01 mars 2008

Gosses de Tokyo (Umarete we mita keredo) de Yasujiro Ozu - 1932

Merveille intersidérale que ce petit film muet, sorte de premier jet du sublime Bonjour que Ozu réalisera plus tard. Il y est question d'enfance, thème de prédilection du gars, mais aussi de choses beaucoup plus grandes que l'enfance : la vie, tout simplement, avec sa somme de renoncements, de petitesses et de grandeurs. La première heure est un pur enchantement : on y assiste aux mini-aventures d'un duo de gosses irrésistibles, fraîchement débarqués en province, et qui doivent s'adapter à ce nouveau milieu. S'imposer face aux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2008

L'Amour à Mort d'Alain Resnais - 1984

Voilà assurément un des films les plus sombres de Resnais, qui le voit revenir à ses inspirations austères passées (Marienbad ou Hiroshima). Aucune trace ici de la légèreté qu'il sait aussi exprimer : on est dans un romantisme glacial, dans un essai métaphysique étrange, à la bordure du fantastique, à l'orée de la pure théorie. Et c'est un peu la limite de ce film, qui n'arrive pas toujours à sortir du dialogue mystique un peu trop écrit, qui fait jouer les acteurs d'une façon trop marquée. Peut-être que, pour une fois, le choix de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 février 2008

La véritable Histoire d'Abe Sada (Jitsuroku Abe Sada (1975) de Noboru Tanaka

L'histoire donc d'Abe Sada qui inspira également Nagisa Oshima pour l'Empire des Sens... Au delà de l'anecdote, pas grand chose à se mettre sous la dent dans cette histoire d'amour à mort qui n'a définitivement rien à voir avec La Femme d'à côté. Abe et son ancien patron restent donc enfermés dans une chambre, copulent jour et nuit, soit 372 fois, et alignent les bouteilles de sake. On a droit à une séquence de "foot fucking" (que je n'ose voir apparaître un jour dans les mots clés) pendant qu'elle lui mord le kiki jusqu'au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2008

La Nuit nous appartient (We own the Night) (2007) de James Gray

On est tellement saturés de polars qui s'inspirent du cinéma asiatique et qui font dans la surenchère d'action, que quand un truc comme We own the Night nous arrive dessus, on est tout étonné de découvrir que le classicisme peut encore fonctionner. Gray se la joue à l'ancienne, dans un filmage sobre, un scénario calibré, des acteurs au taquet. ll y a tellement eu déjà de couches et de surcouches sur le genre policier au ciné que son style dépouillé, à la papa, apparaît comme très moderne. En tout cas, le film est très class, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2008

Le Clochard (Der Stadtstreicher) et Le petit Chaos (Das Kleine Chaos) (1966) de Rainer Werner Fassbinder

Le Clochard Réalisé apparemment en hommage au Signe du Lion de Rohmer, qui mettait en scène un clochard qui se retrouvait soudainement millionnaire, ce clochard-là errant ferait presque plus penser à un héros beckettien : il tombe par hasard sur un pistolet, tente de s'en débarrasser dans une benne avant qu'une soubrette le rattrape et lui rende, puis alors que l'envie le prend de se suicider après avoir pris une douche (!), on lui pique son flingue. Il rêve de Japon comme le héros du Soldat américain, croise Fassbinder dans une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2008

Le Soldat américain (Der Amerikanische Soldat) (1970) de Rainer Werner Fassbinder

Hommage au polar en noir et blanc (certains personnages s'appellent Fueller, Walsh, Lang ou encore Murnau), cet opus de Fassbinder est à ce point déshumanisé, désincarné qu'on se croirait presque parfois dans Alphaville. Ricky tombe les petites serveuses en un clin d'œil, fait même craquer lors d'une simple petite coucherie Rosa, une femme envoyée par l'inspecteur et qui se trouve être la petite amie de celui-ci, et abat ses victimes d'une ou deux balles, aussi froidement qu'une nuit munichoise. Malgré son air distant, il semblerait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2008

Tabataba (1988) de Raymond Rajaonarivelo

Un film malgache - de Raymond Rajaonarivelo - cela manquait dans les colonnes de Shangols. Pour la petite histoire, j'avais rencontré l'équipe de tournage à Morondava lors du film suivant de ce réalisateur, Quand la mer rencontre les étoiles, avec la présence entre autre de Suzanne Schiffman, collector, définitivement. Le film en lui-même était loin d'être une grande réussite, et ce Tabataba pêche également, aussi bien par le manque de moyens évident que par le rythme un poil roploplo. Mais bon cette histoire de résistance des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

Redacted de Brian de Palma - 2008

L'inconvénient quand on s'attaque à un de ces grands films théoriques dont De Palma a le secret, c'est qu'on sent bien que tout ce qu'on pourra en dire ne rendra compte que d'une petite partie de ce qui est développé à l'écran. Redacted est un film d'une belle profondeur formelle, faisant le lien entre la trame nihiliste de Casualties of war (même scénario ou presque) et la puissance visuelle de Snake Eyes. C'est plus que réconfortant de voir le Brian revenir à son thème fétiche : le regard, ses leurres, sa vérité, sa subjectivité.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 février 2008

Le Cahier (Buda as sharm foru rikht) de Hana Makhmalbaf - 2008

Après Où est la Maison de mon ami, le cinéma iranien n'a pas épuisé le filon de la fourniture scolaire, et il est à nouveau question ici d'un petit cahier qui va silloner les routes de campagne afghanes, en symbolisant tranquillement le désir d'émancipation des femmes, la révolte des Modernes contre les Anciens, l'enfance brisée et la beauté de l'éducation. Le nouveau film du clan Makhmalbaf (dans la famille, je demande la fille cadette) est un fort beau moment, poignant et simplissime, qui tord souvent les tripes. Un peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

La Proie nue (The naked Prey) (1966) de Cornel Wilde

Ah ces bons vieux films films d'aventures des Années 60 ! Cornel Wilde réalise un film culte dans son genre avec cette chasse à l'homme blanc en terre africaine, digne des Chasses du Comte Zaroff. Wilde joue lui-même le héros de son propre film, un blanc qui organise des safaris. Un des participants du safari refuse de payer un tribut à une tribu, et s'il fait le mariole pendant cinq minutes pour avoir tué 14 éléphants, il fera moins le malin 2 minutes plus tard lorsque, capturé, il va se retrouver attaché face à un cobra. (Son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]