10 avril 2017

LIVRE : Lointain de Marie Modiano - 2017

"J’ai déjà clairement conscience que certains moments de la vie ont pour unique fonction de se muer presque instantanément en souvenirs. Tenter de les prolonger leur ferait perdre leur valeur." Alors oui, tiens, pourquoi pas tenter la fille vu qu'on est sans nouvelle du père ? Lointain est une œuvre ma foi bien légère qui tente de marier, si j'ose dire, le récit d'une histoire d'amour avortée et le souvenir d'une longue tournée théâtrale en Europe. Marie Modiano nous parle d'un homme qui souhaitait devenir écrivain (sujet pas d'une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2017

Arizona (1940) de Wesley Ruggles

Voilà a piece of western qui se propose, rien de moins, de nous parler de la naissance et de l'évolution de l'Etat de l'Arizona via sa bien belle ville (...) de Tucson. Dans toute la ville, il n'y a pour l'heure qu'une donzelle mais pas n'importe qui puisqu'il s'agit de la cow-girl Jean Arthur ; dès qu'elle a pépin, elle se fait justice elle-même à la pointe de son fusil sous le regard enamouré des gars du coin. De passage en ville, William Holden as Peter Muncie va flasher sur la belle et sur ses tourtes. Il y a du coup de foudre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2017

The Walking Dead saison 7 - 2017

C'est reparti pour une saison agitée pour nos petits gars. Je pense que les créateurs lisent Shangols, parce qu'ils ont complètement obéi à mes recommandations lors de la saison 6, faisant disparaître les personnages les plus pénibles pour remettre en quelque sorte les choses à plat. Après un premier épisode où on sait enfin qui Negan a passé sous sa batte (un des plus sanglants de la série, dame, on est debout sur son fauteuil), nous voilà en train de suivre la Rick team sous le joug du vilain ci-dessus cité. La première partie de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2017

Night Moves (2014) de Kelly Reichardt

Night Moves est un film qui vous prend calmement par les épaules et vous emmène tranquillement jusqu’au bout du chemin : sous ses airs de ne pas trop y toucher (Reichardt filme surtout en plan fixe ; elle se permet quelques panoramiques lors d’un bref mouvement et exceptionnellement une caméra portée dans les moments cruciaux (en caméra subjective)), on croisera tout de même en route Les Mains sales et Crime et Châtiments. Mais l’ensemble demeure filmé là encore, avec beaucoup de tact, avec plus de chuchotements que de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2017

La Chaîne (The defiant Ones) (1958) de Stanley Kramer

Bien content d'avoir creusé la veine Kramer pour découvrir ce "buddy movie" contraint et forcé. A ma droite, Sidney Poitier, forçat qui tue le temps en chantant ; à ma gauche, Tony Curtis, petite frappe nerveuse dont émanent des relents racistes. Le camion qui les transporte entre deux prisons verse dans le fossé et nos deux forçats enchaînés se font la belle. Au vu de leur caractère, le shérif ne donne pas cher de cette alliance de deux frères ennemis : l'échappée risque en effet de rapidement tourner au vinaigre entre ces deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:02 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
07 avril 2017

LIVRE : Vierge d'Amélie Lucas-Gary - 2017

Aïe le fameux coup du deuxième roman, le plus dur à réussir, celui qui peut confirmer un talent ou vous renvoyer aux calendes... On ne souhaite nullement ça à Amélie Lucas-Gary, écrivain attachante et originale, mais il faut bien le reconnaître, Vierge est beaucoup moins réussi que Grotte. Là on elle avait trouvé un ton très personnel, un sujet inédit, un style insaisissable, elle écrit ici un texte laborieux, appliqué et assez ennuyeux. Je sais que ce texte (écrit par un gusse qui n'a pas le début du talent de la demoiselle,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2017

Marie et les Naufragés de Sébastien Betbeder - 2016

J'avais bien aimé la nonchalance et le sens de l'absurde de Sébastien Betbeder dans 2 Automnes 3 Hivers, petit coup d'oeil sur cette comédie foutraque récente. Eh bien c'est beaucoup moins bien. Sur les traces de cette fameuse nouvelle comédie française, le gars répond complètement au cahier des charges : des acteurs cools et décalés, des situations qui virent à la douce folie, de la jolie musique bohème et électro, un ton bien à lui. Tout ça est bien beau, mais Betbeder, à force de multiplier les signes fashion, finit par... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

Salt and Fire (2016) de Werner Herzog

Etre fan d'un réalisateur et en charge de son odyssée obligent parfois à croiser de véritable nanar. Salt and Fire ne devrait définitivement pas rester dans les annales tant ce récit "écologique" est aussi peu intéressant dans son développement que dans sa forme. Roh, on pourrait bien garder deux trois plans de drone sur ce paysage lunaire d'un lac salé, mais franchement cela fait très court sur 90 minutes... Il est question au départ du kidnapping (oh de l'action ! Mouais, que nenni) d'une équipe de scientifiques venus recueillir... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

Traque à Boston (Patriots Day) de Peter Berg - 2017

Rha le bon vieux film crétin et manichéen qu'il nous fallait en ces temps de règne trumpien et de probable gloire lepeniste ! On parle de Christian Clavier et de Kev Adams ces jours-ci, mais ce serait oublier de mettre dans le même panier du populisme béant Traque à Boston, un des trucs les plus cons vus depuis longtemps. Le film se cache pourtant derrière le facile paravent du "tout est vrai" : il s'agit d'une reconstitution très rigoureuse (et bien entendu fantasmée comme pas possible) des attentats qui ont eu lieu à Boston... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

Gentille de Sophie Fillières - 2005

Voici une adorable petite comédie française, qui pourrait bien être ce que j'ai vu de plus drôle depuis bien longtemps. L'humour de Gentille se situe dans une contrée assez inexplorée, à cheval entre le surréalisme de Buñuel et les dialogues de Pierre Dac, tout en restant dans la sophistication cérébrale la plus fine. A chaque scène, on est ébahi par ce petit ton indicible qui fait tout le sel de la chose : on rit plus parce qu'on est surpris que pour un vrai gag ou une vraie réplique marrante. C'est de la comédie de situation en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]