11 octobre 2017

LIVRE : Mon Autopsie de Jean-Louis Fournier - 2017

"Je préférais les chats aux jeunes, parce que les chats n’ont pas de scooters." Après un livre sur la cryogénisation, avant un film sur le don d'organe (à suivre), un ptit livre sur une autopsie... Je vous promets de ne pas enchaîner sur un bouquin sur l'euthanasie ou le cancer du sein (moral d'acier, putain). Jean-Louis Fournier (créateur de La Noiraude et ami de Pierre Desproges, respect forcé) livre son corps par petits bouts à une certaine Egoïne (si) ainsi que des bribes de mémoires. Touche-à-tout, bon vivant, l'ami Jean-Louis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2017

Rentrée des Classes (1956) de Jacques Rozier

Premier court-métrage du gars Rozier pour le moins bucolique et champêtre. Le jour de la rentrée des classes, on y suit un petit garçon buissonnier qui, à la suite d'un pari stupide avec le gros de la troupe, a balancé son cartable dans la rivière. Beau geste de défi, mais finie la déconnade, il serait bon d'aller le récupérer. On suit donc notre enfant, René Boglio as René Boglio, suivre le cours de la rivière à la recherche du rectangle en cuir... Mais cette quête ne semble vite point essentielle, notre René s'enfonçant peu à peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2017

Haines (The Lawless) (1950) de Joseph Losey

Aucun doute sur le fait que l'ami Joseph Losey aime à se faire le pourfendeur de "ces foules en colère", ces bandes moutonnières qui se prennent soudainement pour des loups (parce qu'armées, parce qu'avec deux neurones). Le sujet ici n'est autre que l'ostracisme envers les "Cholos", ces Mexicains qui vivent en cueillant des fruits contre une poignée de dollars et qui sont cantonnés en bordure de la ville américaine de Santa Marta ("The friendly City" - la bien nommée...) dans le quartier de Sleepy Hollow (eh oui, rien ne se crée,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2017

La dixième Victime (La decima Vittima) (1965) d'Elio Petri

Ah les sixties, quand on osait tenter des prod futuro-kitsch et teindre Marcello Mastroianni en blond (un véritable choc esthétique à lui seul). Sur un scénar qui n'est pas sans faire penser de façon anachronique au Prix du Danger (pour amener la paix dans le monde, un sympathique jeu a vu le jour à l'international : des personnes s'inscrivent pour être soit tueur soit personne pourchassée (à tour de rôle) ; si vous parvenez à survivre à 10 chasses (comme traqueur (qui connait le nom et l'adresse de la victime) ou comme traqué (qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Paparazzi (1963) de Jacques Rozier

Penchons-nous sur cette œuvre sans prétention de Rozier qui suivit en son temps le tournage du Mépris avec la bombe BB (qui deviendra plus tard, ne serait-ce qu'alphabétiquement, la vieillotte FF). Il s'agit donc de "la femme la plus photographiée du monde" qui, à Capri, se trouve sous l'objectif de Jean-Luc Godard... et de celui, télé celui-là (tout ce qui touche la télé c’est de la merde) de deux paparazzi italiens qui prennent "tous les risques" (ils montent sur un rocher, trop dur et dangereux ; ils se feront aussi un peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2017

L'Homme de San Carlos (Walk the proud Land) (1956) de Jesse Hibbs

Part pas d'un mauvais principe ce petit western un peu maladroit : le gars Audie Murphy (on n'arrête les vannes sur notre ado pré pubère qui incarne ici un homme de religion à l'esprit ouvert) débarque à Tucson en 1874 avec une mission ; notre homme est en charge de la réserve apache "occupée" par une troupe de soldats ricains (qui les enchaînent, par principe). Non, non, non, Audie est mandaté pour que l'on traite ces Indiens comme des individus donc 1) il faut enlever les chaînes, 2) on va créer une police interne (il est bon de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2017

LIVRE : Zero K de Don DeLillo - 2016

Je vais finir par me demander si j'aime vraiment DeLillo... A l'exception du magnifique Americana, ses oeuvres pseudo scientifico-spirituelles me laissent un peu froid. J'ai eu le plus grand mal du monde à rentrer dans cette histoire de père milliardaire qui souhaite se faire cryogéniser avant l'heure avec sa compagne (quand tu vois l'état de ton poulet au bout d'une semaine dans un congélateur, tu vois pas trop l'intérêt, mais passons). Emoi du fils... On suit donc les tribulations de ce fiston un peu décontenancé qui aime à errer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2017

The Fighting Generation d'Alfred Hitchcock - 1944

Mais oui, les amis, il en reste. Voilà que débarque devant nos yeux qui n'en croient pas leurs oreilles ce film inconnu et non-crédité du gars Hitch. 1 minute et 52 secondes montre en main pour un court-métrage sans identité censé nous donner envie d'acheter des bons de guerre pour nos braves ch'tis gars tombés au combat ou encore sur les traces des Japonais. C'est la charmante Jennifer Jones qui s'y colle, cadrée pour une fois au dessus du soutien-gorge, et son texte y va fort en patriotisme larmoyant cher à l'époque. Déguisée en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2017

LIVRE : Trois Jours chez ma tante d'Yves Ravey - 2017

Le Ravey nouveau est arrivé, une bien agréable façon de retrouver ses chaussons encore tièdes et de s'y glisser sans façon d'une année sur l'autre. Avec Ravey, rien n'est tout à fait pareil et rien n'est tout à fait différent au fur et à mesure des bouquins. C'est le cas encore une fois. On est bien content de retrouver une nouvelle intrigue, bien retorse comme toujours ; et on est bien content aussi de se retrouver dans les marques habituelles, le polar provincial à écriture blanche pour aller vite. Plaisir intact, donc, même si on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2017

L'Amant double (2017) de François Ozon

Terrible impression de déjà vu que cette histoire de double (Jérémie Rénier les yeux pétillants et l'air serein ou les yeux pétillant et l'air bourrin) et de schizophrénie (Marina Vacth pas toute seule dans sa tête...). On peut reconnaître à Ozon une certaine capacité à rentrer dans le sillon de la bonne vieille qualité française (une image propre, une mise en scène millimétrée... et figée), à jouer avec le reflet des miroirs ou à laisser traîner tout au long du film quelques indices permettant de déchiffrer, avant la chute, les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]