augmenter son pouvoir d'achat,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 mars 2006

Capote de Bennett Miller - 2005

La bonne nouvelle d'entrée de jeu c'est qu'on n'assiste pas à une véritable biopic (on ne saura pas si Capote faisait pipi au lit ou s'il a appelé son livre "De Sang Froid" en souvenir de la première femme qu'il a touchée à 4 ans); l'histoire se concentre donc sur le -long- travail de recherches et d'investigation effectué pour le livre sus-mentionné. En gros jusqu'où Capote est-il allé pour s'approcher de la vérité et comprendre en profondeur l'un des meurtriers. Parallèle finalement assez intéressant car si ce dernier est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 mars 2006

LIVRE : Fleur de nuit (Cereus blooms at night) de Shani Mootoo -1996

Née en Irlande, une jeunesse passée sur l'île de Trinité avant de s'installer à 19 ans au Canada, la vie de Shani Mootoo est déjà tout un programme. Son livre quant à lui parvient à traiter de thèmes très divers dans la sexualité, de la difficulté à vivre (personnellement et aux yeux des autres) son homosexualité -hommes et femmes-, de l'inceste (Père/fille), du changement de sexe, de la découverte du désir et des difficultés à le vivre. Tout cela dans un contexte colonial et de minorités éthniques. Vaste programme, là encore. Les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2006

LIVRE : Education Européenne de Romain Gary - 1945

Education Européenne a tous les défauts des premiers livres, à commencer par l'écrasante influence de ses glorieux prédecesseurs. Gary a potassé Pour Qui sonne le glas de façon un peu trop voyante : mêmes dialogues dans le rush (mais qui n'arrivent pas à la cheville d'Hemingway, même dans la pourtant jolie scène de sexe), même sécheresse de style pour décrire l'action et les personnages, même sujet,... Il a également bien appris son petit Malraux illustré, et là aussi il a du mal, malgré ses tentatives à atteindre la puissance du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2006

Courts-Métrages 1956 d'Alfred Hitchcock

Comme toujours, Bouddha profite de ces petites fantaisies que sont les Hitchcock presents pour expérimenter des bidules. A commencer par le savoureux Back for Christmas : pendant toute la première partie du film, un homme (John Williams, toujours excellent, ici en contre-emploi d’homme renfermé, transparent) projette de tuer sa femme. Bouddha ne le lâche pas d’une semelle, le filmant sans coupe ou presque, y compris dans ses moments de « vacance » où apparaît en plein sa condition d’homme sans qualité ni caractère. Plutôt que de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]