20 juin 2007

Six days (2002) - clip vidéo de Wong Kar Wai

On est compulsif ou on ne l'est pas. Voici donc un troublant objet video filmé par Christopher Doyle himself avec des paroles (signées DJ Shadow...) aussi pêchues que "Tomorrow never comes until it's too late" et une citation finale du grand écrivain Bruce Lee (quoi?) "The possession of anything begins in the mind". On croit assister à une rupture, au souvenir d'un amour perdu, avec quelques séquences subliminales qui tentent de présenter encore et toujours l'amour comme un immortel combat: outre une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2007

wkw/tk/1996@7'55''hk.net (1996) de Wong Kar Wai

Réalisée dans la foulée des Anges Déchus, cette pub (quoique cela n'y ressemble pas vraiment...) pour le créateur de mode japonais Takeo Kikuchi met en scène Karen Mok et le Japonais Tadanobu Asano dans des rôles et une mise en scène complètement starbés. Ca n'arrête pas de se flinguer -à blanc-, ça mange de la pastèque à pleines dents ou du riz avec les doigts à grande gueulée, quand elle met le feu, il asperge l'appartement à grands coups d'extincteur, sans parler des pétards qui enfument ce réduit comme une souricière. Le Jap finit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2007

The Hire: The Follow (2001) de Wong Kar Wai

Réalisé dans le cadre des pubs pour BMW, ce 10 minutes de WKW raconte l'histoire d'un type, Clive Owen -personnage récurrent de la série- qui prend en filature la femme d'une movie-star au rencard (Mr Mickey Rourke himself). Il l'abandonne à l'aéroport alors que celle-ci projette de partir au Brésil, rendant grâcieusement l'argent à son commanditaire (Forest Whitaker). S'il y a un pur moment de grâce lorsque Owen couve du regard la femme endormie à l'aéroport -sur le sublime "mi unicornio azul" susurré par Cecilia... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2007

LIVRE : Frog (Paradise Man) de Jérôme Charyn -1987

Un merveilleux polar de Charyn qui fait preuve de la même inventivité et de la même écriture nerveuse que dans la série du Commissaire Sidel. Le héros ici s'appelle Holden - en référence à un livre jamais cité, roh oui ça va, moi aussi je connais!... -, un tueur froid comme les flingues avec lesquels il jongle ou comme le regard de ces immenses top-model dont il a la sale habitude de tomber amoureux. Il plonge  dans l'Enfer du Queens, non pas pour une simple histoire d'amour, mais pour s'être attendri sur une gamine qu'il a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2007

Le Père de la Mariée (Father of the Bride) (1950) de Vincente Minnelli

Les affres du mariage vus par les yeux d'un père dans une comédie très enlevée du début à la fin et filmée de façon très classieuse par un Vicente Minnelli jamais à cours de travellings ou de panoramiques.Si le regard innocemment effarouchée d'Elizabeth Taylor  fait toujours mouche, il faut bien avouer que Spencer Tracy mène la danse de bout en bout: en père protecteur qui découvre que sa petite fille vient juste de grandir, en père soupçonneux toujours prêt à imaginer le pire vis-à-vis du futur jeune mari, en père avare qui,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2007

Lost - saison 3 - 2007

Plus on avance dans Lost et plus on se rend compte qu'il y a autant de construction qu'à Hong-Kong. Mon pauvre Robinson Crusoë n'aurait pas tenu 24h devant une telle avancée de la civilisation.Bon, je suis pas là pour tout raconter par le menu - simplement pour dire 2-3 sottises qui me passent par la tête. Tout d'abord après un début très mou - c'est bien gentil d'enfermer les gens dans des cages, mais pour les films dans les zoos je préfère de loin ceux de Kusturica -, il faut avouer qu'après le mercato (il y a des transferts... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juin 2007

Tempête à Washington (Advise & Consent) (1962) d'Otto Preminger

Preminger nous fait entrer dans les coulisses de Washington par le biais de cette histoire (fictive) concernant la nomination d'un secrétaire d'Etat par le Président. Avant que le Sénat ne donne son accord, alors que la majorité est divisée, une commission d'enquête est nommée pour statuer sur la loyauté de cet homme, qui ne fait pas l'unanimité, au gouvernement des Etats-Unis . Au début du film, on a peur d'être un peu perdu tout comme cette Française, femme du nouvel Ambassadeur en poste qui visite le Sénat, les arcanes de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2007

La Nuit de l'Iguane (The Night of the Iguana) (1964) de John Huston

N'ayant pu trouver un Yves Boisset pour ce 1100ème article - ce qui aurait risqué de mettre aux abois mon co-blogueur -, je me suis rabattu sur cette Nuit de l'Iguane qui me faisait de l'oeil depuis quelques jours. Bien m'en a pris cette fois-ci car ce film est vraiment un petit miracle, un concentré de tout ce que l'on peut trouver de fabuleux dans un film: des acteurs en état de grâce, un réalisateur au sommet de son art, un scénario écrit de main de maître (pas un manchot le Tennesse Williams... Non on n'a malheureusement pas tous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 juin 2007

Kansas City de Robert Altman - 1995

Pour cette fois, le bon Robert a un peu de mal à passionner, tant ce Kansas City ennuie à tourner autour de multiples pots sans jamais en choisir un. Ni comédie (ce que semblerait indiquer le jeu de Jennifer Jason Leigh), ni satire politique (ce qu'induit le contexte du film, jour d'élections américaines), ni polar noir (on a pourtant droit à notre lot de chapeaux de feutre, de gangsters à guêtres et de pépées blondes), ni film de jazz (malgré les nombreux décrochages uniquement consacrés à la musique), ni critique sociale (bien que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2007

Du Soleil pour les Gueux d'Alain Guiraudie - 2001

Autant j'ai été moyennement convaincu par l'aspect foutraque de Pas de Repos pour les Braves du même Guiraudie, autant ce précédent moyen métrage est très réjouissant. Résolument en-dehors de tout carcan artistique, en marge de toute référence cinéphilique (allez, peut-être une admiration larvée pour John Ford, à cause des ciels et du goût évident du gars pour le western, mais c'est très discret), Du Soleil pour les Gueux brandit vaillament et humblement son originalité par des biais inattendus : un aspect littéraire hilarant dans les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]