03 mai 2018

Gremlins de Joe Dante - 1984

Jurassic Park, Trop Belle pour toi, Gremlins, vous me trouvez ici en pleine régression adolescente, ou plutôt, pour faire sérieux, en pleine période de vérification de la viabilité des films mythiques de ma jeunesse. Celui-là n'a franchement pas à rougir du poids des ans : Gremlins reste aujourd'hui le Divertissement Parfait, le genre de film-défouloir qui fait du bien par où il passe, même s'il passe plus par les zygomatiques que par le cerveau. Une entreprise bon enfant de démolition des motifs de l'enfance, ça ne peut pas être... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2018

La Rivière sanglante (Drums across the River) de Nathan Juran - 1954

Ah oui, c'est l'âge d'or, aucun doute, et même dans les petits westerns sans façon et sans budget, on trouve des pépites, comme cette Rivière sanglante qui ne paye pas de mine au demeurant mais s'avère très réjouissantes pour nos mirettes gourmandes. Rempli jusqu'au bord de scènes d'action, de glamour et de dilemmes moraux, le film raconte une conversion, celle de Gary Bannon, raciste, rancunier et sans égard pour les Indiens ses voisins (des "Utes", on aura bientôt fait le tour des différentes tribus). Ils ont en effet tué jadis sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2018

The Master (2013) de Paul Thomas Anderson

Le cinéma d'Anderson, s'il faut reconnaître son caractère très léché au niveau des images, sa science au niveau du montage, a tout de même bien du mal à me convaincre. En essayant de rendre sur-signifiants ses deux personnages principaux (Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman "à la parade" - si les observer jouer est souvent rigolo, cela bousille aussi un peu le film à la longue...), en essayant de concentrer toute une époque de l'Amérique en deux individus, la "démonstration" finit à mes yeux par être un peu lourde... D'un côté... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 avril 2018

Trop Belle pour toi de Bertrand Blier - 1989

« Il me fait chier votre Schubert, vous comprenez ? CHIER !!! » Gros choc à la revoyure de ce film que j'avais vu à l'époque dans une petite indifférence polie (due à mon admiration sans nuance pour le précédent film de Blier, Tenue de Soirée : celui-ci est très différent). Pour tout dire, Trop Belle pour toi, loin d'avoir vieilli, a au contraire embelli avec le temps. Blier semblait être largement en avance sur son époque, avec son montage étrange, avec ses séquences courtes, avec sa direction d'acteurs. On est là face à un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2018

LIVRE : Portnoy et son Complexe (Portnoy's Complaint) de Philip Roth - 1969

Un roman qui ne parle que de branlette, diront ses détracteurs, et c'est pas faux. C'est effectivement le sujet central de Portnoy et son Complexe, roman labyrinthique et dément sur les pulsions sexuelles d'un jeune Juif vampirisé par ses parents et obnubilé par les rondeurs et orifices de ses contemporaines, qu'il rêve de contempler, pénétrer et lécher jour et nuit. On fait plus consensuel comme sujet, mais Roth s'attaque au sujet sans aucun frein à la chose, réalisant un roman qui a autant à voir avec la fantasmagorie fellinienne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 avril 2018

Les Desperados (The Desperadoes) de Charles Vidor - 1943

Eh ben voilà ! Quand on a les moyens, deux trois bons acteurs et un script solide, on est tout à fait capable, même en n'étant pas un metteur en scène fabuleux, de tricoter un petit western spectaculaire et fun. Charles Vidor n'est pas le premier de la classe, mais nous offre un joli petit film qui sent bon le cuir des selles et la poudre des guns. Son scénario est bien retors et gentiment classique : dans une ville prospère, qui vit du commerce des chevaux, un banquier corrompu, aidé par quelques notables de la ville, organise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2018

Unknown Valley (1933) de Lambert Hillyer

Pouvait-on un jour imaginer découvrir Jean-Marie Bigard, dans une tenue d'Elvis, venant porter secours à son père prisonnier d’intégristes mormons ? Pas facile en effet et c'est pourtant ce que nous propose Lambert Hillyer dans ce film qui ne faisait même pas partie à l'origine de l'odyssée western (si en plus j'en rajoute, alors là, on en verra jamais le bout). Bref, blague à part, le gars Buck Jones est un type sérieux, droit dans ses bottes, semblant toujours vouloir aller à l'essentiel mais qui ne se refuse pas, le cas... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2018

Le Dibbouk (Der Dibuk) de Michał Waszyński - 1937

Un des rares films en langue yiddish à valoir le détour, d'après ce que dit le bon Patrick Brion qui ne tarit pas d'éloge sur ce film, et qui m'a convaincu de repousser le sommeil pour me taper la chose au milieu de la nuit. Ca n'augure rien de bon pour le reste de la production en yiddish, c'est le résultat auquel je suis arrivé au terme de la vision de ce film aussi passionnant que la bar-mitzvah du voisin. Complètement empreint de religion, jusqu'à faire en sorte que tous les rites, toutes les chansons et toutes les traditions... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 avril 2018

Rings on her Fingers (1942) de Rouben Mamoulian

Continuons de feuilleter d'un doigt léger la filmo de notre chère Gene Tierney. Oui, on ne s'attend pas à découvrir que des chefs-d’œuvre, loin de là... Ce Rings on her Finger, sympathique petite comédie sentimentale sur fond d'arnaque, est à mettre dans les films "moyens" de la gente dame... Elle forme ici un duo avec l'excellent Henry Fonda, peut-être pas l'acteur le plus sexy ou le plus comique dans son genre, mais ce duo tient la route (moyen, quoi) ; au niveau de la comédie, on apprécie la présence du génial et ventripotent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 avril 2018

Répulsion (Repulsion) (1965) de Roman Polanski

Il était tout de même fabuleusement doué, ce diable de Roman, à ses débuts. Redécouvrir Répulsion, avec une image nickel chrome qui rend parfaitement hommage au travail sur les ombres, est un vrai bonheur tant l'on sent le soin apporté à chaque cadre, à chaque lumière (Gilbert Taylor est loin d'être un manchot, choisi à l'époque par Polanski après avoir maté Dr Strangelove - le type bossera avec Bouddha et sur Star Wars), à chaque enchaînement de séquences, à chaque décor (les mains traversant les murs, un effet saisissant que l'on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]