13 avril 2014

On vous parle (1969-1973) de Chris Marker

On vous parle du Brésil : tortures (1969) Suite à l'enlèvement de l'ambassadeur américain au Brésil par des opposants au gouvernement militaire en place, 15 militants révolutionnaires ont pu être libérés en échange du ponte ricain. Ceux-là évoquent les tortures qu'ils ont dû subir au cours des quelques mois qu'a duré leur incarcération. Suspension à une barre, charges électriques aux testicules ou à la langue, coups aux reins, au foie, au visage... ces tortures furent systématiques, chaque militant, quelle que soit sa région,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2013

From Chris to Christo de Chris Marker - 1985

Il paye pas de mine, ce petit court-métrage, mais il cache sous sa modestie plein de réflexions vraiment intéressantes. Au départ, la fameuse oeuvre de Christo, qui enveloppe le Pont-Neuf entièrement sous des drapés, création éphémère déjà superbe en soi. Marker filme le montage, puis les réactions des gens face à cette oeuvre, puis le démontage. Un peu comme dans E-clip-se, ce n'est pas tant l'évènement lui-même qui compte (on voit très peu le résultat final, sauf à travers quelques plans magnifiques qui montrent le vent faire bouger... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2013

Electronic : Getting away with it de Chris Marker - 1990

C'est bien pour dire qu'on fait une odyssée Chris Marker, parce que vraiment : se taper le clip d'une musique immonde jouée par des playboys dépressifs (ex-New Order, aaargh), c'est une vraie punition. Mais bon, ça ne dure que quelques 4 minutes, soyons donc courageux. Chris Marker ne sait pas trop lui-même comment traiter cette commande, et envoie ses flèches à tout va. Une moitié du bazar est filmée en studio, où on voit le groupe Electronic, donc (?), assassiner Euterpe, muse de la musique, en balançant des "I love you more than... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 octobre 2013

E-clip-se de Chris Marker - 1989

Le jour de l'éclipse de 1989, Marker sort sa caméra équipée de l'effet jour/nuit, et va filmer ses contemporains rassemblés pour l'occasion dans un parc. Trois parties : la préparation, l'éclipse elle-même, et l'après. Dans la première, le cinéaste s'amuse à filmer les gens en train de s'équiper des lunettes ridicules pour assister à l'évènement, mettant son point d'honneur à ne pas montrer l'évènement lui-même : si sa caméra se tourne vers le ciel, c'est pour cadrer les nuages ou le soleil caché derrière les arbres. Ce qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2013

Vidéo Haïkus de Chris Marker - 1994

Voilà un petit trio de courts-métrages qui porte bien son nom : chacun de ces petits films est une sorte de poème visuel et sonore, assez indéfinissable, qui s'apparente à l'épure de la forme japonaise, et en a tous les aspects mystérieux, zen et simples. Le premier, Tchaïka, est sûrement le plus "sophistiqué" : Marker y filme un fleuve (russe ?) en plongée, y ajoutant un effet vidéo assez lourd, sorte d'hyper-pixellisation qui rend l'image presque illisible, très abstraite. Impression qui se poursuit avec les plans suivants, encore... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2013

Mémoires pour Simone de Chris Marker - 1986

"Je suis libre exactement de la façon dont je le veux. Aussi peu, et autant que je le veux." 1985 : Signoret vient de mourir, et son pote Chris Marker lui consacre ce portrait dévotement admiratif. Il y a dans ce documentaire à la construcion très simple un vrai amour qui apparaît dans chaque plan d'archive, dans chaque extrait de film. Amour certes pour la beauté de la jeune Signoret, mais surtout pour ce qu'elle devint ensuite : une femme drôle, lucide vis-à-vis de son statut et de son physique qui se dégrade, et surtout pleine... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juin 2011

Berliner Ballade (1990) de Chris Marker

Marker part faire un tour de l'autre côté du mur... tombé cinq mois plus tôt à l'occasion des premières élections. Après l'euphorie et les découpages de ce mur qui se vend comme un petit pain (on assiste à la fabrication "authentique" d'un de ces petits morceaux), les élections avec l'arrivée (surprise) en tête du parti conservateur (CDU) semblent sonner le glas des premières illusions, en particulier chez ceux qui souhaitaient une réelle transformation. Quelques propos glanés ici ou là donnent l'impression d'une certaine "gueule de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2011

Pictures at an Exhibition (2008) de Chris Marker

Petite visite non guidée en soixante-quatre tableaux dans le musée imaginaire du sieur Marker, qui mêle avec art et souvent humour les oeuvres picturales classiques, modernes et... futuristes, les personnages de bandes dessinées, les références à l'histoire contemporaine et ancienne, les clins d'oeil cinématographiques, la sculpture, les images virtuelles, les animaux (de nombreux chats bien sûr, mais aussi joli défilé de pingouin, fenec, baleine,...), les oeuvres asiatiques, la photographie... D'étranges assemblages-collages des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2011

And you're there de Damon & Naomi (2011) par Chris Marker

Une bien belle chanson emprunte de nostalgie mise gentiment et humblement en image (juste une - po besoin d'un paquet de madeleines pour se remémorer tout un pan de son enfance, de son passé, on est bien d'accord) par Chris Marker. Il se fend au passage d'un petit message laconique ("Je ne sais pas si cela colle avec votre belle mélancolie proustienne, mais moi je pense que si... Et merci de m'associer à la musique, le seul art véritable pour moi - le cinéma, vous plaisantez...") qui ferait passer le septième art pour un nain... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2011

La Solitude du Chanteur de Fond (1974) de Chris Marker

Notre Yves Montand national occupait à l'époque le haut de l'affiche à l'Olympia et Marker de le capter de ses séances de footing pépères à ses répétitions : des répétitions filmées avec son éternel accompagnateur Bob Castella puis sur les planches même de l'Olympia avec toute une tribu du musicos. Entre deux chansons, Montand parle de son "jeu scénique" (petit laïus sur ce qu'il définit comme des "gestes instinctifs", nourris par la chanson elle-même - Montand, latin avant tout, parle et chante beaucoup avec les mains, et la caméra... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


  1  2  3  4  5    Fin »