08 février 2020

Meetin' WA (1986) de Jean-Luc Godard

Deux monstres sacrés du cinéma se rencontrent, et une interview qui flirte avec la déception la plus totale... Godard a beau faire son possible, souvent aidé par une traductrice, pour poser ses questions en anglais, mais les propos sont rarement - voire jamais - à la hauteur de la rencontre. Même Woody se tourne généralement vers la traductrice pour répondre, on sent qu'il fait de son mieux, appliqué, mais aucune étincelle ne se crée, aucun échange digne de ces noms... Il y a même plutôt un sentiment de confusion qui règne (ouais,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2020

Pour Sama (For Sama) (2019) de Waad Al-Kateab & Edward Watts

Vous cherchez un doc coup-de-poing ? Vous voulez trouver une œuvre pour faire définitivement fermer leur gueule à tous ces abrutis qui ne comprennent pas pourquoi les réfugiés syriens "ne sont pas restés chez eux" ? Vous voulez des preuves (même si votre suspicion est déjà élevée) démontrant qu'Assad et Poutine sont des bouchers et la communauté internationale de lâches bureaucrates ? Je vous conseille fortement ce doc tourné en temps et en heure dans la cité d'Alep assiégée. Attention tout de mêmes aux âmes sensibles, je le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:42 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 février 2020

Adieu, Clarté d’Été (Saraba natsu no hikari) (1968) de Kijû Yoshida

Film très "flottant" du gars Yoshida qui oscille entre romance constamment reportée et nostalgie nippone. Une femme, un homme se croisent au Portugal. Ils sont tous les deux originaires du Japon. C'est un pays qu'elle a quitté il y a 8 ans pour suivre son futur mari américain, c'est un pays qu'il a quitté le temps d'une escapade touristique. Les deux individus ne vont cesser de se croiser (Yoshida se plaisant à mettre et remettre en scène leur rencontre, comme pour mieux faire ressentir ce moment crucial, ce point de départ) dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2020

L'Invasion des Profanateurs de Sépulture (Invasion of the Body Snatchers) (1956) de Don Siegel

Excellent, ce petit film de genre vintage signé Don Siegel : et si du jour au lendemain, tous vos voisins devenaient complètement cons, sans affect, sans amour, sans pitié, sans désir ? Etait-ce déjà le cas avant ? Bon il n'y a alors pas d'urgence. Sinon, vérifiez qu'il n'y a pas une gigantesque cosse qui traîne dans ses poubelles : votre voisin a été body snatché et, cette nuit, ce sera surement votre tour. Gardez un oeil ouvert, ne vous endormez plus... Il est bien difficile en tout cas pour le Dr Miles et la sémillante Becky... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2020

La Drôlesse de Jacques Doillon - 1979

Le fin fond de la campagne profonde dans les années 70 ressemble un peu au bac à litière de mon chat, c'est ma première constatation. Franchement, ces couleurs grises et cacadois ont même affolé l'oeil du daltonien que je suis, il faut le faire. Mais c'est sûrement la réalité : on s'intéressait peu à la lumière flamande dans la ruralité de ces années-là, et Doillon, fidèle à lui-même, met son point d'honneur à bien restituer les atmosphères délétères de l'époque. Nous voici donc dans la campagne, accrochés à la petite Mado, 11 ans,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2020

Spartacus de Stanley Kubrick - 1960

Hommage éploré à une de nos idoles, et en même temps petite révision d'un des grands classiques du peplum, Spartacus fait bien plaisir à revoir, tant il est toujours bon de vérifier qu'à une époque, on savait envoyer du spectacle (certes convenu) sans trop se prendre la tête. Nous voilà plongé dans la Rome antique, mâtinée de grandes toiles peintes hollywoodiennes et peuplée de millions de figurants tout petits mais expressifs tombant comme des mouches sous les coups d'épée des légions romaines. 3h16 de grand spectacle total, une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2020

Warrendale (1967) de Allan King

King est décidément le boute-en-train du doc avec cette œuvre sur des enfants "à problèmes" (je vous garde, après avoir évoqué les engueulades de couple, celui pour le cancer pour la fin). Des enfants, appelons-les Carol, Irène ou Tony puisque c'est leur nom, qui te piquent des crises en deux-deux : si vous n'aimez pas les enfants, si vous n'aimez pas la violence, si vous n'avez aucune patience et aucune fibre envers les éducateurs spécialisés (pourquoi faut-il qu'il y ait toujours un barbu dans l’équipe ?), il vaut mieux que vous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2020

Les Désarrois de l’Elève Törless (Der junge Törless) (1966) de Volker Schlöndorff

Les enfants sont cruels. L'humanité, aussi, par extension. Schlöndorff adapte Musil et cette histoire de collégiens qui tourne mal. Le jeune Törless assiste à la torture de l'un de ses camarades, un certain Basini, par deux de ses camarades plus "expérimentés" (dans la bêtise, surtout). Basini, coupable d'un vol, est victime d'un pur chantage par ces deux "camarades" : soit il accepte son sort (c'est à dire obéir à tous les caprices de ces deux individus sans limite morale), soit il sera dénoncé à la direction. Törless, individu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2020

La 317ème Section de Pierre Schoendoerffer - 1965

Bon Dieu, voilà un film qui sent l'homme et la sueur ou je ne m'y connais pas. Après Costa-Gavras, Schoendoerffer : Shangols se fait viril et politique cette semaine, et redécouvre les beautés des hommes entre eux. Contexte différent pourtant avec La 317ème Section, et contexte assez inédit : nous sommes en Indochine en 1954, quelques jours avant la bataille de Dien Bien Phu. Un bataillon de soldats français reçoit l'ordre d'évacuer son camp et de rallier un autre poste, situé à plus de 100 kilomètres de là. C'est le début de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 février 2020

Les mille et une Nuits (Il fiore delle mille e una notte) (1974) de Pier Paolo Pasolini

C'est un film étrangement apaisant que nous livre le gars Pasolini. Certes, le sexe est un sujet explosif sous certaines latitudes et l'on se doute que ces 1001 nuits qui montrent la plupart des personnages dans le plus simple appareil ont dû véhiculer en leur temps leur petite dose de scandale. Mais faisons fi du passé et regardons aujourd'hui cette œuvre en toute sérénité : il y a dans cette dizaine d'histoires aussi malicieusement entremêlées que les corps des divers personnages beaucoup de plaisir à tirer. On reste en effet... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]