17 août 2015

Le Génie du Mal (Compulsion) (1959) de Richard Fleischer

Richard Fleischer n'en finira jamais de me régaler : ce Compulsion (basé sur le cas Leopold / Loeb comme La Corde du Bouddha) est un petit délice de polar : deux jeunes gens de la haute en quête du crime parfait (l'excellent Dean Stockwell, Mister Suave in Blue Velvet, et Bradford Dillman absolument parfait en jeune homme au rire carnassier), un noir et blanc magnifique, un rythme relevé, un Orson Welles - au top du générique - qui fait son apparition après 70 minutes de film et qui emplit l'écran, une plaidoirie finale écrite au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2015

L'Epouvantail (Scarecrow) (1973) de Jerry Schatzberg

Voilà ce qu'on pourrait nommer un road-buddy movie from the seventies - rouflaquettes et images marronnées d'usage - mettant en scène l'optimiste et ptit rigolo Al Pacino et le déterminé et dur-au-mal Gene Hackman. Rien ne devrait les unir et tout va les réunir – parce que c’était lui, etc... Le menhir Gene prend le Al sous son aile, ce dernier parvenant, chemin faisant, à le dérider un poil. Un échange de bons procédés entre voyageurs peu pressés. Ils ont tout de même chacun un but : le Al veut voir pour la première fois son enfant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2015

The Smell of us (2015) de Larry Clark

Larry Clark, en filmant des corps adolescents dénudés, peut parfois finir par provoquer un certain malaise, comme si le cinéaste se faisait plus voyeur que véritablement filmeur. Il peut aussi savoir plus faire preuve d'incandescence que d'indécence : en montrant le pouvoir d'attraction de ces corps jeunes sur des adultes décrépis (Clark se mettant lui-même grotesquement en scène) et en traitant parallèlement le désenchantement de ces jeunes, leur malaise, le spectateur retrouve chez Clark cet oeil acéré de metteur en scène plus que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2015

Miroirs de Hollande (Spiegel van Holland) de Bert Haanstra (1951)

Un court-métrage qui nous vient des Pays-Bas et qui eut l'honneur de recevoir ex-aequo le Grand Prix à Cannes en 1951 pour saluer l'un des meilleurs longs métrages de la sélection - la logique cannoise à ses limites, vous allez voir qu'un jour même Audiard finira par gagner. Bref. Y a-t-il des moulins à vent inside, vous allez me demander, taquin que vous êtes ? Oui, y en a, dès les premières images d'ailleurs, mais la chose demeure tout de même relativement originale : l'ami Bert a en effet eu la maline idée de filmer les choses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2015

Winter Sleep (Kış Uykusu) de Nuri Bilge Ceylan - 2014

Un travail hyper-professionnel, quasi-sans défaut nous arrive de notre cher Bilge Ceylan. Vous allez me trouver pointilleux, mais c'est peut-être un peu ça qui énerve dans ce film : que tout y soit brossé en esthète, que tout y soit irréprochablement impeccable. Parce que très vite, cette application à chaque détail finit par ressembler à du pur académisme, et que le film finit par devenir légèrement ringard. J'aurais adoré ce film dans les années 80 (j'avais pas l'âge, mais vous voyez ce que je veux dire) ; mais on dirait qu'il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 août 2015

Mad Men - Saison 7 - 2014-2015

Ultime saison des aventures de Don Draper dans le monde publicitaire gris anthracite des sixties. Don n'en finit point de chuter - plus d'amis, de gonzesses, de taff... - à l'image de ce générique éminemment symbolique. Dur de bosser dans la com', dans l'image, dans le paraître, quand son monde intérieur est aussi fêlé, fragile. Don se noie dans le whisky comme d'autres dans le rhum et l'on ne peut qu'avoir de l'empathie en ce frère humain. Son trauma initial, cette fausse identité endossée par le passé n'a de cesse de le tourmenter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


15 août 2015

Wild (2015) de Jean-Marc Vallée

Voici donc un "walking off-track movie" qui repose sur les épaules de la gâte Reese Witherspoon, épaules sur lesquelles repose un énorme sac-à-dos carapace. Je dis "carapace" et c'est à dessein car les symboles de l'ami Vallée ne sont jamais bien lisses : oui, la Reesse en a gros sur la patate, cette randonnée dantesque (plus de 1500 km, une meule) sera donc l'occasion de faire le point, le bilan, même, si l'on veut, sur son passé (amoureux, droguesque, familial et j'en passe) : plus son sac-à-dos se vide, plus son sac psychique se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2015

Les Dents de la Mer (Jaws) de Steven Spielberg - 1975

Toujours difficile de s'attaquer à un film que tout le monde connaît par coeur, surtout quand c'est pour hurler avec les loups : voilà l'achétype du film de divertissement parfait, et c'est comme si Spielberg inventait le moule du genre, imposait les règles du jeu de l'efficacité américaine pré-numérique. Le film est impeccable, à tous les postes, et même quand il ne l'est pas (les effets spéciaux), Spielberg dépasse la contrainte pour inventer d'autres façons de faire monter l'angoisse. Son requin mécanique est tout pourri ? Qu'à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 août 2015

Vrai faux Passeport de Jean-Luc Godard - 2006

Le voilà donc, ce fameux film introuvable que JLG avait prévu pour être projeté en boucle à son expo à Beaubourg. Ironie du sort : il n'y a pratiquement aucun plan de Godard dans Vrai faux Passeport, hormis quelques écrans de textes et une ou deux plans pris dans ses propres films. Mais comme souvent dans sa dernière partie de carrière, la mise en regard d'un plan sur l'autre, le mixage entre deux extraits de films qui n'ont a priori rien à voir l'un avec l'autre, constituent en quelque sorte une troisième image, signée Godard... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 août 2015

Mange tes morts - Tu ne diras point (2014) de Jean-Charles Hue

Après l’hystérie dolanesque filmée avec moult effets « de manche », il fut bon de se plonger dans cette œuvre sans chichi, pure et dure, décapante. Un romano sort de taule après 15 ans. On pense que le gars (ventripotent et costaud) s’est assagi, nakache. Le type semble encore plus en colère que jamais contre cette saloperie de société et pense rapidement se refaire la main et se remettre à flot en volant un camion de 25 tonnes de cuivre (les gens du voyage restent des types terre-à-terre). Le gros problème, c’est qu’en 15... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]