07 février 2013

L’Exilé (The Exile) (1947) de Max Ophüls

Dur d’être en exil pour le pauvre Max Opuls (sic) qui pour la peine change de nom au générique. Film de capes et d’épées, œuvre historique (l’exil de Charles Stuart en Hollande peu après le milieu du XVIIème siècle), romance anglo-hollandaise, comédie, The Exile c’est un peu un patchwork de tout cela, un patchwork d’ailleurs relativement réussi dans l'ensemble malgré ce mélange de genres. Ophüls n’a jamais été un manchot ou un feignant au niveau de la mise en scène et on sent bien que le bougre ne va s’épargner aucun joli plan... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2013

LIVRE : Entre Amis (Beyin Khaverim) d'Amos Oz - 2012

Un livre qui passe comme un souffle, par manque de consistance diront les grincheux, par son sens de la finesse diront les gentils. Je suis un peu entre les deux, mais j'avoue que ce modeste recueil de nouvelles, qui sur le coup m'ont paru un peu fades, me reste comme un moment très doux qui jongle avec l'indicible et préfère évoquer plutôt que définir. 8 textes, donc, qui se déroulent tous dans un kibboutz pendant l'ère Ben Gourion, et traitent du minuscule quotidien de ses habitants. Pas réellement de politique là-dedans, aucun... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2013

La Mort en Ligne 2 (Chakushin Ari 2) de Renpei Tsukamoto - 2005

Sympathique, ce petit film d'horreur. Rien de transcendant, mais ce Renpei Tsukamoto a indéniablement le sens du cadre et du tempo, et finalement son film surpasse l'opus originel, pourtant réalisé par Takashi Miike. C'est surtout dans la première partie, quand les chiens ne sont pas encore lâchés, que c'est le meilleur : discrètement, Tsukamoto fait monter le suspense par son seul sens du rythme et de l'arrière-plan. C'est pas grand-chose : du linge étendu qui bouge légèrement, une ombre qui se déplace, un figurant un peu trop figé,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2013

Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray) (1945) d'Albert Lewin

Il y a de bien bonnes choses dans cette adaptation de Lewin du chef-d'oeuvre de l'ami Wilde. Déjà lorsqu'on voit le gars Cedric Gibbons au générique (plus de mille films en moins de quarante ans de carrière, c'est juste surhumain), on sait qu'on ne sera pas lésé au niveau de la "direction artistique" (des accessoires aux décors) : intérieur victorien grandiose (la magnifique demeure de Dorian sur deux niveaux, le grenier (là où reposera son "âme peinte") qui fourmille de jouets et d'objets symboliques), bicoque perdue au milieu d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2013

Jugé Coupable (True Crime) de Clint Eastwood - 1999

Eastwood a souvent flirté avec les bons sentiments, c'était dangereux et ça le perdra plus d'une fois : True Crime est un bon exemple que ce n'est pas avec eux qu'on fait un bon film. Clint est contre la peine de mort, c'est tout à son honneur ; mais il se sert pour en démontrer l'horreur de gros sabots dignes d'un paysan poitevin, ce qui fait perdre à son film toute puissance politique. Pire : en transformant la mort d'un homme en suspense polardeux essoufflé, il passe carrément à côté de son sujet. Les raisons pour lesquelles il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 février 2013

The We and the I de Michel Gondry - 2012

Gondry réalise des films de plus en plus intelligents, et il semble bien que cette cuvée 2012 marque une certaine apogée de son parcours. Toujours assez bricolo mais sans application, toujours aussi humaniste mais ayant perdu sa naïveté, The We and the I est un modèle d'écriture, un film passionnant et souvent bouleversant, drôle, mis en scène avec maestria, modeste, dérangeant et en un mot grand. Dans un dispositif radicalement inventif, Gondry renouvelle la règle des trois unités tout en s'inscrivant dans une veine de cinéma... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 février 2013

Argo de Ben Affleck - 2012

Ah le bon temps du cinéma des 70's, où pour parler politique on vous faisait de bonnes vieilles leçons accessibles à tous : d'un côté les méchants (ceux qui ne parlent pas américain) et de l'autre les Américains (qui parlent américain). Affleck aime ce cinéma schématique, et nous livre un film-hommage efficace et crétin, d'où un résultat mitigé : on lui sait gré de nous avoir fait vivre un vrai suspense à l'ancienne, de nous avoir scotchés à l'écran pendant deux heures, bouche bée et bave menaçante ; mais on aurait aimé aussi qu'il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 février 2013

Lincoln de Steven Spielberg - 2013

Il y avait longtemps que Spielberg ne m'avait pas déçu ; c'est chose faite avec ce lourdingue film académique qui le voit très malheureusement revenir à sa veine Amistad/Schindler. C'est tout à son honneur de vouloir nous faire découvrir un pan capital de l'Histoire de son pays (l'abolition de l'esclavage) tout en évitant l'attendu biopic, mais encore eût-il fallu qu'il évitât pour ce faire la somme de poncifs, de règles de grammaire usées jusqu'à la corde et de clichés en tous genres qui rythment Lincoln. On pensait que ce type de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 février 2013

Vous n'avez encore rien vu d'Alain Resnais - 2012

Un film cérébral, froid, conceptuel, intello, qui parvient à vous bouleverser comme c'est pas permis : voilà la cuvée 2012 de Resnais, qui ne nous avait plus habitué à une telle fulgurance depuis pas mal de temps. On ressort chaviré de cet exercice de style en forme d'installation savante, et une fois de plus, le gars Resnais montre qui est le patron quand il s'agit de diriger des acteurs, de faire exploser les codes du cinéma, de s'amuser avec les vieilles recettes, tout en continuant à nous surprendre inlassablement. Il y a du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 février 2013

LIVRE : Avec le Diable (In with the Devil) de James Keene & Hillel Levin - 2010

"Incroyable, génial, unique, digne de Seven, un thriller véridique ahurissant, quel joie quel bonheur, félicité suprême", brâme le quatrième de couverture de la chose. Oui, ben en fait il s'agit d'un petit polar pas génial, aussi trépidant qu'un jour de pluie quand vous avez plus qu'un Simenon à lire. Tous les faits sont vrais, nous dit-on d'entrée, comme si la véracité était gage de qualité, bon, ok : un gars condamné pour trafic de drogue se voit proposer une remise de peine s'il parvient à faire craquer un serial-killer en se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]