12 août 2007

LIVRE : La Cloche de Détresse de Sylvia Plath - 1963

La Cloche de Détresse vous arrive comme un uppercut au foie, et ce avec d'autant de force que cet uppercut est adressé par une jeune fille fragile à laquelle on aurait donné le Bon Dieu sans confession. Plath écrit cette autobiographie déguisée à 30 ans, un mois avant son suicide. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que la mort plâne sur l'intégralité de ces lignes. Mais l'auteur a la politesse de nous en parler dans la légèreté des frous-frous des jeunes filles de bonne famille, dans une langue subtilement gaie et décalée. La... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2007

Le Caporal Epinglé de Jean Renoir - 1962

Curieux la mauvaise réputation que ce film peut avoir. J'avais lu un peu partout que Renoir, pour cette avant-dernière oeuvre, avait perdu sa verve et son talent. S'il est vrai que Le Caporal Epinglé manque de fond, il n'a absolument pas à rougir face au reste de la filmographie du maître. On sent là-dedans, surtout, un amour de l'humanité qui rappelle les grands moments de La grande Illusion, auquel le film fait immédiatement songer. Mais autant, dans ce dernier, les rapports entre prisonniers de guerre et gardiens se teintaient d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 août 2007

Un Merveilleux Dimanche (Subarashiki nichiyobi) (1947) d'Akira Kurosawa

Deux amants ont l'habitude de se retrouver tous les dimanches dans ce Japon d'après-guerre. Avec 35 yen en poche à eux deux, ils ne risquent pas d'aller loin, si ce n'est à vivre d'eau fraîche et de rêves.On se ballade, on fait des projets pour l'avenir en visitant des maisons de papier dont le budget à l'achat paraît immense, on visite même des bouges qui pourraient au moins donner l'occasion à nos deux coeurs en peine de vivre ensemble. L'espoir fait vivre et cette petite rondouillarde de femme regarde son compagnon avec une telle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2007

Rainy Dog (Gokudô kuroshakai) de Takashi Miike - 1997

Un tueur japonais qui exécute froidement ses contrats. Une jeune prostituée qui voudrait se barrer au soleil. Un gamin muet, fruit d’une ancienne liaison, que balance sa mère dans les pattes du tueur. Une musique à la Ry Cooder. Et une putain de pluie qui ne cesse de tomber sur Taiwan. Malgré un rythme relativement lent (ou grâce à ?), sûrement l’un des films les plus achevés de Miike, qui n’est pas sans rappeler (le temps de quelques scènes) les œuvres du maître Kitano.  Yuji refuse de mettre le nez dehors quand il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2007

Salò ou les 120 journées de Sodome (Salò o le 120 giornate di Sodoma) de Pier Paolo Pasolini - 1976

Entre deux bouquins, il faut bien rigoler un peu. J'ai toujours adoré Salò o le 120 giornate di Sodoma, et en même temps c'est un film que je trouve effectivement révoltant et quasi-inregardable. L'effet Pasolini, quoi. En tout cas, inutile de rajouter une couche d'analyse sur ce film mythique : tout et n'importe quoi a été dit, et il va sans aucun doute encore une fois déclencher des foudres sur ce blog, comme si la censure de l'époque, qui a plus ou moins coûté la vie au brave PPP, était encore de mise. Il faut dire que ce film... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 août 2007

Ciel Rouge (Blood on the Moon) (1948) de Robert Wise

Robert Mitchum a beau être un desperado qui se rend compte en route qu'il se bat pour le méchant et décide alors de rallier l'autre camp (une histoire de pâturage... moi, les buffles...), ce retournement de situation ne rend guère le personnage plus sombre ou plus profond, il est simplement lucide et tant mieux pour lui. Il tombe dans les bras d'une Barbara Bel Geddes au berceau - et cela pète un mythe, elle fut donc bien jeune un jour - qui après l'avoir pris pour un bon à rien tombe sous son charme... (c'était téléphoné alors qu'on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 août 2007

L'Hirondelle d'Or (Da zui xia) (1966) de King Hu

Film de la Shaw Brother relativement soigné esthétiquement, mais qui rase un peu le sol: c'est donc  l'histoire de cette hirondelle que tout le monde appelle étrangement "monsieur" (bien mimi pourtant avec ses boucles d'oreille et ses cheveux longs d'un mètre... Ils ont de la pelure de mandarine dans les yeux ou quoi?), envoyée par son père, le gouverneur, pour sortir son frère des griffes de l'infâme "Tigre au visage de Jade" (genre d'Amanda Lear poudrée à la coke). Elle est aidée pour se faire d'un mendiant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 août 2007

The Go master (Wu Qingyuan) (2006) de Tian Zhuangzhuang

Grosse déception que ce film minimaliste alors que les précédentes oeuvres de Zhuangzhuang Tian possédaient  un réel charme. Cette histoire d'un joueur de Go chinois exilé au Japon (et pendant les années 30 et 40 c'est po évident) est d'un ennui assez consternant d'autant que certaines ellipses rendent parfois le film difficile à suivre. Les parties de Go sont aussi passionnantes qu'une partie de Curling jouée sur de la terre battue, les problèmes de conscience et de foi du héros envers cette secte qu'il suit vaille que vaille... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 août 2007

Le Prestige (The Prestige) (2006) de Christopher Nolan

Il y a le premier effet kiss-cool: le type qui est mort au début n'est jamais vraiment mort en fait à la fin; il y a le deuxième effet kiss-cool: avoir un double ou un jumeau c'est toujours super troublant, encore plus dans une histoire de magiciens; et il y a le troisième effet kiss-cool: après avoir basé tout le film sur la logique et l'absence d'existence d'une réelle magie dans n'importe quel tour (que des trucs plus ou moins malins), inventer une machine à dupliquer les êtres humains, un bazar sorti tout droit de Star Trek, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2007

LIVRE : La Faille de Jørn Riel - 1992

Habitué aux récits qui se situent au Groenland, on découvre avec plaisir cette translation de lieu dans le monde papou d'Irian Jaya. Riel garde son oeil d'anthropologue aux aguets et nous donne à suivre une aventure définitivement hors des sentiers battus. Si La Faille commence un peu sur un air d'Heart of Darkness avec ce curieux personnage de Schultz qui décide de disparaître dans la jungle et qui réapparaît quelques dizaines d'années plus tard en grand chef de tribus au seuil de la mort, on s'oriente par la suite dans un portrait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :