26 mars 2017

Planétarium (2016) de Rebecca Zlotowski

Il est des films dont on voit, dès le départ, l'ambition (reconstitution historique à l'ancienne, casting à la mode (Portman, Depp Jr, Garrel Jr...), musique mélodramatique et montage arty...) et, dès le départ, qu'ils sont ratés ; on voit bien pourtant les thèmes qui se proposent d’être brassés : des soeurs spirites qui permettent de (re)vivre une expérience par procuration, un producteur qui a une foi indéfectible dans le cinéma (autre art de la procuration), des regards qui se croisent mais des amours qui ne se créent... bref... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2017

L'Homme d'octobre (The October Man) (1947) de Roy Ward Baker

Toujours un plaisir de découvrir le reste de la filmo du sympathique Baker qui nous sert ici un bon ptit film d'artisan à la Hitch (à la, j'ai dit) : c'est John Mills qui mène la ronde dans cette classique histoire de faux coupable. Notre homme, dès l'ouverture du film, a été victime d'un accident meuh-meuh qui lui a fracassé le crâne et durant lequel il a perdu la petite fille de ses amis - la tragédie ultime. Il ressort au bout d'un an de l'hôpital un peu pantelant mais prêt à recommencer une nouvelle vie : il vit dans une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2017

LIVRE : On ne dormira jamais de Bruce Bégout - 2017

Bruce Bégout clôt en beauté son cycle sur la Mort et le divertissement avec ce roman noir de chez noir (mais rose, aussi), directement dans la veine du génial ParK. En pleine connaissance des arcanes du plaisir contemporain et de ses voies improbables, le voilà qui invente une sorte de lieu ultime pour faire la fête : une morgue, tenu par un type sans caractère, et qu'un professionnel de l'événementiel (comme on dit) va transformer en lieu de décadence fêtarde, mix entre une boîte de nuit, un club libertin et un lieu de rencontre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2017

Elephant de Gus Van Sant - 2003

Rares sont les grands chefs-d'oeuvre à avoir eu les honneurs de la Palme ces 20 dernières années, ceci dit sans sarcasme. Aussi, gloire à Patrice Chéreau qui officia cette année-là ; il est bon de revoir Elephant, en tant que spécimen. Et aussi en tant qu'immense film. Ce machin n'a pas pris une ride en 15 ans, et garde aujourd'hui toute sa puissance visuelle, toute son originalité. On le sait, Van Sant revient avec ce film sur le massacre qui eut lieu au lycée de Columbine, où deux lycéens se sont mis à tirer à vue sur leurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 mars 2017

LIVRE : Winter is Coming de Pierre Jourde - 2017

On parle parfois de bouquins coup de poing, mais rien à voir avec cette bombe que nous envoie Pierre Jourde. Fidèle à son style autobiographique sans concession, toujours habité par cette colère qui conduit tous ses bouquins, il s'attaque ici au sujet le plus délicat qui soit : raconter la mort de l'enfant, en tout cas de l'adolescent qui fut son fils, bousillé en 2014 par un cancer du rein. Depuis les premières apparitions de la maladie jusqu'au dernier souffle, rien ne nous est épargné des péripéties de ce terrible événement : on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2017

Le Fils unique (Hitori musuko) (1936) de Yasujiro Ozu

Premier film parlant d'Ozu, qui après s'être intéressé aux sans-le-sou signe un film en forme de transition entre la classe ouvrière et les prémices de la classe moyenne : il s'agit en effet de l'histoire d'une mère qui bosse en province dans une usine qui fabrique de la soie et qui décide, après quelques hésitations, d'envoyer son fils à l'école supérieure. On ne peut point dire que le fils va devenir millionnaire, loin de là, mais une petite touche d'espoir, malgré les déconvenues, finit néanmoins par pointer le bout de son nez.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2017

Rosemary's Baby de Roman Polanski - 1968

On se plaît à torturer la pauvre Mia Farrow en ce moment sur Shangols. Il faut dire que la belle est la meilleure quand il s'agit de tirer une mine effrayée ou de faire s'allonger les cernes sous ses yeux de malade. Magnifique exemple avec ce classique de l'épouvante qui est sûrement le sommet de l'oeuvre de Polanski : avec une intelligence formelle prodigieuse, avec une audace qui éclate à chaque scène, il réussit à vous faire flipper avec deux vieux et un appartement, et réalise une des plus effrayantes variations sur la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2017

LIVRE : Inhumaines de Philippe Claudel - 2017

Voilà un écrivain qui ne me passionne pas, et il m'a fallu la superbe couverture (une photo d'Edouard Levé) pour que je daigne lever un sourcil devant ce bouquin de l'auteur du Rapport de Brodeck. Et bien m'en a pris, je le reconnais. A en croire cet objet très violent et drôle, le bougre a bien changé avec les années. Le principe de ces nouvelles toutes liées par un même narrateur : le monde est devenu insensible, peuplé de monstres uniquement voués à l'auto-destruction, à la recherche effrénée d'un plaisir qu'ils ne trouveront... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2017

L'Insoumis (1964) d'Alain Cavalier

"- Oui c'est horrible, le monde est fou, je le sais maintenant.- Et pour comble, moi, je t'aime." Un petit film d'Alain Cavalier censuré en son temps (ah, la guerre d'Algérie...) avec un Delon jamais aussi bon qu'en animal blessé, ça ne se refuse pas. Notre ami Alain déserte l'armée pour continuer d'œuvrer pour la cause française... mais uniquement pour récolter de la thune et pouvoir enfin retourner chez lui au Luxembourg (exactement comme l'ami B.). Delon kidnappe l'avocate Léa Massari (vous voyez le coup venir, vous avez... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2017

The Autopsy of Jane Doe de André Øvredal - 2016

André Øvredal a un nom qui commence par Ø, et rien que pour ça il faut jeter un oeil à ce film qui, après le discutable mais intéressant The Troll Hunter, vient tranquillement nous confirmer qu'il y a peut-être là le début d'un commencement d'introduction de naissance de conception de soupçon d'un cinéaste. Une nouvelle fois, notre gars prend à revers les attentes du public lambda de film d'horreur : pas (ou très peu) de spectres gluants, pas de cataclysme, pas de dizaines de morts ou de zombies décomposés. Faute de moyens ou vraie... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]