05 décembre 2008

Le Salon de Musique (Jalsaghar) (1958) de Satyajit Ray

Même si la version non restaurée que je viens de voir est loin d'être digne de l'oeuvre de Ray - on fait parfois avec ce qu'on a - Le Salon de Musique demeure une bien belle expérience. Grandeur et décadence d'un grand propriétaire terrien (un "zaminbar" qu'on dit en Inde, bon) face à la montée d'un bourgeois : résumé comme cela, le film ne semble pas franchement olé-olé. Il y a toutefois en toile de fond un rapport à l'art - la musique - qui donne au film toute sa sève et une certaine ambiguïté... Si avec la décrépitude de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 décembre 2008

Greetings de Brian de Palma - 1968

Avant de faire des chefs-d'oeuvre, De Palma faisait déjà de très grands films : Greetings est énorme, tout simplement. Le bon Brian, sous influences multiples et diverses, réalise une sorte d'archétype du cinéma underground new-yorkais des années 60, tout en évitant totalement la simple expérimentation élitiste, tout en servant une comédie poilante, tout en exposant déjà tous ses motifs à venir, tout en balançant quelques pavés politiques, tout en nous montrant d'accortes jeunes femmes en tenue d'Eve, tout en laissant exploser le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2008

Tokyo-Ga (1985) de Wim Wenders

Si parfois le Wim dérive méchamment de son sujet initial - certes c'est un "journal filmé" et même si ce "voyage à Tokyo" ne constitue point un pèlerinage sur les traces d'Ozu, c'est tout de même la base du projet... -, on est récompensé par les interviews que donnent l'un des ses acteurs fétiches - Chishu Ryu - et surtout son caméraman - Yuuharu Atsuta - qui se terminent dans une immense émotion. Le passage fugace d'Herzog - en allemand non sous-titré, courage - et le plan sur l'oeil droit de Chris Marker derrière... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2008

Werner Herzog eats his Shoe (1980) de Les Blank

Bon, je sais, "pointu", "nécessaire", ok, mais à ce point... est-ce bien utile ? Attention, ce court-métrage est plus futé qu'il n'y paraît. Au départ un pari de Herzog (apparemment coutumier du fait, vu qu'après la brûlure d'un acteur sur le tournage des Nains aussi ont commencé petits, il avait promis de se battre avec un cactus si le nain s'en sortait sain et sauf - bilan, une épine à vie dans le genou du Werner qui prend la chose placidement), qu'il avait fait au documentariste Errol Morris s'il parvenait à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 décembre 2008

Werner Herzog : Beyond Reason (2008) présenté par Alan Yentob

Rencontre avec Herzog et discussion autour d'une douzaine de ses films avec de larges extraits. Alan Yentob connaît apparemment bien l'oeuvre du Werner, mais sort pas vraiment des sentiers battus au niveau des questions. Herzog semble répondre pour la millième fois, patiemment malgré tout, aux questions sur ses relations avec Kinski - "Ouais bon, je l'ai menacé de le tuer s'il quittait le tournage d'Aguirre, mais bon je n'avais pas de pistolet à la main... Et puis je lui ai laissé un choix (gnark, gnark)" - et confesse que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2008

Conte sur un Poète amoureux (Ashug-Karibi) (1988) de Sergei Parajanov

Parajanov n'est pas un manchot quand il s'agit d'utiliser la couleur. Cela dit, même s'il utilise pour ses tableaux "vivants", tous les trésors artistiques de la Russie (tableaux, poteries, bibelots, kalashnikov...), franchement, je sais pas vous, mais cela finit au bout du compte par frôler l'effet pompier. Et puis ces chants kusturiciens de tsiganes qu'on égorge et ces acteurs, maquillés comme des Dieux hindous, qui hurlent plus qu'ils ne jouent, du matin, comme ça, c'est dur. Hein? ah ben non, sinon c'est jouli... ... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2008

La Mouche (The Fly) de David Cronenberg - 1986

The Fly m'avait plu ado parce que c'était gore. Ca m'avait fait rire de voir Goldblum perdre ses ongles, ses dents, ses yeux et sa machoire dans une symphonie de bruits visqueux et de matière blanchâtre peu ragoûtante, et je n'en demandais pas plus. Mais avec le temps, il m'était resté des souvenirs plus profonds de ce film, comme s'il avait tenté de me dire quelque chose que j'avais vaguement senti sans le verbaliser. Vérification aujourd'hui : eh bien oui, The Fly, c'est un peu plus que ce que c'est... mais guère plus non plus. ... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

Mémoires du Sous-développement (Memorias del subdesarrollo) (1968) de Tomás Gutiérrez Alea

Bien bel et curieux objet cinématographique que cette oeuvre du cubain T.G. Alea. Mêlant images d'archives et journal intime, le film narre les aventures du gars Sergio, au tout début de la révolution cubaine. Bien qu'une large place soit faite à certains événements "historiques" comme l'épisode de la baie des cochons, cet intellectuel bourgeois continue de mener sa vie presque comme si de rien n'était, alors que ses parents et sa femme ont quitté Cuba pour les Etats-Unis. Même s'il ne cautionne point le départ de ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

Paulo Anarkao de Gérald Touillon - 2008

"Hello, je vous sollicite pour voir mon long métrage sur mon père Paulo Anarkao qui a eu une récompense au festival de Quend du film Grolandais (prix Mickael Kael), le brutal d'or au festival Cinémabrut 2008, séléctionné au festival international nouvelle génération de Lyon 2008... Je cherche à le faire connaître et le diffuser comme je peux." C'est par ce mail du jeune Gérald Touillon adressé à Shangols que j'ai eu accès à ce "documenteur" résolument barré. Et je l'en remercie. Dont acte. Le garçon décide de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2008

La Bête Humaine de Jean Renoir - 1938

Un vrai bonheur de revoir ce film sur grand écran, laissez-moi vous le dire. La lumière magistrale de Curt Courant y prend toute son ampleur, surtout dans les gros plans, qui sont d'une sidérante beauté : les visages de Simone Simon et de Jean Gabin ont rarement été aussi bien photographiés. Le film est franchement magnifique dans toute sa technique. Le son, hyper-travaillé malgré le poids des ans, est quasi-documentaire : quand le train passe dans des tunnels, ou sur des sols différents, la bande-son reproduit à merveille les bruits... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]