11 mars 2017

Ma Vie commence en Malaisie (A Town like Alice) (1956) de Jack Lee

Voilà un titre de film qui m'avait échappé et qui pourrait aisément faire partie des conseils filmiques du guide du Routard (on cherche des sponsors en ce moment). L'immense Jack Lee (je déconne) nous emmène donc faire une petite balade en "Malaya" pendant la guerre. "Petite" et "balade" ne sont pas vraiment les mots adéquats puisqu'il va suivre, durant un véritable tour de Malaisie avant la lettre (et non vélo mais bien à pieds), différentes femmes anglaises (et leur progéniture) dont les maris ont été faits prisonniers :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2017

Sieranevada (2016) de Cristi Puiu

Décidément, après l'excellent La Mort de Dante Lazarescu, le gars Cristi Puiu m'emballe une nouvelle fois. Sieranevada est un "simple" repas de famille organisé à la mort du patriarche où tout le monde se retrouve et où, quel que soit le sujet de discussion lancé, personne n'est d'accord. Les attentats du 11 septembre ? Il y en aura toujours un pour crier au complot, un pour défendre la thèse officielle et un autre pour dire que tout cela n'est pas aussi simple. Les attentats de Charlie Hebdo ? Comment expliquer que la tête du flic... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2017

LIVRE : Le Black Note de Tanguy Viel - 1998

Voici donc le tout premier roman de Tanguy Viel et j'avoue avoir été un tantinet déçu. L'auteur nous livre une sorte de stream of consciousness d'un type enfermé dans un hôpital : ce dernier se rappelle ses trois comparses musiciens avec lesquels il vécut dans le fameux Black Note et essaie tant bien que mal de revenir sur les circonstances de la mort de l'un d'eux. Il s'agit d'un certain Paul, grand consommateur de drogue, qui fit preuve d'une certaine influence sur les membres de la troupe, le gars Paul qui se trouvait dans le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 mars 2017

Apnée (2016) de Jean-Christophe Meurisse

Jean-Christophe Meurisse et ses trois comédiens (Céline Fuhrer, Thomas Scimeca, Maxence Tual) se lancent dans un projet qui peut faire un peu peur au départ : un genre de film à sketches des temps modernes sur un ton qui n'est pas sans rappeler en son temps un certain Bertrand Blier (de la famille que l'on vient faire chier à l'improviste au trio en bateau). Disons-le tout de go, le résultat est souvent assez drôle (j'ai dû rire deux fois, un record), grâce à la tchatche de ces trois personnages décalés, à leur petit ton... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2017

Wolf Creek de Greg McLean - 2005

Des ados se font dézinguer par un tueur. Le scénario ayant été ainsi résumé, passons maintenant à l'analyse critique de Wolf Creek. Eh bien ma foi, c'est pas terrible, mais j'ai tellement vu des films d'horreur minables, mal foutus, crétins et putassiers depuis des années, que je ne peux que saluer la saine simplicité de celui-ci, et que je ressors ma foi relativement convaincu par la chose. A priori on est dans le terrain piétiné sans relâche depuis l'invention de la tronçonneuse et du jarret sectionné : les 60 premières minutes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2017

LIVRE : Marlène de Philippe Djian - 2017

Allez, les enfants, on y croit, au retour de Djian. On constate que le gars revient plus ou moins en force depuis quelques romans (oublions Love Song, voulez-vous), avec ce style très maîtrisé, ces romans moins ambitieux certes mais plus apaisés, moins petit malin. Et louons tous en choeur le dernier né, Marlène, un des meilleurs crus depuis longtemps. Pour une fois, le gars laisse (presque) tomber ses coquetteries d'auteur en vogue. Ok, il n'y a toujours pas de ponctuation autre que les points et les virgules, Djian semble trouver... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2017

LIVRE : Prendre les Loups pour des chiens d'Hervé le Corre - 2017

On ne peut pas dire que c'est l'originalité qui étouffe Hervé Le Corre. Il réalise un roman noir sagement dans les schémas du genre, et nous fatigue un peu avec ses histoires de rédemption impossibles et de tueurs patibulaires. Son héros sort de taule, après avoir refusé de balancer son complice de frère. Il va trouver repos et refuge chez celui-ci, et tombe en fait sur une famille de rednecks absolument insupportable : la mère est un condensé de mépris, le père un sac à vin, la petite fille une autiste, le chien un ersatz de Cerbère... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2017

Fanfare (1958) de Bert Haanstra

On connaissait l'ami Bert pour Miroirs de Hollande (Grand Prix à Cannes en 1951, tout de même) et il nous revient ici sept ans plus tard avec une comédie sympathique et fanfaronne qui se déroule, à nouveau, dans une ville d'eau. Le pitch est clair : les deux cafetiers du coin qui font partie de la fanfare locale ne peuvent pas se piffrer. Le joueur de contrebasse n'a de cesse de se moquer du joueur du cor et scission est faite au sein de la fanfare. Pour avoir les subventions de la mairie, il faut constituer la fanfare avec le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 mars 2017

Passengers de Morten Tyldum - 2016

Cerveau apaisé à cause du printemps qui approche, influences néfastes de quelques soirées rhum ou simple adhésion, vous me voyez en tout cas plus ou moins satisfait de ce film de SF sentimental, réalisé pourtant par un cinéaste dont on a dit souvent le plus grand mal. Attention : on est très loin du grand film, et même celui-ci ne convainc que dans sa première demi-heure. Mais il y a là-dedans une simplicité et une modestie qui peuvent toucher, et ma foi je me suis laissé porter par cette jolie trame et par le ton gentiment comique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2017

Mikkai (1959) de Kô Nakahira

Voilà un film noir relativement tendu sur soixante-dix minutes même si l'essentiel des événements se déroule en ouverture et en fin de film. Nakahira ouvre ainsi son film avec un bien joli plan séquence de sept minutes centré sur deux amoureux ; des amoureux qui se cachent en pleine forêt (elle est mariée à un ponte de droit, il est simple étudiant dans ladite matière) et qui vont assister à un acte peu commun : l'assassinat d'un chauffeur de taxi. Dès lors, c'est le trouble : faut-il ou ne faut-il pas dénoncer le tueur que le jeune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]