29 mai 2011

Vacances de Noël (Christmas Holiday) (1944) de Robert Siodmak

Troublant film noir que cette œuvre de Siodmak, avec un tout jeune Gene Kelly qui ne danse point et des séquences liturgiques ou musicales assez surprenantes pour le genre (longue séquence lors de la messe de minuit ou lors d'un concert du toujours somptueux Tristan und Isolde de Wagner) - des séquences relativement inattendues mais qui prennent tout leur sens à la vue de l'histoire de notre héroïne (pouponne et émouvante Deanna Durbin) follement amoureuse de son Gene : bien que celui-ci soit accusé de meurtre,  elle gardera... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 mai 2011

Tire-au-Flanc 62 (1960) de Claude de Givray et François Truffaut

Collector vu qu'il s'agit du seul film (co-)réalisé par la Truffe qui m'avait échappé jusque là ; collector, pourrais-je ajouter, car outre la présence au générique de Jacques Ballutin (déjà fort en gueule), de Cabu (dont les dessins faisaient déjà marrer), de Serge Korber (le "plumitif" de Cléo de 5 à 7), de la diva Bernadette Lafont (the Star) ou encore - simples figurations - de Pierre Etaix, Jean-Claude Brialy, Robert Lachenay et Truffaut himself, le film demeure avant tout un montage de blagues de potaches qui peine à passer la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2011

Le Médaillon (The Locket) (1946) de John Brahm

Bien bel exemple de complexité narrative (le flash-back dans le flash-back du flash-back, toujours un plaisir) pour rendre compte des différentes "couches" (actes conscients et inconscients) d'un cerveau. On est dans le freudisme cinématographique pur avec cette femme, Nancy (excellente Larraine Day aussi crédible en ingénue qu'en femme "responsable") littéralement enfermée / "locked" (la relation avec le titre s'impose) dans son passé, et ce bien qu'elle s'en défende. Kleptomane voire tueuse au besoin (un petit degré de gravité en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2011

Le Poison (The Lost Weekend) (1945) de Billy Wilder

Ray Milland est Monsieur Alcoolique, un type tellement dévoué à la bouteille qu'il nous donnerait l'impression de n'être, en comparaison, qu'un gentil enfant de chœur finissant un fond de verre laissé par le Curé de la paroisse. Les affres du buveur sont sans fin, à l'image de ces petits ronds laissés sur le comptoir par un verre de whisky, petits cercles que le gars Ray refuse justement de voir effacer par le serveur tant cela lui permet d'avoir sous les yeux l'illustration parfaite du cercle vicieux dans lequel il est entraîné...... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2011

Cleveland contre Wall Street de Jean-Stéphane Bron - 2010

  Voici un bel exemple de cinéma engagé et concerné, ça marque toujours des points. Bron est un homme en colère : il regarde avec révolte les pauvres de Cleveland se faire virer de leurs maisons faute de pouvoir payer des crédits et des sur-crédits qui les ont ruinés. A l’origine de ces sub-primes : les banques, Wall Street, le système capitaliste global et sans pitié. Constatant que la plainte des habitants de Cleveland contre les banques n’a jamais abouti à un procès, il décide de le mettre en place lui-même: son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 mai 2011

LIVRE : L'Autofictif père et fils d'Eric Chevillard - 2011

« Dieu partout ? Allons, je peux l’admettre si l’on veut bien laisser subsister un doute pour ce qui concerne l’intérieur des balles de ping-pong. »   Toujours aussi miraculeux, ce petit journal d’aphorismes commencé il y a quelques années par le grand Chevillard. On ne change pas le principe : trois pensées par jour, des plus idiotes aux plus fulgurantes, des plus poétiques aux plus terre-à-terre, avec toujours ce sens impeccable de la formule, du rythme des phrases, du petit détail qui fait mouche. On... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2011

L'Espion (The Thief) (1952) de Russel Rouse

Bien belle gageure que celle de réaliser un film noir absolument sans aucun dialogue - on est au moins pas emmerdé par les sous-titres -, un film qui, au final, a tout pour faire jouir un Melville ou un Bresson. Rouse, qui plus est, ne semble pas chercher trois cent cinquante autres façons pour nous faire passer "son/ses" message(s), les indications données à lire à son agent secret pour qu'il accomplisse sa mission ne nous étant, la plupart du temps, même pas montrées. Il s'agit donc du bon vieux temps temps de la Guerre Froide... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mai 2011

Je suis un No Man's Land de Thierry Jousse - 2011

Une jolie idée gâchée par de grosses maladresses techniques, voilà la sensation en sortant de Je suis un No Man's Land. Ces maladresses, si on est bien luné, peuvent rendre le film attachant, certes ; mais le fait demeure que les bonnes intentions et la précieuse sensibilité du cinéaste ne parviennent pas à passer la rampe, et qu'on passe son temps à deviner le projet plus qu'à le voir réalisé. L'idée du scénario est pourtant ingénieuse, empruntée à Groundhog Day de Ramis : Philippe, chanteur à succès, est enfermé dans son village... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2011

Le Pigeon d’Argile (The Clay Pigeon) (1949) de Richard Fleischer

Si Richard Fleischer nous avait fait grosse impression avec The Narrow Margin, ce Pigeon d'argile demeure un petit polar bien fragile. L'idée classique du gars amnésique (Bill Williams) accusé d'être un traître qui doit se faire la malle pour prouver son innocence. Une gentille idée modianesque qui malheureusement se révèle guère palpitante. Notre ancien soldat Bill va faire équipe avec une certaine Martha Gregory (Barbara Hale) : il passe pour être le responsable de la mort de son mari (un pote à lui) et si leur première rencontre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2011

LIVRE : Avant le Gel (Innan frosten) d'Henning Mankell - 2002

Ah gros plantage de la part de Mankell, qui écrit là son bouquin le moins intéressant. En abandonnant quelque peu son personnage éternel, le commissaire Wallander, au profit de la fille de celui-ci, il choisit effectivement le risque : renouveler ses histoires, attaquer un autre caractère. Mais la jeune Linda Wallander est bien fadasse, alors que son père faisait toute la valeur des romans passés. Du coup, on s’ennuie sévère devant ce personnage inintéressant, trop fragile, trop transparent, en regrettant les bonnes vieilles... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :