30 septembre 2017

LIVRE : Défense de Prosper Brouillon d'Eric Chevillard - 2017

Le brave Eric Chevillard a oeuvré pendant quelques années dans les colonnes du supplément "Lire" du Monde, disant parfois du bien des livres (c'était chiant), parfois du mal (c'était brillant). Il tire aujourd'hui de cette expérience ce livre absolument imparable, un truc gratuitement méchant qui ne peut que faire la joie de tout adepte de littérature. Défense de Prosper Brouillon est l'éloge d'un auteur, en l'occurrence un auteur très populaire, un de ceux dont le seul nom suffit à renflouer les caisses des éditeurs dès que paraît un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
30 septembre 2017

Le Redoutable de Michel Hazanavicius - 2017

Il est toujours bon de s'attaquer aux statues du Commandeur ; et il est de plus utile de rappeler que JLG est un être faillible, parfois ridicule, flou politiquement, bref un mec qui fait des jeux de mots idiots, se gratte les fesses et pique des crises de jalousie comme tout le monde. Mais le faire comme le fait Hazanavicius, en donnant des petits coups de poing dans le biceps, en attaquant comme un roquet au niveau des mollets, non. Son tout petit film est à la hauteur du minable roman de Wiazemski dont il est l'adaptation :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:38 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
29 septembre 2017

Step by Step (1946) de Phil Rosen

Phil Rosen, réalisateur prolixe qui a notamment sévi sur la série des Charlie Chan (oui, désolé Bastien, je ne les ai pas tous vus...), nous livre un petit condensé de thriller-noir (une heure pétante) avec un petit sens de la dérision bien venue : si le MacGuffin est un peu tiré par les cheveux (une sombre histoire d'espions allemands... après-guerre), on apprécie plus la spécificité du héros ; l'excellent Lawrence Tierney se retrouve une bonne partie du film... en maillot de bain ; suite à l'oubli de sa clé dans sa bagnole, il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2017

Le Dernier Nabab (The Last Tycoon) d'Elia Kazan - 1976

Le dernier Nabab est la preuve qu'il ne suffit pas de réunir tout ce que le grand cinéma a d'artistes compétents pour réussir un film. Le générique est pourtant impressionnant : Fitzgerald au roman d'origine, Pinter au scénar, Jarre à la musique, et De Niro, Nicholson, Curtis, Mitchum, Jeanne Moreau, Milland, Pleasence et j'en passe devant la caméra, n'en jetez plus : on a là le ghotta du bon goût, l'assurance du succès. Mais Kazan se casse les dents sur cette histoire complètement dévitalisée. Le film est complètement privé... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2017

Scanners de David Cronenberg - 1981

Si Scanners a pris quelques rides au niveau de son esthétique, il reste encore brillamment fûté au niveau de sa trame. Thème éminemment moderne en effet, et éminemment cronebergien d'ailleurs : les combats entre le corps et la science, la monstruosité que cette dernière peut générer, la mutation des corps. Ici, ils vont prendre la forme d'une lutte à mort entre deux frères génétiquement modifiés, qui représentent chacun une face opposée de ce que la médecine peut produire, espoir et carnage. Suite à une expérience passée portant sur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2017

Un Homme et une Femme (1966) de Claude Lelouch

Chabadadzouing Chabadadzouing - Oui, c'est vrai qu'il était tentant de faire tout un paragraphe comme ça. Voir trois. Cela aurait permis de rester léger et superficiel et d'éviter toute polémique facile. Mais on ne mange pas de ce pain sur Shangols. Sans vouloir tirer sur l'ambulance (tout au plus avec une simple carabine à plombs), disons qu'on est d'abord surpris : on gardait en tête l'idée d'un film tout en noir et blanc et il n'en est rien (comme quoi le cerveau est malicieusement sélectif) : on a de la couleur, du bleu et noir,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 septembre 2017

LIVRE : Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable - 2017

Il y a les bons livres et les mauvais livres. Et puis il y a une troisième catégorie, celle des livres qui vous donnent envie d'inventer une machine à gifles. Si elle existait, je serais tenté d'y attacher François-Henri Désérable pendant quelques années, juste le temps qu'il apprenne qu'on ne traite pas la littérature comme s'il s'agissait du dernier Voici, qu'on est en droit aussi de la considérer comme une chose belle et précieuse qu'il importe de ne pas piétiner (ou pas comme ça), ou simplement le temps qu'il apprenne à écrire, ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 septembre 2017

La Maison sur la Plage (Female on the Beach) (1955) de Joseph Pevney

On continue notre exploration des petites séries B (dans le film noir this time) qui mérite le coup d'oeil : Pevney, en bon petit artisan, a su d'abord s'entourer d'un excellent directeur de photo (Charles Lang, si tu nous écoutes), adapter une pièce avec des dialogues assez tranchants (Robert Hill if you're listening to us), prendre un chef costumier assez coquin (Sheila O'Brien dont la devise semble être "toujours plus court" - ça tombe bien, les jambes de l'héroïnes sont fuselées) et rassembler un casting musclé (la brune... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2017

Montana (1950) de Ray Enright

Ray Enright est un simple réalisateur de série B en fin de carrière ? Certes, mais il est loin de nous tromper sur la marchandise ; s'il est bien difficile de dire quelle fut la part de Walsh sur ce tournage (pas trouvé d'info), il est clair qu'on est face ici à un petit western haut en couleur (superbe Technicolor vintage), joliment rythmé (he's got the rythm, the Ray) avec un casting ma foi bien sympathique : Errol Flynn, sûr de son charme, the red head Alexis Smith qui met le feu au colt, et des seconds couteaux de choix (le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2017

Barbara de Mathieu Amalric - 2017

Le film a beau n'être que moyennement passionnant, on ne peut que saluer la façon nouvelle qu'a trouvée Mathieu Amalric de faire du biopic. Enfin, si biopic il y a : sa vision de Barbara tient plutôt du portrait morcelé, de l'évocation impressionniste, mêlant réalité et fantasmes, balançant la chronologie aux orties, se foutant complètement des "grands" moments et préférant prendre la tangente des petits instants du quotidien d'une chanteuse mystérieuse et insaisissable. Barbara tricotant, Barbara s'ennuyant en voiture, Barbara... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]