14 janvier 2012

LIVRE : Les Enfants, pour quoi faire ? de Robert Benchley - 1922-1936

Les amis de Dorothy Parker sont forcément mes amis, et j'ai donc toujours eu beaucoup de tendresse pour cet adepte de l'humour noir et de l'absurde que fut Robert Benchley. Ce que vient confirmer à nouveau ce recueil de textes épars concernant tous les enfants et l'enfer que cela constitue d'en avoir et de les côtoyer. J'adore ce ricanement continu qu'on sent à travers ces pages, cette façon à la fois naïve et acérée de prendre à l'envers les sacro-saintes institutions de l'enfant-roi, de la paternité, et de tout le folklore... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2012

Baïonnette au canon (Fixed Bayonets) (1951) de Samuel Fuller

Film "d'hommes entre eux" réalisé avec les moyens du bord par l'ami Fuller qui, tout en sachant gérer les quelques scènes de pétarades propres au genre, parvient à nous montrer toute la tension ressentie par une poignée d'hommes. On suit donc une petite troupe d'hommes sacrifiés (quarante-huit exactly) pour que le gros de la troupe puisse battre en retraite. Ils sont censés maintenir une foultitude de soldats chinois (qui se battent alors auprès des Coréens) en faisant croire qu'ils sont tout un régiment. A chaque attaque, ils... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 janvier 2012

A Kiss before Dying (1956) de Gerd Oswald

" - I want to do everything for you. And I will, she said."- Finish you hamburger, will you, he answered." Avant d'être un vieux beau antipathique, Robert Wagner fut un jeune premier tête à claque et vénal. C'est tout du moins le rôle qu'il endosse dans ce Kiss for Dying, une oeuvre magnifiée (même si c'est en l'occurrence un bien grand mot) par le scope et le technicolor... à défaut d'être vraiment palpitante. Notre Robert, étudiant, sort depuis quelque temps avec l'une de ses camarades, Joanne Woodward, qui n'a po franchement un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:38 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
12 janvier 2012

LIVRE : Les Merveilles de Claire Castillon - 2012

La donzelle sur la photo intérieure est toute mimi, et vue la couverture (un joli petit chien triste), on s'attend à une bluette de jeune fille en fleur. Que nenni : dès les premières lignes, la bougresse vous empoigne par ce qu'il faut bien appeler les coucougnettes et ne vous les lâchera jamais plus au cours de ce texte âpre, cru, violent, en guerre contre le monde et nihiliste en diable. Il y a même du Virginie Despentes chez cet auteur, qui sait comme son aînée flirter avec la violence la plus dure et une certaine forme d'humour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2012

LIVRE : Conversations avec Martin Scorsese (Conversations with Scorsese) de Richard Schickel - 2011

Marrant comme toutes les interviews au long cours, maintenant, se piquent d'être sur le même modèle que le Hitchcock-Truffaut. Conversations avec Martin Scorsese ne fait pas exception, puisque Schickel y fait sagement le tour complet de l’œuvre du gars dans l'ordre chronologique, s'arrêtant plus ou moins longuement sur chacun d'eux pour réfléchir avec Scorsese à leur genèse, à leurs détails techniques et scénaristiques, à leur place dans l’œuvre complète, à ce qu'en pense le bon gars avec le recul, etc. Un souci d'exhaustivité qui ne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2012

Impardonnables d'André Téchiné - 2011

Ohla gros plantage de la part de notre André avec ce cru 2011. Moche, mal fagoté, péniblement écrit, Impardonnables est franchement étonnant de laisser-aller, comme si Téchiné avait perdu la foi en cours de route et laissé son film partir en sucette, lâchant peu à peu tous les postes, de la direction d'acteurs au scénario. Il faut dire que ceux-ci (les acteurs) ne sont pas forcément fautifs, tant les dialogues sont impossibles. On avait peur, en entrant, que la langue de Djian passe mal au cinéma, tant elle semble entièrement rédigée... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2012

La Vie au Ranch (2010) de Sophie Letourneur

Un film sur les djeuns de notre temps, entre picole, discutes à deux boules et picole. L'idée de nous immerger parmi ces jeunes filles de vingt ans n'est pas forcément mauvaise en soi, et tout le talent de Sophie Letourneur est de nous faire oublier la plupart du temps sa caméra. Les répliques fusent avec spontanéité, ça sautille dans tous les sens dès qu'on a un petit coup dans le nez (ou non d'ailleurs), ça pleurniche et ça s'épanche à la moindre rupture, ça balance grave sur la tenue d'untel quand on a décidé d'être lourd...... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2012

L'Île du Docteur Moreau (Island of Lost Souls) (1932) d'Erle C. Kenton

Il y a de très belles choses, esthétiquement parlant, et de bien belles idées teintées d'érotisme dans cette version du bouquin de Welles par ce Erle C. Kenton (qui fait ainsi son entrée sur Shangols, bienvenu à bord, Erle). Richard Arlen a joué de malchance en étant d'abord victime d'un naufrage puis balancé, après avoir été secouru, par le Capitaine d'un cargo peu scrupuleux - et un poil rancunier (Richard lui avait collé un pain pour avoir maltraité un "homme" sacrément poilu) - sur le navire du Docteur Moreau. Ce dernier n'aime... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2012

Echec au Hold-up (Appointment with Danger) (1951) de Lewis Allen

Alan Ladd est un pur et dur (misanthrope, sans coeur mais reconnu pour son efficacité), inspecteur chez les P.T.T. (Si, ça existe). A la suite du meurtre de l'un de ses collègues sur lequel il enquête, il va parvenir à infiltrer un gang, bande de saloupiots, qui projette de dérober la thune de la Poste... ("- J'ai trois millions en timbres, je fais quoi pour les dépenser ? - Ben achète des enveloppes déjà..." - Shang dit "la poilade"). Voilou pour le pitch. Notre gars Alan, d'une efficacité redoutable quand il s'agit de remonter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 03:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 janvier 2012

Zebraman 2 (Zebura Shiti no gyakushû) de Takashi Miike - 2010

L'opus 1 vous avait semblé de trop bon goût ? L'opus 2 vous plongera dans une hébétude totale, puisque notre bon Takashi, dans son esthétique aussi délicate qu'un tas de Malabar mélangé et fondu au soleil, y ajoute une ou deux épaisses couches de foutoir total, à la grande joie des petits et des grands... ou à leur écœurement complet, au choix. A la vue de ce bidule improbable et hideux, on ne sait plus trop si on doit s'affliger devant la débilité profonde de tout ce qui nous est montré à l'écran, ou s'esclaffer devant les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]