21 mai 2019

Cash on Demand (1961) de Quentin Lawrence

La Hammer trousse ici un bien joli petit braquage avec un twist final des plus amusants ; même si l'on sent dès le départ qu'il s'agit de l'adaptation d'une pièce, la chose est plutôt vivante : les deux acteurs principaux en sont les grands responsables ; dans le rôle du braqueur filou André Morell est nickel : de bien jolies moustaches et un costard qui lui permet d'attirer un certain capital confiance ; le type est suave, presque gentleman - sauf quand il se met à hausser la voie et à proférer quelques sales menaces (tu fais un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2019

Basic Training de Frederick Wiseman - 1971

"The U.S. Army is undefeatable." Avec sa soit-disant objectivité, il se pourrait bien que Wiseman arrive à faire passer pas mal de messages. En tout cas, avec ce film, Basic Training, qui donne à voir l'entraînement physique et moral subi par les jeunes gens de la promo 71 à Fort Knox, Kentucky, pour les faire devenir de vrais petits soldats aptes à aller se faire étriper dans la jungle du Vietnam. A priori, rien que du reconnaissable dans le cinéma déjà très en place de Wiseman : on s'installe durablement dans un lieu, on filme,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2019

Game of Thrones - saison 8 - 2019

Voilà, c'est terminé, n'en parlons plus, ou juste une dernière fois pour la forme. Certains voudraient réécrire cette dernière saison qu'ils trouvent décevante (pas plus que les autres) ou pas crédible (je tenais juste à leur rappeler au passage, notamment, que les dragons n'existaient pas) : soyons beau joueur et acceptons ce final doux amer... Certes, d'aucuns s'attendaient à ce que les femmes prennent le pouvoir, qu'une nouvelle ère féminine s'ouvre... On est quand même plutôt allé loin en terme d'ouverture puisque désormais... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mai 2019

L'Épée vivante (Ikite iru Magoroku) (1943) de Keisuke Kinoshita

Pas facile de commencer sa carrière en pleine guerre... Kinoshita semble vouloir ici profiter de l'occasion pour dépoussiérer le côté sacré d'une légende, d'une tradition ancestrale - en temps de guerre, quand la nation est au-dessus de tout, les petits intérêts personnels perdent de leur poids tout comme les habitudes à la con qui datent de Mathusalem. Toute l'histoire, qui donne au départ l'impression de s'éparpiller un peu dans tous les sens, se rattache plus ou moins au clan Onagi – une famille de propriétaires terriens assez... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2019

Les Pépites (2016) de Xavier de Lauzanne

Il y a des docs capables de vous arracher le cœur avec une petite cuillère en plastique. C'est le cas de cette œuvre de De Lauzanne qui, toute en sobriété au niveau du montage et sans coup d'éclat au niveau de la construction narrative, nous présente ce à quoi Christian et Marie-France Des Pallières ont consacré les vingt-cinq dernières années de leur vie. Après avoir passé une petite partie de leur temps à sillonner le monde en camping-car et en famille, nos deux retraités décident de s'installer au Cambodge. Découvrant la misère,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2019

Rebecca d'Alfred Hitchcock - 1940

Encore un immense chef-d'oeuvre à mettre sur l'ardoise de Bouddha. Rebecca est une perfection de bout en bout, autant réussi du point de vue esthétique (un noir et blanc à se damner, des jeux d'ombres et de lumière incroyables, une musique de Waxman qui épouse chaque geste des personnages, un montage d'une élégance sublime) qu'au niveau du scénario, bien retors et ménageant son lot de romance, d'épouvante et d'intrigue policière. Le film est une sorte de juste milieu entre Vertigo (c'est le même thème de la femme qui doit prendre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2019

LIVRE : White de Bret Easton Ellis - 2019

Un nouveau livre de Ellis est toujours un événement, même s'il faut avouer qu'il ne nous a pas emballé depuis Lunar Park en 2005. Quand on nous a annoncé donc la sortie de White (titre éminemment ellisien), ce ne fut que liesse et félicité. Même si, à la lecture de la chose, il faut déchanter un peu, on apprécie cette lecture parfois passionnante. On déchante, parce que ce n'est pas un roman, mais une sorte d'essai très foutraque, sans plan, qui part dans tous les sens, et qui traite en grande partie du statut de Blanc cultivé, riche... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2019

Corridor (Koridorius) de Sharunas Bartas - 1994

Encore une fois un grand moment de fun, avec explosions d'hélicoptères et musique techno, avec ce film du désopilant Sharunas Bartas. Trouvant sans doute que Trois Jours, son premier film, était trop commercial, il nous revient ici par une porte légèrement plus radicale : noir et blanc, sans dialogues, sans trame, difficile de trouver encore quelque chose à enlever tout en continuant à mériter l'appelation de film. C'est que Sharunas, voyez-vous, est un contemplatif, et un contemplatif dépressif qui plus est. Il regarde la vie, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2019

The Dead don't die de Jim Jarmusch - 2019

A force de flirter avec le cool neurasthénique, Jarmusch finit par tomber dans le neurasthénique tout court, et c'est bien dommage, après avoir vu des bombes comme Ghost Dog, Dead Man ou The Limits of Control, de se trouver face à un film aussi mineur et oubliable que The Dead don't die. Pourtant, sur le papier, on se réjouit : Jim convoque toute sa famille, de Iggy Pop à Bill Murray, de Adam Driver à Tom Waits, de Tilda Swinton à RZA, pour s'éclater dans la re-vision d'un genre, le film de zombies. Après le film de samouraïs, celui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 mai 2019

The Inland Sea (1991) de Lucille Carra

"You can change your mood as you change your mind." Les (futures) parutions de la collection Criterion nous amènent sur des chemins de traverse inattendus. Cette jolie chose possède la tranquillité sereine d'un temple taoïste tout en clignant de l’oeil à toute personne à l'âme voyageuse. Carra, vingt ans après la parution du récit de voyage de Donald Richie (un classique - comme Bouvier chez nous ??? Hum), retourne sur les lieux de la balade de Donald. Elle donne à voir des temples, des îles rocheuses, des personnes, des chats,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]