13 septembre 2019

Swimming Pool de François Ozon - 2003

En cette année 2003, Ozon délaisse un peu ses folles expérimentations pour réaliser un film noir du meilleur effet. On y perd certes en fiel et en soufre, mais on y gagne indéniablement en élégance. Notre gars se montre un brillant metteur en scène après avoir fait ses preuves au scénario, et ce film-là, même plus classique, même un peu moins passionnant dans sa trame, n'en est pas moins très réussi. Charlotte Rampling promène sa vieillissante mais racée silhouette dans ce film qui peut faire lointainement penser à La Piscine de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2019

Grâce à Dieu de François Ozon - 2019

Voyez comme je suis un éternel insatisfait et un indécrottable râleur : quand Ozon fait son Ozon, quand il crânouille avec ses films-concepts un peu vains et ses méta-langages fatigants, j'en dis du mal ; et quand il s'efface derrière son sujet, quand il filme sérieusement, j'en dis du mal. Il faut bien reconnaître que depuis 20 ans et ses grands films passés, j'ai du mal à suivre le gars, qui alterne comédies ringardes, thrillers usés, et de temps en temps, ok, excellents films avec une régularité qui fait peur. Bon, ceci dit, à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 octobre 2017

L'Amant double (2017) de François Ozon

Terrible impression de déjà vu que cette histoire de double (Jérémie Rénier les yeux pétillants et l'air serein ou les yeux pétillant et l'air bourrin) et de schizophrénie (Marina Vacth pas toute seule dans sa tête...). On peut reconnaître à Ozon une certaine capacité à rentrer dans le sillon de la bonne vieille qualité française (une image propre, une mise en scène millimétrée... et figée), à jouer avec le reflet des miroirs ou à laisser traîner tout au long du film quelques indices permettant de déchiffrer, avant la chute, les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2017

Frantz de François Ozon - 2016

J'étais prêt à laisser tomber François Ozon, voyez-vous, trop de pastiches, de postiches et de légèreté ayant fini par m'agacer. C'est pourquoi Frantz arrive comme un miracle, et comme la preuve que c'est dans le film à costumes que le gars s'exprime le mieux (Angel, 8 Femmes). Dans une sobriété qui lui fait honneur, avec une modestie et un sens de la mesure impeccables, mais sans perdre pour autant son côté expérimental et incarné, il réalise là un de ses plus beaux films, ce qui n'est pas rien. Le charme du film tient en un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2014

Une nouvelle Amie de François Ozon - 2014

François Ozon fut. Rappelez-vous le brillant cinéaste vénéneux et expérimental de 5x2, Angel, Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, et maintenant tournez-vous vers Une nouvelle Amie : voyez ce que je veux dire avec mon passé simple d'entrée ? Voilà son plus mauvais film, tout simplement, et remarquez que j'ai cessé, depuis au moins 3 films, d'utiliser le terme de "moins bon". Que sauver dans cette merdouille amateure, mal écrite, mal jouée et mal mise en scène ? Le fugace effet de style propre à Ozon, qui marche toujours, consistant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 août 2014

Jeune & Jolie de François Ozon - 2013

Il faut bien se rendre à l'évidence : François Ozon, que j'adorais il y a encore peu (jusqu'à Ricky, disons), a cessé d'être intéressant depuis quelques films. A chaque nouveau truc, on se dit qu'il y a dans le sujet matière à un grand retour en territoire sulfureux du garçon, et on est déçu à chaque fois. C'est le cas ici : on y parle d'une nana de 17 ans qui décide de se prostituer, alors que rien ne semble expliquer cette décision : famille aisée et aimante, pas de troubles psychologiques particuliers, aucune crânerie auprès des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 février 2013

Dans la Maison de François Ozon - 2012

Un grand film raté, dirais-je avec, je l'avoue, un soupçon de prétention. Dans la Maison avait tout pour être un de ces grands films conceptuels que Ozon a su réussir par le passé. Il est même à mettre en parallèle avec un de ses plus grands films, Angel, puisqu'il fonctionne à peu près sur le même principe. Ce dernier reposait entièrement sur la question du point de vue : on assistait à une bluette racontée par une nana fleur bleue, et le film prenait le risque insensé d'être raté exprès, puisque la personne qui le racontait était... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mars 2011

Potiche de François Ozon - 2010

Une comédie de Barillet et Grédy, créée par Jacqueline Maillan, avec Deneuve en survêt et Depardieu en... et Depardieu, sur le papier, c'est un peu la description de l'enfer, je pense qu'on est tous d'accord. Eh bien c'est un peu mieux à l'écran, heureusement puisque c'est le gars Ozon aux manettes. Cela dit, si on n'est pas dans l'enfer, on est quand même loin du paradis. Tout ce qui épate d'habitude chez Ozon est ici totalement raté, à commencer par l'audace. On comprenait la part de second degré qu'il y avait dans 8 Femmes ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 juillet 2010

Le Refuge (2010) de François Ozon

François Ozon livre avec Le Refuge une oeuvre ultra-minimaliste et fait preuve une nouvelle fois d'une merveilleuse acuité du regard ; il pose sa caméra sur ses acteurs avec la même douceur que la main de Louis-Renan Choisy sur le ventre d'Isabelle Carré, et parvient à évoquer par petites touches tout le trouble intérieur de ses personnages, au delà des apparences. Isabelle Carré, qu'il devient presque ennuyeux de toujours trouver absolument parfaite, l'est cette fois-ci... encore plus. Elle-même enceinte durant le tournage, elle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mai 2010

Sitcom de François Ozon - 1998

Peut-être que les provocations de Sitcom ont un peu vieilli en 12 ans ; il n'empêche que ce film conserve un aspect punkoïde absolument jouissif. Dès son premier long, on a l'impression qu'Ozon balance toute la sauce, jonglant avec le bon et le mauvais goût, allant jusqu'au bout de son insolence, et bombardant sans gants la bourgeoisie, la famille, le joli cinéma de papa, tout ça en réalisant un film très drôle et techniquement impressionnant. Voici donc une famille bourgeoise classique, une de celles qu'on voit effectivement dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]