07 avril 2015

The Salvation de Kristian Levring - 2014

C'est vrai : un western réalisé par un Danois avec Eric Cantonna, j'aurais peut-être dû me méfier. Mais je ne m'attendais pas tout de même à une telle naserie. Tout est raté dans ce truc, alors qu'on aurait pu au moins y trouver un peu de glamour : c'est le brave Madds Mikkelsen qui endosse le rôle du cow-boy mutique et brisé, c'est la gironde Eva Green qui fait la femme brisée et vengeresse, et il y a même un méchant pas piqué des vers et assez efficace (Jeffrey Dean Morgan, effrayant). Mais ces trois-là ont beau faire tout ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 avril 2015

Fin de l'Agent W4C par l'Intermédiaire du Chien de Monsieur Foustka (Konec agenta W4C...) (1967) de Vaclav Vorlicek

Mignonne parodie de film d’espionnage de notre ami Vorlicek, un film qui a d’ailleurs plus des faux airs d’OSS 117 (en moins bidonnant - mais je mettrais ma main à couper que le gars Hazanavicius a maté cette version) que de James Bond (aucune cascade ou explosion, le film a un budget communiste). L’intrigue est mince : l’Agent W4C (ce qui évoque plus un produit pour les toilettes qu’un tueur) doit remettre une salière (qui contient un microfilm ayant un lien avec la planète Vénus… un truc utile, genre) à une autre agente à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:32 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 avril 2015

Même les Assassins tremblent (Split Second) (1953) de Dick Powell

Dédaignons d'entrée de jeu le titre français sanantoniesque et avouons avoir trouvé une belle consistance d'ensemble à ce premier film de Dick Powell : un solide casting de seconds couteaux (Jan Sterling, Alexis Smith, Richard Egan...), un huis-clos stressant, des jeunes femmes droites comme un i ou versatiles à souhaits, une situation trépidante et un final antonionesque (les essais nucléaires dans le désert, c'est ma passion : un héritage de mon pater, cherchez même pas...). Certaines personnes, certains jours n'ont vraiment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2015

La Faute de l'Abbé Mouret (1970) de Georges Franju

La Faute de l’Abbé Mouret n’est pas l’oeuvre la plus réputée de Georges Franju. Et c’est pas volé. A son meilleur, c’est nos parcs et jardins de France croisant Bilitis. A son pire, c’est Francis Huster chopant une pleurésie en jouant à l’abbé puis se prenant pour Dominique Rocheteau ou Daniel Balavoine en faisant l’amant. On l’aura compris, les occasions de rire sous cape sont nombreuses. L’ami Gols n’a jamais respecté Francis Huster : il ne savait malheureusement point où se nichaient les racines du mal. Que notre saint... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2015

Fog over Frisco (1934) de William Dieterle

On est toujours preneur d'un ptit polar des thirsties signé Dieterle faisant la part belle aux rues clermontoises de San Francisco et aux héroïnes troubles (C'est Bette Davis qui s'y colle, elle a à peine 14 ans et la gourgandine aux grands yeux de poupée est déjà super calculatrice). L'histoire est plus complexe qu'un Rubik's cube mais on s'amuse des nombreuses trahisons, coups de théâtre (une mort surprenante et glauque) et autres courses poursuites effrénées. Bette Davis est une charmeuse qui mène les hommes (à part son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2015

Masao Adachi de Philippe Grandrieux - 2011

Grandrieux avait disparu des écrans radars depuis Un Lac, c'était bien dommage ; mais en fait, non : c'est juste que les radars ont de plus en plus de mal à le situer. Le voilà qui refait son entrée par la petite porte, avec cet essai autour de la figure de Masao Adachi, cinéaste japonais expérimental, ami de Wakamatsu et d'Oshima (pour situer le niveau de santé mentale du gars), qui a travaillé dans les années 60-70 sur la notion de révolution, sur le surréalisme, sur la réalité, etc. Quand un grand cinéaste expérimental comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2015

L'Ange de Broadway (Angels over Broadway) (1940) de Ben Hecht & Lee Garmes

Un casting avenant pour un tout petit film (entre le noir et le gris foncé) mené de façon bien molle. On se frotte les mains devant la situation de départ avec ces quatre personnages qui n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres et qui se retrouvent réunis autour du même « cas » : au centre de l’attention un type au fond du trou ; notre petit mecton, qui s’est mis à la colle avec une donzelle sans doute trop belle pour lui, a 24 heures pour trouver 3.000 dollars et rembourser son patron. Désespéré,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2015

LIVRE : Erika d'Hafed Benotman - 2015

Le bon Hafed est mort le mois dernier, que Dieu l'accueille avec les vierges de rigueur et une poignée de nouvelles banques à braquer pour le désennuyer. Avant de passer dommageablement l'arme à gauche, le gars avait laissé ce tout petit souvenir de la maison des morts, ultime friandise gouailleuse et irrévérencieuse qui se déguste comme un bonbon. Amer, le bonbon. Souvenir de taulard donc, milieu que Benotman connaît mieux que personne, voyez sa biographie : avec une verve pornocrato-gauloise qui rappelle si on est bien luné, Céline,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 avril 2015

Mommy (2014) de Xavier Dolan

Diantre, il aurait sûrement fallu que je mate ladite chose au côté de l’ami Gols sur son canap’. J’en aurais pris pour mon grade, mais il est bon parfois d’avoir une petite leçon d’humilité. Après une première demi-heure totalement hystérique (Dolan ne fait jamais que reprendre les recettes de son premier long-métrage : une mère qui gueule vs un ado (enragé) qui gueule), je l’imagine, l’ami Gols, me faire de petites bourrades amicales dans le dos, pouffer et me lancer des réflexions genre « un chef d’œuvre, mon gars, ton... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 avril 2015

Abus de Faiblesse de Catherine Breillat - 2013

Breillat n'a jamais choisi les sujets et l'esthétique les plus lisses qui soient, mais avec Abus de Faiblesse elle pousse encore un peu plus loin le curseur de l'inconfort. Il faut dire que ces dernières années, la dame a subi pas mal de galères, la plupart étant racontées par le menu dans ce film : d'abord un AVC qui l'a laissée très diminuée physiquement et moralement ; ensuite une escroquerie menée par son ami du moment, escroc pervers qui vidât son compte en banque tout en ruinant ses repères amicaux et intellectuels. Difficile... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]