10 janvier 2020

LIVRE : Salina - Les trois Exils de Laurent Gaudé - 2019

Une femme, trois fils, trois exils... Gaudé, once again, s'impose comme le conteur français du territoire africain avec cette histoire "légendaire" qui nous met face au destin d'une femme forte, face aux paysages d'un continent, de ses coutumes, de ses champs de bataille – de sa violence comme de sa douceur aussi... La petite histoire d'une femme qui a dû combattre toute sa vie pour survivre : enfant abandonnée laissée en pâture aux hyènes, elle ne doit son sursis, alors qu'elle n'a que quelques semaines, qu’à la bienveillance d’une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2020

Le beau Mariage (1982) d'Eric Rohmer

"Quel esprit ne bat la campagneQui ne fait château en Espagne."                                                             La Fontaine Il est facile de comprendre, quand on habite Le Mans, qu'on veuille faire des châteaux en Espagne... Et je dis cela uniquement parce que Moulins me semble bien ne rien avoir à envier à cette bonne ville... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 janvier 2020

Monos (2020) de Alejandro Landes

Voilà un film colombien sauvage non seulement de par sa nature, humide et un tantinet hostile, que de par ces êtres, preneurs d'otage, qui de simples militaires, se « kurtzisant », vont devenir de véritables bêêêêtes. Au départ, pourtant, l'ambiance est plutôt amicale dans ce camps de base : nos hommes et nos femmes s'amusent, flirtent, peaufinent leurs muscles sous les ordres d'une sorte de têtard bâti comme un mini-gorille. La mission : surveiller cette otage américaine, plutôt docile a priori. Un premier couac va... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2020

Passion (Passhon) de Ryūsuke Hamaguchi - 2008

Avant de devenir Ryūsuke Hamaguchi, Ryūsuke Hamaguchi réalisait déjà de solides portraits de sa génération. Passion ne comporte pas encore les personnages solides et précieux qui seront dans Senses et dans Asako I & II ; mais il présente un portrait crédible et tendre des jeunes Japonais des années 2000, tout en continuant de nous surprendre dans des scénarios savamment dosés. Si la mise en scène simple mais efficace n'est pas encore complètement en place, on sort de ce film assez convaincu qu'on tient avec le bougre un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2020

Grandeur et décadence d'un petit Commerce de Cinéma (in "Série Noire") (1986) de Jean-Luc Godard

Mes bras, mes jambes et ma tête même ont fini par tomber à la vision de ce cauchemar mettant en scène un Jean-Pierre Léaud moustachu grandiloquent et un Mocky à la hauteur de ses films. Un casting est réalisé avec des chômeurs et pour le reste je vous laisse le plaisir de découvrir le début, le milieu et la fin, je ne voudrais surtout pas vous gâcher ce qui m'échappe. "Le cinéma tue la vie" ouais, enfin là si Godard veut faire le procès de la télé il tue aussi le cinéma, avec tout le respect que je lui dois. Godard himself avoue à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2020

Best of 2019

Les Amours communes      Les Amours Goliennes   Les Amours shanguesques 
Posté par Shangols à 08:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 janvier 2020

Booksmart (2019) de Olivia Wilde

Allez, un peu d'allégresse et de facilité, cédons une fois par an (pas plus, après c'est du vice) aux sirènes du film de highschool ricain : une comédie, quoi, souvent un peu sotte, parfois bon enfant et avec, ici, un discours sur le cul sans trop d'ambages. Est-ce qu'on rit sinon ? Euh, moins souvent qu'à son tour mais on arrive déjà à aller au bout de la chose sans pleurer - c'est déjà pas mal dans ce genre d'exercice. Soit donc deux gonzesses, amies pour la vie, qui, à la veille de la remise des diplômes, se rendent compte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2020

Honeyland (2019) de Tamara Kotevska & Ljubomir Stefanov

On n’est bien nulle part. Hatidze connaît les ruches et les abeilles de la Macédoine comme personne. A flanc de colline, dans des troncs d'arbres ou derrière les murs de bâtisses proches, elle sait exactement où se trouve le miel. Son credo : laisser à chaque fois la moitié de la récolte aux habitantes de la ruche. Une vie en harmonie avec la nature. Elle doit également s'occuper de sa mère, vieille, infirme, pour laquelle elle doit faire preuve de patience tant la vieille est totalement dépendante d'elle. Et puis… et puis une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2020

Atlantique (2019) de Mati Diop

Petite déception devant ce film porté aux nues qui n'est qu'une énième (petite) œuvre de zombies sur un problème contemporain : des jeunes gens qui travaillent sur un chantier ne sont plus payés depuis trois-quatre mois ; ils décident de s'embarquer, tous, un soir, pour l'Europe. L'embarcation chavire, le glas sonne. Leurs amantes, possédées par la mort de leurs hommes, viennent "hanter" la demeure du boss de ce fameux chantier - un boss, pour sa part, pas franchement hanté jusqu'alors par sa mauvaise conscience... L'héroïne, elle,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2020

LIVRE : Le Consentement de Vanessa Springora - 2020

Ayant, plus jeune, lu Matzneff (ma formation sur papier aux dérives de ce monde… avant d’en être le témoin), je me devais de donner une occasion à l'une de ses proies de rétablir la balance – voire de l’enfoncer, la balance. C’est chose faite avec ce récit, ce témoignage (oui, on ne peut parler de fiction, ni d’auto-fiction : c’est bel et bien une parole écrite, un « j’accuse » qui s’apparenterait presque plus à un long article de journal qu’à une œuvre littéraire), un témoignage, donc, sans appel : Matzneff, le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]