14 février 2017

El Club (2015) de Pablo Larraín

Mis en bouche par Jackie, on s'est penché sur cette œuvre précédente de Larraín pour voir si on pouvait y déceler les mêmes qualités ; si, au niveau de la structure narrative, on sent que le gars maîtrise son sujet, on reste beaucoup plus sceptique devant la lourdeur de la démonstration... Certes traiter de la pédophilie en milieu catholique n'est pas le sujet le plus olé-olé du monde. Le cinéaste, en nous faisant pénétrer dans ce genre de "retraite" où sont confinés quatre prêtres "mis à l'écart", semble marcher sur des œufs avant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2017

La Forêt (2014) d'Arnaud Desplechin

Desplechin adapte pour la télévision une pièce d'Ostrovski et livre une petite chose absolument délicieuse qui permet aux acteurs de se régaler. Il est donc question d'une tante radine (Martine Chevallier as Raissa) qui se targue de vouloir marier sa nièce (Adeline d'Hermy as Axioucha) à un aristocrate sans le sou, le fils d'une amie. Pour ce faire, elle veut vendre une partie de sa propriété à un Moujik pour lui fournir un dot... Balivernes, car l'histoire est beaucoup plus complexe que les apparences le laissaient supposer au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2017

Le Chemin de Halima (Halimin Put) de Arsen Anton Ostojic - 2012

Ça part d'un bon sentiment, ce film, rien à dire. C'est pudique, noble, avec plein de personnages qui serrent les dents et sont chargés d'un lourd passé bien crasseux, et en plus de ça il y a des plans larges que je te raconte pas les mouvements de caméra trop jolis. Rien à dire, c'est impeccable, et ça peut passer sans rougir dans les ciné-clubs, dans le cycle "La guerre en Yougoslavie, et après ?" Jugez plutôt : Halima est une Bosniaque musulmane, et cherche depuis la fin de la guerre la dépouille de son fils, tué et enterré dans un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2017

Marines, let's go (1961) de Raoul Walsh

Comment le pauvre Raoul a pu se retrouver aux mannettes d'une telle panouille ? Marines, let's go est totalement inepte au niveau du mélange des genre (après plus d'une heure de (très) mauvaise comédie au Japon, on passe dans les dernières vingt minutes au pur et dur film de guerre sur le front coréen : what the fuck et what the point ?) et affreusement raté au niveau de la partie comique ; des soldats se retrouvent en congés au Japon et on a droit au pire du pire dans le gras et le lourd : donzelles nipponnes assimilées... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2017

Le Cavalier traqué (Riding Shotgun) (1954) d'André De Toth

On est vraiment là dans toute toute petite série B avec un synopsis qui tient lieu de scénar : Randolph Scott est à la recherche d'un salopiot de tueur depuis 3 ans ; il pense être sur ses traces mais tombe dans un piège : on l'attache pour le laisser pourrir au soleil. Randolph parvient à se détacher et apprend en ville qu'on a attaqué la diligence qu'il était à l’origine censé défendre. Il est forcément accusé d'avoir fait partie du coup, le traître, et toute la ville veut le mettre hors d'état de nuire - mais Randolph ne l'entend... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2017

45 Ans (45 Years) (2016) d'Andrew Haigh

Voilà un film qui sur le papier sent le sapin (Charlotte Rampling et Tom Courtenay célèbrent leurs 45 ans de mariage) mais qui possède, ici ou là, suffisamment de sève pour tenir en éveil. On s'attend, bien sûr, à l'aube de cette fête, à ce que nos deux amants d'un autre âge fassent le bilan, se sourient avec complicité à l'évocation d'un souvenir, écoute du Alain Barrière comme si c'était hier ; en fait dès le départ, le Tom reçoit une troublante nouvelle : on a retrouvé, 50 ans plus tard, son ex, congelée dans un glacier - eh oui,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2017

À Propos d'Elly (Darbareye Elly) (2009) de Asghar Farhadi

Farhadi a vraiment cette capacité à nous prendre par le bout du nez et à nous entrainer au cœur des relations et des émotions entre ces divers personnages. Après une première demi-heure sur le ton de la déconne (un groupe d'amis se retrouve le temps d'un week-end dans une villa au bord de la mer ; l'Elly du titre est pressentie pour devenir l'amante (pour ne pas dire la femme) d'un homme qui vient de divorcer - allusion lourde, ricanements à peine dissimulés, regards lourds de sens : la totale), Farhadi fait péter deux drames coup... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2017

Canoa (1976) de Felipe Cazals

Voilà une histoire mexicaine édifiante, reconstituée avec les moyens du bord par le gars Cazals. Une histoire "classique" de foule en colère, de villageois manipulés, d'un lynchage en bonne et due forme... Est-ce vraiment la peur (du communisme, des "étrangers", de "l'anarchie étudiante"...) qui est à l'origine de ce massacre à la hache ou est-ce tout simplement la simple folie et bêtise humaine qui, dès que l'occasion se présente et en absence de garde-fou, aiment manifester sa sauvagerie, son animalité ? (la problématique est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2017

Le Groupe (The group) (1966) de Sidney Lumet

Mis sur la piste de ce Sidney par l'un de nos avertis commentateurs, je me lançai la fleur au fusil dans ce film choral au féminin censé se dérouler dans les années 30. Je dis "censé" car il est vrai qu'esthétiquement parlant, on n'a pas vraiment l'impression que le Lumet ait particulièrement soigné sa "reconstitution" ; à tel point d'ailleurs que l'on finit par se persuader que le type l'a fait exprès, histoire de rendre le parcours de ces femmes des thirties très proche de celui des femmes des sixties... De quoi est-il réellement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2017

La Parade (Парада / Parada) de Srđan Dragojević - 2011

Les Serbes, de toute évidence, ont la tête à rigoler depuis que leur pays a éclaté, et on les comprend. Cependant, les tensions ne semblent pas tout à fait écartées si on en croit cette comédie sociale. Le film semble jouer sur les bons vieux a-priori du pays quant à l'homosexualité, mais va aussi chercher discrètement ses inspirations dans l'irréconcialiation entre les communautés et les pays. Du coup, on ne sait si on est face à une farce un peu superficielle et un film gentiment politique. On prend les deux, avec toutefois... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]