28 octobre 2007

Twin Peaks saison 2 - 1991

Incontournable, indispensable, révolutionnaire, inoubliable, Twin Peaks est définitivement La série. Ce qu'il y a de plus remarquable dans cette saison 2 (qui compte tout de même 22 épisodes contre 8 pour la première), c'est que l'intrigue - le meurtre de Laura Palmer -  est résolue au bout de 10 épisodes et que la série continue comme si elle avait su créer sa propre existence, en dehors de toute logique commerciale. La découverte de l'assassin n'est finalement point en soi une conclusion, le héros de l'histoire restant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2007

Ai Nu, Esclave de l'Amour (Ai Nu) (1972) de Yuan Chu

Tarantino n'étant jamais à un pompage prêt, il faut croire qu'il s'est bien servi dans ce film de la Shaw Brother, dans les décors surtout, et même dans l'intrigue puisqu'une femme se venge de 4 personnes. Sacré Quentin dont on attend toujours un film personnel. Cela dit ce film hong-kongais vaut aussi le détour puisqu'il nous présente, chose relativement rare de ce côté du globe à cette époque, les rapports saphiques entre la maîtresse d'un bordel et l'une des courtisanes. Pas de quoi sauter au plafond dans l'érotisme mais deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2007

Invasion (The Invasion) d'Oliver Hirschbiegel - 2007

Les fameux "profanateurs de sépulture" font partie de mon panthéon horrifique personnel, et j'ai toujours été satisfait des différentes versions de cette histoire, que ce soit celle de Siegel, de Kaufmann ou (surtout) de Ferrara. Le moins qu'on puisse dire est que le film de Hirschbiegel est le moins bon des quatre : très hétérogène dans sa mise en scène, mélangeant les styles dans un foutoir gênant, mal rythmé, heurté, peu effrayant, il n'atteint jamais la pureté de forme qu'un tel sujet permet, ni l'élégance... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2007

Bellissima (1951) de Luchino Visconti

Bellissima est un festival de la Magnanissima, qu'elle soit hystérique, hystérique ou hystérique (avec son mari, ses voisins ou l'équipe de tournage d'un film), en larmes ou attendrie ou les deux à la fois, qu'elle couve du regard son enfant ou qu'elle rêve d'en faire une star, qu'elle  donne une piqûre d'une main lourde ou qu'elle fustige les 3 milliards de personnes autour d'elle, bref c'est un feu follet, un tsunami, une bombe atomique. Visconti s'attache à montrer l'envers du décor du cinéma avec cette mère qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2007

La Honte (Skammen) d'Ingmar Bergman - 1968

Pas le plus facile des Bergman, mais en tout cas un film qui laise sur le cul. Je ne suis pas bien sûr d'avoir tout compris des arcanes complexes de cette histoire, mais on sent derrière tout ça une intelligence, formelle et narrative, qui encore une fois impressionne. La Honte est le portrait d'un couple apolitique, qui va être pris dans la toile d'une guerre brutale, et révéler toutes ses bassesses (lâcheté, petits profits, cruauté, collaboration avec l'ennemi...). Courageux et austère, le film étonne par ses prises de position... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2007

Cléo de 5 à 7 (1961) d'Agnès Varda

40 ans avant Jack Bauer, Agnès Varda invente le film en temps réel avec une héroïne un peu moins musclée mais beaucoup plus blonde. Il y a définitivement très peu de déchets dans les débuts de ces réalisateurs de la Nouvelle Vague et sans faire le vieux barbon on attend toujours la suivante... Peut-être que l'envie, la passion, ce désir incandescent de pellicules se sont tout simplement envolés depuis. Bref, les déambulations de Cléo dans ce Paris sixties, du Pont-Neuf à la Salpétrière en passant par le parc Montsouris, demeurent un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2007

LIVRE : Le Livre de ma mère d'Albert Cohen - 1954

Voilà un livre qui se dévore en deux temps trois mouvements, chaque petit paragraphe s'enchaînant comme des perles autour du cou maternel. Cohen se jette dans une déclaration d'amour à sa mère disparue, se met littéralement à nu pour exposer sa tendresse infinie, casse lui-même son style lyrique en lançant constamment au détour d'une phrase "Elle est morte", ses envolées retombant rapidement sur terre comme un pitit oiseau qui a reçu une pierre. Sa mère était une merveille d'attention envers son fils négligeant, Cohen ne peut se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2007

Once we were Strangers (1997) d'Emanuele Crialese

Tout petit film sur la fameuse "intégration" à New York. Un couple d'Indiens (sans plume ceux-là), un Italien qui s'éprend d'une rondelette animatrice de radio et pis avant c'était des étrangers l'un pour l'autre tu vois et pis aussi par rapport au pays, tu vois, double jeux de mots en fait, mais c'est marrant comme au bout de deux jours ce film ne laisse aucune trace. C'est pas forcément méchant, c'est juste gentiment gentillet, j'avais un peu insipide aussi mais c'est dur. Bref, bel effort sur le discours "ah là là la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2007

The Blackout d'Abel Ferrara - 1997

Je vais hurler avec les loups, mais il faut bien avouer que The Blackout est une catastrophe abyssale. Les acteurs sont mauvais comme des cochons (Modine, pourtant, mais complètement abandonné à ses tics ridicules de pov'garçon écorché vif comme l'est Pagny dans ses clips ; Hopper, pourtant, mais hilarant en double du metteur en scène fan de vidéos et d'images extrêmes ; Dalle, pourtant, mais absente, qui parle anglais comme moi peul, filmée comme une bimbo ; Schiffer, pourtant... non, rien) ; le scénario est risible, l'histoire d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 octobre 2007

Moi Ivan, Toi Abraham (1993) de Yolande Zauberman

Il est des films qui sont de petits miracles, non qu'on sache bien toujours à quoi cela tient... La cinégénie des très jeunes acteurs, la mise en scène fluide, un noir et blanc sublime, un état de grâce??? D'autant que le scénario du film de Zauberman est finalement relativement lâche ou tout du moins ne possède pas une ligne narrative clairement définie: un petit village en Pologne dans les années 30, non loin de la frontière de l'Ukraine; alors que l'antisémitisme fait monter peu à peu la tension dans le village, un jeune gamin juif... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]