28 décembre 2008

Les Citronniers (Lemon Tree) d'Eran Riklis - 2008

Voilà un film à peu près inattaquable, tant il est tout en noblesse d'âme et en sincérité, tant chaque coup qu'on pourrait lui porter serait reçu mollement, tant il est innocent. Contre le conflit israelo-palestinien, pour l'amour entre les peuples, révolté contre la bêtise bureaucratique et militaire, et touché par le sourire d'un enfant ou la beauté de la nature, Les Citronniers est un film absolument dans le bon camp, celui des bons sentiments. Bon, il est vrai aussi qu'il est un peu trop clairement dans le camp palestinien, quitte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2008

La Cité des Femmes (La Città delle donne) (1980) de Federico Fellini

Les femmes, éternelles créatures de rêves qui hantent l'univers cauchemardesque de Fellini. On ne sait finalement rarement sur quel pied danser à la vision de ce film, le "pauvre" Mastroianni se retrouvant victime de ses propres obsessions mais toujours prêt à continuer, à explorer ses propres fantasmes... Composé de plusieurs tableaux un peu inégaux, on plonge tout de même dans le monde du maestro avec un plaisir gourmand, ne sachant jamais vraiment ce qui va surgir au coin d'un bois, d'un décor grandiose, ou ce qui se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2008

L'Héritage de la Chouette (1989) de Chris Marker

Episode 1 : Symposium ou les Idées reçues Prenant l'idée du symposium ("boire avec": vous en apprenez des trucs, hein ?), des spécialistes sont réunis autour d'une table, ou face à la caméra pour les moins chanceux, pour débattre de notre héritage (culturel, philosophique, enfin tout quoi...) de la Grèce Antique. Il est question dans cet épisode de reconnaître à nos ancêtres d'avoir déjà exploré les concepts du conscient et du subconscient, ou encore d'égotisme et de dédoublement de la personnalité; le fameux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2008

LIVRE : Fables de Robert Louis Stevenson - 1874-1894

Stevenson fait carrément le malin avec ces petits contes hyper-concis qui nous assènent au final une morale qui n'oublie pas d'être fine, et ça lui réussit plutôt bien. Qu'elles soient concentrées en un paragraphe ou qu'elles prennent la forme d'un conte un peu plus long, chacune de ces Fables amènent son lot de réflexion morale, mystique, philosophique ou politique. Le style faussement simple de Robert Louis trouve dans la rapidité de ces textes un très bel écrin : les phrases sont nettes, sans fioritures, très élégamment insolentes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 décembre 2008

Lucky Luciano (1973) de Francesco Rosi

Ouuh, alors là, voilà un film italien qui a terriblement mal vieilli et qui devait presque faire déjà vieillot à son époque... On comprend l'intérêt de Rosi pour ce personnage de Luciano : libéré par les Américains (condamné à 50 ans de prison, il n'en fait que 9) à la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour - d'illusoires - services rendus à l'armée (les Ricains s'appuieront sur la mafia à la sortie de guerre, favorisant son développement tentaculaire... ben ouais, partout où ils passent, c'est le bordel, mouarf), le Lucky Luciano... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2008

En Présence d'un Clown (Larmar och gör sig till) (1997) d'Ingmar Bergman

Un drôle de clown blanc qui rôde dans les couloirs de cet asile et qui prend des allures de mort... Un film qui fleure l'odeur du testament... mais le clown, sodomisé, prouve que le Bergman est encore vert. Pas évident comme cela de se fondre totalement dans cet univers limité à deux décors où s'agitent l'oncle Carl avec sa jeune femme, Pauline (magnifique Marie Richardson), et un vieux professeur un peu secoué du bocal. C'est on ne peut plus dénudé, on est d'accord, mais surgissent toujours quelques petites "étincelles" de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 décembre 2008

Julia (2008) d'Erick Zonca

Erick Zonca passe à l'ouest et dès les premières images ont sent la référence de base : l'ami Cassavetes; dans la forme, une caméra portée qui a dû finir par broyer une douzaine de clavicules sur l'ensemble du tournage, et surtout dans la figure centrale interprétée par Tilda Swinton; difficile, en effet, dès les premières secondes, de ne pas penser à l'immense Gena Rowlands : même petits tics nerveux, même démarche heurtée, même éclat de folie dans ce personne d'alcoolique méchamment fêlée. Si Tilda s'en sort, disons, avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 décembre 2008

My Magic d'Eric Khoo - 2008

Be With me était un "Khoo de maître", selon mon camarade ; My Magic en est un dans l'eau. Et dans l'eau des larmes, puisqu'on a droit ici à un mélodrame franchement sirupeux, à base des ingrédients incontournables : petit n'enfant aux grands yeux, méchants grimaçants et héros à la beauté intérieure. Le personnage principal est un alcoolo obèse affublé d'un fils qu'il ne comprend pas, voilà pour la partie "enfance brisée" ; il va tenter de relancer sa carrière de fakir pour pouvoir payer l'école de son fils, voilà... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2008

Cela ne se produirait pas ici (Sånt händer inte här) d'Ingmar Bergman - 1950

Il paraît que Bergman a interdit à quiconque de voir ce film, qu'il voyait comme une tâche impardonnable dans sa carrière. On comprendra donc l'importance de se précipiter dessus. Eh bien, ma foi, Ingmar n'a pas tort, mais pas complètement raison non plus. Cela ne se produirait pas ici n'est certes pas très glorieux, et en tout cas ne ressemble pas du tout à un Bergman movie : c'est un film de propagande déguisé sous des habits de thriller/polar/espionnage, résolument sans intérêt au niveau des personnages il et vrai, et très fade... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2008

Traquenard (Party Girl) de Nicholas Ray - 1958

Pas de doute, on est là dans la grande école hollywoodienne, celle du film noir, des petites pépées faciles et des gros méchants ignobles. Ray trousse une bien jolie variation sur cette partition très cadrée, et parvient haut la main à trouver un style très personnel. D'abord parce que son film est hyper-coloré, alors même qu'il s'inscrit dans la tradition austère des films noirs : incursions régulières de la comédie musicale dans la trame, travail sur les costumes et les décors qui rend magnifiquement hommage au scope, et même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]