14 juin 2016

Le Ballon d'or (1994) de Cheik Doukouré

  Le Ballon d'or est un petit film familial africain truculent avec de multiples saynètes comiques qui viennent sauver les imprécisions techniques, le jeu d'acteurs ou le côté hautement prévisible du scénar (un gamin de brousse - une adaptation sans doute un brin romancée de la vie du premier ballon d'or africain Salif Keita - est recruté à l'âge de douze (le passeport dit "seize") par le club de Saint-Etienne). Doukouré, sans toujours éviter le piège des stéréotypes (les blancs se divisent en deux types : les super bons... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 juin 2016

Opération Eye in the Sky (Eye in the Sky) (2016) de Gavin Hood

Ce qui est bien avec ces (semi) blockbusters (ou disons simples films d'action ricain), c'est qu'on se tient au courant des dernières technologies : on découvre ainsi qu'en plus des drones (attendez, je vis sur une île, mais je suis à la pointe...), nos amis anglo-saxons disposent maintenant d'oiseaux (tout pitits pitits) et de (là, je me marre) scarabées (!) équipés de caméra dernier cri et capables d'être manipulés au millimètre à distance (le scarabée téléguidé, c’est le truc du film)... Je me marre parce que ces pseudo-avancées... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2016

Le Tambour (Die Blechtrommel) (1979) de Volker Schlöndorff

Voilà un film que j'avais découvert très très jeune (bon, les enfants au lit... La deuxième ou troisième scène "érotique" dut nous être fatale) et qui possédait quelque chose d'indéniablement perturbant (les grands yeux de ce gamin, sa coupe au bol, son tambour casse-bonbon et sa voix stridente - sa voix de cristal, dans le contexte, cela fait redondant, même si...). Une bonne vieille trentaine d'années plus tard, je retrouvai dès les premières séquences ce sentiment de malaise : le pire, c'est que j'eus l'impression de n'avoir... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Sailor's Luck (1933) de Raoul Walsh

On continue tranquillou notre petite odyssée walshienne avec cette sympathique et sexy comédie romantique à la gloire (ou pas) de nos amis marins. Soit donc un trio de marins ricains qui débarquent à nouveau en terre ricaine (dont un certain Cohen qui aime à faire de l’auto-dérision sur son pif – on est en 1933, voilà, voilà). La chasse à la gorette est ouverte et l'un d'eux (James Dunn as Jimmy Fenimore Harrigan) de tomber par hasard sur la perle (la pétillante Sally Eilers as Sally Brent) : une complicité qui prend naissance à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Le Tournant décisif (Velikiy Perelom) (1946) de Friedrich Ermler

Voilà un film russe un peu âpre, relativement bavard mais qui nous montre avec un réalisme certain les coulisses de la guerre côté russe lors de la bataille de Stalingrad. Le général Mouraviov (Mikhail Derzhavin qui livre tout du long une prestation des plus convaincantes) vient tout juste d'être nommé à la tête de l'armée sur le front de Stalingrad. Les Allemands n'ont de cesse de progresser et c'est un peu sauve-qui-peut chez nos amis russes. Mouraviov sait qu'il peut encore compter sur des troupes de réserve mais tarde à les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2016

Triple 9 de John Hillcoat - 2016

John Hillcoat semble bien être LE cinéaste qui fait le même film que les autres en un peu moins bien, et je suis pas sûr que le créneau soit très enviable. Le voilà qui nous tresse un petit thriller noir comme on en a vus 17 fois rien que le mois dernier : c'est pas honteux, non, mais c'est pas du tout bon non plus, et si la moindre des choses, pour un film de casse, est de nous tenir en haleine, celui-ci ne sait que nous faire bâiller inlassablement, tant les chemins qu'il prend sont sur-balisés et usés jusqu'au bitume. Mêmes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2016

Making a Murderer de Laura Ricciardi et Moira Demos - 2015

On peut dire que Ricciardi et Demos sont tombées sur le bon filon quand elles ont décidé de faire de l'histoire de Steven Avery le sujet d'une série télé : elles ne pensaient sûrement pas au départ dénicher un scénario aussi emblématique des rouages de la justice américaine et plonger dans une intrigue aussi fascinante, complexe et renversante. Au final, on se retrouve devant 10 heures de métrage parfaitement incroyables, qui auraient paru too much dans une oeuvre de fiction ; c'est pourtant bien un documentaire, et c'est incroyable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

Vénus et Fleur (2004) d'Emmanuel Mouret

On décida donc, par un soir de grosse fatigue, de se pencher sur les "racines" (deux autres longs et deux courts précèdent cette oeuvre de "jeunesse") de l'œuvre mourettienne. A chaque fois qu'on parle de l'Emmanuel, on ne peut s'empêcher d'employer le terme de rohmérien : on aurait quasiment envie ici de l'employer à chaque ligne ; deux jeunes filles (Vénus et Fleur ou Reinette et Mirabelle, on reste dans le printanier) se retrouvent le temps d'un été dans une maison de Marseilleu, cong. Vénus est d'origine russe et longiligne - et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

La Taverne du Cheval rouge (Frontier Gal) de Charles Lamont - 1945

Comédie westernienne absolument édifiante, et excellent film au demeurant, qui arrive d'où on ne l'attend pas. Pas vraiment de stars à l'écran : Rod Cameron, Yvonne de Carlo, pas de la grosse vedette ; un cinéaste oublié aux manettes : Charles Lamont, qui s'illustrera plus tard dans les Abbott et Costello movies ; bref, pas de quoi être super excité au départ. Surtout que la première partie manque un peu de caractère. On s'amuse certes plus ou moins à contempler une course poursuite tonitruante qui se termine par une sorte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2016

Les Rêves dansants, sur les Pas de Pina Bausch (Tanzträume) de Anne Linsel & Rainer Hoffmann - 2010

J'ai retardé la vision de ce film, sachant pertinemment que j'allais finir en larmes : la conjugaison des deux choses qui me touchent le plus (Pina Bausch et l'adolescence) ne pouvait que déclencher en moi une sorte de cocktail molotov intime que je craignais un peu. Dans le mille : j'écris ce texte le nez rouge et le cœur sur le carreau. Pas que ce soit un grand film, hein, bien au contraire : c'est même pas grand-chose, un de ces documentaires comme on en voit beaucoup. Mais simplement, celui-ci nous fait toucher de très près... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]