28 avril 2016

Carnage (2011) de Roman Polanski

Polanski adapte une pièce de Yasmina Reza et nous livre une petite digression en huis-clos sur la connerie humaine parfois drôle. La sauce met franchement du temps à monter et après les vingt premières minutes, on se demande si la chose va vraiment avoir un intérêt... Deux couples, donc, l'un rendant visite à l'autre après que leur fils a frappé celui de leurs hôtes. A ma droite, le débonnaire John C. Reilly marié avec la quelque peu coincée Jodie Foster. A ma gauche l'excellent Christoph Waltz qui n'en a rien à battre - il passe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 avril 2016

The Invitation (2016) de Karyn Kusama

On cherche toujours à dénicher la dernière petite perle du film d'horreur. J'aurais mieux fait sur ce coup d'ouvrir des huîtres. L'affiche prend pourtant personne en traître : "There is nothing to be afraid of" - et ben, c'est vrai, au moins pendant les soixante-dix premières minutes (que vous pouvez donc aisément zapper tant elles n'ont aucun intérêt) ; les seuls trucs à savoir en bref : un couple qui s'est fait oublier pendant deux ans convie tous leurs anciens amis à une soirée : un couple gay, une black, une asiate, une type... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2016

LIVRE : Premières Chansons (1942-1949) de Georges Brassens - 2016

"Au côté du sien, l'fameux sourire de la JocondeNe mérit' qu'un accesit.Si elle avait vécu au temps des sept merveilles du mondeIl y en aurait huit." Même si on avait déjà pu lire par-ci par-là la plupart de ces textes de jeunesse, c'est toujours un vrai bonheur de lire des poèmes méconnus de tonton Georges. Cette nouvelle édition les classe soigneusement chronologiquement, en note les petites variantes, et on découvre avec intérêt les traces du futur génie dans ces petits machins souvent sans ambition que Brassens écrivit à 20 ans.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 avril 2016

Les Ardennes (D'Ardennen) (2016) de Robin Pront

Les Ardennes est un film belge qui n’est pas des frères Dardenne. Voilà, cette petite boutade lancée, que dire de ce film noir de fratrie (notion très actuelle au niveau des actes terroristes) à la sauce flamande ? Sans être méchant, avouons que les clichés ont la vie dure. Soit donc deux frères, habitués semble-t-il à faire des conneries ensemble. L’un, le grand frère, le vraiment pas gentil de l’histoire (il a même une balafre, histoire de bien marquer le personnage), se fait chopper et se prend sept ans de taule – il en fera... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 avril 2016

Les Rats (Die Ratten) de Robert Siodmak - 1955

On n'est pas dans les grands films noirs du gars Robert avec ce mélodrame morbide, mais il y a dans Les Rats une excellente atmsophère qui mérite quand même le coup d'oeil. C'est un film assez simple dans sa réalisation, qui ne parvient pas complètement à se départir de son aspect théatral (c'est l'adaptation d'une pièce) mais sait pourtant utiliser avec talent le peu de décors et la trame trop psychologisante pour en faire de vrais morceaux de cinéma. C'est l'histoire désolante d'une jeune femme enceinte, à la recherche du père... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2016

James White (2016) de Josh Mond

Premier long-métrage nerveux, rugueux et dans l'ensemble d'assez bonne tenue de l'amie Mond. Christopher Abbott is James White, un jeune trentenaire un tantinet fêtard et taiseux qui se rend, la mort dans l'âme, chez sa mère... pour la mort de son père (un type qui est sorti très tôt de sa vie). Le sanguin James qui retrouve avec plaisir son brother Ben (black et gay) a tôt fait de virer tout ce petit monde assemblé dans l'appart maternel. Juste avant, avec son bro, ils avaient provoqué une baston dans un bar... Bref, un gars qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2016

Le Plein de Super d'Alain Cavalier - 1976

Cavalier fait son mai 68 huit ans après, sa Nouvelle Vague dix-huit ans plus tard, et parvient pourtant à trouver avec Le Plein de super la quintessence de l'atmosphère des 70's. Voilà le cinéma le plus libéré qui soit, un film qu'on peut placer sans rougir aux côtés de Blier ou de Ferreri si on veut construire un cycle "l'anti-bourgeoisie au cinéma dans les années 70". On a l'impression que Cavalier n'a fait que réunir une bande de potes et laisser tourner sa caméra ; mais on sent bien derrière cette comédie de moeurs un peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 avril 2016

Comment c'est loin de Orelsan & Christophe Offenstein - 2015

Comment c'est loin a les mêmes qualités et les mêmes défauts que les chansons d'Orelsan : on se marre franchement bien, on s'incline devant l'écriture des punch-lines incisives, on aime ce je m'en-foutisme assumé et ce nouveau ton, plus érudit (certains diront plus bobo), dans le rap ; mais on constate aussi que ça ne tient pas vraiment sur la longueur, que l'interprétation n'est pas à la hauteur de l'invention, et qu'il n'en reste pas grand chose après écoute. Voilà : le film est court en bouche, mais on n'en demande pas plus ; ou,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2016

The End (2016) de Guillaume Nicloux

Suite à un rêve qu'il avait fait (à chacun ses inspirations), Guillaume Nicloux entraîne Gerry Depardieu et le spectateur dans un cauchemar éveillé. Le film est intrigant et je pense qu'une fois qu'on a dit cela, on a dit l'essentiel... Intrigant et motivant parce qu'on ne se sait absolument jamais ce qui va se passer dans les secondes qui suivent. Cette chronique est donc relativement inutile pour toute personne qui n'a pas vu le film : si vous n'avez pas envie de le voir, vous n'allez pas la lire (quoique, il y a chez nous des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2016

Women of All Nations (1931) de Raoul Walsh

Deux Marines qui se tirent la bourre pour la forme (Victor McLagen vs Edmund Lowe), moult donzelles de différents horizons (de la nordique Greta Nissen à la Frenchy Fifi d'Orsay), une apparition belalugosienne, des guerres et des tremblements de terre, un tour du monde en quelques bobines vu par un Walsh jamais en panne d'inspiration quand il s'agit d'insuffler du rythme et du punch à une histoire. On ne va pas prétendre qu'il s'agit d'un chef d'œuvre caché du maître ; il n'en demeure pas moins qu'on passe un sympathique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]