04 avril 2009

Ma Vache et Moi (Go West) de Buster Keaton - 1925

Voilà un petit film qui ne paye pas de mine au demeurant, et qui s'avère être un touchant autoportrait d'une jolie poésie. On savait la propension fréquente de Buster à préférer le sentiment au gag, à privilégier dans ses scénarios poilants des passages uniquement sensibles. Go West joue en plein sur cette inspiration presque mélancolique. Si le film fourmille encore une fois de 10000 gags hilarants, ce qui frappe le plus est d'un ordre plus intime : Buster y apparaît en héros totalement solitaire, abandonné au sein d'un monde... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2009

The Haunted Strangler / Grip of a Strangler (1958) de Robert Day

Boris Karloff n'est po mort et nous revient dans le rôle de ce journaliste qui aurait mieux fait de ne point faire d'investigation sur des meurtres remontant vingt ans en arrière. Robert Day ne nous épargne rien dans ce film de série "..." (vous pouvez choisir une lettre selon votre humeur): une pointe de Docteur Jekyll et Mr Hyde, un peu de cuisses avec de longs spectacle de French Cancan - Ah la culture française tout de même! -, un poil d'érotisme, même, avec un décolleté sur lequel on déverse une bouteille de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2009

Doute (Doubt) (2008) de John Patrick Shanley

Encore un film ricain taillé dans du sur mesure pour les Oscars (Streep, Seymour Hoffman dans des anti-anti-anti-contre emplois, elle méchante comme tout, lui, bon comme du bon pain, pour lesquels ils ont forcément... la tête de l'emploi) qui laisse dans l'expectative pour ne pas dire carrément dubitatif...  Une bonne première heure où il se passe pratiquement rien - ok, on nous a longuement présenté ces personnages monolithiques avec moult petits détails précis comme tout sur cette école catholique : la Mère supérieure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2009

A Propos de Nice (1930) de Jean Vigo et Boris Kaufman

Entraînant documentaire que cette première réalisation de Vigo qui navigue entre la terre et le ciel, captant au passage le visage des passants friqués ou celui des ouvriers, jouant avec les formes géométriques de la ville, mettant en scène quelques courtes saynètes - la célèbre "poseuse" en différentes tenues d'apparat qui finit nue ou l'homme bronzant dont le visage est recouvert de cirage -, ralentissant le rythme sur cette grappe de jeunes femmes frenchcancanisant à outrance - petite pointe de légèreté (avec en plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2009

La Tempête qui tue (The Mortal Storm) (1940) de Frank Borzage

Dès 1940, le cinéma américain se penche sur l'accession d'Hitler au pouvoir et en montre déjà tous les dangers : chasse aux Juifs et camps de concentration - un camp de travail où l'on trouve rapidement la mort -, livres brûlés, foi aveugle dans le leader. Borzage double son récit d'une histoire d'amour tragique entre un James Stewart impressionnant de conviction et Margaret Sullavan, sa partenaire de The Shop around the Corner. Quelques séquences impressionnantes qui font froid dans le dos, un film sobrement maîtrisé de bout en bout... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 avril 2009

Entr'acte (1924) de René Clair

Premier court métrage de René Clair sur un scénario de Picabia et une musique follement entraînante de Satie, et avec, en prime, quelques invités de choix : George Auric, Man Ray, Marcel Duchamp, Marcel Achard, Satie...; projeté à l'entracte d'un ballet "dadaïste" de Picabia et Jean Börlin, ce film expérimental nage en plein surréalisme. Après un début assez sage qui donne à voir entre autres un joli petit bateau en papier qui flotte sur les toits de Paris et un petit rat de l'opéra filmé par en dessous - tout cela... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2009

Expérience (Tadjrebeh) et autres courts d'Abbas Kiarostami - 1973

Grande idée que de ressortir au ciné ce premier long-métrage du père Abbas, et surtout de le mettre en regard avec les deux sublimes courts-métrages, La Récréation et Le pain et la Rue. Ca permet de constater qu'avant d'être le brillant auteur conceptuel d'aujourd'hui, Kiarostami fut un cinéaste de la simplicité et de l'enfance, et qu'il a su être bouleversant dans d'autres domaines que celui de l'expérimentation pure. Il y a du Rosselini dans ce Expérience : un filmage au bord du documentaire, qui suit au plus près un petit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2009

Danton (1983) d'Andrzej Wajda

Je ne sais pas trop ce qui m'a pris de vouloir revoir Danton, si ce n'est que le film vient de ressortir dans la collection Criterion. Je pensais me rafraîchir sûrement un peu la mémoire à propos de la Révolution et de la Terreur alors que finalement la trame est simplissime : il s'agit de l'opposition entre un Robespierre qui s'octroie les pleins pouvoirs et un Danton qui veut mettre fin au régime sanglant de la terreur et revenir aux temps de paix. Une confrontation qui tourne au vinaigre pour notre Gégé national qui va perdre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mars 2009

La Boutique sur la grand Rue (Obchod na korze) (1965) de Ján Kadár et Elmar Klos

Situé en 1942 en Slovaquie, le film explore les affres de la conscience d'un pauvre petit artisan qui devient propriétaire d'un magasin tenu par une grand-mère juive. Notre homme n'a rien, au départ, d'un courageux résistant, pas plus qu'il n'est prêt à se plier au nouvel ordre. Dans cette période troublée, comment va-t-il réagir alors que la pression se fait de plus en plus en forte pour expulser tous les Juifs de la ville? La caméra virtuose de cette école de l'Est colle aux basques de notre héros, écartelé entre son humanisme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2009

Bad Girl (1931) de Frank Borzage

Un petit couple assez trognon (bien aimé le petit minois de Sally Eilers, pleine de peps) qui tente de joindre les deux bouts - on est en 1931, pas la période la plus olé olé - malgré de petits problèmes de communication au sein de leur nouveau ménage. Borzage tente de cerner au plus près la vie quotidienne de ces deux individus de classe bien moyenne et malgré les multiples discussions entre les deux tourtereaux - on fait pas dans la demie-mesure au niveau des dialogues en ces débuts du parlant -, leur envie de faire plaisir à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]