02 février 2014

La Découverte d'un Secret (Schloss Vogelöd) (1921) de Friedrich Wilhelm Murnau

Le titre anglais fait allusion à un château hanté et on pouvait s'attendre au demeurant à une sombre demeure bourgeoise où il y a dans les coins des trucs qui feraient schmurk ou bouhhhhh et des gens qui alors qu'ils se rendaient aux toilettes la nuit pousseraient des arrrrrrrggghhh horrifiés, au moins avec les yeux vu qu'on est quand même encore dans du bon vieux muet. Que nenni, il nous faut rapidement déchanter, on aura en tout et pour tout que l'image d'un cauchemar avec l'immense main de Gols, point rasé, qui s'immisce dans le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2013

Le Dernier des Hommes (Der Letzte Mann) de Friedrich Wilhelm Murnau - 1924

J'ai beau revoir de temps en temps Le Dernier des Hommes, pensant être passé à côté de quelque chose, je n'arrive pas à me passionner pour ce film, que voulez-vous. Dieu et ce blog nous sont témoins : nous adorons Murnau dans la plupart de ses oeuvres, et il est visiblement évident de considérer celui-ci comme un de ses meilleurs. Mais pour tout dire, je ne comprends pas grand chose à ce bazar, et je le trouve très mal équilibré, réalisé à l'arrache et dirigé sans queue ni tête, ça y est, c'est dit. Avant tout, notez bien que je... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 mai 2011

Faust de Friedrich Wilhelm Murnau - 1926

On n'est peut-être pas tout à fait à la hauteur des immenses chefs-d’œuvre de Murnau, mais il n'empêche que Faust est absolument sidérant, d'une ampleur visuelle extraordinaire, le film fourmillant de 150000 idées par plan. Au niveau de la mise en scène, on est effectivement cloué sur place, tant le gars ne lésine sur rien : que ce soit une course épique de démons sur des chevaux aux naseaux frémissants, ou une ronde d'enfants autour d'un cerisier en fleurs, que ce soit la description de la peste qui sévit sur la ville ou le mariage... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2009

Les Finances du Grand-Duc (Die Finanzen des Großherzogs) (1924) de Friedrich Wilhelm Murnau

Murnau se lance dans le film politico-comico-aventurier, et le résultat est tout à fait plaisant. Une histoire un peu alambiquée dont on devine dès le départ les tenants et les aboutissants (au second acte, on pourrait déjà pratiquement deviner comment le cinquième va finir), mais qui nous ballade dans de bien jolis décors naturels en Europe, notamment dont cette petite île de Rab en Croatie vraiment charmante. Des révolutionnaires qui ressemblent à des pieds-nickelés (la tronche du bossu !), un grand duc sans le sous mais loin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2009

Le Fantôme (Phantom) (1922) de Friedrich Wilhelm Murnau

Bon déjà, si on s'attend à une histoire envoûtante de fantômes et autre ambiance mystérieuse, on sera forcément déçu. Le fantôme du titre fait référence à la rencontre d'un femme qui va disparaître et rendre notre pauvre Lorenz Lubita, petit comptable, écrivaillon poète à ses heures, complètement amok. De plus, en connaissant les dons du gazier Murnau à la mise en scène, on espère quelques leçons de haut vol - là aussi, on reste un peu à quai, en dehors de quelques séquences où notre cher Lorenz pète un peu les plombs et s'enfonce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2008

Tartuffe (Herr Tartüff) de Friedrich Wilhelm Murnau - 1926

Murnau ne faisant définitivement rien comme les autres, son adaptation du Tartuffe de Molière est forcément profondément personnelle. D'abord parce qu'il commence à l'époque contemporaine, et comme un Shakespeare : un grand-père est manipulé par sa bonne, qui le drague éhontément tout en lui faisant signer des documents notariaux en sa faveur. Le petit-fils, qui découvre le pot-aux-roses, va projeter au couple infernal un film, Tartuffe, censé ouvrir les yeux à son pépé sur l'hypocrisie de sa servante. On est plus du côté Hamlet... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2008

City Girl de Friedrich Wilhelm Murnau - 1930

Un petit film méconnu du bon Friedrich, ça peut pas faire de mal. Bon, il se trouve que City Girl est assez loin du grand film, se contentant dans l'ensemble d'un honnête savoir-faire dans l'écriture, et réservant peu de place aux vrais moments de bravoure. L'histoire ressemble pas mal au sublime Sunrise, mais la comparaison s'arrête un peu là : un brave péquenot de la campagne épouse une "city girl" rêvant de champs de blés ; mais très vite, celle-ci se heurte à la dure réalité de la ruralité : paysans obsédés sexuels et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2007

Tabou (Tabu) de Friedrich Wilhelm Murnau - 1931

Tabu est définitivement un des plus grands films muets, une oeuvre visuellement spectaculaire, et poignante dans son scénario. L'équilibre parfait du film, entre documentaire et fiction, entre tragédie grecque et tableau renoirien, entre lumière solaire et sombres sorcelleries, lui donne une beauté que les ans n'ont absolument pas entamée. Mallick et son sénile New World devraient prendre de la graine, aussi bien esthétique que morale, de ce joyau attentif, amoureux des gens et respectueux d'un peuple. Murnau réussit partout où... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2006

L'Aurore (Sunrise) de Friedrich Wilhelm Murnau - 1927

Je ne me lasserai jamais de revoir ce fleuron du cinéma muet qu'est Sunrise. C'est non seulement mon Murnau préféré (il se tire la bourre avec Tabou, mais tout juste), mais c'est un des plus grands films des débuts du cinéma. Toute la grammaire du cinéma y est déjà : profondeur de champs, gros plans, transparence, travellings de folie, surimpressions, fondus... Dans ce film, Murnau fait vraiment la preuve que c'est lui le grand inventeur du cinéma, point barre. Alors, certes le film est assez cul-bénit, très moraliste : il exalte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1