02 octobre 2019

Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau - 1989

Je n'avais jamais vu ce film pourtant célèbre, préférant en général les oeuvres plus mineures de Brisseau. Eh bien j'avais bien raison : Noce Blanche a tout du pétard mouillé, et son soit-disant soufre a pris bien du plomb dans l'aile en 30 ans. Brisseau manipule dangereusement des matériaux bien dangereux, mais se retrouve finalement avec en main un explosif un peu périmé qui fait pshit, pour paraphraser un de nos glorieux et récents disparus. Il est question donc des rapports entre un professeur de philo rangé des voitures, érudit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2019

Au Fil des Ans dans la Joie et la Peine (Yorokobi mo kanashami mo ikutoshitsuki) (1957) de Keisuke Kinoshita

Ils ne sont pas légion les cinéastes à avoir osé faire des films sur des gardiens de phare, hein !  (Bela Tarr, tout de même, de mémoire et pour la rime). Kinoshita, avec la lumineuse Hideko Takamine et le grand Keiji Sada, nous livre quasiment une fresque (de 150 minutes) sur les phares nippons et ce du début des années 30 jusque vers la fin des années 50. Autant dire que le phare en a vu, des bateaux et surtout des avatars puisque ces derniers servirent notamment de cible au cours de la guerre (hommage à tous ces gardiens... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2019

LIVRE : La Maison d'Emma Becker - 2019

Ah enfin un peu de style, un peu d'audace et un peu de glaouis sur la table pour cette rentrée littéraire. Ils nous viennent pourtant d'une fragile jeune femme si on en croit la photo de couverture, ce qui prouve bien que'on peut être femme, jeune, jolie et servir de la littérature qui ne s'embarrasse pas de pincettes et de pâmoison. Bien. Emma est pute. Ou l'a été en tout cas. On ne sait pas exactement si elle est rentrée au bordel dans le but d'écrire un livre, ou si l'envie d'écrire lui est venue d'après expérience, mais le fait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2019

Faire face (Never Fear / The young Lovers) (1950) de Ida Lupino

Un petit film d'Ida Lupino qui nous la joue grand corps malade avec ce drame autour de la polio (lupino, polio... Non, rien). Sally Forrest (des airs lupiniens ou c'est moi ?) et Keefe Brasselle (très chou) forment un joli petit couple de danseurs ; elle avec ses grandes gambettes, lui avec ses chorégraphies originales (pas évident de danser avec un fleuret - un coup à crever un œil de sa partenaire) : après des années de galère, enfin un spectacle qui marche et la promesse d'obtenir une salle très cotée pendant quinze jours...... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 septembre 2019

Un Jour de pluie à New York (A Rainy Day in New York) de Woody Allen - 2019

Pour son dernier film (je ne veux pas lui porter malheur, mais vues les circonstances...), Woody retrouve un petit peu de ce qui a fait le mojo de ses grands films new-yorkais, et c'est un bonheur de se laisser porter une ultime fois par cette toute minuscule variation en mineur dans sa ville de prédilection. Le temps de Manhattan et de Annie Hall est loin, on ne va pas se le cacher, les scénars de Woody font aujourd'hui deux pages et ses vannes se comptent sur les doigts d'une main quand jadis on pleurait de bonheur face à cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:04 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
29 septembre 2019

LIVRE : La Chaleur de Victor Jestin - 2019

Eh oui, la rentrée littéraire, c'est aussi de jeunes auteurs, des premiers romans... Un camping, un été torride, un cadavre enseveli. Il n'en faut pas plus pour Jestin (écriture limpide, factuelle, sans chichi - ni caractère franchement marqué mais on ne va pas commencer...) pour conter une aventure concentrée sur deux petites journées. "Les gens ne pouvaient pas partir d’ici sans avoir rien fait, la bite dans la poche, comme disait Louis. Il fallait baiser au moins une fois, même tristement, rien qu’une fois pour rentabiliser les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2019

Ressources humaines (2000) de Laurent Cantet

Toujours eu une grand tendresse pour ce film (dont j'ai dû voir certains extraits un bon milliard de fois - les joies de l'enseignement) qui demeure à mes yeux et de loin le meilleur film à ce jour de Cantet. Il s'attaque ici à des thématiques qui ne sont malheureusement pas si courantes dans le cinéma français à travers le parcours d'un jeune gazier (Lespert, impecc) qui a quitté sa province pour faire des études à Paris ; il revient, lui le petit gars diplômé d'une école de commerce ou son équivalent, dans son trou perdu du Nord... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2019

LIVRE : L'Ami (The Friend) de Sigrid Nunez - 2019

L'écriture, les chiens, la mort... Que manque-t-il à ce triptyque presque parfait ? L'amour ? Oui, bon, on peut aussi faire sans. C'est en tout cas sur ces trois principaux thèmes que discourt Nunez : à la suite du décès de son meilleur ami, la narratrice hérite de son chien (un Danois, autant dire une paille) et revient sur la vie de notre homme ; écrivain, enseignant en écriture, homme à femmes... et amoureux de son chien, elle tente de lui rendre hommage à sa façon. Nunez, un peu comme s'il s'agissait d'un mémoire de maîtrise aime... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2019

Sibyl de Justine Triet - 2019

Rhhaaaaa ça y est, Justine Triet est passée du côté de l'axe du Mal. Après le sympathique Victoria, qui savait inventer de jolis dialogues et diriger les acteurs avec finesse, la voilà qui nous revient par un côté qu'on n'attendait pas (mais qu'on redoutait, il faut bien le dire) : le drame psychologique avec femme forte en larmes. Oui, ça fait peur. Et ça fait encore plus peur quand vous découvrez Sibyl, longuissime pensum torturé sur une psy qui a trop mal et qui pleure. Soit donc la grande Virginie Effira, qui joue pour le coup... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 septembre 2019

La Cérémonie (Gishiki) (1971) de Nagisa Ôshima

Voilà un film plutôt rugueux d'aspect, aux décors minimalistes (limite décors brechtiens ajouterait mon comparse), à la musique « malaisante » (des sons violonneux qui foutent le bourdon dès les premiers accords) qui s'intéresse tout bonnement à une famille nipponne, dans l'après-guerre : vingt-cinq ans de malaise, de relations incestueuses, d'amours rêvées, d'amours non consommées, d'espoirs et de crises - oulà, un truc ardu en somme ? Parfaitement. On sent, encore, dans ce Japon qui essaie de se réinventer tout le poids... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]