05 septembre 2013

Elle et Lui (Love Affair) (1938) de Leo McCarey

Connaissant la version '57 (Elle et Lui in french, An Affair to remember en v.o.) sur le bout des ongles, il est clair qu'il y a comme une impression de "déjà vuou" en découvrant cette version vintage de 38. Cela ne gâche en rien le plaisir, tant cette romance portée par le frenchy Charles Boyer (si vous parlez la langue de Molière et que vous voulez réussir votre carrière aux Etats-Unis en tant qu’acteur, misez tout sur le jeu des sourcils - Boyer, Chevalier, Dujardin, même combat... ok, pas que) et la délicieuse Irene Dunne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 juin 2012

L'extravagant Mr. Ruggles (Ruggles of Red Gap) (1935) de Leo McCarey

Leo McCarey fait dans la comédie sociale et réussit son coup en particulier grâce à un Charles Laughton aussi à l'aise dans la comédie brute (champion du monde de la tronche de cake outrée), que pour faire vibrer la corde sensible (sa "récitation" du discours de Lincoln à Gettysburg sur l'égalité des hommes étant un véritable morceau de bravoure). Soit donc un servant ultra british - notre Charles - qui va payer les pots cassés de son employeur - also british - qui l'a joué au poker : au grand dam du Charles, ce dernier se voit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2012

Cette sacrée Vérité (The awful Truth) (1937) de Leo McCarey

Comment j'avais pu passer à côté jusque-là (ben oui, jamais vu dis donc !) de cette merveille, de ce chef-d’œuvre (ah oui, on en est là) comique. Ah ma bonne dame, on savait y faire à l'époque, dit-il avec une bonne dose de nostalgie... si jamais on prenait encore le temps d'écrire des dialogues et si jamais on avait encore sous la main des acteurs comme Cary Grant... Parce que oui, je suis, comme tout le monde (qui n'aime pas Cary Grant, hein ?) un vrai fan du gars ; oui, le moindre regard en coin du type, le moindre petit air... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2009

La Brune brûlante (Rally 'Round the Flag, Boys!) (1958) de Leo McCarey

Petite comédie sans prétention qui ne vole tout de même pas bien haut... Paul Newman est associé à Joanne Woodward, dont la permanente est terriblement peu sexy, et le bougre se fait draguer par une Joan Collins en pleine bourre, prête à tout pour faire tomber le Paul dans ses rets (Une Joan peut en cacher une autre). C'est d'ailleurs l'une des seules séquences un poil amusante lorsque Paul Newman est invité (sa femme passe sa vie à être occupée, participant à une multitude de comités dans cette petite ville à la Desperate... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2009

Place aux Jeunes (Make Way for Tomorrow) (1937) de Leo McCarey

McCarey met de côté, pour un temps, la comédie pour nous livrer ce magnifique film qui prouve qu'en 37, les vieux ne font plus recette. Terrible constat du fossé entre générations dans ce film qui fait la place belle à ses deux héros croulants, Victor Moore et Beulah Bondi. Ils tiennent la vedette dans leur petitesse, leur maladresse et surtout par la tendresse qu'ils montrent l'un pour l'autre, nous livrant un final qui nous déchire le coeur avec un couteau à beurre. On pensait que McCarey finirait par s'en sortir par une petite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2007

La Soupe au Canard (Duck Soup) (1933) de Leo McCarey

Moins délirant qu'Hellzapoppin', moins profond que le Dictateur, Duck Soup réserve tout de même quelques bons morceaux de bravoure: on peut certes un peu faire la fine bouche devant la facilité de certains gags, la scène de Groucho Marx devant le faux miroir, l'échange des chapeaux entre les vendeurs de cacahuètes et le vendeur de limonade excédé, ou encore la comédie musicale finale qui part dans tous les sens méritent leur place dans l'anthologie du burlesque. Les tirades pétaradantes du Groucho Marx envoient du bois et on se dit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1