16 juin 2019

Le Portrait (Shōzō) (1948) de Keisuke Kinoshita

C'est notre bon vieux Akira Kurosawa qui est au scénar de ce film d'après-guerre qui ne cesse d'osciller entre un certain climat dépressif et un petit vent d'optimisme. Au départ, deux agents immobiliers veulent faire un bon coup : acheter une maison, la retaper et la vendre le double. Bien. Seul problème, il faut virer le peintre qui squatte dans ces locaux avec toute sa famille. Ok. L'un des deux agents, avec sa jeune maîtresse, prend donc possession des lieux en espérant que le peintre finisse par craquer – et ce d'autant que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2019

Rome Express (1932) de Walter Forde

Un bon vieux film de train pour se remettre sur les rails, rien de tel, et ce n'est pas l'ami Bastien qui me contredira. C'était l'époque où les trains faisaient encore tchoutchou, fumaient comme un pompier dans un tunnel et étaient à l'heure – voire en avance. Dès le départ, on sent que Forde n'est pas né de la dernière pluie : il nous mitonne une petite mise en scène pas dégueulasse dans cette gare parisienne où la dizaine de personnages principaux se croisent : Conrad Veidt et son air louche (Philippe Khorsand, paix à son âme,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2019

Douze Hommes en colère (12 angry Men) (1957) de Sidney Lumet

Ce film est tout simplement remarquable et pas seulement parce que c’est la première fois que Bas**en me file un bon film (je plaisante, hein, camarade). Une certaine idée de la justice, douze hommes avec chacun une personnalité bien marquée, un huis clos qui aurait pu virer facilement au téléfilm plat. Et Lumet en fait un film passionnant de A à Z, pour ne pas dire capital. Un jeune homme que tout condamne à première vue et qui risque la chaise électrique. Pour qu’une décision de justice soit prise, elle doit l’être à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 juin 2019

Bécassine de Bruno Podalydès - 2018

Envie de retrouver votre âme d'enfant, honteusement spoliée par la trivialité du monde moderne ? Voyez Bécassine. En quelques secondes, le film va vous replonger dans des émotions oubliées, et vous filer des souvenirs qui ne sont peut-être pas les vôtres, mais qui semblent immédiatement universels et partagés par tous. On peut craindre, je veux bien l'entendre, cette nostalgie un peu rancie d'une France fantasmée, rurale, remplie de bonnes gens à l'esprit simple ; le syndrome Amélie Poulain, quoi. Et c'est vrai que dans les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2019

La Fille des Prairies (Calamity Jane and Sam Bass) de George Sherman - 1949

Revoilà George Sherman sur Shangols. Et ce ne sera toujours pas cette fois-ci qu'il redorera son blason, puisque La Fille des Prairies, malgré ses aspects très agréables, n'est qu'un western de plus, un de ces trucs de série pas passionnants et victimes du manque de moyens de son auteur. Tout est honnêtement fait dans ce film, mais rien ne ressort au bout du compte, et on s'ennuie assez mollement dans cette histoire de bandit malgré lui et de canassons. On se dit en voyant le titre qu'on aura au moins droit à une jeune première... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 juin 2019

Parasite (Gisaengchung) de Bong Joon-Ho - 2019

Énorme plaisir pour ce film de Bong qui, comme d'habitude, réussit à mélanger les genres en virtuose, à faire de la comédie tout en nous dérangeant, à tricoter un thriller tout en faisant de la politique, à traficoter un hommage au cinéma français tout en restant dans ses codes coréens, le tout avec une apparence de simplicité totale et un goût pour le premier degré réjouissant. Il faudrait ne rien écrire sur ce film pour conserver au spectateur la fraîcheur de la première vision : une grande partie du plaisir vient des surprises... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:36 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
12 juin 2019

Un Toast pour Mademoiselle (Ojōsan kanpai) (1949) de Keisuke Kinoshita

Hosannah au plus haut des cieux : Setsuko Hara dans un film de Kinoshita, sur un scénario de Kaneto Shindô et face au gentil Shûji Sano as Kei... Franchement que demande le peuple, à part peut-être du pain ? Vous me voyez tout fondu devant cette histoire d'amour qui peine à vouloir dire son nom. Il est mécano, célibataire, a un petit pécule. Elle vient d'une famille bourgeoise (elle parle français et anglais, joue du piano : she's my girl) désargentée certes mais avec de la tenue. Kei, lui, ne semble pas vouloir s'embarrasser... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2019

Under Eighteen (1931) de Archie Mayo

Il y a de l'énergie à revendre dans cette petite comédie romantique des thirties qui sent un peu, au départ, les grosses ficelles sexistes et la vénalité féminine, mais qui, grâce à un ultime looping plutôt bien géré, retombe sympathiquement sur ses pieds : nos deux blondes mal embarquées trouveront bien l'amour... Deux sœurs donc, la fringante Marian Marsh et la plus godiche Anita Page, deux blondes comme des blés filmées en noir et blanc, qui ont chacune leur lover ; pour l'ainée, Anita, c'est un joueur de billard qui se la pète... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2019

Soupçons (Suspicion) d'Alfred Hitchcock - 1941

On est là dans la crème de la crème, une pierre de touche dans l'oeuvre de Bouddha. Suspicion n'est peut-être pas truffé d'idées comme maints autres de ses films, mais encore une fois Hitch y fait la preuve qu'il est le master pour faire monter une ambiance, rendre ambivalent le moindre petit fait sans importance et servir un divertissement raffiné et retors. Ça commence par une demi-heure de romance classique parfaitement admirable. La rencontre entre Cary Grant et Joan Fontaine est fulgurante, menée tambour battant par un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2019

LIVRE : Le Diable en personne (Ghost in the Fields) de Peter Farris - 2017

Du classicisme qui commence à faire ses preuves pour Peter Farris, qui nous livre ici un roman noir pur jus, certes efficace, mais qui n'a comme tort que d'arriver après les autres, ou plutôt après toute une tradition qui a fait ses preuves. Le Diable en personne se lit très bien, le gars n'a pas à rougir et produit une trame pleine d'âpre violece, de personnages forts et de coups de théâtre, mais disons que le vieux briscard de lecteur que je suis commence à sentir les ficelles du genre, et que la pyrotechnie bien en place de Farris... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :