31 juillet 2008

Du Jour au Lendemain (Von Heute auf Morgen) de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet - 1996

Ah enfin un film abordable dans l'oeuvre du couple infernal ! On respire pas mal avec cet opéra taquin comme tout écrit par Schoenberg et filmé dans la rigueur coutumière. D'abord parce que l'opéra lui-même est franchement formidable. C'est certes encore une fois la musique totalement déstructurée et parfois pompière du gusse, mais cette fois avec une dose d'humour et d'invention qui emporte le morceau. Il y est question de la difficulté d'être moderne, à travers la dispute d'un couple sur la fidélité au cours d'une nuit blanche. La... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2008

Trafic (1971) de Jacques Tati

Trafic n'a peut-être pas la classe de Playtime, il n'en demeure pas moins que cette ultime aventure de Mr Hulot est truffée de cocasserie et qu'on passe rarement cinq minutes sans lâcher au moins un sourire (sur l'air de "Mon Dieu qu'il est con" avec toute la gentillesse du monde). On se doute dès le départ et la première crevaison sur le bord de l'autoroute, que cette ingénieuse "voiture camping car" (qui ferait passer l'Aston Martin de James Bond pour une Smart) n'arrivera jamais en temps voulu à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2008

Ville Portuaire (Hamnstad) d'Ingmar Bergman - 1948

Le jeune Ingmar affine son style et ses aspirations avec ce beau film-portrait, déjà très tenu au niveau de la forme et du fond. Il s'aventure sur la pente dangereuse de l'engagement social, à travers deux personnages subtilement écrits : d'un côté, la jeune Berit, fille rêvant d'amour et porteuse sans le vouloir du combat féministe naissant ; de l'autre Gösta, amoureux d'elle mais incapable de prendre des décisions, enfermé qu'il est dans les vieilles conceptions masculines des rapports de sexe. Sur 1h30, ce couple va tenter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2008

LIVRE : La Flèche d'or (The Arrow of gold) de Joseph Conrad - 1928

La Flèche d'or est un récit particulier et un peu frustrant au premier abord pour les amateurs de Conrad en mal d'aventures. Bien que le roman évoque en toile de fond un trafic d'armes à feu entre Marseille et l'Espagne, l'essentiel du récit se concentre sur les relations entre le narrateur, ce jeune aventurier nommé "Monsieur George", et la troublante Rita. Conrad se concentre sur la naissance des sentiments de celui-ci pour celle-là, sentiments qui entraînent notre narrateur de désillusion en désillusion à mesure que cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 juillet 2008

Beaufort (2007) de Joseph Cedar

Ce film israélien sur cet avant-poste au Liban que l'armée israélienne a décidé d'abandonner est à la fois d'une belle austérité, tout en proposant une réflexion sur les rapports humains dans l'armée et l'absurdité, le dérisoire de certaines "prises de position". Cedar concentre sa caméra sur les protagonistes, tout en faisant des décors un véritable personnage de son film. Il y a quelque chose du Désert des Tartares dans cette base qu'il faut occuper "symboliquement", à la (grande) différence tout de même,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2008

Henry : Portrait d'un Serial-killer (Henry : Portrait of a Serial-Killer) de John McNaughton - 1986

Un peu embarrassé par ce film, qui me laisse le cul entre deux chaises : d'un côté je reconnais l'ambition du metteur en scène, j'enregistre ses nobles inspirations, et je ne peux que défendre ce cinéma aride ; de l'autre côté, l'ambivalence du discours gène aux entournures, et je n'ai pas envie de ce cinéma-là. Grand souvenir de la colère de Nanni Moretti dans Journal Intime à la vision de ce film, et je crois finalement qu'il a raison de se révolter contre cet esprit de gros malin qui fait mine d'être profond. Côté bons points,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 juillet 2008

L'Empereur Tomato Ketchup (Tomato Kecchappu Kôtei) (1971) de Shuji Terayama

Ah là, on est dans le film expérimental, inexorablement... Il faut peut-être au préalable replacer le film dans son contexte, le début des années 70 (sexuellement beaucoup plus, euh, libres...) et évoquer le projet de l'auteur de faire ce film en réponse aux atrocités des camps nazis ou de la bombe atomique. Terayama imagine un monde où l'Empereur est un enfant -destitué dès l'adolescence-, où les adultes sont condamnés à des peines de prison - ou à mort - par decret et où le ketchup est l'aliment national. Cette version longue... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2008

Nuit et Brouillard au Japon (Nihon no yoru to kiri) (1960) de Nagisa Oshima

On ne peut enlever à Oshima une réflexion poussée sur sa mise en scène cinématographique (les dix petites minutes de bonus sur le dvd qui reviennent sur ses propos théoriques concernant cet aspect artistique sont relativement bien faites) : le cinéaste part du principe "une séquence/un plan" sans se perdre abusivement dans les répétitions préalables, ce qui donne des plans-séquences relativement bluffants sans s'arrêter à de légers tremblements dans le cadre ou à des hésitations des comédiens; il n'a de cesse également... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2008

L'Heure zéro (2007) de Pascal Thomas

Même impression d'ennui et d'une mise en scène très laborieuse qu'à la vision du dernier opus de Bruno Podalydès, Le Parfum de la Dame en Noir. Un peu le syndrôme Cluedo où on comble le peu d'intérêt de la partie par l'excitation de la découverte de l'assassin. Adapté d'un roman d'Agatha Christie, on se doute que le final du film sera forcément surprenant mais lorsqu'il arrive, on attend presque 28 rebondissements supplémentaires tant le film a été poussif dans son déroulement... Et ben même pas, non. Les acteurs sont engoncés... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2008

Un Trou dans la Tête (A Hole in the Head) de Frank Capra - 1959

Le Capra vieillissant a eu tendance à perdre un peu de sa verve (on l'a vu avec l'horrible Pocketful of Miracles), mais ici, il parvient gentiment à sauver les meubles, et réalise une petite chose charmante et inconséquente. Des acteurs inspirés (et pourtant, Sinatra n'est pas l'acteur du siècle), une historiette qui réserve son lot de petits gags et de larmes, des couleurs technicolorissimes, une ch'tite chanson au milieu, et zou, on assiste à un film qui a certes déjà un pied dans la tombe jusqu'à l'aine, mais qui reste quand même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]