25 mars 2022

LIVRE : L'Apparence du Vivant de Charlotte Bourlard - 2022

Il envoie du bois, le premier roman de Charlotte Bourlard, malheureusement plus du côté du scénario que de l'écriture, mais il envoie du bois. La dame semble cacher sous le joli minois qu'elle affiche en quatrième de couverture des élans morbides et trash tout à fait réconfortants pour l'amateur de sensations fortes en littérature que je suis. Elle parvient même à me déranger assez durablement, ce qui est rare, et même si on tique parfois devant la lourdeur du style, devant le manque de mesures de la trame, devant quelques gros sabots... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2022

Un Chariot pour Vienne (Kočár do Vidnĕ) (1966) de Karel Kachyna

Karel Kachyna, dont on avait déjà pu apprécier L'Oreille, signe avec ce Chariot pour Vienne une nouvelle œuvre très réussie, aussi bien sur le plan esthétique (cette forêt d'arbres noirs constamment dans la brume) que sur le plan du suspense (sur quel cou cette hache va tomber ? Attention à la). Pas besoin de trente mille figurants pour rendre un film passionnant : une simple situation de départ tendue (on est vers la fin de la seconde guerre mondiale : on apprend dans un texte liminaire qu'une jeune femme tchèque a perdu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2022

Qui tire le premier ? (A Time for Dying) de Budd Boetticher - 1969

Avant-dernier film de Boetticher, dernier d'Audie Murphy, fin du western classique : A Time for Dying est né sous une mauvaise étoile, et portait dès sa conception la marque de sa morbidité. Quand on lance la chose (tout frétillant à l'idée qu'on va se taper un western encore non vu du grand Budd), on se rend compte très vite qu'on va assister à un naufrage en bonne et due forme. Le fait est que tout est raté là-dedans, et qu'on ne cesse de lever les yeux au ciel devant la déchéance totale d'un cinéaste qui nous a vraiment ébloui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mars 2022

Viens je t'emmène d'Alain Guiraudie - 2022

Envie qu'on vous parle de légèreté tout en traitant de prostitution, d'attentats, de jihadisme et de réfugiés ? Pas de problème, Guiraudie est là pour agrémenter votre soirée. Et c'est vrai que le bougre parvient à conserver son ton pince-sans rire à nul autre pareil tout en creusant réellement ces thèmes, et en nous donnant à voir une société d'aujourd'hui guère reluisante. En mode mineur cette fois-ci, Guiraudie poursuit son œuvre très singulière, inclassable, iconoclaste, et si Viens je t'emmène n'a pas l'originalité des bombes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2022

La dixième Victime (La decima Vittima) (1965) d'Elio Petri

Ah les sixties, quand on osait tenter des prod futuro-kitsch et teindre Marcello Mastroianni en blond (un véritable choc esthétique à lui seul). Sur un scénar qui n'est pas sans faire penser de façon anachronique au Prix du Danger (pour amener la paix dans le monde, un sympathique jeu a vu le jour à l'international : des personnes s'inscrivent pour être soit tueur soit personne pourchassée (à tour de rôle) ; si vous parvenez à survivre à 10 chasses (comme traqueur (qui connait le nom et l'adresse de la victime) ou comme traqué (qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 mars 2022

LIVRE : Ton Absence n'est que Ténèbres (Fjarvera þín er myrkur) de Jón Kalman Stefánsson - 2022

Je n'avais pas été complétement convaincu par son précédent livre qui mêlait de façon un peu bordélique plusieurs historiettes, je le fus beaucoup plus par cet opus beaucoup plus travaillé, beaucoup plus inspiré, beaucoup plus ambitieux. Stefánsson par le biais de son esprit-narrateur (un type amnésique qui débarque au milieu d'une fête, sans trop savoir le lien quit l'unit aux autres, mais capable de traverser le temps et de conter les histoires... de tout un arbre généalogique, remontant jusqu'au XIXème siècle) va nous raconter la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2022

Doubles Vies d'Olivier Assayas - 2018

Aïe, Assayas nous laisse cette fois-ci salement dubitatifs devant son film ni fait ni à faire, dirigé au plus court et écrit avec des pieds de plomb. Tout paraît raté et lourd dans cette chronique désabusée des temps modernes, où les relations intimes humaines sont tout aussi vérolées que le monde dans lequel elles se déroulent. Nous voici dans le monde de l'édition moderne, où le directeur d'une honorable maison (Guillaume Canet) se trouve à un carrefour entre deux mondes : faut-il céder à la tendance moderne, c'est-à-dire accepter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2022

LIVRE : Ma Cruauté de François Bégaudeau - 2022

C'est pas toujours génial, François Bégaudeau, il bâcle souvent ses bouquins ou tombe parfois dans des tics un peu mode. Mais quand comme ici il fait attention à son style, le garçon peut faire des étincelles. Dans Ma Cruauté, on est franchement épaté par le clinquant du style, par cette virtuosité qui semble être naturelle, par ces acrobaties littéraires parfaitement maîtrisées. Je comprends que ça puisse agacer, et que ça puisse virer à la démonstration ; mais franchement, avec un tel plaisir à manier la langue, à parsemer son texte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2022

Le Drame de Shanghaï (1938) de Georg Wilhelm Pabst

Eh oui, l'on se doit de voir, par définition, tout film censé se passer à Shanghaï (oui, même lorsqu'ils sont tournés entièrement dans un studio parisien... qui a quand même dû pour la peine réquisitionner tous les Chinois du XIIIème de l'époque) : c'est une règle. D'autant que Pabst a quand même fait de grands films. Et des moins bons aussi. C'est à cette veine-là, justement, qu'appartient ce Drame de Shanghaï, si mou, si sclérosé, si peu romanesque en soi... On a là une histoire pour le moins propice aux grandes envolées... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2022

Le Bon, la Brute et le Truand (Il Buono, il Brutto, il Cattivo) de Sergio Leone - 1966

Il reste encore quelques bons vieux piliers du cinéma à commenter sur ce blog précieux, un de ces films vus 1000 fois mais jamais en entier depuis les 16 ans que Shangols existe. Je comble un vide donc avec cet incontournable western-spaghetti, que j'ai vu pour l'occasion dans sa version super longue de 178 minutes. 178 minutes dont pas une n'est en trop, depuis le générique mythique avec la musique de Morricone jusqu'à la dernière ligne des crédits à la fin. Cette version longue permet de revérifier la très belle construction du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]