20 août 2014

Jeune & Jolie de François Ozon - 2013

Il faut bien se rendre à l'évidence : François Ozon, que j'adorais il y a encore peu (jusqu'à Ricky, disons), a cessé d'être intéressant depuis quelques films. A chaque nouveau truc, on se dit qu'il y a dans le sujet matière à un grand retour en territoire sulfureux du garçon, et on est déçu à chaque fois. C'est le cas ici : on y parle d'une nana de 17 ans qui décide de se prostituer, alors que rien ne semble expliquer cette décision : famille aisée et aimante, pas de troubles psychologiques particuliers, aucune crânerie auprès des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 février 2013

Dans la Maison de François Ozon - 2012

Un grand film raté, dirais-je avec, je l'avoue, un soupçon de prétention. Dans la Maison avait tout pour être un de ces grands films conceptuels que Ozon a su réussir par le passé. Il est même à mettre en parallèle avec un de ses plus grands films, Angel, puisqu'il fonctionne à peu près sur le même principe. Ce dernier reposait entièrement sur la question du point de vue : on assistait à une bluette racontée par une nana fleur bleue, et le film prenait le risque insensé d'être raté exprès, puisque la personne qui le racontait était... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mars 2011

Potiche de François Ozon - 2010

Une comédie de Barillet et Grédy, créée par Jacqueline Maillan, avec Deneuve en survêt et Depardieu en... et Depardieu, sur le papier, c'est un peu la description de l'enfer, je pense qu'on est tous d'accord. Eh bien c'est un peu mieux à l'écran, heureusement puisque c'est le gars Ozon aux manettes. Cela dit, si on n'est pas dans l'enfer, on est quand même loin du paradis. Tout ce qui épate d'habitude chez Ozon est ici totalement raté, à commencer par l'audace. On comprenait la part de second degré qu'il y avait dans 8 Femmes ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 juillet 2010

Le Refuge (2010) de François Ozon

François Ozon livre avec Le Refuge une oeuvre ultra-minimaliste et fait preuve une nouvelle fois d'une merveilleuse acuité du regard ; il pose sa caméra sur ses acteurs avec la même douceur que la main de Louis-Renan Choisy sur le ventre d'Isabelle Carré, et parvient à évoquer par petites touches tout le trouble intérieur de ses personnages, au delà des apparences. Isabelle Carré, qu'il devient presque ennuyeux de toujours trouver absolument parfaite, l'est cette fois-ci... encore plus. Elle-même enceinte durant le tournage, elle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mai 2010

Sitcom de François Ozon - 1998

Peut-être que les provocations de Sitcom ont un peu vieilli en 12 ans ; il n'empêche que ce film conserve un aspect punkoïde absolument jouissif. Dès son premier long, on a l'impression qu'Ozon balance toute la sauce, jonglant avec le bon et le mauvais goût, allant jusqu'au bout de son insolence, et bombardant sans gants la bourgeoisie, la famille, le joli cinéma de papa, tout ça en réalisant un film très drôle et techniquement impressionnant. Voici donc une famille bourgeoise classique, une de celles qu'on voit effectivement dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2010

Gouttes d'eau sur Pierres brûlantes de François Ozon - 1999

Revoir un "vieux" Ozon permet de vérifier s'il en est besoin ce que ce cinéaste a su apporter au cinéma français : une vraie modernité, une autre façon d'envisager le scénario, et une vraie sensibilité dans le travail de mise en scène. Gouttes d'eau sur Pierres brûlantes est un film superbe, profondément novateur, qui sait méler des sentiments a priori opposé : c'est froid, cynique, acerbe, et en même temps d'une sentimentalité ravageuse, d'un romantisme noir très prenant. Ozon s'empare d'une pièce de Fassbinder et la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 septembre 2009

Ricky de François Ozon - 2009

Le grand danger des films d'Ozon, ce qui en constitue l'audace la plus effarante, et ce qui en fait également la qualité, c'est qu'ils reposent pour la plupart sur un seul concept : si le spectateur ne comprend pas celui-ci, le film devient inregardable. C'est pour ça, selon moi, que le magnifique Angel a été un échec, ou que l'hyper-contemporain 8 Femmes a été si mal lu. Avec Ricky, ce n'est plus de l'audace, c'est du saut sans parachute. C'est bien simple : si vous arrivez 1 minute en retard, vous n'aimerez pas le film. Tout est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2008

Angel (2007) de François Ozon

On comprend aisément ce qui a pu attirer le réalisateur de Sitcom : une jeune fille qui rêve son futur, qui se leurre sur son présent et qui embellit son passé (après la mort de son mari qui n'a jamais montré une once d'affection à son encontre); voilà une destinée qui se joue sur les apparences et Ozon sort la machinerie lourde avec décors et robes de conte de fée, neige qui tombe à foison, grande -et belle- musique lyrique. Seulement derrière l'histoire de cette Angel, petite fille solitaire et capricieuse, égocentrique et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
17 octobre 2006

Regarde la Mer (et autres courts) de François Ozon - 1994-1998

Avant (ou pendant) d’être le cinéaste que j’adule, Ozon a produit quelques brûlots courts que je viens de me taper, et que je m’en vas vous narrer. Si Action Vérité (1994) souffre encore un peu d’un certain amateurisme, dans le montage et dans le cadre notamment (une succession de gros plans qui tente de faire perdre les repères géographiques, mais qui n’est en fin de compte qu’un tic un peu voyant), il faut reconnaître qu’il est assez efficace dans son déroulement : quatre ados jouent au fameux petit jeu « Action ou Vérité »,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2006

5x2 de François Ozon - 2004

A ma deuxième vision de 5x2, je confirme : Ozon est bien le grand cinéaste français d'aujourd'hui. Ce film est bouleversant. Il est certes à l'origine d'une mémorable dispute de l'auteur de ce texte avec son amie de l'époque (ce blog est autobiographique), mais je maintiens, si jamais elle lit cet article : non, aucun des personnages qui constituent ce couple n'est plus coupable l'un que l'autre. 5x2, c'est juste le lent délitement d'un couple, rien de plus. Pas de considérations psychologiques, pas d'évènements qui font pencher la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »