19 février 2019

La Ville des Pirates (1983) de Raúl Ruiz

Après L'Ile au Trésor qui ne m'avait pas totalement convaincu, je me disais que cette Ville deS Pirates avait peut-être un peu plus de chance de me plaire. Autant le dire tout de suite, avec le rouge qui me monte un peu aux joues, et tout le respect que je dois au sieur Ruiz : je suis complétement mais alors complétement passé au travers... A tel point que les dernières minutes (après toute la seconde partie sur l'île qui me trouva hagard) se transformèrent en véritable calvaire. Une oeure surréaliste, j'ai a priori rien... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2019

Racket (The Long Good Friday) (1980) de John Mackenzie

Voilà une production anglaise (notre bête noire, on le sait) plutôt nerveuse et qui en ce début des eighties n'a pas à rougir par rapport aux autres productions internationales mêlant mafia, espionnage et règlements de compte explosifs. Celui qui porte sur les épaules le bazar n'est autre que Bob Hoskins en bon héritier, ici, d'une James Cagney ou d’un Edward G. Robinson (on a décidé d’être bon aujourd’hui) : petite brute nerveuse avec une ambition qui dépasse de loin sa taille, le Bob n'imagine, ne peut concevoir l'échec ; voilà... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2019

Y a-t-il une Vierge encore vivante (2015) de Bertrand Mandico

A brûle-pourpoint j'ai envie de dire non même si ce n'est pas le sujet. Soit donc ici cette salope de Jeanne d'Arc en quête de chair fraîche (féminine) depuis qu'elle a perdu sa virginité ; les jeunes femmes, entre ses mains, ne font pas long feu et la Jeanne un rien cruelle finira transpercée par un traître ennemi. Une histoire, on le voit, historiquement discutable, mais visuellement toujours aussi travaillée. Une Elina Löwensohn en cuirasse d'amazone on ne peut plus inquiétante (pas le genre à faire le défilé du 1er mai, cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2019

Manhunt de John Woo - 2017

Il y a comme ça des cinéastes qui eûrent leur heure de gloire pendant quelques années, et qui sont maintenant devenues des raves, et il est temps de prononcer ici les noms de Spike Lee, Wim Wenders ou Hal Hartley. Ou de John Woo, donc, puisque voici notre sujet d'étude d'aujourd'hui. John Woo, rappelons-le, est l'auteur d'un chef-d'oeuvre (Face off), d'un excellent fim de série (Mission impossible 2) et d'une poignée de polars stylisés qui ont révolutionné le genre... mais qui étaient toujours au bord du ridicule, aussi. Le style... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2019

Free Solo (2018) de Jimmy Chin & Elizabeth Chai Vasarhelyi

Il y a des sports un peu plus extrêmes que d'autres : quelle drôle d'idée que celle de vouloir monter à mains nues, sans cordée, une montagne grande comme une tombe de géant... C'est le pari fou du gars Alex Honnold : voilà une dizaine d'années qu'il rêve de grimper cette montagne brute de décoffrage (El Capitan Wall pour les intimes, un truc dans les Yosemites de 1000 m de haut) et rien (si ce n'est une bonne chute) ne pourra l'arrêter. Le premier paradoxe de la chose c'est que cette aventure en "free solo" ne pourra pas se faire... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2019

LIVRE : Le Rabaissement (The Humbling) de Philip Roth - 2009

Il faudra se décider à donner le Nobel assez rapidement à Roth, parce que depuis pas mal de romans le bougre file un mauvais coton, et ça m’étonnerait pas qu'on le retrouve un jour sans vie reposant au milieu de ses livres de Kundera et des photos de ses ex-femmes. En tout cas, si on en croit Le Rabaissement, Roth traverse une sorte de découragement inquiétant ; mais comme c'est souvent le cas chez lui, il fait à partir de la dépression un texte sensible et juste, transformant le sujet même de la panne d'inspiration en base pour une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2019

Maniac (1980) de William Lustig

Pour fermer le clapet à certains commentateurs mal avisés ("je peux pas, j'ai cabaret") et pour faire plaisir à d'autres (on est toujours sur le qui-vive quant à vos suggestions souvent d’ailleurs, dit-il démagogiquement, très pertinentes (le film était d'ailleurs dans notre cycle horreur qui (oui, je sais Gols) nécessiterait d'être entièrement repeint), nous voici donc face à ce Maniac datant des eighties. Je comprends, on ne peut plus, que le von Trier ait pu faire penser à cette oeuvre de Lustig tant l'on fait face dans les deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 février 2019

Une Affaire de Famille (Manbiki kazoku) de Hirokazu Kore-eda - 2018

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille, n'empêche que Kore-eda prouve que le contraire peut être possible, et même réconfortant. Fidèle à son style tchekhovien, fait de scènes hyper douces et délicates, il dresse le portrait d'une "famille" bigarrée, qui se bâtit vaille que vaille à force de petites entourloupes et d'agissements douteux. Mamie récupère du fric dans une famille qui semble avoir des choses à se reprocher ; papa éduque fiston à chouraver de la bouffe chez les commerçants du coin ; la grande bosse sans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 février 2019

Un Été capricieux (1968) de Jirí Menzel

Une petite escapade à l'est, c'est toujours bon à prendre. Menzel nous emmène sur des couleurs pastel à la campagne en compagnie de trois boute-en-train : un bon gros toujours prêt pour la poilade, un maire à la retraite et le religieux du coin... Trois hommes qui picolent et font l'effort de faire un petit plongeon de temps en temps dans le lac du bourg. Ça fuse au niveau des discussions, on parle mal le tchèque mais on comprend que certaines saillies doivent être particulièrement drôles si on avait toutes les subtilités... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2019

L'Empire de la Perfection (2018) de Julien Faraut

Dans les années 80, une seule question se posait vraiment : êtes-vous plutôt Connors ou McEnroe ? Moi, j'étais McEnroe, sans aucun doute, prenant un certain plaisir vicieux à voir cette grosse tête de poupon ricain gueuler à tout va dès qu'il n'était pas d'accord avec l'arbitre. Ça tuait un peu l'ambiance, je ne dis pas, mais on sentait chez le gars une telle dose de mauvaise foi inépuisable qu'on ne pouvait que le soutenir. Fauraut filme notre homme sous tous les angles, ou plutôt pille le taff et les bobines de Gil de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]