12 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 4- Tu honoreras ton père et ta mère de Krzysztof Kieślowski - 1988

On continue sur la belle lancée du n°3, avec cet épisode (titre original : Czcij ojca swego i matkę swoją) tout en sentiments rentrés et en jeux de hasard. Cette fois, c'est les rapports filiaux qui sont abordés, et comme l'indique le commandement-titre, il va s'agir d'honorer son père, sa mère, et ceux qu'on a toujours pris pour. Anka est une apprentie-comédienne qui n'arrive pas à exprimer sur scène le sentiment amoureux. Et pour cause : elle est complètement amoureuse de son père Michal, et entretient avec lui une relation... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2017

The Young Lady (Lady Macbeth) de William Oldroyd - 2017

Ça commence comme un de ces bons vieux romans d'éducation façon Thomas Hardy : une jeune fille vierge contrainte par un mariage arrangé à épouser un homme brutal et impuissant, qui l'enferme dans sa grande propriété froide et solitaire. Durant la première bobine, donc, on tique un peu devant ce cinéma très conventionnel. C'est certes bien cadré, mis en scène avec une rigueur honorable, et l'actrice principale est vraiment pas mal ; mais on se dit qu'on a déjà vu ce film 200 fois, et que, malgré les beaux paysages de l'Angleterre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 3- Tu respecteras le jour du Seigneur de Krzysztof Kieślowski - 1988

Un petit virage formel de la part de notre bon Krzysztof dans sa série, avec cet épisode (titre original : Pamiętaj abyś dzień święty święcił) toujours aussi exigeant, mais chargé cette fois d'une très belle sensibilité directe. Kieślowski joue ici avec les petites circonvolutions du sentiment amoureux, et livre un épisode à fleur de peau, romantique et émouvant. On voit arriver doucement sa trilogie (Bleu-Blanc-Rouge) dans ce choix d'un mélange de radicalité et de sensibilité, ainsi que dans l'utilisation de couleurs primaires, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2017

Get Out (2017) de Jordan Peele

Get out est le film d'horreur du moment, bonne petite série B sur la forme (genre comédie "familiale" horrifique) et excellente "exploitation" dans le fond. Après une petite scène liminaire nous informant que le danger peut venir de partout (surtout quand on est black et perdu dans la banlieue friquée ricaine…), on fait la connaissance d'un mignon petit couple incarné par la mimi Allison Williams (parfaite girl next door à qui on donnerait le bon dieu sans confession) et le beau gosse Daniel Kaluuya et son regard perçant. Elle est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mai 2017

LIVRE : Le Jeu du chat et de la souris (Xiànzài wǒ gāi zěnme bàn) de A Yi - 2015

Un premier roman attrapé au hasard dans les rayons, et me voilà pris dans le filet de cette écriture faussement froide et de cette trame glaçante. A Yi écrit ni plus ni moins que son Etranger à lui, et sur les traces de Camus ainsi que sur celles de Dostoievski, réussit une brillante variation sur la culpabilité et le remords. C'est l'histoire d'un garçon qui tue une fille. Comment ? ça, ça va nous être raconté par le menu dans cette écriture behavioriste qui dissèque heure par heure l'acte, la fuite puis la reddition du bonhomme.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 2- Tu ne commettras point de parjure de Krzysztof Kieślowski - 1988

On continue dans la fête au village de Varsovie avec ce film austère et triste comme un jour sans pain (dont voici le titre original, qui ne tient pas dans la bête fenêtre de titre : Nie będziesz brał imienia Pana Boga swego nadaremno). Cette fois le sujet est presque un sujet de comédie, mais on peut compter sur Kieslowski pour transformer ça en drame intimiste le plus tourmenté. Andrezj se meurt dans une chambre d'hôpital. On voit qu'il meurt parce qu'il fait d'étranges rêves d'eau qui envahit sa chambre. Sa femme harcèle son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2017

Theeb (2016) de Naji Abu Nowar

Quand on voit un gamin sur l'affiche, des paysages super exotiques et un titre qu'on comprend pas, on sait qu'on risque le film Pier Import tant décrié par mon camarade. On a peur, on y va sur la pointe des pieds en suivant la trace de ces chameaux sillonnant le désert, ne pouvant se retenir de faire une petite grimace d'usage alors que l'on reçoit le soleil en plein face. Un gamin décide donc, sur son âne, d'emboîter le pas de son grand frère qui accompagne lui-même un Anglais à la recherche de ses troupes (on est à l'époque de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 mai 2017

Jack le magnifique (Saint Jack) (1979) de Peter Bogdanovich

Trois ans après avoir assassiné un bookmaker chinois et deux ans après avoir ouvert la nuit chez Cassavetes, Ben Gazzara trainait sa flemme dans les rues de Singapour. Son taff : mac, et cela lui va plutôt bien... Ce qu'il recherche ? Pas vraiment évident à discerner si ce n'est un certain goût à vouloir partager ses copines et à faire la nique aux Chinois (et non vice versa). On découvre avec un certain plaisir ces rues vintage de Singapour (souvenirs, souvenirs... Ah le Raffles où j'y passais... enfin où je passais devant) et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 1- Un seul Dieu tu adoreras (Nie będziesz miał bogów cudzych przede mną) de Krzysztof Kieślowski - 1988

Dans le cadre de notre cycle "je range mes vieux dvd", passage obligé au rayon polonais, avec cette série fondatrice qui fit connaître son auteur et hanta quelques-unes de mes nuits. Kieślowski démarre très fort avec cet épisode proprement bouffé par la mort dès le départ. Le premier plan : un mystérieux clochard beau comme un Polonais, l'air triste au coin du feu, au bord d'un lac gelé, lève brusquement les yeux vers la caméra. On comprend que tout ce qui va se dérouler ensuite sera sous l'égide de ce regard. Jugement moral ou... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2017

Apocalypse now de Francis Ford Coppola - 1979

Oui, je me tape quelques bons vieux jalons du 7ème art cette semaine, il est bon parfois de re-ranger ses dvd. Attaquons-nous donc à ce classique des classiques, pour noter, comme tout le monde, que c'est complètement immense. Coppola adapte Conrad, le plonge dans le Vietnam de la guerre, et réalise une longue plongée psychédélique dans le cerveau d'un homme obsédé et détruit : son film est spectaculaire et profondément intime, onirique et vulgaire, baroque et hanté, triste et violent. La scène-clé, finalement pourrait bien être la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]