18 décembre 2017

Conseil de Famille de Costa-Gavras - 1986

On n'avait pas encore rendu hommage à Johnny en ces pages, ce qui, vous le reconnaîtrez, était un scandale. Retour donc sur ce petit film de 86 qui vient nous confirmer deux choses : 1/ Costa-Gavras n'est pas taillé pour la comédie, et 2/ Johnny joue comme une grosse patate. Conseil de Famille nous raconte, vues par le regard d'un enfant puis d'un adolescent puis d'un adulte, les mésaventures d'un gang familial de braqueurs à l'ancienne. Le père (Johnny donc) voudrait être un artisan du perçage de coffre-fort, se prend pour un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:09 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
18 décembre 2017

Ballet de Frederick Wiseman - 1995

Plongée en apnée et en ballerines dans le petit monde fermé de l'American Ballet Theatre. Wiseman, fidèle à son style simple et sans excès, livre un portrait de l'intérieur de la vénérable institution : sans aucun commentaire, sans inscription indiquant qui parle ou qui danse, sans musique ajoutée, sans même véritablement de style, il capte tout, depuis les répétitions ardues jusqu'aux entretiens d'embauche, des soucis d'organisation des tournées aux moments de pause, de la tournée européenne aux interventions des chorégraphes, sans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2017

Qu'est-ce que la Mise en Scène : Jean-Luc Godard (1969) de Jean-Paul Török

Un must que cette interview du Jean-Luc au top de sa forme dans l'esprit de contradiction, la mauvaise foi à l'état brut. Première question et c'est déjà le drame : on demande à notre gars Godard de faire une initiation à la mise en scène. Alors, initiation, hein, c'est un mot religieux, donc cela ne convient pas. Pourquoi on lui demande à lui, hein ? Parce qu'on a lu son nom dans les journaux ? Il n'est pas enseignant. Il serait plus utile de poser la question à un quidam dans la rue... Et puis d'abord pourquoi le filmer ? Le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
17 décembre 2017

Kingsman : Le Cercle d'or (Kingsman: The Golden Circle) de Matthew Vaughn - 2017

Pendant que Shang, satisfait, contemple sa propre hauteur de plafond (t'es pas malade, non, de dire du mal de bouses de films qui font l'unanimité béate ?), y en a d'autres qui bossent. Notamment en regardant de bons gros blockbusters qui tâchent et qui débordent des traits. Regard décomplexé, donc, sur ce numéro 2 de Kingsman, après un premier épisode relativement fun et endiablé. Eh bien, voilà : c'est la dure loi des suites, dans laquelle Vaughn se vautre avec délices, il faut toujours surenchérir ; là où un hélicoptère explosait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2017

Toute la ville danse (The Great Waltz) (1938) de Julien Duvivier (et de Victor Fleming et Josef von Sternberg, non crédités)

Une œuvre musicale de Duvivier qui ne manque pas, osons l'admettre, de quelques jolis morceaux de bravoure (sûrement dus aux deux autres réalisateurs diront les mauvaises langues !!! Fleming a apparemment dirigé quelques séquences de valse - impressionnantes pour le coup - et von Sternberg la fin du film avec les adieux sur le quai et toute la séquence de la composition du Danube bleue). Franchement, on sentait la chose partir un peu mollement (les difficultés de Strauss (Fernand Gravey) à se faire connaître et sa relation avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Les derniers Parisiens de Hamé & Ekoué - 2017

Hamé et Ekoué viennent de la rue, man, et entendent bien que leur premier film résonne de la clameur du tiéquar et des p'tits trafics de dém, là t'as vu. Ils plantent donc leur caméra en plein coeur de Pigalle, leur territoire familier, et les voilà filmant à la volée un petit scénario de film noir à la Scorsese, y a pas de petites ambitions. Alors c'est vrai que les gusses se montrent plutôt très habiles pour restituer l'ambiance du quartier. Leur film est très réussi pour ce qui est du documentaire. Peut-être parce que, très loin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Le grand Méliès (1952) de Georges Franju

La magie de Noël, la magie de Méliès voilà une introduction bien facile pour ce moyen-métrage de l'ami Franju qui rend hommage à l'inventeur des effets spéciaux cinématographiques (sans contestation, voilà). Méliès, qui, en 1928, ruiné, dut se contenter de vendre des jouets à la gare Montparnasse aux ptits nenfants : mais là encore, l'homme régalait par ses tours de magie... Car oui, l'homme fut d'abord prestidigitateur au théâtre Robert-Houdin ; puis il rencontra le gars Lumière (jolie petite séquence en ombre chinoise où Franju... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Sa Majesté est de sortie (The King steps out) (1936) de Josef von Sternberg

Ça sent Noël et les fonds de tiroir sternbergien : Sa Majesté est de sortie est donc une comédie musicale romantique portée par les épaules et la voix de "Miss Grace Moore" (dès qu'elle chante, c'est assez insupportable mais avouons que je ne suis pas franchement un grand fan d'opérette...). Il est l'empereur François Joseph (Franchot Tone as Emmanuel Macron), il doit se marier avec sa cousine germaine, la princesse Helena mais problème : elle est amoureuse d'un autre (non la consanguinité n'est pas le genre de chose qui gêne).... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Adieu Mandalay (再見瓦城) de Midi Z - 2016

Un film taïwanais a priori bien dans les codes habituels, lent et simple comme il se doit, mais qui révèle ses beautés à la longue, et qui devient peu à peu envoûtant et ma fois bien intéressant. On est dans une ambiance weerasetakulieno-houhsiaohsienoise dans cette chronique subtile du destin de Liangqing, jeune Birmane d'aujourd'hui qui émigre clandestinement en Thaïlande pour y faire son beurre et nourrir sa famille. Elle y croise Guo, même destin qu'elle mais ambitions différentes : elle veut absolument des papiers officiels du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2017

One Sunday Afternoon (1948) de Raoul Walsh

Quelle drôle d'époque que celle où les femmes américaines étaient habillées comme de gros bonbons ou comme des joueuses de football américain… Qu'on était joueurs alors. Joueur, Biff (Dennis Morgan, un physique de dentiste) ne l'est plus trop depuis que son ex-ami Hugo Barnstead (Don DeFore) lui a joué un tour de cochon : à tel point qu'il aimerait bien le tuer en lui soignant les dents, carriement. Mais que s'est-il donc passé ? Une histoire de gonzesses, non, à tous les coups ? Je proposerais bien un flash-back. Et flash-back il y... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]