12 octobre 2008

The Visitor (2007) de Thomas McCarthy

Grand Prix du dernier festival de Deauville, le second film de Thomas McCarthy (vu dans The Wire, le monde est petit...) confirme tout le bien qu'on pensait de lui après The Station Agent. C'est un film qui développe son charme et son message doucement et qui repose sur les épaules de l'immense Richard Jenkins (le pater de Six Feet Under, pas mort en fait): ce dernier est veuf, prof d'économie à la Fac du Connecticut; il tente désespérément de jouer correctement du piano et, sous ses airs stricts et coincés, semble surtout un gros... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Le Coup de Grâce (Der Fangschuß) (1976) de Volker Schlöndorff

Le père Volker n'est point le cinéaste le plus fun de sa génération... Forcément quand, en plus, il adapte Marguerite Yourcenar, faut pas vraiment s'attendre à se fendre la pipe. J'ai dû m'accrocher à mon accoudoir pour aller jusqu'au bout nonobstant certaines qualités évidentes : un noir et blanc résolument marquant - les noirs semblent être à l'encre de Chine ce qui doit être po évident pour colorier chaque image -, une interprétation de Margarethe Von Trotta, totalement habitée par son personnage, qui frôle la grande... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Mystery Train de Jim Jarmusch - 1989

C'est très bien, Jim Jarmusch, mais il faut bien se rendre à l'évidence : ça vieillit assez mal. Si ses très grands films résistent bien (Dead Man, Ghost Dog, Down by law), les petites récréations accusent franchement le poids des ans. C'est le cas avec ce Mystery Train, très sympathique mais qui apparaît aujourd'hui comme un film de mode, un témoin d'une époque révolue. Comme à son habitude, Jarmusch sert un film "cool", pratiquant un humour pince-sans-rire assez indéfinissable, fait de choses anodines et allanguies.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2008

L'Effrontée (1985) de Claude Miller

Je pourrais le revoir des centaines de fois et j'aurais toujours une énorme tendresse pour ce film. Forcément j'avais le même âge que la chtite Charlotte quand j'ai découvert ce film et il est difficile de renier ses premiers émois... Rares sont les films qui reviennent sur l'adolescence avec une telle justesse, sans vouloir à tout prix forcer le trait. Les indécisions de cette pauvre Charlotte, prise à la sortie de l'enfance et avec déjà un petit pied chez les adultes (ah le passage du globe terrestre écrasé sur la tronche de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Le Système Poutine (2007) de Jean-Michel Carré

Portrait à charge de notre ami le dictateur russe. Carré retrace le parcours de cet homme au sein de l'ex KGB, sa montée en puissance auprès d'hommes politiques ainsi que ses accointances avec les oligarques - ces hommes d'affaires tout puissants qui contrôlent les ressources énergétiques et les médias - et ses différents faits d'armes pour tenter de rétablir "la grande Russie". On sent dès le début, à grand renfort de musique dramatique, que Jean-Michel Carré n'est po là pour flatter le gus. On comprend, au fil des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Intérieurs (Interiors) de Woody Allen - 1978

De sa veine sérieuse, Interiors est sûrement le moins bon film de Woody, mais ce n'est certainement pas le moins sincère. S'il touche peu, c'est peut-être seulement que la rigueur du dispositif éloigne le spectateur du coeur de l'histoire ; mais d'un point de vue purement scénaristique, c'est un film touchant et franchement réussi. Au niveau technique, c'est effectivement plein de défauts, sûrement parce que Woody, obsédé par Bergman, ne parvient qu'à en rendre la surface, une sorte de panoplie formelle jamais à la hauteur du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 octobre 2008

La Part des Ténèbres (The Dark Half) de George A. Romero - 1993

C'est bien un peu dommage que Romero lisse carrément son style dans ce film, mais le peu d'intérêt de la mise en scène est largement compensé par un scénario vraiment bon. Un écrivain en manque de fric se met à écrire sous pseudo des romans de gare un peu gore ; quand, honteux de cette sous-littérature, il décide de laisser tomber cette "mauvaise moitié" de sa production, celle-ci s'incarne en chair et en os sous les traits d'un serial-killer qui va tout faire pour rester en vie. Je confirme : ça rappelle le génial... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Les trois Royaumes (Chi Bi) (2008) de John Woo

Distribué en Chine en deux parties, il s'agit donc de la première : ce film épique retrace la célèbre (enfin pour les connaisseurs.... hum) bataille des Falaises rouges qui eut lieu au 3ème siècle après J.C. Après Chen Kaige et Zhang Yimou, John Woo se dit que lui aussi a droit de faire péter tous les budgets pour réaliser un film sans âme mais tout plein de batailles et d'acteurs de renom, Tony Leung et Takeshi Kaneshiro en tête. Vous ajoutez tous les extra de la cérémonie d'ouverture du J.O. plus un bon millier de militaires en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Le Jour où je suis devenue Femme (Roozi ke zan shodam) (2000) de Marzieh Meshkini

Bon, déjà, histoire de compliquer les choses, cette bonne Marzieh n'a rien trouvé de mieux que de se marier depuis la réalisation de ce premier film avec un membre de la dynastie cinématographique iranienne, un Makhmalbaf (Mohsen); c'est po bon pour la table des matières... Sinon le film, me direz-vous ? Il s'agit de trois mini-histoires qui dépassent au total à peine l'heure et quart et qui auraient gagné à n'être que trois courts-métrages... Non point que cela manque d'intérêt mais le langage cinématographique hautement métaphorique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2008

Closed 1 & 2 de Jean-Luc Godard - 1987/1988

On avait dit : tout Godard. C'est grâce au précieux blog de Maurice Darmon que je découvre cette série de pubs réalisées par JLG pour les jeans Closed de Marithé et François Girbaud, et je l'en remercie servilement : c'est plus que précieux. Closed 1 est une succession de spots de 20 secondes qui manient un humour désabusé tout en respectant la consigne commerciale. Godard joue sur l'ambivalence de la mode, sur son aspect éphémère opposé à l'éternité de la poésie ou de la peinture. On se marre bien à ces deux pubs,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]