13 avril 2008

Sur la Piste des Mohawks (Drums along the Mohawk) de John Ford - 1939

Il n'y a pas que du bon dans la filmographie fournie du gars John, et malheureusement Drums along the Mohawk est à piocher dans le fond du panier. Il fait partie de ses portraits de la naissance de l'Amérique, comme Grapes of Wrath, et c'est à peu près le seul intérêt de ce film à part ça sirupeux et fade comme c'est pas permis. On ne rentre jamais véritablement dans l'histoire. Ford ne prend pas le temps de nous présenter ses personnages avant de les entraîner dans le vaste destin de l'émancipation de la nation. Dès la première... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2008

30 Jours de Nuit (30 Days of Night) de David Slade - 2008

30 Days of Night a l'air d'un film écrit et réalisé par un gosse de 15 ans, mais qui aurait su s'entourer d'une solide équipe technique. Dans le genre, c'est du coup un film relativement agréable, qui a le mérite de savoir planter une ambiance à défaut d'autre chose. Le film est en effet assez beau et assez inspiré quand il s'agit de l'originalité de sa situation de base. Ce n'est pas tant ce concept de nuit qui dure un mois qui fonctionne : c'est original, certes, et le fait de planter son action au Pôle Nord est plutôt mignone ; ça... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2008

LIVRE : La Curée d'Emile Zola - 1871

C'est toujours le problème avec Zola : c'est supérieurement intelligent, profondément visionnaire, magistral dans l'écriture, mais c'est aussi un peu froid, un peu trop pensé. Avec La Curée, on est en plein dedans. On a souvent l'impression que le gars écrit en direction des scolaires qui vont avoir à commenter ses oeuvres, et son texte est rempli de morceaux de bravoure qui feraient la joie d'un professeur de français lambda : "Dans le passage ci-après, relevez les variations des champs sémantiques, notamment lors des deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 avril 2008

Les Bas-Fonds de Jean Renoir - 1936

Voilà, messieurs-dames, un pur chef-d'oeuvre, une merveille de beauté, de mise en scène, de travail d'acteurs, de lumière, de muisque, de personnages, de dialogues, de douceur, de violence, et de tous les autres sentiments de la Terre pendant des siècles et des siècles. Renoir délaisse certes quelque peu ses grandes réflexions habtuelles, mais c'est pour servir cette déclaration d'amour poignante à l'Humanité toute entière. Jamais il n'était parvenu à rendre si bien la vibrante empathie pour l'être humain qui fait la trame de ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 avril 2008

Cello (Chello hongmijoo ilga salinsagan) de Lee Woo-Cheol - 2005

Voici du film d'horreur élevé en batterie, incapable d'avoir une idée par lui-même, et qui donc recycle allègrement toutes les scènes classiques du genre en les mettant bout à bout, le tout vaguement maintenu par des bouts de scotch épais quand ce ne sont pas des cables. C'est incroyable, tous les motifs y sont : la petite fille mutique et inquiétante, la gouvernante austère, le traumatisme enfoui, le fantôme qui avance par saccades, la cassette hantée... Lee invente le film-compil avec une fainéantise et une roublardise qui laissent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2008

Ballad of the Little Soldier (Ballade vom kleinen Soldaten) (1984) de Werner Herzog et Denis Reichle

Herzog nous transporte cette fois-ci au Nicaragua pour suivre la résistance des Indiens Miskito face aux troupes Sandinistes. Massacrés par ses derniers, aidés militairement par les Américains, les Miskito entraînent dès l'âge de 9 ans des gamins pour la guerre. Gamins qui ont pour la plupart assisté sous leurs yeux à l'exécution de leurs parents ou de leurs frères et soeurs. Outre les interviews des personnes qui ont vu ces assassinats se perpétrer sous leurs yeux (Herzog, via le traducteur, ne prend pas vraiment des gants pour aller... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2008

Didine (2008) de Laurent Dietschy

Voilà un film absolument sans prétention, qui ressemble plus à un téléfilm "gonflé" qu'à un petit film de cinéma, et qui tente de retranscrire tous les efforts consentis par son héroïne pour sortir de la solitude dans laquelle elle semble se complaire. Géraldine Pailhas est sympathoche (je n'en dirais pas autant de Benjamin Biolay dont les airs constants de montre molle donnerait envie de l'assommer à coups de friteuse, guère mieux pour la chtite blonde qui sort avec un papy au jeu affecté au possible...) dans ce rôle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2008

Ne touchez pas la Hache (2007) de Jacques Rivette

"- Je ne suis pas aimé... / - Du moins convenez qu'en ce moment vous n'êtes point aimable.""Acier contre acier, nous verrons lequel de nous deux a le cœur le plus tranchant." Rivette n'en finit pas d'explorer les revirements des sentiments amoureux dans une mise en scène qui se fait d'une grande sobriété. Portée par deux comédiens flamboyants (Balibar au timbre de voix inimitable et Guillaume Depardieu avec sa fougue butée), cette adaptation de La Duchesse de Langeais se joue pratiquement en deux parties :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 avril 2008

Election 2 (Hak se wui yi wo wai kwai) (2006) de Johnny To

Johnny To (l'homme qui filme plus vite que son ombre, 3 ou 4 films par an...) fut avec Lou Ye  l'un des seuls à représenter le cinéma chinois à Cannes cette année, hors compet', avec ce film noir comme une chanson de Johnny, sanglante comme la trilogie du Parrain de Coppola auquel on ne peut que penser, et mâtiné d'un soupçon de réflexion politique. Si dans Election, on assistait à de multiples réglements de comptes pour accéder au trône (devenir le parrain "élu" de la maffia), dans Election 2, cette accession se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2008

Guerre et Amour (Love and Death) de Woody Allen - 1975

Franchement, que serait la vie sans Woody Allen ? Moi, je dis qu'elle serait sûrement un peu moins vivable. Love and Death est un pur festival de vannes made in Woody, mélange de farce hilarante et d'humour raffiné. Il semble bien être l'inventeur d'une sorte de "grosse rigolade intellectuelle", le film s'appuyant sur des grands classiques russes (Guerre et Paix surtout, mais je pense avoir reconnu aussi Tourgueniev, et il y a un dialogue autour de Dostoïevski également) et aussi sur des théories fumeuses, des références... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]