04 mars 2017

Les Codes / Les Chiffres (Szyfry) (1966) de Wojciech Has

Les films de Has ne laissent jamais indifférent et posent, sans avoir l'air parfois d'y toucher, quantité de problématiques. Il est question ici d'un homme qui revient en Pologne vingt ans après la fin de la guerre ; il a lui-même combattu sur le front de l'Afrique de Nord et n'a donc pas participé directement aux événements qui se sont déroulés à cette époque dans son pays. Il revient pour retrouver sa femme (qui a un léger grain) et son fils aîné (avec lequel les rapports sont tendus) mais surtout pour enquêter sur la disparition... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2017

LIVRE : Quelques Jours dans la vie de Tomas Kusar d'Antoine Choplin - 2017

Moi j'aime bien me faire une petite injection d'Antoine Choplin à espaces réguliers. Voilà un auteur qui n'aura jamais le Goncourt, et qui ne le réclame pas d'ailleurs, qui fait son bout de chemin à tout petits pas et livre quelques bouquins tout à fait délicieux. Ses sujets sont pourtant assez amples, et celui-ci ne fait pas exception : l'ascension de Vaclav Havel dans la Tchécoslovaquie des années 60-70, depuis sa petite troupe de théâtre itinérante (et les bides qu'elle rencontre au contact des ouvriers) jusqu'à l'accession à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2017

La Diablesse en collant rose (Heller in pink tights) de George Cukor - 1960

Ça sent le crépuscule pour George Cukor en ce début des années 60, si on en juge en tout cas par ce western pataud et assez triste. La fantaisie ordinaire du bonhomme se change ici en un curieux malaise par rapport aux acteurs, et par un traitement un peu creux de la comédie. On songe pas mal au Carosse d'Or, mais le vieux Renoir y montrait un sursaut de jeunesse qui fait défaut ici. Bon, ne pleurons pas trop, il y a quand même de belles choses là-dedans, et s'il n'était pas signé Cukor, on serait même prêts à y trouver de quoi... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2017

La Chambre du Fils (La stanza del figlio) de Nanni Moretti - 2001

Difficile de dire exactement en quoi, mais La Chambre du Fils est un film magnifique. On a l'impression d'avoir vu 100 fois ces scènes, d'avoir épuisé le sujet de la famille face à la tragédie ; mais Moretti semble réussir mille fois mieux chacun de ces épisodes, cultivant une symbolique très discrète, occultant tout pathos de cette tragédie, enchaînant presque mine de rien les scènes délicates et justes, pour finir par dessiner des personnages qu'on a rarement vus aussi forts. Soit donc une famille lambda, heureuse, rigolote,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2017

Le Début (Начало) de Gleb Panfilov - 1970

Comment déjouer la censure, leçon n°1. Vous envisagez de faire la révolution. Mais vous habitez en Russie en 1970. Vous vous décidez quand même, et vous choisissez de faire un film, avec comme symbole de la rebellion un personnage immédiatement assimilable à son caractère de paria : Jeanne d'Arc. Bien sûr, vous ne pouvez pas aborder le personnage frontalement, ne jouez pas à Dreyer. Il s'agit de faire passer la pilule. Mais, en attendant, tournez les scènes de la Passion de Jeanne, montrez sa révolte, ses colères, développez son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2017

La Chambre des Exécutions (Shokei no heya) (1956) de Kon Ichikawa

Un film sociétal et noir du maître Ichikawa comme on les aime : le récit est centré sur le jeune étudiant Katsumi (Hiroshi Kawaguchi), une parfaite petite tête de con. Dès le départ on comprend qu'au-delà de ne pas respecter son père (petit employé de banque rongé par un ulcère), il y a cette volonté de ne pas suivre ses traces : mener une vie à la coule, vivre d'expédients et de baston, et surtout, cerise sur le gâteau, ne pas respecter son prochain, homme ou femme. Katsumi organise avec ses potes des soirées dansantes qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2017

LIVRE : Des Hommes sans femmes (Onna no inai otokotachi) d'Haruki Murakami - 2014

Murakami revient en très grande force avec ce recueil de nouvelles qui lui ressemblent à mort : jazz, solitude, poésie, chats, jeunes filles opaques et lunes étranges, on est dans l'univers du maître nippon dès les premières lignes. Chaque nouvelle nous plonge en quelques phrases dans un univers, ni tout à fait le même ni tout à fait un autre, et le gars sait conjuguer sens du conteur avec style insaisissable, on est comblé. Le thème de l'ensemble, comme le titre l'indique, est la solitude des hommes : tous, plus ou moins, ont été... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mars 2017

Premier Contact (Arrival) de Denis Villeneuve - 2016

Vertus et dangers du langage quand il est bien ou mal manié. Pour Denis Villeneuve, pas de doute : la compréhension (ou l'incompréhension) entre les peuples passe par la langage et la communication, et il décide, pour illustrer son propos, d'en passer par le spectacle hollywoodien et le bigger than life. Des soucoupes aterrissent subitement sur Terre. Les Chinois ou les Bangladeshois, ces cons, veulent pratiquement tout de suite pulvériser ces étrangers, sans sommation ; mais les Américains, plus fins, décident d'envoyer deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2017

The proud Princess (Pysná princezna) (1952) de Borivoj Zeman

Comme c'est bientôt Noël, quoi de mieux, pour nous mettre en train, qu'un petit film de prince et de princesse tchèques - avec quelques numéros musicaux (et des fleurs qui chantent !!) et quelques danses folkloriques fortement inspirées par la bourrée ? J'ai envie de répondre il y a sûrement mieux même si rien ne me vient automatiquement à l'esprit. Oui, ce joli conte clôt gentiment notre cycle tchèque et slovaque, mais j'avoue avoir attendu un peu plus que cette histoire un peu mièvre. Il était donc un roi bon comme du bon pain... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2017

Split de M. Night Shyamalan - 2017

Avec des petits malins comme Shyamalan, ça passe ou ça casse. Comme tout tient, en gros, sur le dernier quart d'heure, censé vous scier sur place, il s'agit de rester suffisamment intéressant pendant l'heure et demie qui précède pour vous faire rester dans la salle quand même. Ça marchait bien avec The Visit, par exemple. Mais là, avec Split, le gars retombe dans ses travers passés. Non seulement le film est uniformément ennuyeux, mais en plus même le dernier quart d'heure est raté et décevant. On passe donc son temps à bailler aux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]