17 février 2021

Malgré la Nuit de Philippe Grandrieux - 2015

Grandrieux continue à nous scier tranquillement les pattes et à nous proposer des obus filmiques improbables, sensoriels et parfaitement géniaux. On ne ressort pas exactement comme on y était entré de Malgré la Nuit, exercice ardu et exigent, pour les nerfs autant que pour l'intellect. Je ne conseillerais pas ce film à n'importe qui, mais si vous acceptez le lâcher-prise et la pulsation, ma foi je ne peux que vous encourager à vous taper la chose. Il quitte cette fois les sentiers difficiles de l'expérimentation pure, renoue avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2021

Alerte aux Indes (The Drum) (1938) de Zoltan Korda

Korda nous amène aux confins du Peshawar, à la frontière nord de l'Inde, où se trame une rébellion pas piquée des hannetons contre les envoyés de l'armée british : ces derniers, emmenés par le Capitaine Carruthers (Roger Livesey) accompagné de sa famélique femme Valerie Hobson, ne veulent que la paix (ah ce bon temps des colonies - non, allons, ceci n'a rien d'une œuvre de propagande, c'est uniquement le cœur qui parle ici...), pactisent avec tout bon Indien (même quand il n'est pas encore mort) et passent justement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2021

César (1936) de Marcel Pagnol

Je ne pensais pas trouver le courage de revoir cette trilogie avé accent avant de mourir, c'est chose faite, gloire en partie au confinement number 2. En parlant de mort, justement, dieu qu'il fut difficile de rentrer dans le "rythme" de ce dernier épisode pagnolesque : Panisse est mourant et le défilé autour de son lit donne le la de cet épisode qui part dans une ambiance mortifère... Puis, enfin, le bougre meurt, et voilà le fils "illégitime", Césariot (André Fouché, mauvais comme un cochon) qui découvre enfin, à 20 ans, que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2021

Le Futur est femme (Il futuro è donna) de Marco Ferreri - 1984

Au tournant des années 80, on dirait que Ferreri a changé, qu'il ne sait plus fabriquer que des films douloureux, qu'il a laissé derrière lui l'humour et la farce. Le Futur est femme est un exemple de cette mutation pas forcément géniale dans la carrière du bougre : assez chiant, macabre, de mauvais goût mais parfois assez touchant, complètement tourné vers les problèmes de couple et tout ce qui va avec (la maternité, l'impuissance, le sexe,...). Mais il est essentiellement question d'amour, et le film développe habilement les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2021

César et Cléopâtre (Caesar and Cleopatra) (1945) de Gabriel Pascal

On reste dans l'esprit péplum avec cette curieuse adaptation de l'histoire de César et Cléopâtre sous l'œil peu inspiré de Gabriel Pascal et sous la plume enflammée et pompeuse de Bernard Shaw. Dès le départ, on a du mal avec ce parti pris qui est de nous montrer une Cléopâtre jeune et bécasse (Vivien Leigh, parfaite pour le rôle) face à un César toujours moqueur et sûr de son fait (sauf quand il est question de ses rides et de sa calvitie... il se rembrunit un brin... It's Raining Claude...). César sait tout, comprend tout,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2021

LIVRE : La Nuit des Orateurs de Hédi Kaddour - 2021

Je ne suis pas a priori fan des "romans historiques", quels qu'ils soient d'ailleurs, mais cette petite plongée en pleine civilisation romaine (sous le règne tyrannique de Domitien) a quelque chose de ravigotant. Cela change de ces romans contemporains qui s'ébattent tout seul, sans recherche, sans référence et qui s'auto-détruisent à la dernière page lue. Kaddour ne mange pas de ce pain là et l'on sent dès le départ que son livre est tout imprégné de romanité (...) comme si le gars revenait tout juste de cette époque. Des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2021

Le Bateau qui mourut de Honte (The Ship that died of Shame) (1955) de Basil Dearden

On continue notre petit cycle Dearden avec cette œuvre au titre plus ou moins énigmatique mais qui tient finalement toutes ses promesses en terme de mystère : après le bateau-fantôme, aurait-on affaire à un bateau qui agirait en toute conscience ? Hum, hum... Le film s'ouvre en pleine guerre alors qu'un trio de potes (Richard Attenborough, George Baker et  Bill Owen) aidés par le reste de l'équipage enchaîne les missions périlleuses avec succès : explosion de mines, de réserves d'essence, de bateaux ou d'avions... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2021

We want Sex Equality (Made in Dagenham) (2010) de Nigel Cole

Made in Dagenham est un film (à l'anglaise) qui part d'un bon sentiment puisqu'il s'agit ici de retracer le combat des femmes (from a true story, quasi) dans les usines Ford en Angleterre à la fin des sixties : ces dames, couturières qualifiées en charge de ces moelleux sièges, demandent un salaire équivalent à celui des hommes ; les patrons font les gros yeux, les syndicats eux-mêmes sont frileux, le pouvoir observe mais ces femmes ne se démontent point et commencent une grêve illimitée... qui amène très vite la fin de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2021

Ça chauffe au Lycée Ridgemont (Fast Times at Ridgemont High) (1982) de Amy Heckerling

Un peu de nostalgie des années 80 ? Ouais bon, je sens déjà que certains frémissent... Nous voici donc apparemment face à un film culte de ces années outre-Atlantique, une œuvre (qui se situe dans le milieu scolaire, forcément) qui vit plus ou moins débuter les Sean Pean (drogué jusqu'aux oreilles, déjà), les Nicolas Cage (lourdaud, déjà), les Forrest Whitaker (immense, déjà), les Jennifer Jason Leigh (bêcheuse), les Phoebe Cates ou encore les Eric Stolz. Ça fait un peu bizarre de se rendre compte qu'ils furent jeunes à ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2021

Merrily we go to Hell (1932) de Dorothy Arzner

On retrouve avec plaisir Dorothy Azner, seule réalisatrice d'Hollywood en son temps et qui va une nouvelle fois avec cette œuvre avoir les honneurs de la collection Criterion. Merrilly we go to Hell présente les joies du mariages sous un angle pour le moins caustique et éthylique : à ma gauche Fredric March, journaliste à l'humour pointu qui boit comme un trou depuis que la blonde actrice Adrianne Allen et son air peste l'a lourdé ; à ma droite, la cotillardesque Sylvia Sidney (j'avoue avoir un faible pour elle), fille... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]