10 avril 2009

Une Fille dans chaque Port (A Girl in every Port) (1928) d'Howard Hawks

Pas franchement grand-chose à se mettre sous la dent dans ce film d'amitié super virile - hum, hum - entre deux marins. Heureusement, il y a une soudaine illumination en plein milieu du bazar avec l'apparition de Louise Brooks en maillot de bain très coquin (super transparent sa combi... Bon, moi je dis ça, c'est pour elle, remarquez bien). Elle joue forcément la garce mais cela amène un peu de piment dans cette oeuvre bien répétitive... Spike, fier marin, écume les ports - Amsterdam, Rio... - avec un carnet d'adresses bien... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2009

Melinda et Melinda (Melinda and Melinda) de Woody Allen - 2004

Triste date dans la carrière allenienne : Melinda and Melinda est définitivement son plus mauvais film à ce jour. Pratiquement rien à sauver dans ce naufrage inquiétant, ni les acteurs ni le scénario, ni même la mise en scène, même si cette dernière est grosso-modo la même que d'habitude. Niveau acteurs, donc, on est effaré : où est passée la jolie direction de Woody dans ces comédiens grimaçants, gênés, qui n'arrivent pas à rendre crédibles leurs personnages. Will Ferrell en fait des tonnes et se croit dans un film de Japatow ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2009

The long Day closes (1992) de Terence Davies

Si Distant Voices, Still Lives m'avait charmé aussi bien sur le fond que dans la forme, je dois bien avouer que The Long Day closes m'a un peu ennuyé comme la pluie, pour rester poli. Pourtant même rigueur formelle : images ultra léchées, éclairage "à la bougie" et rendu des ombres impeccable, même sens du cadre et parfaite mise en place de lents travellings, tristes chansons mélancoliques superbement sélectionnées,... Rien à dire, on retrouve quasiment le même dispositif dans la construction de ces courtes vignettes,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Ghosts of Mars de John Carpenter - 2001

Dernier long-métrage à ce jour du grand JC, et on ne peut pas dire qu'on reste sur une bonne impression. C'est comme si, sous prétexte qu'on ne lui octroie plus un kopeck pour travailler, le gars mettait son point d'honneur à réaliser son film le plus coûteux en terme de projet. Ghosts of Mars est démesuré côté effets spéciaux et explosions de décors, mais le manque de moyens saute aux yeux : c'est cheap comme c'est pas permis, et ça tombe du coup dans la série Z totale. Tout est naze : la musique (mais ça c'est pas vraiment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

King Lear de Jean-Luc Godard - 1987

"A picture shot in the back", c'est bien le bon mot pour qualifier cet objet sybillin qui vient effectivement d'un angle qu'on n'attendait pas. Je ne sais pas quel financier américain barjot a eu cette brillante idée de commander à JLG une adaptation du Roi Lear, mais il a pas dû être déçu du voyage : le sage suisse livre un film qui parle à peu près de tout sauf du Roi Lear, dans un exercice entre foutage de gueule total et gravité, entre gag vulgaire et poésie étrange. Pour la première fois peut-être dans son cinéma, c'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Ginger et Fred (Ginger e Fred) (1986) de Federico Fellini

Federico Fellini sent bien que le monde part en sucette et signe une oeuvre en forme de véritable hymne à la stupidité de l'ogre télévision et l'omniprésence des annonceurs dans le domaine de l'agro-alimentaire. La société de consommation porte bien son nom, y'a pas à tortiller. Placards publicitaires énormissimes qui s'étalent en ville, gigantesque pied de cochon pendu au toit de la gare, pasta géantes et moult cochonnailles que vantent des femmes aux poitrines opulentes et à la bouche carnassière, tout cela pue le mauvais goût,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

After Tomorrow (1932) de Frank Borzage

Petite comédie familiale avec deux belles-mères comme on en souhaite à personne (sûrement un film à méditer, avant tout mariage). Borzage enferme un peu ses personnages dans ces apparts où se nouent de petits drames relationnels et si deux trois répliques bien balancées font légèrement sourire, la mise en scène demeure tout de même un peu plate. Charles Farrel et Marian Nixon (le goût de Borzage pour ces sympathiques petites frimousses féminines) se vouent un amour aussi grand que l'Empire State Building; seul petit problème à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Entre les Murs de Laurent Cantet - 2008

Je me souviens d'avoir été à l'époque très déçu par le bouquin de Bégaudeau, voire franchement enervé devant ses postures réactionnaires. Le film de Cantet, c'est la première surprise, le prend presque à revers, malgré la présence de l'auteur en personnage principal. Là où le livre se montrait supérieur par rapport à ses personnages d'élèves, Cantet s'en approche en douceur, presque avec respect, avec tendresse et vigilance en tout cas ; là où le livre accusait la démission des profs, Cantet filme un homme ordinaire aux prises avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

La Lettre écarlate (The Scarlet Letter) (1926) de Victor Sjöström

Totalement sous le charme, une nouvelle fois, de cette oeuvre de Sjöström qui nous sert une histoire d'amour déchirante sur fond de puritanisme exacerbé. Il est clair que le ton n'est pas franchement à la déconne dans ce petit village de la Nouvelle Angleterre : on se fait condamner aisément pour avoir laissé son oiseau chanter le dimanche ou pour avoir couru, on ne peut point laver ses dessous intimes sous le regard d'un homme et les fiancés doivent se parler via une sorte de longue perche, ancêtre du téléphone avec un fil ça-comme.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 03:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Sagan (2008) de Diane Kurys

« Sagan, Françoise. Fit son apparition en 1954, avec un mince roman, "Bonjour tristesse", qui fut un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une œuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même. » Voilà l'épitaphe écrite par Sagan elle-même. En ce qui concerne le film de Kurys, autant on est prêt à reconnaître volontiers le côté baclé (une suite de rencontres avec des personnages secondaires souvent ridicules : Palmade, Podalydès,... même Balibar a rarement été aussi mauvaise),... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]