04 avril 2017

Seule contre la Mafia (La moglie più bella) (1970) de Damiano Damiani

Belle entrée dans l'œuvre engagée de Damiano Damiani (sympas, ses parents, ils avaient le sens du rythme) avec ce film sur la mafia, comme son titre l'indique, qui ouvre les portes du cinéma à Ornella Muti - elle a 15 ans, et elle est déjà Ornella : belle comme un cœur et terriblement talentueuse. Elle tient pratiquement le film sur ses épaules puisqu'elle tient tête non seulement au jeune homme mafieux qui veut l'épouser (Alessio Ornano, un regard d'acier, une gueule taillée à la serpe), à ses parents, à son village, à la Sicile... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 avril 2017

LIVRE : Journal d'un Nageur de l'ère post-Trump d'Olivier Silberzahn - 2017

Un premier roman impressionnant, à la fois taquin et prophétique. Silberzahn est ingénieur en informatique, et profite de sa science en la matière, qu'il a vaste, pour tricoter un petit essai science-fictionnel assez pointu et très crédible. L'histoire commence en 2017, lors de l'élection de Marine Le Pen à la présidence de notre beau pays du fromage et des droits de l'Homme. Une élection que le narrateur du bouquin prend avec philosophie : lui préfère faire des longueurs de piscine dans son équipement high-tech, ou traverser des lacs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 avril 2017

L'Amour en première Page (Love Is News) (1937) de Tay Garnett

Partant à la découverte du gars Garnett, nous tombâmes sur cette screwball comedy des thirties avec un casting épatant : Tyrone Power tout juste sorti du moule, la pimpante et pétulante Loretta Young et l'énergique Don Ameche  - avec également au programme des seconds couteaux de choix : le précieux Elisha Cook Jr en apprenti journaliste, George Sanders en comte frenchy, Slim Summerville en juge incorruptible ou encore Stepin Fetchit (vu chez Ford) avec sa cool attitude habituelle dans le rôle d'un chauffeur. Le pitch de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2017

Le Géant du grand Nord (Yellowstone Kelly) (1959) de Gordon Douglas

Sur un scénar de Burt Kennedy, Gordon Douglas trousse un western de série B relativement efficace avec des Sioux peu accortes, en général, mais avec une Sioux (Andra Martin as Wahleeah, inconnue au bataillon) des plus aimables. De la baston entre indiens et troupe de cavalerie, de l'amour en suspens, du territoire inexploré, tous les ingrédients de base sont là pour nous assurer un minimum de spectacle. Dès le départ on fait connaissance avec le fameux Yellowstone Kelly, un géant, que dis-je, un colosse d'explorateur-trappeur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2017

Yol (1982) de Yilmaz Güney

Il est clair qu'avec Yol (quelques années après le pop wiz Midnight Express du gars Parker), on a la terrible impression que le milieu carcéral va bien au teint de la Turquie... Yol est ce genre de film coup de poing où le mot échappatoire ne semble pas avoir voix au chapitre. On suit ainsi le parcours de cinq prisonniers qui, le temps d’une liberté conditionnelle d'une semaine, vont vouloir régler quelques petites affaires perso ; le seul petit problème c'est qu'ils paraissent quitter l'enceinte de leur prison pour se retrouver…... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2017

Le dernier Rivage (On the Beach) (1959) de Stanley Kramer

Voilà un étrange film de science-fiction censé se dérouler en 1964 qui bénéficie d'un casting de stars (Peck, beau comme un camion, Ava Gardner peut-être plus dans sa prime jeunesse mais avec toujours la classe, Perkins maigre comme un clou juste avant d'œuvrer un an plus tard sous la douche, Astaire tout pensif d'avoir 60 berges), qui tient la route et qui semble bizarrement oublié des radars. Kramer laisse planer un temps le suspense avant de nous faire comprendre que suite à une guerre nucléaire générale (on ne sait même plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2017

Fahrenheit 9/11 de Michael Moore - 2004

On continue dans les tueries américaines avec ce doc qui obtint la Palme d'Or (prix franchement usurpé, quand même) en ces temps où Cannes servait de température politique au monde. Notre cher Michael Moore revient donc sur le 11 septembre, et surtout sur les conséquences désastreuses qu'a eu l'événement : la guerre en Irak, la rupture du monde vis-à-vis de la politique de George Bush Jr et les centaines de milliers de morts dans un camp et dans l'autre. Il le fait avec ce ton caustique qui fit sa gloire, l'associant à un esprit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2017

Tower (2016) de Keith Maitland

Un doc pour revenir dans le détail sur la tuerie qui eut lieu à Austin au Texas en août 1966 : un type placé en haut de la tour qui surplombe le campus de l'Université tire à vue ; il faudra plus d'une heure et demie pour maîtriser l'homme et mettre fin au carnage (16 morts, 33 blessés). Maitland met un soin particulier à décrire les personnalités de témoins et les victimes de cette journée particulière à l'aide d'images d'archives, de témoignages et d'images animées qui se veulent le plus réaliste possible. Le cinéaste se focalise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2017

Atlantique, Latitude 41° (A Night to Remember) (1958) de Roy Baker

On reste en croisière, après One Way Passage, avec ce gros morceau de bravoure dans la filmo de Roy Baker : le cinéaste anglais s'attaque au Titanic et réalise un film catastrophe tout en sobriété renvoyant Cameron dans les cordes du pur spectacle tape-à-l’œil. Ce qui intéresse Baker, c'est de faire un portrait "le plus juste possible", à hauteur d’hommes, de cette ville flottante sur laquelle se retrouvent pompeux nobles, classe moyenne en lune de miel (un couple notamment qui a eu le nez creux) ou simples petits émigrants... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2017

Obsession de Brian de Palma - 1976

Voilà certainement le film le plus "sobre" de De Palma, entendez qu'il n'y a que 12500 mouvements de caméra par plan au lieu des 178544 habituels. Le gars se pique de réaliser un mélodrame romantique mâtiné de suspense et de thriller, il lui faut donc de la simplicité, d'autant qu'il rend ici hommage à Vertigo d'Hitchcock, le plus épuré de ses films. Du coup, je suis incorrigible, je n'ai pas adhéré à ce film, moi je préfère quand il colle quatre split-screens sur des travellings en louma dans des plans-séquences en zoomant comme un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]