08 mars 2017

LIVRE : Marlène de Philippe Djian - 2017

Allez, les enfants, on y croit, au retour de Djian. On constate que le gars revient plus ou moins en force depuis quelques romans (oublions Love Song, voulez-vous), avec ce style très maîtrisé, ces romans moins ambitieux certes mais plus apaisés, moins petit malin. Et louons tous en choeur le dernier né, Marlène, un des meilleurs crus depuis longtemps. Pour une fois, le gars laisse (presque) tomber ses coquetteries d'auteur en vogue. Ok, il n'y a toujours pas de ponctuation autre que les points et les virgules, Djian semble trouver... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2017

LIVRE : Prendre les Loups pour des chiens d'Hervé le Corre - 2017

On ne peut pas dire que c'est l'originalité qui étouffe Hervé Le Corre. Il réalise un roman noir sagement dans les schémas du genre, et nous fatigue un peu avec ses histoires de rédemption impossibles et de tueurs patibulaires. Son héros sort de taule, après avoir refusé de balancer son complice de frère. Il va trouver repos et refuge chez celui-ci, et tombe en fait sur une famille de rednecks absolument insupportable : la mère est un condensé de mépris, le père un sac à vin, la petite fille une autiste, le chien un ersatz de Cerbère... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2017

Fanfare (1958) de Bert Haanstra

On connaissait l'ami Bert pour Miroirs de Hollande (Grand Prix à Cannes en 1951, tout de même) et il nous revient ici sept ans plus tard avec une comédie sympathique et fanfaronne qui se déroule, à nouveau, dans une ville d'eau. Le pitch est clair : les deux cafetiers du coin qui font partie de la fanfare locale ne peuvent pas se piffrer. Le joueur de contrebasse n'a de cesse de se moquer du joueur du cor et scission est faite au sein de la fanfare. Pour avoir les subventions de la mairie, il faut constituer la fanfare avec le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 mars 2017

Passengers de Morten Tyldum - 2016

Cerveau apaisé à cause du printemps qui approche, influences néfastes de quelques soirées rhum ou simple adhésion, vous me voyez en tout cas plus ou moins satisfait de ce film de SF sentimental, réalisé pourtant par un cinéaste dont on a dit souvent le plus grand mal. Attention : on est très loin du grand film, et même celui-ci ne convainc que dans sa première demi-heure. Mais il y a là-dedans une simplicité et une modestie qui peuvent toucher, et ma foi je me suis laissé porter par cette jolie trame et par le ton gentiment comique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 mars 2017

Mikkai (1959) de Kô Nakahira

Voilà un film noir relativement tendu sur soixante-dix minutes même si l'essentiel des événements se déroule en ouverture et en fin de film. Nakahira ouvre ainsi son film avec un bien joli plan séquence de sept minutes centré sur deux amoureux ; des amoureux qui se cachent en pleine forêt (elle est mariée à un ponte de droit, il est simple étudiant dans ladite matière) et qui vont assister à un acte peu commun : l'assassinat d'un chauffeur de taxi. Dès lors, c'est le trouble : faut-il ou ne faut-il pas dénoncer le tueur que le jeune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2017

Headshot (2016) de Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto

Si vous voulez tenter le film indonésien sans vouloir vous prendre la tête, si vous avez des amis qui disent aimer le cinéma et qui achètent encore Première et Studio, si vous avez des cousins cons comme des ballons qui aiment les films d'action, si vous avez des voisins fillonnistes qui continuent de croire que le type est honnête et aiment la baston, je ne saurais que trop vous (et leur) conseiller la vision de ce film qui envoie du sang du boudin. L'histoire, puisqu'il faut en passer par là, est bête comme chou : un type est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2017

Chez Nous de Lucas Belvaux - 2017

Lucas Belvaux a longtemps hésité entre beaux films fins et amateurisme total, cette fois il faut croire qu'il est définitivement tombé dans le deuxième camp. Chez Nous est un film incritiquable dans le fond, digne et indigné, en colère contre le monde contemporain et prenant les armes les plus nobles pour lutter contre : si ça continue, les gars, le FN va gagner les prochaines, et on se retrouvera gros-jean comme devant. Le voici donc bricolant un film à charge contre Marine et ses sbires rasés, avec comme louable intention de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2017

Le Banquet (Banket) (1987) de Garri Bardine

Tu t'es vu quand t'as bu, version Bardine, cela donne un court de 10 minutes autour d'une table avec des convives invisibles mais avec la promesse d’un véritable carnage à la clé. Le Russe boit trop dru et pour le lui montrer rien de tel que de mettre en scène ce petit repas d'anniversaire qui commence dans les rires et qui finit dans la casse. On trinque, on trinque comme des cons, et puis on renverse du vin sur la table, et puis on renverse le sel sur la nappe, et puis on trempe une tomate dans le sel, et puis on s'écrase comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2017

LIVRE : Downtown Diaries (Forced Entries : The Downtown Diaries : 1971-1973) de Jim Carroll - 2015

Un petit tour du côté de la littérature américaine des seventies, ça ne peut jamais faire de mal (ni forcément du bien, remarquez). Jim Carroll, en proie avec les démons de la drogue comme on dit chez Fillon, nous livre donc ici ses chroniques d’époque entre New-York et la Californie. Si on s'amuse volontiers de certains passages (une course de morpions (real ones) avec ceux de sa petite amie, c'est toujours possible), on ne peut s'empêcher de noter le petit côté terriblement décousu de la chose ; alors oui, certes, notre ami est la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2017

Fais de beaux Rêves (Fai Bei Sogni) (2016) de Marco Bellocchio

Sur un sujet un peu casse-gueule, la perte d'une mère par un gamin de neuf ans (on pourrait d'ailleurs faire un lien sur la chronique de la Chambre du Fils de l'ami Gols), Bellocchio s'essaie à ne pas trop tomber dans le mélo avec plus ou moins de finesse. Son récit s'avère être finalement plus celui d'une "rédemption" puisqu'il illustre la façon dont un homme, obsédé par l'image de cette mère perdue si tôt, est parvenu un jour à s'en "détacher" et à tomber amoureux d'une autre femme. Histoire relativement classique en soi quand... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]