25 janvier 2013

La Mort en Ligne (Chakushin Ari) de Takashi Miike - 2003

Merci à notre lecteur Phil qui nous conseille des films d'horreur nippons, surtout quand il s'agit d'un film de Miike, cinéaste intéressant s'il en est. J'avais vu récemment le remake américain de la chose (une bouse), et il va sans dire que Miike s'en tire bien mieux. Il s'en faut de pas grand-chose, quelques jolis mouvements de caméra, une façon plus subtile d'amener les effets horrifiques, un jeu d'acteur plus fin, et on passe même du tout au tout. Chakushin Ari est tout à fait plaisant, malgré le côté foutoir de son scénario, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2012

Zebraman 2 (Zebura Shiti no gyakushû) de Takashi Miike - 2010

L'opus 1 vous avait semblé de trop bon goût ? L'opus 2 vous plongera dans une hébétude totale, puisque notre bon Takashi, dans son esthétique aussi délicate qu'un tas de Malabar mélangé et fondu au soleil, y ajoute une ou deux épaisses couches de foutoir total, à la grande joie des petits et des grands... ou à leur écœurement complet, au choix. A la vue de ce bidule improbable et hideux, on ne sait plus trop si on doit s'affliger devant la débilité profonde de tout ce qui nous est montré à l'écran, ou s'esclaffer devant les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2010

Dead or Alive I (Dead Or Alive : Hanzaisha) de Takashi Miike - 1999

C'est toujours un grand moment de plaisir régressif que de se taper un polar de Miike, et même si Dead or Alive a pris quelques rides en 10 ans d'existence, il n'en reste pas moins toujours aussi hallucinant et novateur. On ne voit franchement aucun autre exemple du style Miike, que ce soit chez ses compatriotes asiatiques (Tsui Hark est nettement en-dessous au niveau de l'invention) ou dans le cinéma mondial (Tarantino fait figure de jeune écolier timide à côté). Libéré de toute référence, Miike peut donner libre cours à son goût,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 février 2009

Sukiyaki Western Django de Takashi Miike - 2008

Le cinéma de Miike, ça devient vraiment, à force, de la théorie pure. Sukiyaki Western Django, qui a le tort d'arriver après le bien meilleur Le Bon, la Brute et le Cinglé, voudrait être lui aussi un hommage double : aux westerns spaghetti et aux films de sabre. Mais à force de figures de style improbables, à force de critique sur le genre, à force d'ironie, à force de brandir les motifs incontournables comme des icônes vidées de sens, Miike se heurte à autre chose, bien plus discutable : l'hommage à l'hommage. Car Leone, ou... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2008

MPD-Psycho (Tajuu jinkaku tantei saiko - Amamiya Kazuhiko no kikan) de Takashi Miike - 2000

Là, je sens bien que je m'attelle à une chronique que je vais avoir du mal à rendre très claire. Bon, commençons par l'histoire, qui tient en une phrase : une star du rock terroriste, Lucy Monostone, donne naissance à 7 enfants qui portent un code-barre dans l'oeil, et qui peuvent se transmettre leur personnalité par téléphone ou par contact des mains, mais Kazuhiko Amamiya / Yôsuke Kobayashi, profiler schyzophrène qui devient soit l'un soit l'autre, tente de pourchasser pour venger la mort de sa femme un de ces descendants, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2008

Big Bang Love, Juvenile A (46-okunen no koi) (2006) de Takashi Miike

Polar ésotérique (!), on se demande bien parfois où Miike va pêcher ses idées et son inspiration. Deux jeunes gars se retrouvent en prison : le premier avait fait la rencontre dans un bar d'un homme d'une quarantaine d'année; allez donc savoir ce qui s'est passé mais le jeune gars a fini par tuer cet homme (un cas de légitime défense...), le problème étant qu'il a mutilé le cadavre; le second type a violé une femme et peut être caractérisé comme étant un gars qui fracasse tous ceux qu'il croise. Bien. Le second est au début du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 janvier 2008

Triad Society (Shinjuku kuroshakai: Chaina mafia sensô) de Takashi Miike - 1995

Premier opus d’une trilogie : Miike réalise un polar sérieux dans les bas-fonds japonais. On se perd un peu entre les méchants Taïwanais, les méchants Chinois et les méchants Yakuza au début (devrait mettre un badge nom de Dieu) mais après moultes turlutes (récompenses et petits plaisirs que les chefs se permettent grâce à un micheton toujours partant – qui commence par narrer l’histoire mais s’efface peu à peu au court du récit) et moultes sodomies (punition : « Ah tu veux pas parler, attends ! » - Miike il est comme ça, on va pas le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2007

Gozu (Gokudô kyôfu dai-gekijô: Gozu) (2003) de Takashi Miike

Si le cinéma n'existait pas, Miike serait sûrement interné. Heureusement pour nous, et pour lui, il est tombé un jour sur une caméra et depuis il n'arrête plus. Il y a les films complètement starbés de Miike (les Dead or Alive) ou les films d'atmosphère (sa trilogie sur les Triad)... Et pis il y a Gozu, un ovni, même chez Miike, autant dire un truc qui n'arrive de nulle part et où à chaque image on se demande bien dans quoi on s'est embarqué. Bref en un mot, c'est extrêmement jouissif.L'un des chefs Yakuza a de petits problèmes depuis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2007

Zebraman de Takashi Miike - 2004

Décidément, Miike fait vraiment n'importe quoi, et je me demande si c'est pas un peu pour ça que je l'aime. Avec Zebraman, il parvient à inventer une nouvelle lettre de l'alphabet, le Z n'étant pas assez fort pour évoquer la série dans laquelle se vautre ce machin totalement improbable. C'est un summum de mauvais goût, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais comment le lui reprocher, alors que le film rend hommage aux séries télévisées japonaises des années 80, qui ne firent pas date en matière de raffinement. Ici, comme avant, un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2007

Rainy Dog (Gokudô kuroshakai) de Takashi Miike - 1997

Un tueur japonais qui exécute froidement ses contrats. Une jeune prostituée qui voudrait se barrer au soleil. Un gamin muet, fruit d’une ancienne liaison, que balance sa mère dans les pattes du tueur. Une musique à la Ry Cooder. Et une putain de pluie qui ne cesse de tomber sur Taiwan. Malgré un rythme relativement lent (ou grâce à ?), sûrement l’un des films les plus achevés de Miike, qui n’est pas sans rappeler (le temps de quelques scènes) les œuvres du maître Kitano.  Yuji refuse de mettre le nez dehors quand il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »