17 octobre 2018

La Jeunesse de la Bête (Yajû no seishun) (1963) de Seijun Suzuki

Le cinoche de Suzuki dépote et ce polar mené de main de maître le prouve une nouvelle fois. La Jeunesse de la Bête semble parfois partir un peu dans tous les sens (toujours ces histoires de gang à la con chez les Japs : nom de Dieu, ce type en costard fait partie de quelle bande ?) et ne fait pourtant que creuser le même sillon : démontrer la gangrène de la société jap livrée à des gangs sans foi ni loi. Qui s'y colle pour la démonstration en bonne et due forme ? Joe ? Eh ouais, notre bon vieux Joe Shishido, l'homme à la violence... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2018

LIVRE : Réelle de Guillaume Sire - 2018

Tout petit livre que celui-ci, qui déploie mollement sa trame et finit par ressembler à ce qu'il entend critiquer. Il s'agit en effet de télé-réalité dans ce roman : on y suit l'ascension, l'accès à la gloire puis la redescente sur terre d'une fille d'aujourd'hui, Johanna (toute ressemblance avec la Loanna de "Loft Story" est revendiquée), qui ne rêve que d'une chose : être célèbre, pour n'importe quel motif, afin d'épater les garçons qui l'ont prise pour une pute au lycée, de rendre vertes de jalousie les filles pour lesquelles ils... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2018

Invasion (Yochō : Sanpo suru shinryakusha) de Kiyoshi Kurosawa - 2018

Un petit film nippon pour accompagner la lecture du dernier Murakami, et non des moindres puisqu'il s'agit d'une nouvelle incursion dans l'étrange du toujours affûté KK (12 films en deux ans à peu près, le gars ne chôme pas). Etrange projet d'ailleurs, puisque ce nouveau film est une sorte de variation sur le même thème que son autre film de 2018, Avant que nous disparaissions. Même sujet, même idée de ces extra-terrestres qui prévoient une invasion de la Terre et en profitent pour piquer des concepts aux humains, mais ton assez... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2018

Histoire d'une Prostituée (Shunpu den) (1965) de Seijun Suzuki Noga

Seijun Suzuki, qui nous a malheureusement quitté l'an dernier, était définitivement un très grand parmi les réalisateurs de "seconde zone" (sans condescendance aucune). L'Histoire d'une Prostituée se déroule en Manchourie : la Chine est alors occupée par le Japon et certaines demoiselles du pays du soleil levant viennent dans les garnisons pour "soulager" les soldats (sept gonzesses pour mille soldats, ça va, c'est pas l'usine non plus... - pardon). L'une d'elle, Harumi (les grands yeux sombres de Nogawa Yumiko), suite à une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2018

La Marque du Tueur (Koroshi no rakuin) (1967) de Seijun Suzuki

Petit cycle Suzuki et nippon cette semaine pour accompagner la lecture du dernier Murakami (histoire de trouver un peu d'homogénéité dans ce monde étrange où Bayrou a encore de l’influence). Suzuki, et sa grammaire cinématographique toujours aussi séduisante (montage "éclair", mise en scène stylée, cadre propre), nous emmène donc cette fois-ci sur la trace d'un tueur, pas forcément celui du titre (le "tueur n°1" qui laisse un petit trou sur le front de ses victimes), mais plutôt celui incarné par Joe Shishido (l'acteur aux plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2018

LIVRE : Le Discours de Fabrice Caro - 2018

Qui osera m'enlever des mains les BD imparables de Fabcaro, dont l'humour m'est aussi nécessaire que le pain et le pastis ? Qui ? Bien, je vois que personne ne bronche, et tant mieux, car il m'aurait fallu développer sur l'humour unique que le bon garçon a su mettre en place, mélange d'absurde anglais, de références générationnelles et d'une bonne dose d'ironie néo-punk carrément jouissive. Fort de cet amour, je me suis penché vers ce roman, deuxième de cet auteur après le plaisant Figurec, puisque c'est bien de la littérature pure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2018

The Book of Life (1998) de Hal Hartley

1998 sonne peut-être le glas de ce bon Hal (d'autres diront qu'il est mort comme cinéaste avant même d'avoir commencé - médisez, va) qui après l'ultime œuvre d'un peu de tenue, Henry Fool, sombrera peu à peu. On est donc ici à la veille de l'An 2000 (un moyen métrage d'une heure qui fit partie d'une commande pour la télé (Arte, sur le thème l'An 2000 vu par...)) et ce bon fils de Dieu (Martin Donovan, énervé) revient sur terre au côté de Magdalena (P. J. Harvey, la seule bonne nouvelle de la chose ? Même pas car sa chanson a capella... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2018

Accord Final de Douglas Sirk (attribué à Ignacy Rosenkranz) - 1938

Béni soit ce cher vieux Patrick Brion, qui, à 117 ans passés, nous propose encore de nous émerveiller devant des films rarissimes (celui-là, on doit pas être beaucoup plus que 6 à avoir veillé dimanche pour le regarder) ; en l'occurrence un film à l'histoire bizarre, français mais réalisé par un Allemand et signé par un prête-nom pour de sombres histoires de droit. Ce statut déteint d'ailleurs sur le film lui-même, pour tout dire pas très adroit et même carrément branquignol souvent. On est pas dans le grand chef-d'oeuvre inconnu,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 octobre 2018

Gervaise (1956) de René Clément

L'Assommoir m'avait assommé quand j'étais en seconde et je dois reconnaître n’avoir jamais osé me replonger dans ce bouquin de Zola (pas lu tous les Rougon-Macquart mais la série a quand même pris du plomb dans l'aile depuis). J'allais donc un peu à reculons au visionnage de cette adaptation de Clément craignant un certain misérabilisme facile (un a priori tout autant facile). J'avais tort car le René s'en sort avec certains honneurs dans cette adaptation de deux heures jamais plombante. Entre le combat féminin en ouverture entre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2018

Carré 35 d'Eric Caravaca - 2017

Peut-être un film à faire rentrer dans l'odyssée "films noirs" de ce blog. Caravaca enfile son imper de détective et s'attaque à l'épais dossier des non-dits de sa famille ; ce qui en ressort est bouleversant. Rien de bien extraordinaire pourtant, rien que du tristement banal : avant sa naissance, ses parents ont perdu une petite fille de trois ans, Christine. Un de ces coups tordus du destin, mais dont le cinéaste aujourd'hui, 40 ans après les faits, va se rendre compte avec ce film "work-in-progress" des ravages qu'il a amenés... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]