29 mars 2016

Absentia de Mike Flanagan - 2011

Minuscule film d'horreur un peu frileux, un peu bancal, un peu pas terrible, mais qui comporte au moins deux ou trois bons plans, ce qui est la panacée dans un film d'horreur récent, reconnaissons-le. Absentia repose sur une chouette idée, déjà, c'est-à-dire qu'on sort de l'orphelinat hanté parce qu'on y violait des enfants, ou ce genre de trucs surfaits : un homme a disparu sans laisser de traces il y a 7 ans, et le film commence quand sa femme, toujours un peu en attente de son retour, est contrainte de signer une reconnaissance... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 mars 2016

Saint Amour de Benoît Delépine & Gustave Kervern - 2016

Le film le plus alcoolisé du duo infernal est aussi son film le plus empli de bons sentiments, je me demande si on y gagne au change. On est un peu emmerdé devant ce film, pour tout dire, conscient de ce que les gars cherchent, désireux qu'ils y parviennent, et en même temps dubitatif devant l'échec de l'entreprise. Ça tient à peu de choses : une louche en trop, une direction d'acteurs un peu fluctuante, une ou deux baisses d'inspiration par-ci par-là, et le cinéma impur et moche que j'affectionne particulièrement chez eux se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2016

Avril et le Monde truqué (2015) de Franck Ekinci & Christian Desmares

Je ne peux pas vraiment prétendre être un spécialiste de bandes-dessinées, mais j'aime indéniablement l'univers de Tardi et son travail notamment sur Céline. A défaut d'avoir une adaptation de l'oeuvre inadaptable du maître célinien, on se contentera de cet Avril dont voici le fil : Napoléon V en cette année 1941 est au pouvoir et tous les savants ont une fâcheuse tendance depuis quelques années à disparaître - emprisonnés par le gouvernement ou embrigadés par une société secrète, ils n'ont pu mettre à jour la plupart des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2016

The Golden Demon (Konjiki yasha) (1937) de Hiroshi Shimizu

Voilà un petit film de Shimizu filmé toujours avec la même habileté (on retrouve notamment chez le cinéaste "l'art du travelling arrière" sur des personnes se baladant et discutaillant) mais dont l'essentiel des personnages sont pour le moins antipathiques : tout commence pourtant avec une touche de romantisme - deux jeunes gens se fréquentent depuis des années et semblent promis l'un à l'autre. Seulement voilà, il est étudiant et peu argenté et sa douce, issue d'une famille modeste, se voit proposer un bon parti - le fils d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2016

Jim Harrison (1937-2016)

Un mauvais jour pour vivre : RIP JIM “A mesure que le ciel pâlissait, les chiens s'aventuraient plus loin et je suppose que la chose essentielle quand on aime quelqu'un, c'est que votre amour vous donne une immense envie de continuer à vivre.” Jim Harrison (La Route du Retour)
Posté par Shangols à 23:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2016

Stopover in Dubai (2011) de Chris Marker

Derrière ce titre à l'allure touristique se cache l'assassinat en toute décontraction par les agents du Mossad (une douzaine de personnes de nationalité française, irlandaise, anglaise, allemande...) d'une figure du Hamas, Mahmoud al Mabhouh dans un hôtel de Dubaï. A l'aide des enregistrements vidéo de l'aéroport international, de différents hôtels ou de des centres commerciaux, on suit la façon dont ses agents (certains changeant d'apparence en cours de route à l'aide de perruque et tout le toutim) ont mis en place la surveillance... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2016

Saïpan (Hell to Eternity) (1960) de Phil Karlson

Phil Karlson est peut-être un petit maître, mais un grand petit maître. Hell to Eternity (produit par Allied Artist, tourné en grande partie à Okinawa et bénéficiant d'une foultitude de figurants nippo-marines - plus en tout cas que dans l'ensemble des films de Karlson) est absolument époustouflant de bout en bout. Ne serait-ce le petit côté propaganda ricain (le Jap ne fait pas un pli lors des combats et l'Américain est vraiment trop bon - avec tout de même des nuances, lorsque le personnage principale pète littéralement les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 mars 2016

The Revenant (2016) d'Alejandro González Iñárritu

In extremis pour les Oscars, Iñárritu se pointe avec son film "événement" qui devrait enfin permettre à DiCaprio de gagner sa statuette (physiquement, il ne peut pas faire plus, soyons lucide). On est donc au début du XIXème sur les pas de l'explorateur Hugh Glass (and the winner is... Leonardo DiiiiiCaprio) menant en partie une expédition d'une quarantaine d'hommes. Disons-le tout de go, la balade ne va pas être de tout repos... Sans vouloir révéler tous les ressorts de l'intrigue, citons les deux événements-phares de la première... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:30 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
25 mars 2016

Courts-métrages / Vidéos (2008-2011) de Chris "Kosinki" Marker

Jusqu'au bout du bout, Chris Marker continua de réagir à l'actualité avec des petits montages, des sortes de diaporamas très dynamiques (il a sa disposition un petit logiciel diablement efficace pour que des Unes de journaux ou de simples photos défilent) tout étant à chaque fois joliment mis en musique. Il y a les vidéos qui concernent encore et toujours les peuples qui manifestent leur colère (la révolution égyptienne en 2011 (Tempo Risoluto) et les émeutes à Londres au mois d'août de la même année (Overnight)), il est aussi... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2016

LIVRE : En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut - 2016

Un premier livre qui se retrouve dans les 5 meilleures ventes, qui rafle tous les prix, qui a l'admiration de François Bunel, ça fait peur non ? Vous inquiétez pas, j'y suis allé pour vous, et j'en reviens pour vous donner mon avis, bien entendu éclairé : En attendant Bojangles est nul, je le confirme, et à ce titre mérite d'être dans les 5 meilleures ventes, de rafler tous les prix et d'avoir l'admiration de François Bunel. Voyez-vous, il a tout ce qu'il faut pour ça : il est court, son écriture est enfantine, sa trame est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]