13 novembre 2021

Tre Piani de Nanni Moretti - 2021

Il va peut-être falloir commencer à faire une croix sur les comédies morettiennes qui illuminèrent notre passé, et peut-être même sur ses grands films. Désormais le bon gars nous abonne aux films mineurs, certes tout à fait corrects et plutôt sensibles, mais qui sont très loin de son génie de jadis. Tant pis : à défaut de trouver un nouveau Journal intime, replions-nous sur Tre Piani, honnête et beau film d'artisan, très en retrait, qui déploie sa trame tentaculaire avec un certain savoir-faire. Le constat le plus cruel là-dedans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2019

Santiago, Italia (2019) de Nanni Moretti

1971-1973 (les meilleurs années...), la gauche était unie au Chili et on touchait à l'érection finale : le ticket Allende-Neruda déchainait les foules et on se mettait à croire avec ce président bien bien à gauche, élu démocratiquement, à un avenir meilleur, pour tous... Alors oui, les droitistes contrôlaient les médias et les entreprises et trainaient des pieds pour rendre possible ces réformes ; Allende, de toute façon, ne voulait rien lâcher et il ne sortirait de son palais présidentiel que mort... C'est d’ailleurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2017

La Chambre du Fils (La stanza del figlio) de Nanni Moretti - 2001

Difficile de dire exactement en quoi, mais La Chambre du Fils est un film magnifique. On a l'impression d'avoir vu 100 fois ces scènes, d'avoir épuisé le sujet de la famille face à la tragédie ; mais Moretti semble réussir mille fois mieux chacun de ces épisodes, cultivant une symbolique très discrète, occultant tout pathos de cette tragédie, enchaînant presque mine de rien les scènes délicates et justes, pour finir par dessiner des personnages qu'on a rarement vus aussi forts. Soit donc une famille lambda, heureuse, rigolote,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2015

Mia Madre (2015) de Nanni Moretti

J'attendais, j'attendais sans doute un peu trop de ce film... parce que c'est Moretti, parce qu'il est un expert de la perte et du troussage finaud du mélo, parce que Turturro n’est jamais aussi bon que lorsqu'il est dans un registre intelligemment décalé, parce que, parce que... J'attendais et j'ai attendu patiemment laissant doucement le film installer ses personnages et son ambiance : Moretti et sa sœur cinéaste Margherita Buy sont aux petits soins pour leur mère, tendus dans l'attente d'un rétablissement. Margherita doit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 décembre 2011

Journal intime (Caro Diario) (1993) de Nanni Moretti

Grand film des jours sombres, Journal intime fait partie de ces œuvres qu'on savoure pendant 90 minutes en bouffant un kilo de bonbon Haribo en solo, en oubliant que le monde alentour existe ou qu'il n'est peuplé que de Nanni avec son casque et de Jennifer Beals. Finalement guère revu, si je ne m'abuse (mais j'ai des trous...), depuis sa sortie en 93 - ben ouais le temps filoche - mais toujours la même magie à savourer cette œuvre en triptyque : Nanni en vespa ou le concentré des plus beaux clips des années 90, Nanni dans les Îles où... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2011

Habemus Papam de Nanni Moretti - 2011

Notre Nanni nous revient en pleine forme avec ce film subtil et émouvant, et même s'il a égaré en chemin pas mal de sa colère, il parvient toujours à trouver un magique équilibre entre comédie, drame, satire politique et tradition italienne, qui décidément n'appartient qu'à lui. Avec l'âge, il a en plus l’intelligence de napper ses irrévérences sous une couche de douceur qui la rend d'autant plus efficace : le film est aussi intelligent que drôle, aussi insolent que doux, et on ressort de là tout chose (euphémisme pour désigner les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 août 2010

La Messe est finie (La Messa è finita) de Nanni Moretti - 1986

Moretti creuse ici son éternel thème -le renoncement aux idéaux de la jeunesse-, et une fois encore il nous sert un de ces films doucement bouleversants dont il a le secret. Après toute la série des "films-Michele" (de Je suis un Autarcique à Bianca), il invente avec La Messe est finie un nouveau personnage, mais qui demeure étrangement proche du premier : Michele est aujourd'hui devenu prêtre, dans une démarche analogue au passé : se trouver une conviction, changer la vie, trouver le bonheur et le donner, comprendre son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 juin 2010

Courts-Métrages et Documentaires de Nanni Moretti - 1990/2007

On commence avec un moyen-métrage bien amer de Nanni, La Cosa (1990), réalisé après Palombella Rosa et qui en est le versant documentaire. Moretti s'infiltre à l'intérieur de réunions du PCI à l'heure d'une refonte complète de ses statuts, de ses motivations, de son nom même, bref à l'heure de son bilan guère réjouissant. Cadres la plupart du temps fixes sur ces dizaines d'intervenants, qui défendent tous une certaine mémoire de l'engagement tout en fustigeant la perte des idéaux, l'assagissement de leur révolte et les concessions... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2010

Sogni d'Oro de Nanni Moretti - 1981

Il faut pas nous énerver le Nanni, il a le sang chaud. Sogni D'Oro est sûrement son film le plus en colère, encore plus que le futur Palombella Rossa. Proprement hystérique en même temps que mollement déprimé, il nous montre un cinéaste en crise, torturé entre un public qui demande de plus en plus de divertissement bas de gamme, une femme qui ne le regarde pas, et l'arrivée de jeunes cinéastes qui vont peut-être bien le détrôner de son statut de "jeune cinéaste italien de génie". Il ne doit pas falloir pousser bien loin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2010

Ecce Bombo de Nanni Moretti - 1978

Une nouvelle comédie dépressive en provenance de Nanni, et encore une fois un grand moment d'humour à froid dont lui seul a le secret. Comme dans l'ensemble de sa filmographie, le sujet est sombre : ici, le portrait d'une jeunesse entre engagements politiques minables et tourments sexuels, qui tente de se constituer en communauté d'idées alors que rien ne lie plus les gens entre eux. Mais comme dans l'ensemble de sa filmographie, il se dégage de cet ennui infini, de cette perte de repères, de ce désoeuvrement languide, un ton... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]