11 février 2021

Quai de la Chair (Nyotai sanbashi) (1958) de Teruo Ishii

On va prendre notre petit café cette fois-ci du côté du Japon et on peut remarquer qu'on a été par le passé plus inspiré. C'est pourtant l'inspecteur Ken Utsui qui mène le bal : notre bon Ken (under cover) tente de mettre au jour toutes les ramifications d'un réseau de call-girl ; il lui suffit pour cela de partir d'une boîte de nuit, d'envoyer des enquêteurs dans des défilés de mode ou des agences matrimoniales (ça sent la chair fraîche, ces deux boutiques), de pactiser avec la meneuse de revue (la pulpeuse Yôko Mihara as Rumi)... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2021

Blow-Up de Michelangelo Antonioni - 1966

Je n'ai jamais bien compris ce film, et même après cette quatrième ou cinquième vision, vous me trouvez toujours démuni face à cet objet bizarre et mystérieux comme un bon vieux Lynch. Ce qui n'empêche pas que j'ai pris comme à chaque fois un plaisir certain à suivre les méandres de ce labyrinthe. J'avais le souvenir d'un film à suspense, autour d'un photographe qui prend par erreur une scène de crime dans un parc. Eh bien, c'est ça, certes, mais cette histoire n'arrive qu'au bout d'une heure de métrage, et est finalement à peine... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2021

Babo 73 (1964) de Robert Downey Sr.

Ah, on a beau aimer la satire sous toutes ses formes, il faut bien reconnaître que cette première œuvre de Robert Downey Sr. (heureusement courte) nous a accablés... Un montage épileptique, des acteurs qui s'agitent dans tous les sens et lancent des dialogues sans queue ni tête, une absence totale de scénario : c'est le grand foutoir dans cette toute petite chose bâclée qui montre un président fraîchement élu (Taylor Mead, l'acteur fétiche d'Andy Warhol, tout mou et nasillard) conseillé par des bras cassés ; il est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2021

Les Tricheurs de Marcel Carné - 1958

On n'attendait vraiment plus grand-chose de Marcel Carné, ses films classiques nous tombant un peu des yeux, ses films modernes nous mettant au bord de la gerbe. Eh bien il va encore falloir revoir notre jugement, parce que ces Tricheurs m'ont tout simplement cueilli. J'étais peut-être bien luné, je ne dis pas, mais ce film m'a semblé bien plus intelligent et moderne que ses reconstitutions à gros frais. En insufflant de la jeunesse dans son cinéma, Carné retrouve une sorte de second soufflé, et sert un portrait aussi désabusé que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 février 2021

Out 1, noli me tangere (1971) de Jacques Rivette

Un vrai plaisir que de retrouver de façon "feuilletonnesque" les personnages de ce film de Rivette qui s'étale sur presque treize heures. Et ce d'autant qu'il y a moult acteurs de la Nouvelle Vague que l'on adore (de Jean-Pierre Léaud qui mérite à lui seul tout un paragraphe à Bernadette Lafont en passant par Françoise Fabian ou encore Eric Rohmer himself en caméo). De la trame, je ne lancerai que quelques mots au hasard : si l'on suit en toile de fond les (longues) répétitions du Prométhée enchaîné d'Eschyle au cours de ces huit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 février 2021

SERIE : Detectorists - saison 2 de Mackenzie Crook - 2015

Un vrai bonheur de se lover dans cette série qui vous éloigne sans ambage des fracas du monde. Ces 7 petits épisodes de 25 minutes vous transportent une nouvelle fois loin de tout, sur les pas de cette bande de losers magnifiques que sont les "detectorists", ces gusses qui cherchent toujours le Graal dans les champs armés de leur détecteurs à métaux hyper sophistiqués. Après être passés à deux doigts de la fortune dans la première saison, Andy et Lance partent cette fois-ci en quête d'un avion qui s'est crashé pendant la deuxième... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 février 2021

J'étais un Prisonnier (The Captive Heart) (1946) de Basil Dearden

Dearden, décidément à l'aise dans tous les genres, s'attaque dans l'après-guerre... au film de guerre : la vie, dans les camps, de prisonniers anglais entre 1940 et 1945. L'accent n'est pas franchement mis sur la dureté de survivre de ces camps en tant que telle : nos hommes sont certes étroitement surveillés, n'ont pas franchement d'opportunité pour creuser des tunnels, mais la vie est loin d'être totalement insoutenable "matériellement" - lettres des proches, colis de la Croix Rouge, capacité à s'occuper de leur propre petit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2021

LIVRE : Noeuds de Vie de Julien Gracq - 2021

"La littérature commence à se porter un peu mieux quand la critique commence à s’y reconnaître un peu moins." Entre une merdouille psy et un navet polardeux, une virée chez Gracq : ce qu'on appelle un bol d'air. Lire Noeuds de vie, c'est plonger tout à coup dans un mode enfui, où le moindre mot avait sa signification, son poids, où l'écriture suivait une nécessité propre, musicale, rythmique en même temps que sémantique, où, putain, on savait ce que c'était qu'écrire, on savait que c'était un labeur. Bon, vous aurez deviné que j'en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2021

Rifkin's Festival (2021) de Woody Allen

Woody Allen nous revient avec son douzième dernier dernier film - et si cette fois, c'était vraiment... Ne tuons pas la. Disons-le de suite, au niveau du scénario, on sent que le maître est a minima, sans euphorie au niveau de l'imaginaire, jugeons du peu : un cinéaste (le bavard Wallace Shawn) se rend dans un festival de cinéma (celui de San Sebastien) avec sa compagne (Gina Gershon, ex fantasme, qui se porte encore très bien à presque soixante piges) ; forcément, elle va tomber amoureuse d'un cinéaste suffisant (Louis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 février 2021

Bubu (Bubù) (1971) de Mauro Bolognini

Mauro Bolognini adapte Bubu de Montparnasse dans les rues de... Turin et livre un nouveau portrait de femme qui oscille dangereusement entre pugnacité et dépendance. C'est en effet à Berta (Ottavia Piccolo, et son regard d'effrontée comme tout juste sortie de l'adolescence) que revient le rôle principal : elle s'échappe de cette famille de 28 enfants pour suivre son amoureux Bubu ; ce dernier a tôt fait d'organiser les choses ; il quitte son taff de boulanger et décide de mettre la donzelle sur le trottoir - sa sœur avait donné... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]