22 mars 2018

Orphée de Jean Cocteau - 1950

Amis de la poésie, bonsoir. Non, mais attention, pas la petite poésie du dimanche, hein : la Grande Poésie, celle qu'on apprend dans les écoles et qui est enterrée au Panthéon, celle qui donne des répliques comme "Un poète, c'est quelqu'un qui écrit, mais n'est pas écrivain". Enfin, vous voyez. Cocteau s'affiche comme le maître es-Belles Lettres dans ce film hyper-stylisé, et s'attaque aux grands mythes sans complexe pour vous en donner, de la littérature. Soit donc le fameux mythe d'Orphée, descendu aux enfers pour récupérer son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mars 2018

L'Héritage de la Colère (Money, Women and Guns) de Richard Bartlett - 1958

Décidément bien sympathique, ce Richard Bartlett, oublié il est vrai de l'Histoire du Cinéma, mais capable de vous pondre des petits westerns pas piqués des hannetons et palpitants. Celui-ci est quand même mine de rien très novateur, et tente des petites choses parfaitement originales. Ce n'est presque pas un western plutôt un film de détective, qui emprunte autant aux films noirs qu'aux polars à la Agatha Christie. Le vieux Ben, chercheur d'or, se fait trucider par trois malfrats (seule fusillade du film) : deux y restent, mais le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mars 2018

Le Sabre et la Flèche (Last of the Comanches) (1953) d'André De Toth

Ce remake westernique assumé de Sahara avec l'ami Boggie vaut beaucoup plus qu'un simple remake. Tout d'abord parce qu'il s'agit du gars André aux manettes et que ce dernier n'est pas un simple artisan de seconde zone : direction d'acteurs, sens du rythme, soin apporté aux cadres et aux lumières (Charles Lawton Jr à la photo n'est pas un manchot)... Ce petit western est absolument trépidant même si on connaît le scénar depuis le début des temps : six hommes seulement réchappent du massacre orchestré par Nuage Noir, l'un des derniers... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2018

The Handmaid's Tale - saison 1 - 2017

Imaginons un monde où Laurent Wauquiez devient président et Christine Boutin première ministre, et ce juste après que Roselyne Bachelot a été pendant 10 ans ministre de la santé : la fertilité est au plus bas, et nos deux champions du monde de la politique ont mis au point un système catholico-militaro-dictatorial où les femmes - les fameuses servantes qui ne font pas vraiment le ménage - ne sont que des sacs à procréations aux mains des plus nantis... L'idée n'est pas si bête en cette ère qui part en trumpette. Nous suivons donc... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2018

Downsizing d'Alexander Payne - 2017

Ah gros ratage, là, de la part du gentil faiseur Alexander Payne. Dix fois trop long, mal joué, se cherchant tout au long des pénibles deux longues heures de métrage, Downsizing échoue dans tous les domaines : celui de la comédie, puisque le film n'est jamais le conte moral acerbe qu'il voudrait visiblement être ; celui de la SF, les effets spéciaux antiques et le manque total d'imagination dans ce monde futur annulant toute l'idée de base ; le film d'anticipation écologiste, le message partant dans tous les sens ; et le drame... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2018

Vous qui avez vingt Ans (Enchantment) (1948) de Irving Reis

Les histoires d'amour en famille finissent mal en général... mais pas forcément. Reis nous convie ici à un récit sur trois étapes relativement bien construit narrativement, une histoire faisant notamment la part belle au flash-back. Trois enfants à la base (Selina, Rollo, Pelham) et une "pièce rapportée", la petite Lark dont les deux parents sont morts dans un accident ; Selina est en charge des bambins et entretient une certaine jalousie envers la chtite Lark ; à l'adulescence, Pelham et Rollo tombent amoureux de la rayonnante Lark... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2018

Pattes blanches (1949) de Jean Grémillon

La petite Suzy "hôtesse" Delair joue avec le danger : elle se croirait presque dans un film de Rohmer en accumulant les amants ; en number one, Fernand Ledoux as Jock Le Guen, la mèche rebelle, le verbe gras, une intelligence de comptoir qui n'hésite pas à faire passer au départ la chtite Suzy pour sa nièce - il lui a mis le grappin dessus, il compte bien se la marier ; en number two, Paul Bernard dit Pattes blanches, le noble déchu du coin avec ses guêtres et sa hallebarde dans le cul ; en number three, Michel Bouquet as Maurice... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 mars 2018

LIVRE : Massif Central de Christian Oster - 2018

Un roman opaque, assez proche des divagations métaphysiques d'un Antonioni, voilà ce que nous propose Christian Oster avec ce bouquin suspendu, insaisissable et assez envoûtant. Paul, architecte un peu en état de perdition, a eu une histoire avec Maud, qui a quitté Carl Denver pour lui. Aujourd'hui, l'ayant à son tour quittée, il est persuadé que Carl Denver en veut à sa vie, qu'il a retrouvé sa trace et veut le tuer. Il fuit alors dans l'Allier, puis dans la Haute-Vienne, errant de vagues connaissances en auberges paumées, sans cesse... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2018

Peau de pêche (1929) de Jean Benoît-Lévy & Marie Epstein

Un film qui fait partie de la "collection du Ministère de l'agriculture" et où les petites filles sont habillées par "Mignapouf" ne peut pas être foncièrement mauvais. Bon, on n'est pas face à un chef-d'oeuvre du muet, disons-le tout de go, mais cela permet tout de même une véritable petite bouffée d'air campagnarde - ce qui ne fait pas mal puisque à l'heure où je vous parle les routes sont toujours barrées et l'orage fait rage (trouvez mon département ; gagné, c'est le dernier). Peau de Pêche est donc un jeune bambin qui rougit à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2018

Un Jour sans Fin (Groundhog Day) de Harold Ramis - 1993

Petit coup d'oeil vers le passé, avec ce film culte qui a instauré un genre : le film de "prisonnier dans le temps", qui a depuis été copié maintes fois, de Source Code à Happy Birthdead. Celui-ci aborde les choses côté comédie romantique, et réussit à être glamour tout en restant assez conceptuel, c'était une gageure. On connaît tous l'histoire : un présentateur météo aigri et cynique se retrouve pris dans une boucle de temps, et condamné à revivre éternellement la même journée pourrie, jusqu'à ce qu'il devienne enfin quelqu'un de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]