22 juin 2013

Liebelei (1933) de Max Ophüls - version allemande et française (Liebelei - Une Histoire d'amour)

Un film qui s'ouvre avec L'Enlèvement au Sérail de Mozart ("Vive l'Amour, lui seul nous est cher, que rien ne vienne attiser les feux de la jalousie" - non rien s'il vous plaît) et se termine avec La Cinquième de Beethoven (Qui a attisé les feux de la jalousie ?, hein, pasque ça sent le drame...) ne peut pas être mauvais surtout s'il est signé de l'ami Max Ophüls. Même si cette dernière oeuvre allemande n'a pas l'éclat du sublime La Signora di Tutti réalisé l'année suivante, il y a tout de même de bien jolies choses dans cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2013

Le Studio amoureux (Die verliebte Firma) (1932) de Max Ophüls

Premier long-métrage d'Ophüls qui tente d'entrée de jeu de réaliser (avant l'heure... et la maturité) une Nuit américaine mâtinée de comédie musicale... Enfin bon, je ne vais pas non plus trop vous émoustiller en vous faisant croire qu'il s'agit là du trésor du siècle. Disons que le gars Max se règle et nous livre, pour un coup d'essai, une très très gentillette comédie romantique... L'histoire en elle-même n'a d'ailleurs rien de bien original : un couple d'acteurs se dispute pendant le tournage d'un film, la donzelle se barre et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2013

Comédie de l'Argent (Komedie om Geld) (1936) de Max Ophüls

A trois films de la fin de cette merveilleuse odyssée ophülsienne, est-il possible de découvrir encore une petite perle ? La réponse est oui avec ce Komedie om Geld (film hollandais du sieur) techniquement assez jouissif, scénaristiquement assez foutraque, moralement... euh... distillant une véritable ronde de plaisir (allez, osons) et de désillusions même si l'on est, au niveau de la thématique, peut-être finalement plus près de Madame de(tte)... On fait la connaissance en ouverture d'un gus de cirque (tiens... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2013

La Fiancée vendue (Die verkaufte Braut) (1932) de Max Ophüls

Deux jeunes gens victimes d'un mariage forcé (la fille du maire et le fils d'un fermier) alors que l'une comme l'autre ont le coeur lié ailleurs : la jeune femme aime un jeune homme de basse extraction (un conducteur de chevaux, autrement dit un postillon pour les amateurs d'expression vintage - on est en 1855, c'est pas hier), le gazier campagnard un peu con-con une artiste du cirque qui vient d'arriver en ville. Tout sera fait pour écarter ce postillon et faire partir ce cirque mais les deux jeunes hommes mettront tout en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2013

Lachende Erben (1933) de Max Ophüls

Un Ophüls remarquablement restauré dont malheureusement le scénario se révèle quelque peu poussif... Les acteurs sont pourtant pétillants, à l'image de Peter Frank (Heinz Rühmann) et de cette Gina Stumms (Lien Deyers), deux héritiers de grande maison de vin du Rhin : ils sont amoureux dès la première rencontre mais le Peter va s'ingénier à retarder sa déclaration d'amour... L'idée de départ, faut le dire, avait tout pour me plaire (ou me faire horreur, cela dépend dans quelle perspective on se trouve, simple spectateur ou en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2013

Yoshiwara (1937) de Max Ophüls

Max reconstruit le quartier des geishas, dans le Tokyo du milieu du XIXème, aux studios de Joinville pour nous servir un mélodrame de chez mélo. Il est sage, solitaire et ne demande rien à personne ; seulement voilà, une escale aura suffi, une nuit, pour qu'il découvre Kohana et qu'il en tombe raide dingue ; c'est notre gars Pierre-Richard Willm qui incarne ce lieutenant russe Serge Polenoff avec sa mine romantique et ses airs de doux rêveur. Il se voit en fait confier une mission d'agent secret en terre nippone. C'est po vraiment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 mars 2013

Werther (1938) de Max Ophüls

Cette adaptation de Goethe par Ophüls ne m'avait guère emballé sur le coup (alors que j'étais en joie de découvrir cette rareté du grand Max...) et maintenant que je dois écrire ma petite chronique shangolienne deux semaines après, avouons qu'il ne me reste pas grand-chose "d'imprimé" en tête... Bien aimé pourtant, notamment dans la première partie du film, cette volonté constante chez Ophüls de "muscler", de dynamiser certaines séquences en essayant de multiplier les angles de prise de vue et en chiadant le montage de la scène.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 février 2013

L’Exilé (The Exile) (1947) de Max Ophüls

Dur d’être en exil pour le pauvre Max Opuls (sic) qui pour la peine change de nom au générique. Film de capes et d’épées, œuvre historique (l’exil de Charles Stuart en Hollande peu après le milieu du XVIIème siècle), romance anglo-hollandaise, comédie, The Exile c’est un peu un patchwork de tout cela, un patchwork d’ailleurs relativement réussi dans l'ensemble malgré ce mélange de genres. Ophüls n’a jamais été un manchot ou un feignant au niveau de la mise en scène et on sent bien que le bougre ne va s’épargner aucun joli plan... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 décembre 2012

Madame de... (1953) de Max Ophüls

Max Ophüls, c'est quand même encore et toujours la grande classe. Toutes les séquences sont tellement liées entre elles, les transitions tellement invisibles, qu'au niveau du montage c'est un bonheur total. La structure étant elle-même en boucle (les deux séquences en ouverture et en conclusion, à l'église), ces fameux bijoux revenant constamment sur le tapis comme une malédiction pour Madame de... (et une bénédiction pour le bijoutier), on finit par avoir l'impression que ces multiples répétitions sont au diapason de ces éternelles... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 août 2012

Valse brillante de Chopin, de Max Ophüls - 1936

Arrêtons-nous 5 minutes pour écouter une valse de Chopin, voulez-vous, très chers ? Un film à regarder un petit doigt en l'air puisque nous voilà dans l'élégance virtuose et la culture noble. Comme c'est Max Ophüls qui se prête au jeu de ce vidéo-clip avant l'heure, vous pouvez être sur que raffinement il va y avoir. Et il y a. Jusqu'au trop plein. Oui, parce que Ophüls choisit d'entrée de jeu une mauvaise option : faire épouser les mouvements de la musique et les changements de plans de sa caméra. En gros, la mise en scène souligne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »