19 mars 2017

Terreur aveugle (See No Evil / Blind Terror) (1971) de Richard Fleischer

Mia Farrow n'est pas à la fête dans ce petit thriller signé Fleischer qui reste avant tout une histoire de cadre et de hors-champs : Mia Farrow étant aveugle, on reste souvent scotché à son regard sans en savoir beaucoup plus qu'elle sur ce qui l'entoure. Fleischer, après avoir joué la carte insoutenable de l’attente (on présume qu’il y a des morts mais où sont-ils ?), nous fait découvrir ce qu'elle verrait si elle n'était pas aveugle. Enfin, grâce aux "palpages", aux tâtonnements, elle découvre elle-même les différents... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

La Piste fatale (Inferno) (1953) de Roy Ward Baker

Bien bonne idée que celle de se pencher sur le second couteau Roy Ward Baker réalisateur de deux petits films noirs (Don't bother to knock, Night without Sleep) bien serrés. Comme il y a ici le gars Robert Ryan au casting, on sait dès le départ que le film ne peut être raté - Ryan, un gage de qualité, on n’y reviendra pas. La trame est ici fine comme du papier à cigarette : deux amants laissent le mari de la donzelle avec une jambe cassé dans le désert. Celui-ci devrait crever sans que les deux amants perfides soient soupçonnés,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2017

LIVRE : Fairy Tale d'Hélène Zimmer - 2017

La jeune Hélène Zimmer, scénariste de son état, nous offre ici un premier roman qui se plait à vous asséner de grands coups de poing dans le bide. Une occupation comme une autre, et qui donne ma foi un bouquin sans concession. Nous voici devant une femme d'aujourd'hui, Coralie, enfants à charge, mari chômeur, patron tyrannique, amis vagues, vie de merde. Elle va inscrire son mari à une émission de télé-réalité qui se propose de donner du travail aux chômeurs, et faire par la même occasion la preuve que l'existence est une chienne qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2017

Un Homme de trop de Costa-Gavras - 1967

Je dis ça comme ça, mais je trouve que l'honnête Costa-Gavras n'est pas assez présent dans ce blog. Erreur en partie réparée, donc, avec ce film méconnu et pourtant impeccable. Dès ce deuxième long, Costa lorgne du côté des Américains, et plus particulièrement des artisans capables de vous imposer en deux heures de temps un tourbillon d'aventures, de prises de risques et de personnages forts ; quelque part du côté de John Sturges ou de Robert Aldrich en gros. Il réussit ici un film ébouriffant, plein comme un oeuf, autour d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 mars 2017

Paris n'existe pas de Robert Benayoun - 1969

Robert Benayoun, renseignements pris, vient du surréalisme, et au vu de son film, on ne saurait en douter. Après avoir fumé une cigarette qui fait rire dans une soirée de dandy, Simon, un artiste-peintre en manque d'inspiration, se met à développer un don étrange : il parvient à voir dans le passé. Quand il se trouve dans une pièce, il voit les gens et les événements qui se sont succédé dans cette pièce, simultanément. Ces visions, de plus en plus précises, finissent par avoir une influence sur sa vie de couple (baiser avec des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2017

LIVRE : Divertissement de Thomas Coppey - 2017

Shangols fait feu de tout bois, et s'attaque aujourd'hui à Britney Spears. C'est du moins à ce personnage plus mystérieux qu'il n'y paraît que s'attaque Coppey, qui prend soin pourtant de changer les noms histoire d'éviter les procès. On reconnaît pourtant aisément la starlette dans ce portrait distopique, qui, à travers elle, s'intéresse à la texture de la célébrité, de l'idôlatrie, et inversement de la déchéance du monde du spectacle. Deux personnages, qu'on suit aletrnativement, nous sont proposés : Mike Chevreuil anime un show... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2017

Elle s'appelait Scorpion (Joshû sasori: Dai-41 zakkyo-bô) (1972) de Shunya Itô

Un peu de cinéma intello tout en finesse, cela ne peut pas faire de mal en ces périodes de vaches maigres. La série Scorpion, outre qu'elle a inspiré Tarantino, ne devrait pas déplaire à la Virginie Despentes de Baise-moi tant ici les femmes... sont aussi, comment dire, jusqu’au-boutistes que les hommes. D'une côté, nos amies les prisonnières menées par une femme entre deux âges pour être poli : enfermée pour avoir notamment tué ses enfants (son mari la trompait, ceci explique cela), elle met elle-même un point d'honneur à dire ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2017

Le Pouvoir de la Province de Kangwon (Kangwon-do ui him) (1998) de Hong Sang-soo

Voilà peut-être pas le film le plus transcendant de notre ami Hong mais on peut dire que, dès son second film, il pose les bases de sa structure narrative cinématographique et installe des personnages qui font plus montre de leurs faiblesses que de leur force. On va suivre au cours des deux premières grandes parties une échappée entre copines puis une échappée entre mecs dans la fameuse province paisible et montagneuse de Kangwon. Nos trois amies vont marcher, boire et s’engueuler, l’une d’elle finissant (ronde comme une queue... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2017

Ma Vie de Chien (Mitt liv som hund) de Lasse Hallström - 1985

Bon alors là attention : je sais pertinemment que je m'attaque à un film qui, dans l'imaginaire parfois déviant de mon éminent camarade Shang, représente quelque chose comme un mythe fondateur, une pierre de touche, une formule mystérieuse, un sine qua non. Loin de moi, donc, tout sarcasme : on a tous nos amours cachées (pour ma part c'est Mission to Mars, c'est vous dire), c'est ça qui fait la beauté du cinéma, c'est des histoires de rencontres entre une émotion E au moment T, et je ne reprocherai jamais à mon copain shanghaien de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 mars 2017

Le Pont des Soupirs (in Les Ponts de Sarajevo) (2014) de Jean-Luc Godard

Toujours un plaisir de découvrir une pépite du Jean-Luc même s'il faut la voir vingt fois d'affilée pour essayer d'en extraire un sens (ou le contre-sens... Ce qui n'est jamais si loin chez Godard qui par essence dit non à toute « proposition »). Dans Les Ponts de Sarajevo, il semblerait (mais libre à quiconque de me contredire) que Godard enchaîne le court Ecce Homo (daté de 2006 et jamais vu pour ma part auparavant), Je vous salue Sarajevo (réalisé en 1993 et déjà évoqué dans ces colonnes) et donc Le Pont des Soupirs,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]