01 novembre 2017

Les Conquérants de Carson City (Carson City) d'André de Toth - 1952

Un petit western qui se déguste comme une chips, les deux pieds dans ses pantoufles, l'attention plus ou moins présente et un Bourbon dans la main. C'est pas tous les films qui peuvent pretendre à la chose, et Carson City, s'il ne restera peut-être pas dans les mémoires, peut prétendre au titre d'excellent divertissement sans façon. Plein comme un oeuf sur ses 87 minutes, il vous propse au menu bagarres, éboulements, braquage de diligence, historiette d'amour déçue, lutte fratricide, attaque de train, explosions tonitruantes et j'en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2017

Les Proies (The Beguiled) (1971) de Don Siegel

Un film de femmes entre elles ? Pas vraiment puisque l'ennemi Yankee (l'action se déroule dans le sud en pleine guerre de Sécession) Clint Eastwood va faire son apparition et bouleverser ce gynécée - de 13 (une autre époque) à 77 ans, elles vont quasiment toute succomber... Un tombeur ce Clint ? Un tombeur sachant tomber mais qui devrait tout de même se méfier des escaliers... L'entrée en matière est brute : un homme en sang qui, alors même qu'il se cache des troupes sudistes de la région, embrasse derrière un arbre le jeune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 octobre 2017

The Meyerowitz Stories (New and Selected) (2017) de Noah Baumbach

Il y a des films où la mayonnaise ne prend pas, même au bout de longues 110 minutes. On pouvait résolument s'attendre à quelque chose de mieux vu la présence de grands acteurs comme... bon c'est vrai que ce ne furent jamais de grands acteurs mais ils parvinrent parfois, jadis, au moins à faire rire (sauf Ben Stiller dont les grimaces ont toujours eu plus de chance de faire pleurer un gamin que de dérider Brigitte Bardot). C'est une sempiternelle histoire de famille découpée en chapitres avec des jalousies (Stiller et Sandler, son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2017

The Halliday Brand (1957) de Joseph H. Lewis

Très bonne surprise que ce western de l'ami Joseph H. Lewis que l'on avait connu jusque-là surtout aux manettes de films noirs. L'histoire est construite sur un long flash-back : un homme (l'excellent Joseph Cotten), apparemment en fuite, se rend au chevet de son père mourant (le couillu et vieillissant Ward, Ward Bond). Avant d'ouvrir la porte, il a un geste d'hésitation... On sent que les deux hommes ont un très lourd passé en commun. Ce n'est ma foi qu'un simple euphémisme... Au départ, tout allait bien entre ce pater à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 octobre 2017

Hitokiri le Châtiment (Hitokiri) (1969) de Hideo Gosha

J'ai un peu eu la dent dure jusqu'à maintenant avec Hideo Gosha et je m'en excuse platement tant cet Hitokiri est un must du genre. Voilà bien longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir devant un fameux film de sabre nippon, retrouvant au passage le rondouillard Shintarô Katsu, le héros des Zatoichi et de Hanzo the Razor - qui n'est autre que le frère de l'immense Tomisaburo Wakayama, le personnage de Baby-cart - et Tatsuya Nakadai, l'homme au regard d'acier, plus avare en clignements d'yeux que Fabrice Luchini. Il s'agit,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 octobre 2017

LIVRE : La Disparition de Karen Carpenter de Clovis Goux - 2017

Grandeur et décadence des pop-stars sucrées dans la société du rock'n roll. Goux retrace pour nous la vie terne et désolante de Karen, star des Carpenters dans les années 70, joli groupe tout miel, familial et doux en surface, véritable marasme de dépressions et de maladies en-dessous, bourré de pilules, se faisant vomir dans les toilettes avant de rempiler pour un nouveau scopitone rose bonbon. Petit livre assez édifiant sur les dessous du show-biz, et sur une femme passant à côté de son destin, La Disparition de Karen Carpenter se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2017

Artistes et Modèles (Artists & Models) (1937) de Raoul Walsh

Eh oui, Raoul Walsh a aussi le droit de ne pas faire que des chefs d'œuvre. L'histoire repose ici sur une idée qui fait deux lignes : un top-model (la seule véritable joie de la chose, Ida Lupino) se fait passer pour une 'débutante" de la haute society pour remporter le fameux contrat très juteux de « Townsend Silver » (un genre de Miss à la con) ; elle intrigue pour ce faire auprès de Mister Townsend himself (Richard Arlen, the beau gosse tout d’un bloc) qui l'adoube avant de découvrir la supercherie... Elle ne peut... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2017

Happy End de Michael Haneke - 2017

Haneke arrive encore d'où on ne l'attendait pas, envoyant les critiques se faire conchier (avec succès visiblement puisque le film se fait ramasser un peu partout), suivant son petit bonhomme de chemin qui consiste à n'en pas avoir, et nous troublant une nouvelle fois. Ce film est instable, vertigineux, on ne sait jamais si on est devant une simple farce anti-bourgeoise ou devant une installation complexe qui ne lâcherait qu'une part de ses mystères ; mais on a bien conscience en tout cas que Haneke franchit ici une nouvelle étape... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 octobre 2017

Mr. Mercedes saison 1 - 2017

Une petite série policière à la coule, avec son lot de rebondissements insensés et ses personnages pittoresques, le tout écrit par le scénariste de Big Little Lies, d'après Stephen King, moi je dis qu'il ne faut pas bouder son plaisir. Et plaisir il y a dans ces 10 épisodes pourtant très modestes, qui jouent la carte de la sobriété et de la rigueur. Le premier épisode glace en cette période d'attentats tous azimuts : un gusse (déguisé en clown, King doit avoir des cauchemars récurrents) fonce dans une foule de miséreux avec sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 octobre 2017

Shadow on the Wall (1950) de Pat Jackson

Un petit film noir au scénario intéressant mais à la réalisation beaucoup trop plate et fainéante. Pat Jackson pour son premier film bénéficie pourtant de la présence de Zachary Scott : notre homme est de retour chez lui pour être accueilli comme un Dieu par sa petite fille (visage lisse d'usage) et pour découvrir que sa femme (Gigi Perreau, jolie et fade) le trompe avec son beauf. Dès le premier soir, il la confronte, tenant (par hasard... il vidait sa valise) un gun dans la main. Il s'approche d'elle et se prend... un coup de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]