29 août 2018

Squadra Criminale (Non uccidere) saison 3 - 2017

Bien, résumons, à l'heure d'enterrer définitivement cette série sous le matelas des mauvais souvenirs (la saison 4 vient miraculeusement à me manquer !) : Squadra Criminale semble sortir d'un bon vieux dimanche d'automne, quand le mauvais temps nous condamnait à rester devant la télé pendant que la famille jouait à la belote, et que dans une demi-sieste on assistait passif à une petite intrigue sans envergure, sans action, sans enjeu et sans style. Il y a quelque chose de la bonne vieille télé de papa dans ce feuilleton poussiéreux,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 août 2018

LIVRE : Eden Springs de Laura Kasischke - 2010

Au tout début du XXème siècle, un gusse un peu allumé se prétend tout à coup nouveau prophète, et parvient grâce à son charisme à attirer dans son délire moult disciples et force donzelles quasi-mineures. Le succès est tel qu'il parvient peu à peu à monter une ville (Eden Springs), constituée de villas grand crin, d'un parc d'attraction, et de jardins verdoyants. Mais peu à peu le délire part en vrille, et un cadavre un peu gênant vient fissurer la belle façade. Cette histoire vraie (photos à l'appui) semble idéale pour la scrutatrice... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2018

À Bout portant (The Killers) (1964) de Don Siegel

Etonnant que je sois passé jusqu'alors à côté de cette version de l'œuvre d'Ernest par le petit Don. Un scénar bourré de rebondissements avec flashs-back de circonstances, règlements de compte à bout portant et final digne d'une tragédie shakespearienne - il ne peut en rester qu'un... ou aucun. Moins classieuse que la version noire et blanche, cette adaptation colorée est dotée d'un casting de tronches pas piquées des hannetons : Lee Marvin d'abord, encore orange mais avec déjà une tonsure chenue : un type sans pitié a priori,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2018

Satan (The Penalty) de Wallace Worsley - 1920

S'il est un rôle dans lequel le brave Lon Chaney excelle, c'est bien dans celui du handicapé aigri, rendu méchant par sa tare physique et par les hommes qui du coup le rejettent façon déchet. Le gars fut ou sera paraplégique, bossu, manchot, ici il est cul-de-jatte, et on ne peut pas dire qu'il y gagne en amour pour l'humanité. Suite à une bête erreur médicale, il est en effet amputé des deux jambes ; il en nourrira une rancune tenace envers le toubib qui ordonna l'opération, et un dégoût profond de l'humain. Devenu roi de la pègre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2018

La Belle et la Bête (1946) de Jean Cocteau

La Belle et la bête est un film qui fume. Dit comme cela, cela pourrait presque faire plus penser à une pub pour le cancer que pour une œuvre poétique intemporelle. N'empêche que ce film fume. Des têtes incrustées dans la cheminée qui fument par les narines à la bête, ses épaules, ses mains, ses gants, c'est une véritable gabegie de fumée que Cocteau nous propose. Vous allez me dire, en résumé, que j'ai pas réussi à rentrer dedans... Bon, non, j'aime bien moi aussi ces multiples bras dépassant du mur pour tenir un candélabre ou... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2018

Once a Chicken (2015) de Guy Maddin & Evan Johnson

Une chose reste certaine avec Maddin : on est dans l'expérimental... Ce court, présenté comme un hommage à László Moholy-Nagy (mais si vous savez bien, ce peintre, sculpteur, réalisateur et photographe, proche du constructivisme et du Bauhaus ; ce type qui, interrogé pertinemment par Wikipedia (je sais, c'est facile) reprochait au cinéma abstrait de « privilégier les développements formels au détriment de la représentation du mouvement ». Mais si, vous voyez) partirait justement d'un "scénario"... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2018

LIVRE : Chien-Loup de Serge Joncour - 2018

Après un livre qui m'avait semblé bien bâclé (et qui reçut le prix Interallié, comme quoi Shangols n'a aucune influence sur le monde littéraire), Joncour nous revient avec un gros opus dont il a le secret... et, je dis ça en sachant que le bougre aime bien traîner sur les blogs pour savoir ce qu'on pense de ses livres, et j'en suis désolé à l'avance, mais je me dois et je dois à nos lecteurs la vérité toute crue : celui-là est bien pire. Cet auteur depuis quelques temps semble avoir fait de l'anecdote sa spécialité : il ne raconte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2018

The Ransom of Red Chief de Howard Hawks - 1952

Hola hola pas si vite, gars Shang, il nous reste encore quelque matériau à regarder avant d'avoir totalement épuisé notre odyssée. Dont ce court-métrage inséré dans le long La Sarabande des Pantins (O. Henry's Full House), florilège d'histoires poilantes tirées des recueils du célèbre (?) conteur américain O.Henry. Howard est ici en charge d'une petite histoire mignonne autour de l'enlèvement d'un garçonnet par un duo de bras-cassés. Intrigue éternelle : le kidnappé prend le pouvoir, en fait voir de toutes les couleurs à nos... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2018

Le Sport favori de l’Homme (Man's favorite Sport ?) (1964) de Howard Hawks

Je ne gardais pas un très grand souvenir de ce film de Hawks et c'est bien dommage tant l'ensemble est enjoué. L'idée est simple : un spécialiste reconnu de la pêche (conseil en magasin et publication d'ouvrages, monsieur) se retrouve embringué malgré lui dans un tournoi de pêche ; seul petit problème à l'horizon : il n'a jamais pêché de sa vie, le bougre. C'est Rock Hudson qui s'y colle et le type est absolument parfait aussi bien au niveau charismatique que comique. Notre homme, entouré de femmes toutes plus belles les unes que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 août 2018

Que la Bête Meure (1969) de Claude Chabrol

Un bon Chabrol n'est pas forcément un bon film (alors qu'un excellent Tavernier restera un mauvais... je suis caustique ce matin) mais faut reconnaître, sans état d'âme, que Que la Bête Meure se situe malgré tout dans le haut du panier. C'est un polar ultra classique (un accident, un homme cherche le coupable pour l'éliminer), une histoire de vengeance qui est un plat, non seulement, qui se mange froid, mais qui est surtout - rien d'étonnant connaissant Chabrol -, affaire de gourmet :" Pendant d'interminables heures, je lui ferai... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]