29 septembre 2013

Le Choc des Mondes (When Worlds collide) (1951) de Rudolph Maté

Ah ce bon vieux monde qui n'en finit pas de crever au cinoche. Mais attention cette fois-ci c'est du sérieux, pour ne pas dire du lourd pour rester attractif auprès des djeun's. Les calculs sont formels - vous pourrez les refaire dans tous les sens, rien à faire, c'est clair - : une planète va rentrer en collision avec la Terre ! Le monde frémit, certains sont sceptiques et seuls ces cons de Français se gaussent, ahaha la bonne blague. Ils riront moins, pour ne pas dire plus, pour ne pas dire plus jamais, quand la "lune" de cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2013

Le Souffle de la Violence (The violent Men) (1955) de Rudolph Maté

Plaisant avec quelques éclairs de violence - quand ça shoote, on ne fait pas dans la dentelle -, ce western de Maté bénéficie de quelques pointures (Ford, Stanwyck, Robinson... dans des rôles guère originaux : le gentil tout mou qui se rebelle, la garce, le handicapé hargneux au bon coeur...) à défaut d'avoir un scénar qui sort vraiment du lot (déjà vu au moins trois quatre fois cette histoire de gros propriétaire tentant de prendre le contrôle de toute la vallée). Robinson en self made man boiteux s'est entouré d'hommes de main qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2011

La Fin d’un Tueur (The Dark Past) (1948) de Rudolph Maté

"I dont kill sick people, I cure them" - William Holden, banni du gouvernement Sarkozy Rudolph Maté - réalisateur de l'excellent D.O.A. - donne dans le film noir freudien. Ou comment, lorsqu'on est un gros radin de tueur, se faire psychologiser gratos. Mais ne soyons point caustique, vu que ce n'était sûrement pas vraiment ce que Lee J. Cobb - tout jeunot alors - avait en tête (hummm...) lorsqu'il décida de prendre en otage William Holden, le plus flegmatique des profs de psycho. Ce dernier, qui avait décidé de passer un week-end... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2011

Midi, Gare centrale (Union Station) (1950) de Rudolph Maté

Il faut vraiment être sans cœur pour kidnapper une jeune fille aveugle... D'un autre côté, c'est vrai que cela évite les frais sur le bandeau. Un kidnapping donc, une gare centrale et ses souterrains où se joue l'essentiel de l'action, et d'un côté un trio de malfrats emmené par le solide Lyle Bettger et de l'autre le responsable de la sécurité de la Gare (William Holden is Willie Calhoun, un type à qui on la fait pas et qui se marre autant que Gai Luron) et le chef de la police - le pince sans rire Barry Fitzgerald qui mène tout... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2010

Mort à l'Arrivée (D.O.A.) (1950) de Rudolph Maté

Un joyau du film noir ?  Sans aucun doute, tant cette chronique d'une mort annoncée nous régale à tous les niveaux : une pléiade de jeunes femmes qui ne font que passer (dommage que l'héroïne, Pamela Britton, soit, elle, un peu fade), des méchants vicelards comme pas deux (Neville Brand est tout simplement énorme), des coups de flingue qui arrivent de nulle part, des portes qui ne cessent de s'ouvrir et de se fermer comme dans un labyrinthe infernal, un suspense haletant (une course contre la montre - et contre la mort - dont... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1