24 mai 2013

Mad Men - saison 5 - 2012

La série la plus déprimée et jouissive du moment ? N'en doutons point. Bon, vous allez me dire que j'ai un train de retard alors que la saison six arrive bientôt à son terminus. Oui, il est clair que n'étant plus shanghaïen, ne pouvant plus glisser dans ma sacoche, entre un kilo de tomates peintes à la main et trois steaks de renard, le dernier coffret dvd vendu au même prix que trois gros oignons blancs en France, j'accuse quelque retard. But I will catch up, I will. Série donc toujours de haute volée où, en plein sixties (il est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 mai 2013

LIVRE : Le Garçon incassable de Florence Seyvos - 2013

Agréable livre tout de finesse et de tendresse. Seyvos tresse habilement, et sans jamais les faire se rencontrer réellement, deux portraits : d'une part celui de Buster Keaton, garçon incassable mais malmené, qui servira de projectile dans les spectacles de music-hall de papa, se pètera tous les membres devant les caméras et finira en génie oublié rongé de timidité ; d'autre part celui de Henri, demi-frère de la narratrice, garçon cassé, handicapé mental et physique, mais qui aborde l'existence avec une saine innocence et une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
23 mai 2013

Go Go Tales d'Abel Ferrara - 2012

Ferrara est en grande forme depuis quelques temps, si on entend par "grande forme" le fait qu'il parvient à transformer ses profondes déprimes en films profonds et spectaculaires. Go Go Tales est une promenade glauque et ricanante dans son univers, qui prend la forme d'un huis-clos plein de bruit et de fureur, de paires de fesses, de billets de banque et de violence rentrée. C'est dans une boîte de strip-tease sur le déclin qu'on s'enferme pendant 1h40, boîte qui deviendra bienôt le lieu symbolique du show-business dans tout son éclat... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2013

LIVRE : Paris-Brest de Tanguy Viel - 2009

Toujours à cheval entre roman noir et Nouveau Roman, Tanguy Viel creuse sa veine toute de personnalité avec cette chronique âpre des tares familiales et provinciales. On pense au départ qu'on a seulement affaire à un portrait à charge des habitudes familiales. Viel décrit avec minutie la terreur d'appartenir à une caste, à une ville, à un clan, alors qu'on aspire à en sortir. Sa vision de Brest, envisagée non du côté de l'océan mais de celui des murs épais de la maison de ses parents, des petites manies minables de ceux-ci, de leur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2013

La grande Evasion (High Sierra) (1941) de Raoul Walsh

Classique parmi les classiques, voilà un film que je finirai sûrement un jour par connaître par cœur. On oublie en un clin d’œil la pâle copie colorisée et on suit avec un sourire gourmand notre ami Bogart, le chapeau enfoncé jusque-là, l’habit noir qui ne prête pas à rire (il sort tout juste de tôle. Au bout de huit ans, c’est pas rien), les cheveux coupés ras au niveau de tempes grisonnantes… Boggy mon beau Boggy, l’homme auquel on ne la fait pas - surtout quand on est truand, l’homme au cœur chamallow - surtout quand on est une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2013

Océans (2009) de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud

  Comme la journée de la tortue approche - oui, bon, peut-être que cela ne vous concerne pas directement, chacun voit midi à sa porte -, je me suis dit, tiens, et si je le matais ce film de Perrin sur les océans. Dès le générique, nous voilà prévenus, on remercie la fondation Total et le chèque d’un honorable Cheik au nom à rallonge (on évitera peut-être de parler pétrole, so ?), la fondation  Liliane Bettencourt (on ne parlera pas de graisse de baleine, hein ?) et j’en passe… Pour s’immerger totalement, il faudra... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2013

Magic Mike de Steven Soderbergh - 2012

Je vous vois esquisser un ricanement en découvrant que je viens de me taper un film sur les Chippendales. Eh ben oui, et je dirai même plus : c'est une très agréable surprise de découvrir Soderbergh sur ces chemins-là. Sans hurler au génie, je serais même à deux doigts de classer Magic Mike dans les très bons Soderbergh, en tout cas dans sa veine la plus commerciale. Derrière l'entertainement pur jus, derrière les dorures et le fun, derrière le scénario cousu de fil blanc, on entend la petite voix du metteur en scène nous crier... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2013

La Peur (Non credo più all'amore (La paura)) (1954) de Roberto Rossellini

Rossellini adapte Zweig et met en scène pendant 70 minutes une pauvre Ingrid Bergman remplie d’effroi. Ah c’est bien joli d’avoir un mari et un amant… Seulement voilà, cela devient beaucoup moins drôle quand l’ex de son amant se met martel en tête de vous faire chanter. L’Ingrid cède une première fois prise de pitié pour la pauvrette à la rue, puis résiste, un peu, pas longtemps, car l’autre est forte en gueule ; elle cède une deuxième fois mais la chtite semble bien décidée à ne pas lâcher prise... La maitresse-chanteuse va... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2013

Oeuvres de Jean Painlevé (1929-1978)

Hyas et sténorinques (1929) Petite plongée dans le monde délicieux de ces malins animaux marins qui font d'un camouflage un véritable art (tu as le choix entre les algues et l'éponge). Alors, la première question que vous me posez et vous avez raison d'en profiter, c'est : comment distinguer l'un de l'autre ? Bon, grosso modo les premiers sont des araignées (pour le profane que je suis) plutôt "balourdes" et les secondes sont plutôt "élancées", voyez. Je vous conseille en particulier celui qui prend des poses de bouddha ou encore le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2013

Après Mai d'Olivier Assayas - 2012

Le cinéaste de la jeunesse enragée est devenu le cinéaste de la jeunesse désabusée, et on y perd au change. Après Mai est certes maîtrisé, mais il y manque la fièvre, l'urgence, cette énergie électrique que le gars Assayas avait su trouver avec force dans L'Eau Froide ou Désordre. Cérébral, vidé, sans émotion, allangui, presque déprimé, ce film-là dresse un constat vraiment trop glacial de la perte des idéaux, et échoue même à la transmettre réellement. Trop ppréoccupé par sa reconstitution appliquée des années 70, trop empêtré dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]