29 décembre 2009

Les Ailes (Wings) (1927) de William A. Wellman

Nom de Dieu, voilà du film de guerre où chacun des douze mille figurants est un cascadeur en puissance - et pas un pixel animé -, où les prises de vue aériennes sont faites à la main, embarqué sur l'avion ou accroché à la ceinture d'un parachutiste au péril de sa vie. Vous voulez votre lot de combat aérien (on atteint à un esthétisme quasi abstrait avec ces petits points noirs enflammés qui tourbillonnent parmi ces gros nuages blancs menaçants), d'histoire d'amitié couillue (on ne m'enlèvera point de l'esprit, ceci dit, que la scène... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2009

Le Sang (O Sangue) (1989) de Pedro Costa

Premier long-métrage absolument miraculeux de Pedro Costa, dont la fulgurance des images peut difficilement laisser indemne. L'homme croule ici ou là sous les références cinématographiques (de Tourneur à Bresson en passant par Straub-Huillet) ce qui est toujours un peu dommageable, comme si une telle poésie ne pouvait survenir de nulle part... Force est de reconnaître, cela dit, que je n'ai pu m'empêcher pour ma part de penser entre autres, forcément, - au niveau de la trame et des images mais toute proportion gardée...- à La Nuit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 décembre 2009

Evil Dead 2 de Sam Raimi - 1987

Raimi pousse un peu plus loin son concept du premier opus : du gore, du burlesque, servez frappé. C'est sûr que si vous cherchez la finesse de trait et la subtilité des sentiments, on vous conseillera de passer votre chemin. Mais si les yeux arrachés vous amusent, si vous êtes hilares devant des hectolitres de sang balancés à la tête du héros, s'il vous est agréable de contempler des jeunes filles découpées à la tronçonneuse, je ne saurai trop vous conseiller ce grand moment de n'importe quoi assumé. Raimi ne s'embarasse d'aucune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2009

Etreintes Brisées (Los abrazos rotos) de Pedro Almodóvar - 2009

Vu le résultat des élections européennes, j'ai bien fait d'aller me taper un peu de beauté juste avant. Oui, parce que le dernier Almodóvar est beau. Comme tous les autres, direz-vous, et je réponds oui. Ca tombe bien : Etreintes brisées n'est ni moins beau, ni plus beau que les précédents films du maître. Emouvant, réalisé et écrit à la perfection, rempli d'acteurs impeccables et magnifiés par la mise en scène, soutenu par une belle musique, glamour et mélodramatique, drôle et profond... il est tout ça, mais presque comme d'hab.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 décembre 2009

Le Sergent Noir (Sergeant Rutledge) de John Ford - 1960

Sergeant Rutledge est un des nombreux films très classiques du père Ford, un de ceux auxquels on serait bien en peine de reprocher quoi que ce soit, mais qui ne sont pas non plus d'une originalité détonnante. Pourtant, il y avait franchement de quoi faire, niveau mise en scène, dans cet habile procédé mis en place. On assiste au procès d'un sergent accusé de meurtre? Défilent à la barre les différents témoins du drame, avec chacun en charge de raconter son petit bout d'histoire afin de former la grande. Ce dipositif rythme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2009

Plus Fort que le Diable (Beat the Devil) de John Huston - 1953

Un Huston boudé par la critique et le public, ce qui prouve que parfois la critique et le public sont sensés... On ne sait pas trop ce que le John a voulu réaliser avec Beat the Devil : à cheval entre film noir, comédie et polar, il valse sans cesse entre tous les styles sans en trouver aucun, livrant au bout du compte un film étrangement mort malgré le générique impressionnant. La fine fleur des acteurs mythiques (Boggart, Lolobrigida, Jennifer Jones, Peter Lorre), Capote à l'écriture, un noir et blanc purement hollywoodien réhaussé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2009

Docteur Bull (1933) de John Ford

Avant d'endosser les tenues de juge (Judge Priest) et de capitaine de bateau (Steamboat round the Bend), Will Rogers avait joué au docteur pour John Ford. Peut-être point l'un des summums de la carrière du John mais un petit film sympathique qui montre notre Docteur quasiment seul contre tous dans cette micro communauté basse du front. La foule, chez Ford, est souvent bêtasse et les vieilles peaux de la ville et autres bourgeois confortablement installés qui tentent de forger l'opinion morale en prennent pour leur grade. Le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2009

Volt, Star malgré lui (Bolt) (2008) de Byron Howard et Chris Williams

La première idée de Bolt repose sur un postulat qui va à l'encontre de toutes les théories B*sti*ennistes sur le sujet : l'animal est capable d'éprouver tout un panel d'émotions et pour le rendre le plus vrai possible à l'écran, il suffit de lui faire croire que la situation dans laquelle il joue est réelle. Notre Bolt se retrouve du coup dans une sorte de Truman Show canin, enfermé constamment dans sa loge pour lui faire croire qu'il a vraiment de super-pouvoirs pour pouvoir sauver sa jeune maîtresse - cela oblige à tourner en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 décembre 2009

No puedo vivir sin ti (2009) de Leon Dai

Raflant presque tout aux derniers Golden Horse Awards, devant représenter Taiwan (le titre est trompeur, definitly) pour les Oscar 2010, No puedo vivir sin ti est un mélodrame de base, adapté qui plus est d'un fait divers : un homme s'est suspendu en haut d'un pont avec sa fille pour protester contre le gouvernement qui voulait la lui prendre (bien qu'il en ait eu toujours la garde et qu'il soit le vrai père, sa femme, étant mariée avant de le rencontrer, est la seule parente légale - quel pastis!). Leon Dai retrace les quinze... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2009

Quand se lève la Lune (The Rising of the Moon) (1957) de John Ford

On ne peut pas toujours être en totale admiration devant le gars Ford, et ce Rising of the Moon ne fait indéniablement pas partie des grandes réussites du sieur. Divisé en trois parties, le film nous présente trois vignettes irlandaises "tournées" en décors naturels comme nous l'annonce de façon bien didactique Tyrone Power qui fait trois apparitions po vraiment utiles en présentateur de renom made in Ireland (ce fameux sang irlandais qui coule en ses veines comme une petite rivière de whisky qui... (ben ça va po la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]