15 janvier 2020

Bannie du Foyer (Tormento) (1950) de Raffaello Matarazzo

Matarazzo, le roi du mélo, est de retour sur Shangols et on peut dire qu'au niveau « avanie » il frappe fort, le salaud. Anna (Yvonne Sanson, rotonde) vit avec son père et sa fourbe de belle-mère : cette dernière a la thune et fait subir l'enfer aux siens. Anna, heureusement (mot qu'on emploiera plus par la suite : c'est plus les malheurs qu'elle enchainera, ce sera d’ailleurs véritablement la loi de Murphy), retrouve Carlo (Amedeo Nazzari, tout le charme dans une moustache) qui va l'emmener, suite à une petite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Lost Home Movies of nazi Germany (2019) de Nick Watts & Martin Davidson

Vous l'aurez compris, on n'est pas franchement dans le Home Movie "mdr" : si dès les premières images filmées par Eva Braun, on découvre un Adolf décontracté (pas l'air rassurée totalement la gamine - elle a du nez), ce montage d'images et d'extraits de journaux intimes d'époque illustrera quelques instants des plus sombres de notre Histoire contemporaine ; découpé en deux parties justement nommées (Hubris et Némesis), ce "film" dépeint tout d'abord la période 39-42, l'époque où les Allemands pensaient que le Reich durerait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Au-delà des Grilles (Le Mura di Malapaga) (1949) de René Clément

On ne le laisse pas tomber notre gars Clément même s'il nous sert des romances un peu tièdes. Arf, plaisir tout de même de découvrir Gênes en ruines et Gabin au diapason - pas rasé, dépité, sortant tout droit d'un féminicide (bah elle avait 22 ans, elle voulait partir avec un type de son âge, j'ai serré... Ouais, ça n'excuse rien, hein, on est d'accord ?). Jean, en fuite donc, parvient à s'extraire d'un bateau dans ce port de Gênes avec un objectif : se faire soigner sa molaire - on sent la tension dès le départ. Gabin met des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2020

Le Parfum de l'Encens (Kōge) (1964) de Keisuke Kinoshita

Bien belle fresque de l'ami Kinoshita qui nous emmène sur 200 minutes dans l'histoire (amoureuse) pour le moins contrariée de la belle Tomoko (Mariko Okada) : abandonnée par sa mère, déposée dans un bordel par son beau-père à la mort de sa grand-mère, Tomoko va recevoir l'éducation classique d'une geisha - arrivée à maturité (plus de 16 ans, hein, facile), elle est le centre de tous les regards alors même que sa mère, dorénavant, se prostitue (un exemple, this mother...) ; les protecteurs se bousculent mais la jeune Tomoko n'a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2020

Jabberwocky de Terry Gilliam - 1977

Gilliam se désolidarise de ses copains des Monty Python, et pour l'instant on peut dire que, globalement, il a tort. Après son coup d'essai assez brouillon de Sacré Graal, immense film de gag mais privé de mise en scène, le voilà seul aux commandes de ce nouveau film médiéval, adapté d'un conte de Lewis Carroll. Un royaume, un roi, une princesse, un dragon, un écuyer qui va devenir un héros, le scénario est sagement dans les normes ; mais bien entendu, l'esprit foutraque et absurde du compère, hérité de ses potes, va touiller tout... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2020

Le Goût du Saké (Sanma no aji) (1962) de Yasujiro Ozu

Tout a une fin, même la carrière du père Ozu. Un dernier film assez serein, au rythme paisible, teinté d'un grand coup de calcaire sur la fin : un vieil homme qui vient de marier sa fille se retrouve à moitié ivre dans la pénombre de sa cuisine. Son plus jeune fils est déjà couché et on a la triste impression que notre patriarche en a plus pour bien longtemps. Malgré cette terrible solitude qui semble envelopper notre homme sur la fin, le ton général du film n'est point trop larmoyant, mais nan. Trois amis se réunissent autour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 janvier 2020

Une Vie cachée (A Hidden Life) de Terrence Malick - 2019

Ah je le savais bien, pourtant, qu'il ne fallait plus que j'aille voir les films de Malick, que j'en ressortais à chaque fois avec de l'eczema et des envies de meurtre... Mais, dupé par les critiques qui disaient qu'on avait là un grand beau film qui renouait avec la veine la plus précieuse du gars, je suis rentré dans l'enfer de la salle de cinéma. J'en suis ressorti 3 heures plus tard baigné de la douce lumière du Christ, ceci dit, ça compense. Ça doit être très agréable de vivre dans la tête de Terrence Malick. Son imaginaire,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2020

LIVRE : Salina - Les trois Exils de Laurent Gaudé - 2019

Une femme, trois fils, trois exils... Gaudé, once again, s'impose comme le conteur français du territoire africain avec cette histoire "légendaire" qui nous met face au destin d'une femme forte, face aux paysages d'un continent, de ses coutumes, de ses champs de bataille – de sa violence comme de sa douceur aussi... La petite histoire d'une femme qui a dû combattre toute sa vie pour survivre : enfant abandonnée laissée en pâture aux hyènes, elle ne doit son sursis, alors qu'elle n'a que quelques semaines, qu’à la bienveillance d’une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2020

Le beau Mariage (1982) d'Eric Rohmer

"Quel esprit ne bat la campagneQui ne fait château en Espagne."                                                             La Fontaine Il est facile de comprendre, quand on habite Le Mans, qu'on veuille faire des châteaux en Espagne... Et je dis cela uniquement parce que Moulins me semble bien ne rien avoir à envier à cette bonne ville... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 janvier 2020

Passion (Passhon) de Ryūsuke Hamaguchi - 2008

Avant de devenir Ryūsuke Hamaguchi, Ryūsuke Hamaguchi réalisait déjà de solides portraits de sa génération. Passion ne comporte pas encore les personnages solides et précieux qui seront dans Senses et dans Asako I & II ; mais il présente un portrait crédible et tendre des jeunes Japonais des années 2000, tout en continuant de nous surprendre dans des scénarios savamment dosés. Si la mise en scène simple mais efficace n'est pas encore complètement en place, on sort de ce film assez convaincu qu'on tient avec le bougre un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]