11 avril 2015

LIVRE : Le Principe de Jérôme Ferrari - 2015

Le style incantatoire de Jérôme Ferrari, qui peut parfois faire merveille, est mis cette fois-ci au service d'un sujet qui n'est certes pas parmi les plus sexy : l'existence et les découvertes du physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976), breveteur du concept de "principe d'incertitude" et précurseur malgré lui des ravages atomiques de la deuxième guerre. Autant dire qu'on s'en cogne. Il est vrai que sous le style complexe et raffiné du gars Ferrari, cette histoire prend une tournure qui transcende son sujet : on y découvre à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2015

Les Amis (1971) de Gérard Blain

Gérard Blain entre sur la pointe des pieds sur Shangols avec une oeuvre d'une belle pudeur. Couillu, au départ, de partir de ce sujet : une jeune homme se fait entretenir par un "sugar daddy". Gols sera déçu, il n'y a point de scènes sexuelles trash mais l'on en comprend pas moins ce qui lie ces deux-là : au delà de l'aspect sexuel pour l'un et de l'aspect financier pour l'autre (je ne vous fais pas un dessin), une vraie complicité s'instaure entre les deux hommes. Philippe est à la recherche d'un "protecteur", d'un "parrain" comme il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2015

Timbuktu d'Aberrahmane Sissako - 2014

Voilà un film qui arrive en son temps et en son heure : en cette période pro-Charlie, Sissako, qui ne pouvait pas prévoir la chose pourtant, apporte ce qui manque le plus au débat : le calme et l'intelligence. Réaliser un film sur la montée de l'intégrisme religieux en évitant tous les poncifs aisément glanables sur BFM TV, c'était pas gagné ; Timbuktu est un vrai modèle de ce côté-là, qui en dit beaucoup plus en deux heures que les journalistes en une semaine d'antenne non-stop. Réagissant à chaud à la prise de pouvoir des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 avril 2015

La Renarde (Gone to Earth) (1950) de Michael Powell & Emeric Pressburger

Si votre femme vous a quitté pour un type à l'air sombre et à la fine moustache ou si encore vous aimez les renards et les belles images, ce film est pour vous. C'est vrai qu'en dehors de cela, vous risquez d'être un peu refroidi. Oh, on les connaît nos mages anglais de la couleur, des beaux paysages, capables de vous faire resplendir chaque poil mordoré d'une renarde ou la couleur noisette des yeux de leur héroïne justement nommée Hazel (Jennifer Jones, son visage poupin, sa taille de guêpe et ses courses pieds-nus). Franchement,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2015

Jeunes Filles en Uniforme (Mädchen in Uniform) (1931) de Leontine Sagan et Carl Froelich

Un bon vieux film germanique de femmes entre elles, voilà qui n’est pas si courant. Nous sommes en 1931 et l’on suit l’arrivée de la très jeune Manuella (14 ans et demi mais déjà bâtie comme un arrière droit) dans ce pensionnat de jeunes filles (qui dit « pensionnat de jeunes filles » dit dérive amoureuse interdite ? Cela n’engage que vous, mes bons amis). La petite Manuella, on le voit dès sa première apparition, est hypersensible : elle a perdu très tôt sa mère et pleure comme une Madeleine à sa moindre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 avril 2015

Love is strange (2014) de Ira Sachs

Un film apaisé et apaisant. Voilà la petite formule qui vient en tête après la vision de ce film dessiné par petites touches, tout en sobriété ; s'il y est question de chaleur humaine (oh putain non, par pitié !!! Attendez, j'ai pas fini) celle-ci est évoquée avec la même nonchalance, la même subtilité que ces petites notes de piano qui surviennent ici ou là dans le film. Pendant toute la vision du film, on reste attentif, sage, "silencieux mentalement" au point d'entendre les battements de son cœur ; alors qu’on avait du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 avril 2015

The Color Wheel (2011) d'Alex Ross Perry

Le dernier film de Perry, teinté d’une ombre quelque peu misanthropique, avait un petit quelque chose d’amusant. Une raison suffisante (à mes yeux) pour se pencher sur sa précédente réalisation The Color Wheel. On est dans le 16 mm (forcément, il doit y avoir de vieux stocks qui traînent), le bon vieux noir et blanc underground des « eighties » pour les gens de ma génération (les autres, elles pensent ce qu’elles veulent). Disons-le amicalement : Perry a dû avoir une adolescence particulièrement frustrante pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2015

The Walking Dead saison 4 - 2013

La saison 3 était mollassonne, j'ai donc abordé celle-ci avec la prudence de rigueur. Au bout des 16 épisodes plus ou moins mouvementés, voici donc ma nécessaire opinion : pas mal au niveau du concept, pas terrible au niveau de la forme, mais cette saison relance bien l'intérêt de la série, ce qui est déjà quelque chose. On retrouve nos héros mal joués dans leur prison-sanctuaire, bien à l'abri des centaines de zombies dégoulinants qui se massent contre les grillages branlants qui les entourent. Ces derniers, même maquillés... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2015

LIVRE : L'Inciseur (Abgeschnitten) de Sebastian Fitzek & Michael Tsokos - 2012

Sebastian Fitzek écrit comme un pied, voyez vous, mais comme ses trames sont en général machiavéliques, on s'en tape : seuls importent le suspense et sa façon de nous emmener exactement là où il veut quand il veut. Il est donc obligatoire que, quand les trames sont nases, le livre le devient aussi. C'est le cas avec L'Inciseur, pourtant écrit à quatre mains, quatre mains gauches dirait-on. C'est pourtant aussi rocambolesque et improbable que dans ses bons livres, hein, mais allez comprendre : là, ça ne fonctionne jamais. Peut-être... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2015

A propos de Venise de Jean-Marie Straub - 2014

M'est avis que le père Straub va finir par filmer des écrans noirs. En tout cas, ce cru 2014 joue sur l'annulation de presque tout : plus de figure humaine dans le cadre, plus de mouvements de caméra, plus de variations de plans. C'est du rigorisme poussé à bout, ou presque : un seul cadre, pratiquement. On voit donc pendant 15 minutes un arbre au bord d'un lac, dont l'eau vient lécher le trons, avec parfois, ô miracle, un ou deux canards qui traversent le champ là-bas derrière. Que ça, même si on se rend compte qu'il y a en fait 6... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]