04 juillet 2006

L'Aile ou la Cuisse (1976) de Claude Zidi

Et oui, voilà ce qui arrive quand on a la flemme de faire un cours de FLE un aprèm à 40 degrés et que l'on est désireux d'évoquer malgré tout le fleuron de la culture française. Mon ami Bibice peut se retourner dans son sarcophage mais l'aile ou la cuisse nous présente le guide "Duchemin" (trop drôle) et la mal-bouffe "Tricatel" avec un brio jamais égalé... Moui, j'ai un peu honte ok. Blague à part, Claude Zidi a au moins un point commun avec la Bretagne, il fait toujours dans la dentelle. Que des gags déjà... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juillet 2006

Qu'elle était verte ma vallée (How green was my valley) (1941) de John Ford

Vainqueur de l'Oscar du meilleur film contre Citizen Kane en 1941, le film de Ford apparaît un peu pâle en comparaison dans la forme même si le fond reste solide. Voilà Germinal transplanté au Pays de Galles et le moins qu'on puisse dire c'est que dans ce film pour 35 mauvaises nouvelles il y en a po une de bonne... La famille Morgan - 6 fils, une fille- morflent méchament, ils seraient dans Lost, ils seraient même déjà tous morts tant ils ont pas de bol. Longue litanie d'accidents dans les mines, de grêves qui n'en finissent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2006

Honni soit qui mal y pense (The Bishop's Wife) (1947) d'Henry Koster

Koster n'est pas Capra, et malgré la présence de l'énormissime Cary Grant dans le rôle d'un ange (ça rappelle quelque chose?), il souffre méchament de la comparaison. Tout est bien gentil et propret dans cette histoire d'après-guerre où il est temps de se rebouster le moral avec un ptit conte de Noël... Ca commence avec un homme qui fait traverser la rue à un aveugle et comme tout de suite on ne peut s'empêcher de penser à Amélie Chocolat Poulain, on se dit que c'est mal parti. Heureusement le charisme du Cary nous ferait avaler... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2006

Lost - saison 2 (2006)

Tout recommence donc avec la découverte de ce "refuge" en plein centre de l'île qui fera passer les catacombes de Paris pour un couloir de métro. Découverte aussi des autres survivants de la queue de l'avion qui disparaissent aussi vite que des croissants au petit déjeuner... Et puis il y a "Les Autres" qu'on dirait baptisés par Les Nuls, dont certaines reflexion sur leur compte nous font bizarrement penser à de vagues terroristes (Le chef, sa barbe, elle est fausse...) et au traumatisme post 11/09/2001 ("Nous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 juin 2006

Les Fraises Sauvages (Smultronstallet) d'Ingmar Bergman - 1957

Ah je ne vous cache pas qu'après les mots que je vais écrire dans quelques secondes à propos des Fraises Sauvages, je vais rester caché quelques temps pour éviter les représailles des cinéphiles avertis. Bon, mais tant pis je me lance, aucune raison qu'il n'y ait que mon collègue Shang qui ait droit à la mauvaise foi.Ce film m'a beaucoup déçu. J'en avais pourtant un bon souvenir, embelli avec les années par les critiques dythirambiques (et tant pis si ça s'écrit pas comme ça) glanées ici et là. Eh bien, j'ai trouvé ça très froid,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2006

Greedy Neighbours (E Lin) (1933) de Ren Pengnian

Ren Pengnian serait donc le premier à avoir réalisé un long-métrage en Chine (Toujours utile si jamais vous jouez au Trivial Pursuit chinois... Sinon, c'est pas votre jour) Que dire de Greedy Neighbours, film 100% muet, qui par bonheur ne dure que 41 min. Un très méchant propriétaire terrien qui ressemble à Dieudonné (en plus oriental quand même) et son fils tyrannisent les villageois: ils n'hésitent à mettre le poing voire à donner des coups de fouet ce qui nous rappelle la bonne Epoque, la larme à l'oeil. Heureusement Huang... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2006

Jellyfish (Akarui mirai) de Kiyoshi Kurosawa - 2002

Ca commence assez fort avec une histoire qui semble taillée au petit poil pour Kurosawa : un gars, l'habituel paumé, fermé et sombre, qui a fait la gloire de Kiyoshi, se prend littéralement de passion pour une méduse venimeuse que son pote lui laisse en pension. Dans ce début, il y a toute l'étrangeté quotidienne de l'auteur de Cure et de Kairo, avec une mise en scène multipiant les grands angles, plaçant ses personnages dans l'espace avec beaucoup de maîtrise. Belles lumières, acteurs au diapason, décors urbains fouillés et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2006

LIVRE : Un Cerf-volant sur l'avant-bras de Jean Cagnard - 1999

Un peu de théâtre underground pour crâner deux secondes. Cette pièce du délicieux Jean Cagnard est assez émouvante, tout en jouant sur un subtil humour absurde, un épicentre si vous voulez entre Pinter et Durringer. Un homme est en train de mourir derrière les épais rideaux du premier étage d'un immeuble. En face, sur un banc, des personnages se croisent, tous au courant de la mort imminente de "l'ami formidable", tous avec une façon différente d'envisager cette mort. L'un disparaît, physiquement, et devient le banc lui-même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juin 2006

La Comtesse aux pieds nus (The Barefoot Contessa) (1954) de Joseph L. Mankiewicz

Voilà longtemps que je souhaitais revoir ce film et la déception est à la hauteur de l’attente. La mise en scène est plus statique que les mannequins du musée Grévin. Bogart est jaune pendant tout le film (il a dû chopper la crêve en restant aussi longtemps sous la pluie pendant la scène d’ouverture à l’enterrement – ou alors c’est le foie, et le personnage qu’il joue fait bien d’avoir arrêté l’alcool), Ava Gardner (en dehors de la scène en danseuse gitane) est la frigidité faite femme à tel point qu’on a du mal à croire à ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 juin 2006

Vivre sa Vie de Jean-Luc Godard - 1962

Vivre sa Vie est assez étrange dans la carrière de Godard. Il appartient à cette série de portraits des années 60 (Une Femme est une femme, Une femme Mariée, Deux ou trois Choses...), mais cette fois-ci, c'est un film linéaire, qui raconte vraiment un destin, dans l'ordre, à travers des flashs et des impressions physiques : en l'occurence, la vie de Karina, qui rêve de cinéma, tombe dans la prostitution, et se fait revendre par son mac. Le personnage est superbe : une pute assumant de l'être, qui pleure au Jeanne d'Arc de Dreyer,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]