12 décembre 2007

Othello (The Tragedy of Othello: The Moor of Venice) (1952) d'Orson Welles

Ce n'est point moi, petit blogaillon, qui vais remettre en question le génie de Welles; si on parle de profondeur de champs, c'est un demi-Dieu, de l'utilisation des décors (surtout quand ceux-ci sont signés Trauner), c'est un demi-pharaon, du sens de la contre-plongée et des cadres de biais c'est un demi-Bouddha. Certes le tournage d'Othello s'est étalé sur quatre ans -cinq directeurs de la photo quand même!, le montage a bien dû tuer une demi-douzaine de monteurs et je ne parle point du fait que la nouvelle version supervisée par sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2007

Door III (Doa 3) de Kiyoshi Kurosawa - 1996

L'éditeur prévient au début que la qualité de la copie est mauvaise, ce qui est vrai (les photos ci-contre sont presque plus nettes que le film), mais il oublie de préciser que le film lui-même est assez moyen. Ben oui, un petit film du grand KK, c'est assez rare pour le mentionner, et là, il y a relativement peu de choses à sauver. Pour une fois, le scénario, brumeux comme il se doit si on connaît un peu les films étranges du compère, n'est pas transcendé par une mise en scène de grand niveau. Kurosawa semble pourtant poser les bases... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2007

L'Hôpital et ses Fantômes (Riget) de Lars Von Trier - 1997

Bon, d'abord, est-ce qu'on est d'accord pour clamer en un seul élan que Von Trier est un des 4 ou 5 plus grands réalisateurs vivants ? Non, parce que sinon, autant arrêter là tout de suite : si vous êtes assez fou pour ne pas le situer parmi les grands génies actuels, vous allez détester Riget, je vous le dis avant que vous vous tapiez les quelques 10 heures de ce film. C'est l'archétype du style-Lars, une sorte de film ultime (avec Les Idiots sûrement) dans lequel toutes ses thématiques et toutes ses manières sont présentes. Le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 décembre 2007

Le Fils du Cheik (The Son of the Sheik) (1926) de George Fitzmaurice

Dernier film du Rudolph Valentino qui forme un couple chaud comme la braise avec Vilma Banky (ça s'embrassait dru à cette époque). Ils s'aiment, bien qu'il y ait une petite différence de caste (elle est danseuse, lui c'est quand même le titre - en prime, il joue aussi le rôle de son père), il pense qu'elle le trahit pour qu'on le kidnappe, il la retrouve, ils se haïssent à mort - le Cheik bêcheur comme tout avec le regard tout en colère en fumant sa clope, elle, hagarde - et pis ils comprennent qu'on les a abusés et le Cheik... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2007

Waitress (2007) d'Adrienne Shelly

Ultime hommage dans ce blog à la comédienne et réalisatrice Adrienne Shelly dans cette comédie beaucoup plus honnête qu'on ne pourrait le croire (et malgré une affiche définitivement peu avenante). Sans forcément vouloir faire à tout prix le rapprochement, il y a un petit air de Hal Hartley dans le style de mise en scène (ces postures figées que prennent les personnages avant de se jeter l'un sur l'autre - non point pour se battre mais pour s'embrasser), le montage (un acteur par plan avec des champs-contre champs ultra... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2007

Wesh Wesh Qu'est-ce qui se passe ? de Rabah Ameur-Zaimeche - 2002

Voilà le genre de film qui renvoie tranquillement Kassowitz à ses études. Avec un budget 10 fois moindre et un tour de tête nettement plus sain, Ameur-Zaimeche livre un portrait de cité comme on aimerait que Sarko en voie plus souvent. Bien sûr, difficile d'éviter les passages obligés du "film de rebeu", et on a effectivement droit aux petits trafics de sheet, aux bastons de rue, aux fouilles musclées des keufs, etc. Mais Wesh Wesh, par son côté presque documentaire, par son utilisation de la DV comme révélatrice d'une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2007

Le Secret de Veronika Voss (Die Sehnsucht der Veronika Voss) (1982) de Rainer Werner Fassbinder

Second volet de la trilogie (l'histoire se situe au milieu des années 50) bien que tourné en dernier, Veronika Voss est emprunt d'une certaine nostalgie (la chute d'une actrice à la recherche d'une gloire disparue, Sunset Boulevard n'est pas loin) que subliment le noir et blanc du chef-op Xaver Schwarzenberger (fidèle à Fassbinder depuis Berlin Alexanderplatz) et la musique de Peer Raben avec ces petits airs tristes d'harmonica. L'histoire met en scène un journaliste sportif, Robert Krohn, une bonne poire, qui va par... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2007

Bonjour Tristesse (1958) d'Otto Preminger

Le bouquin de Sagan que j'avais lu dans ma jeunesse folle ne m'a laissé aucun souvenir... Le film -dont elle n'a pas signé le scénario - ne m'en laissera pas un impérissable. L'histoire de cette jeune fille ultra gâtée qui évolue dans le milieu friqué parisien n'est point vraiment passionnante. Le présent est en noir et blanc parce qu'elle est triste (ah ouais bonjour!...); le passé est en couleurs parce qu'il était super gai (ah d'accord)... Mais bon, son père, très frivole et déconneur, voulait se marier avec une femme avec deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2007

Le Château du Dragon (Dragonwyck) de Joseph L. Mankiewicz - 1946

Bien que d'une grande élégance formelle, bien que rempli d'idées esthétiques bien senties, bien que porté par des dialogues finauds, Dragonwyck peine à rentrer complètement dans la catégorie des grands films de Mankiewicz. D'abord parce qu'il souffre vraiment d'une comparaison incontournable avec Rebecca de Hitch, et franchement au désavantage du premier : même volonté d'inscrire le gothique dans le panorama du ciné américain, même romantisme noir, mêmes personnages (la jeune fille rêvant d'amour et de conte de fées qui se trouve aux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2007

Lola (1981) de Rainer Werner Fassbinder

Situé à la fin des années 50, ce remake de l'Ange Bleu présente une société bourgeoise aussi pourrie à la racine que dans un roman de Manchette. Tous les pontes de la ville, du maire au militaire en passant par le responsable d'une entreprise de travaux publics (Schukert), sont de connivence pour profiter au maximum de la reconstruction de l'Allemagne. Tout ce petit monde corrompu se retrouve dans un bordel où trône la sublime Lola (Barbara Sukowa, époustouflante, dans un rôle beaucoup plus extraverti que dans Berlin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]