18 juin 2010

La Poison (1951) de Sacha Guitry

Le pire dans l'amour vache, c'est quand il n'y a plus du tout d'amour. Sacha Guitry, comme le fera vingt ans plus tard Granier-Deferre avec Le Chat, nous montre à quel point tout le joli romantisme amoureux peut  parfois partir méchamment en couilles... Guitry prend cinq bonnes minutes en intro pour tresser des louanges à ses acteurs et remercier tout ceux qui ont participé à ce film, s'attardant d'entrée de jeu sur le seigneur Michel Simon qui reçoit son lot de compliments avec des airs de jeune fille vierge. Il est clair... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2010

La Maison des Otages (The desperate Hours) (1955) de William Wyler

Avant-dernier film de Bogart qui semble résolument arrivé en bout de course, comme fatigué de jouer les rôles de grand méchant loup. Intéressant tout de même que ce Desperate Hours de Wyler qui se passe quasiment en huis-clos ; le concept de base de base est relativement simple, mais Wyler parvient à nous captiver sur presque deux heures grâce au constant petit jeu du chat et de la souris que se livrent ses deux personnages principaux : Bogie s'échappe de prison avec son jeune frère et un gros lourdaud ; il ne trouve rien de mieux que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2010

Breaking Bad - saison 2 - 2009

La série la plus décoiffante, sans mauvais jeu de mot, à l'heure actuelle ? Sans doute, tant cette saison 2 est un régal alternant une nouvelle fois de longues discussions écrites aux petits oignons - la femme du Walter qui décide de lui faire la gueule, ce dernier tentant de remonter le moral à son beauf - euh, moi aussi j'ai traversé des trucs difficiles ces derniers temps, certes - ou encore sa tentative pour sortir du marasme son partenaire drogué jusqu'à l'os. Des séquences tarantinesques au niveau des dialogues et une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2010

Lost - Saison 6 - 2010

Ah les enfoirés, se seront quand même bien foutu de notre gueule sur six saisons et cent vingt-et-un épisodes, les créateurs de Lost, à nous faire croire que ces trois mille parties de pique-nique sur une île allaient déboucher sur quelque chose. Fallait être certes un peu sot pour croire que le film nous donnerait une clé sur le sens de la vie ("Petit Shang, film tu verras" aurait pu me lancer une John Locke droit dans les yeux) mais ils nous ont quand même bien menés en bateau pour accoucher d'une morale aussi couillonne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2010

LIVRE : Les Couleurs Vagues et autres recueils de Georges Brassens - 1939/1946

Vous avez devant vous le plus grand fan de Brassens, je connais toutes ses chansons par coeur, ne jouez pas à ça avec moi. Mais je ne connaissais pas ces petits poèmes écrits à l'heure des vaches maigres. Un petit tour donc dans cet univers gentillet et agréablement malpoli où, ça et là, pointe déjà le Georges futur, celui qui saura manier la langue avec cette maestria pleine de modestie à travers ses chansons. Bon, le souci, c'est que le compère est bien meilleur dans la chansonnette que dans la poésie pure, et que la plupart de ces... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2010

Le Secret derrière la Porte (Secret Beyond the Door...) (1948) de Fritz Lang

Malgré une résolution quelque peu décevante - Oedipe quand tu nous tiens -, une voix off un peu trop systématique, et des acteurs un peu trop monolithiques, il y a de belles choses dans ce film de Lang. On pourrait presque y voir une compile des années 40 du maître Hitch (de Rebecca - mais Joan Fontaine imprime plus la rétine que Joan Bennett - à Spellbound - mais scénaristiquement et visuellement un ton au-dessous - en passant par Suspicion - mais malheureusement point aussi tendu et ambigu au niveau du suspense), même si, malgré... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 juin 2010

La Trilogie du Sabre (Vol. 1) : Tuer (Kiru) (1962) de Kenji Misumi

Dès les premières images, on retrouve ce qui fera la patte de Misumi (quatre Baby Cart à son actif, entre autres), à savoir des des plans cadrés au micron qui utilisent à la perfection le format scope. Ca commence en silence, paisiblement, avant qu'une femme la lame à la main se jette sauvagement sur sa maîtresse "félonne" : le ton est donné dans ce film très noir, sans vraiment d'affect, où de soudains éclairs de violence, comme un rayon du soleil capté brutalement par un sabre (hein?), viennent fugacement émailler la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2010

When You're strange de Tom DiCillo - 2010

Partagé sur ce doc énergique et intéressant sur les Doors (comprendre sur Jim Morrison, les autres n'ayant droit qu'à quelques miettes d'intérêt : on y découvre certes des images inédites passionnantes, on y entend certes quelques-uns des chefs-d'oeuvre éternels des compères, mais on se retrouve aussi un peu sur sa faim à la sortie. When You're strange, malgré quelques plans étonnants, n'est qu'une énième hagiographie de Morrison, dans laquelle on n'apprend absolument rien pour peu qu'on s'intéresse un tantinet aux Doors, et qui ne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2010

A Canterbury Tale (1944) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Voilà une oeuvre du fameux duo anglais réalisée en temps de guerre incroyablement paisible. Il est peu de dire que le rythme du film est aussi lent qu'un dimanche après-midi (bon timing), et que l'intrigue se réduit finalement à peau de chagrin. Mais à l'image du destin des quatre protagonistes, la conclusion se fait lumineuse pour ne pas dire miraculeuse et ne peut que toucher au coeur du moindre spectateur de base (Hi !) par la sérénité qu'elle dégage. Porté par un noir et blanc qui touche au sublime (l'arrivée de nuit dans la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2010

Les Bourreaux meurent aussi (Hangmen Also Die! ) (1943) de Fritz Lang

Grand film sur la résistance et ce même si, en pleine période de propagande, Brecht, Wexley et Lang se permettent quelques arrangements avec la vérité historique : cet hymne à la résistance auquel participe le peuple tchèque dans son ensemble met forcément du baume au coeur de tout adepte de la liberté - quels que soient les sacrifices et les mensonges, seule compte l'issue finale, et la petite mécanique scénaristique de cette oeuvre constitue une remarquable montée en puissance au niveau de la tension et du suspense. Un jeu avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]