23 janvier 2016

Goodnight Mommy (Ich seh Ich seh) de Severin Fiala & Veronika Franz - 2014

Un thriller horrifique autrichien sur la famille, on voit un petit  peu de quel côté lorgnent les deux réalisateurs de Ich seh Ich seh. Et c'est vrai : il y a (forcément, pourrait-on dire, tant le passage vers le vénérable maître paraît maintenant obligatoire dans le genre) du Haneke dans ce film, aussi bien dans la mise en scène que dans le scénario. Mais les réalisateurs tentent aussi avec aplomb de quitter l'ombre de l'aîné, et c'est plutôt dans leur originalité qu'on trouve leur talent, plus que dans l'allégeance aux codes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2016

Un Coeur, deux Poings (The Prizefighter and the Lady) (1933) de W.S. Van Dyke

On pourrait pratiquement faire une odyssée "boxe" sur Shangols tant ce sport a inspiré de films - plus que le ping-pong en tout cas. On a droit aussi a de vrais morceaux de boxeurs (autre chose que cette chique de Stallone, là) avec la présence en tête d'affiche du boxeur Max Baer (Hawks voulait Clark Gable, un acteur, quoi... Du coup il s'est barré) accompagné sur le ring, lors de l'ultime combat, de Primo Carnera (une montagne) et de Jack Dempsey en arbitre. Bref, ça sent la sueur de boxeurs légitimes mais la star demeure Myrna... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2016

LIVRE : Damnés (Damned) de Chuck Palahniuk - 2011

Palahniuk nous emmène faire une virée en enfer. Si l'Amérique, comme le rappelait l'ami Gols sous influence millerienne, est un véritable cauchemar climatisé (la jeune héroïne qui vient de mourir étant l'enfant pourri gâté de deux people hollywoodiens : beaucoup d'argent mais peu de temps et d'affection à consacrer à leur progénitures et la ribambelle d’enfants adoptés), l'enfer vu d'Amérique ressemble à s'y méprendre à un méandre du monde contemporain (individus condamnés à travailler éternellement dans le télé-travail ou en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2016

Theeb (2016) de Naji Abu Nowar

Quand on voit un gamin sur l'affiche, des paysages super exotiques et un titre qu'on comprend pas, on sait qu'on risque le film Pier Import tant décrié par mon camarade. On a peur, on y va sur la pointe des pieds en suivant la trace de ces chameaux sillonnant le désert, ne pouvant se retenir de faire une petite grimace d'usage alors que l'on reçoit le soleil en plein face. Un gamin décide donc, sur son âne, d'emboîter le pas de son grand frère qui accompagne lui-même un Anglais à la recherche de ses troupes (on est à l'époque de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 janvier 2016

L'Or et l'Amour (Great Day in the Morning) (1956) de Jacques Tourneur

On prend toujours son petit plaisir dans un Tourneur même lorsqu'il est soi-disant mineur. Robert Stack, bougre de sudiste, ne manque pas d'aplombs lorsqu'il débarque dans cette bourgade nordiste alors que la guerre guète. Stack est sur tous les fronts, bien grillé dessus-dessous dirait les spécialistes : il affronte Raymond Burr (huit tonnes, un charisme à l'aune de son volume) lors d'un poker couillu et remporte son hôtel ; il sourit aux gars du nord mais pense à l'or caché dans les mines tenues par les gars du sud ; il croise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2016

Sicario (2015) de Denis Villeneuve

C'est toujours un peu le même problème avec Villeneuve : c'est filmé carré, efficace, il y a un certain sens de la tension soulignée par une musique synthétique planante (la montée) ou renforcée de percussions (le danger est là, juste là) (c'est Johann Johannsson qui s'y colle, aucun lien apparemment avec Jay-Jay), c'est linéaire, droit comme un i... bien foutu, quoi, dans le genre, mais sans vraiment de reliefs. Villeneuve s'attaque cette fois-ci aux problèmes de la drogue et à la façon guère "catholique" de régler le problème (en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2016

Legend (2016) de Brian Helgeland

Tom & Hardy sont les frères Kray : on comprend facilement ce qu'il peut y avoir de tentant pour un acteur (2015, l'année Tom Hardy puisqu'après avoir incarné ce fou de Max, il a tenté d'enterré vivant Di Caprio) de jouer des frères jumeaux surtout lorsqu'ils sont gratinés : outre le fait d'être gangster, l'un est un schizophrénique violent, l'autre un violent charmeur. Hardy envahit donc l'écran, parfois doublement, pour incarner ce couple infernal auquel pas grand-chose ne résistait dans le Londres des sixties : gang adverse,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2016

LIVRE : Eté (Sommardöden) de Mons Kallentoft - 2008

Kallentoft avait trouvé un truc avec Hiver, le précédent et premier livre, une manière de planter les ambiances, un style à la fois allangui, hérité de son compatriote Mankell, et dynamique, avec des personnages intéressants, et surtout une façon de traiter le climat comme une pièce majeure de l'intrigue. Après le froid, voici le chaud, et même la canicule, et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'enquête déjà assez tranquille du tome 1 ralentit ici jusqu'au point mort sous l'effet des degrés implacables. Pour tout dire, il ne se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2016

Légitime Violence (Rolling Thunder) de John Flynn - 1977

Un bon vieux film de vengeance à l'ancienne, avec vilains qui douillent et gentils ambigus, ça ne se refuse pas. Surtout que celui-ci sent le politiquement incorrect : il traite des séquelles de la guerre au Vietnam, et montre comment le traumatisme peut engendrer des monstres. Charles Ranes rentre chez lui après des années de prison au Vietnam. On voit bien, dans les flashs-back ratés qu'on nous propose régulièrement, que c'était pas tout à fait la fête du slip : tortures, brimades, manque de sommeil, le gars est bousillé de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2016

Adieu Jeunesse (Rozstanie) (1961) de Wojciech J. Has

Si la marque des grands est de faire des petits films tendres et géniaux avec presque rien alors Has est grand (on n'en doutait point). La mort d'un parent, le retour dans une petite ville natale, une rencontre entre une femme entre deux âges (magnifique Lidia Wysocka) et un très jeune homme (Wladyslaw Kowalski) et en 72 minutes emballé, c'est pesé. C'est le genre de petit film magique qui passe comme un charme, où l'on croise tout plein de seconds couteaux plus ou moins attachants (de la vieille servante qui continue de faire la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]