20 janvier 2008

Toni de Jean Renoir - 1934

Toujours eu un faible pour ce film, qu'on ne peut vraiment pas qualifier de "grand" film, tant la modestie, la pudeur, l'absence de forfanterie y sont présentes. Bien que produit par Pagnol, Toni est la preuve brillante qu'on peut faire un film ancré profondément dans une ruralité, dans une région et tous les codes qui l'accompagnent, sans pour autant tomber dans les pièges du régionalisme et du repliement sur soi propres justement aux oeuvres de Pagnol. Renoir sauve son film de cet écueil en insufflant une part... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2008

Coups de Feu sur Broadway (Bullets over Broadway) de Woody Allen - 1994

Au vu de la filmographie récente de Woody, qui devient assez catastrophique (avec des choses plus regardables que d'autres, je veux bien le reconnaître), on revoit à la hausse ses petits films des années 90, qu'on avait à l'époque traités avec dédain. Bullets over Broadway n'est pas du tout un grand Woody, ça on est d'accord, mais ma foi, il se regarde gentiment, un sourire amusé aux lèvres, et on passe 1h30 sympathiques comme tout. Au rang des défauts du film : une curieuse tendance (curieuse pour lui, compte tenu de son talent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 janvier 2008

Lettre d'une Inconnue (Letter from an Unknown Woman) (1948) de Max Ophüls

Toujours un plaisir de revoir cette adaptation d'une grande élégance du roman de Zweig. Lettre d'une Inconnue - à un mufle - est l'exemple même d'un amour à sens unique, d'une femme qui passe sa vie à courir derrière un homme  trop imbu de lui-même pour ouvrir les yeux, d'un homme qui passe sa dernière nuit à courir derrière un passé évanoui. C'est mélodramatique tout en restant léger, c'est magnifiquement interprété par une Joan Fontaine éblouissante (31 ans et crédible en jeune fille de 18 ans, gasp) et par un Louis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2008

Les trois Visages d'Eve (The Three Faces of Eve) (1957) de Nunnally Johnson

  Comme nous l'annonce une introduction bien courtoise et en images avec un journaliste dans une salle de cinéma, le film que vous allez voir, chers amis, est une histoire vraie. Bien urbain de sa part, et nous voilà tout ouïe pour découvrir l'histoire d'Eve en qui il y a non pas "deux femmes en vous" comme le disait si bien Depardieu à toutes les femmes de rencontre dans le Dernier Métro, mais trois : Eve White, petite provinciale un poil neurasthénique, renferme en elle une autre personnalité, Eve Black (noir et blanc, hum,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2008

Peppermint Candy (Bakha satang) de Lee Chang-Dong - 2000

A la manière du Ozon de 5x2, et avec la même efficacité, Lee Chang-Dong tente de raconter le désastre d'une vie en commençant par sa fin : le suicide du héros. Dès la première séquence, on voit donc notre brave type se jeter sous un train, puis le film va remonter, de jours en jours, d'années en années, à la source de ce malheur, aux commencement de ce ratage. Et ce qui pourrait passer pour un gadget insupportable prend vraiment un sens étonnant, et les émotions en ressortent chargées, encore plus fortes, grâce à cette idée somme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 janvier 2008

LIVRE : Moi, Charlotte Simmons (I am Chalotte Simmons) de Tom Wolfe - 2004

Tom Wolfe est un gars énervant et passionnant. Tout comme dans Le Bûcher des Vanités, il déploie dans Moi, Charlotte Simmons une sorte de savoir-faire roublard et trop "propre", et prend souvent des postures de premier de la classe très gavantes. Son bouquin est hyper-documenté, c'est évident, très malin, ça ne fait aucun doute, d'une efficacité redoutable, ça saute aux yeux, mais donne aussi parfois l'impression d'être écrit "facilement", un peu comme si Wolfe refaisait ce qu'il sait faire, sans risques, avec une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2008

Mark Dixon, Détective (Where the Sidewalk Ends) (1950) d'Otto Preminger

Voilà un bien joli film noir, sec comme un café sans sucre. Preminger reforme le couple de Laura, Dana Andrews/Gene Tierney, pour un polar sans gras comme on les aime. Un détective qui va droit au but en jouant les gros bras, une Gene Tierney plus gentille et naïve que femme fatale, et un commissaire au gros pif, l'excellent Karl Malden. Un noir et blanc signé Joseph LaShelle classieux, que demande le peuple?  Mark Dixon s'est pris en un mois 12 plaintes de petits gars de la pègre pour tabassage intempestif; son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2008

Pour un seul de mes deux yeux (Nekam Achat Mishtey Eynay) (2005) d'Avi Mograbi

Mograbi reprend le mythe de Masada (lorsque les Zélotes cernés par les Romains décidèrent de se donner la mort) et celui de Samson, ce héros aux cheveux si longs, qui décida de se donner la mort tout en tuant 1.000 Philistins en écartant les piliers d'un temple. Ces deux "modèles" de résistance de personnages d'origine juive sont évoqués, en parallèle, avec des discussion entre Mograbi et un ami palestinien en territoire occupé, à deux doigts de péter les plombs, mais également avec des séquences sur des check-point... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Milliardaire pour un Jour (Pocketful of Miracles) de Frank Capra - 1961

Bien sûr, c'est charmant, mignonnement désuet, écrit avec tendresse et plein de morceaux brillants. Bien sûr, c'est du Capra, donc du très bon travail d'écriture, des acteurs rigolos comme tout, et un charme suranné du meilleur effet. Bien sûr, c'est du film familial à l'ancienne, comme on les aime. N'empêche qu'on est un peu gêné aux entournures par ce Capra tardif (le dernier film du gars), qui ne retrouve jamais l'allant passé. C'est un peu la même impression que A Countess from Hong Kong de Chaplin : tout y est des thématiques du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Simon le Mage (Simon mágus) (1999) d'Ildikó Enyedi

Un type qui interroge une plante pour retrouver le coupable, moi je dis chapeau (il y avait bien un truc à faire sur passer une plante à tabac mais j'ai pas osé pour éviter la confusion). Simon est donc un mage hongrois engagé par la police parisienne pour résoudre un crime; il te fout une électrode sur une plante et l'affaire est dans le sac. Il va ensuite faire la connaissance d'une bien jolie jeune fille - charmante Julie Delarme (leur conversation reste pauvre vu qu'il ne parle pas français), va mener en bateau Hubert Kunde qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]