09 septembre 2008

La Mémoire dans la Peau (The Bourne Identity) de Doug Liman - 2002

Vous avez la nostalgie des bons vieux polars mornes de Peter Hyams ou de Alan Pakula ? Vos dimanche soirs souffrent de la disparition de ces films d'action pantouflards tout juste destinés à vous faire arriver plus vite au lundi ? The Bourne Identity est pour vous. On se demande bien pourquoi les jeunes réalisateurs mettent leur point d'honneur à faire la même chose que leurs prédécesseurs, mais c'est ainsi : Doug Liman doit être né 20 ans trop tard, et son cinéma était déjà usé à la fin des années 80. Dès les 2 premières minutes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2008

Planète terreur - un film Grindhouse (Planet terror) (2007) de Robert Rodriguez

Avant de regarder un film de Rodriguez, on sait parfaitement qu'on aura aucune révélation sur le sens de la vie, si on se demande une chose c'est à la limite de savoir si le livreur de pizza va arriver avant 9 heures. Bref, on s'attend à voir des gonzesses qui sortent de Playboy en 3d, 34267 échanges de coups de feu, et de l'hémoglobine à tous les étages. Alors oui on est servi : le "programme" s'ouvre sur la bande-annonce d'un héros mexicain "Machete" qui n'est pas le genre de moustachu à avoir un gros... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2008

Incident de Parcours (Monkey Shines) de George A. Romero - 1988

Un peu morne sur ce coup-là, le père Romero, qui livre un film flou, ni film d'horreur, ni réflexion sur la science, ni thriller, ni même suspense honnête. Pas désagréable pour autant, Monkey Shines manque vraiment d'imagination, et déroule un scénario très attendu. Le truc, c'est que Romero a une bonne idée au départ : un paraplégique se voit confier un adorable petit singe dressé pour prendre soin de lui. Il est la tête, et le singe les jambes. Mais petit à petit la relation entre les deux devient trouble, jusqu'à la télépathie,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2008

LIVRE : La belle Vie (The good Life) de Jay McInerney - 2006

Si les motifs signifiants de la modernité sont la ringardise et le recyclage (cf le piteux album de Julien Doré, par exemple), Jay McInerney est un auteur moderne. La belle Vie est un roman qui met son point d'honneur à remettre à jour un genre qu'on croyait éteint (l'eau-de-rose) en le transformant en l'objet contemporain le plus hype qui soit. Mais c'est bien entendu un bon gros piège : si on reste au niveau des mots, de la trame, ce livre est une infâme bouillie sentimentale que ne renieraient pas les éditions Harlequin. Des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 septembre 2008

Woman on the Beach (Haebyonui Yoin) de Hong Sang-Soo - 2006

Mon estime pour Hong Sang-Soo ne cesse de descendre depuis quelques temps, et ce Woman on the Beach ne va pas faire grand-chose pour rehausser la chose. A vrai dire, je n'ai pas compris grand-chose à ce film qui se veut pourtant simple dans sa mise en scène et ses situations. Hong semble réaliser un film pour se faire plaisir, à ce que j'ai compris une variation sur le thème de l'inspiration, mais il oublie en chemin d'être clair. C'est plein d'ellipses et de symboles confus, et malgré la chaleur certaine qui se dégage de certaines... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2008

Les Anges violés (Okasareta hakui) (1967) de Kôji Wakamatsu

Lorsqu'il est question de sexe et de sang, il faut reconnaître que nos amis nippons n'y vont pas avec le dos de la cuiller. Il serait cependant un peu mesquin de réduire ce film à une débauche d'érotisme ou de violence - le titre français est non seulement aguicheur mais en plus à côté de la plaque. Wakamatsu traite aussi bien du voyeurisme que de l'impuissance dans une société violente où il est dur de trouver son petit coin de bonheur - surtout quand on est complètement starbé, convenons-en. Au départ, on assiste à un montage... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2008

Pourquoi M. R. est-il atteint de Folie meurtrière? (Warum läuft Herr R. Amok?) (1970) de Rainer Werner Fassbinder

Bien que la construction du film paraisse moins élaborée que celle d'un Haneke (on pense au Septième Continent), le dénouement en est tout autant effroyable et glaçant. En une vingtaine de longs plans-séquences (si l'esthétisme a vieilli, la mise en scène n'est pas celle d'un manchot), Fassbinder nous narre la vie de cet homme tout à fait normal en apparence à défaut d'être particulièrement brillant et original. On a beau être prévenu par le titre, le final tombe comme un couperet, nous assomme comme un chandelier. Herr Raab,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2008

Le Diable probablement (1977) de Robert Bresson

Indéniablement austère et pas d'une gaieté follichonne, on peut se demander si Le Diable probablement n'est point le film le plus désespéré de son auteur. Curieusement encore et toujours en phase avec notre monde actuel - comment ça, on polluait déjà il y a trente ans et on a rien fait depuis, c'est franchement abusé... - ce discours de fond n'est peut-être finalement pas celui qui prévaut dans cette histoire. Ce pauvre Antoine Monnier -qu'on a jamais revu depuis, sans doute pas plus mal- erre dans Paris et souffre de sa lucidité.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2008

Carnet de notes pour une Orestie africaine (Appunti per un'Orestiade africana) de Pier Paolo Pasolini - 1970

Voilà ce que j'appelle un machin bizarre : PPP se met en tête de mettre en scène en Afrique Noire une adaptation de L'Orestie d'Eschyle, et Carnet de notes pour une Orestie africaine est en fait une sorte de film de repérage ; armé de sa caméra, le gars filme ce qu'il a sous les yeux (le peuple ougandais) en rêvant en voix off de ce que pourrait être ce film. Oscillant entre "prises sur le vif" documentaires, premières tentatives de mise en scène et essais improbables, il va jusqu'à confronter ses idées sur son projet à un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2008

Les Sept Samouraïs (Shichinin no Samourai) d'Akira Kurosawa - 1953

Les Sept Samouraïs, c'est un Ran réussi. Si AK s'y occupe beaucoup de scènes d'action, si le film est d'un lyrisme puissant, si les séquences de bataille valent leur pesant de bravoure, jamais il ne se laisse aller à la simple contemplation de tactiques militaires énormes : il reste au plus près des hommes, atteignant même une surprenante intimité là où Ran restait assez froid. Du grand spectacle, il y en a pourtant là-dedans. Mais il est toujours compensé par de longs moments de calme qui laissent aux personnages tout loisir de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]