12 décembre 2015

La Chute de l’Empire romain (The Fall of the Roman Empire) (1964) d'Anthony Mann

Pour conclure cette odyssée de l'ami Mann, son péplum-fleuve qui nous réserve quelques jolis instants de bravoure à défaut de nous faire chavirer pendant trois heures. Que faut-il retenir de la chose ? La présence, tout de même, de la Sophia Loren avec ses grands yeux jaunes fascinants et sa poitrine généreuse qui ne l'est pas moins. Son histoire d'amour contrarié avec Livius (Stephen Boyd) est un peu le fil rouge de la chose : ils s'aiment mais elle doit se sacrifier à l'Empire en épousant le roi arménien... Dommage. Ils s'aiment,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2015

Sing Your Way Home (1945) d'Anthony Mann

Anthony Mann fait dans l'effort de guerre musical et le moins qu'on puisse dire c'est que le gars est encore en train de faire ses armes pour ne pas dire ses dents. Rien de honteux dans la facture, c'est juste le scénario qui est d'une pauvreté absolue. Jack Haley (The Tin Man dans The Wizard of Oz... Il est définitivement meilleur en costume... bien caché) est un ancien journaliste de guerre imbu de sa personne. Il rentre aux States en bateau et se retrouve à jouer les chaperons pour de jeunes artistes d'une comédie musicale. Il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2015

The Bamboo Blonde (1946) d'Anthony Mann

  Cette odyssée Mann oblige à faire les fonds de tiroirs : non, The Bamboo Blonde (incarnée par  Frances Langford : personnellement, pas fan) n’est pas le chef d’œuvre inconnu de Maître Anthony. Une histoire d’amour during the war un peu sotte et un trio d’acteurs un peu fallots pour l’incarner : soit le gars Ralph Edwards (un sourire figé crispant…) fiancé à la piquante brune Jane Greer ; cette dernière n’a, dès le départ, que faire de ce type un peu transparent. Ils se sont tout de même fiancés car le gamin a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 décembre 2013

Le Cid (El Cid) (1961) d'Anthony Mann

Ces odyssées (fleuves) nous permettent de découvrir de petites merveilles et des films (fleuves) un peu oubliés qui charment par leur faste (il fut un temps, messieurs-dames les jeunes, où tous les figurants étaient différents et des êtres de chair et d'os), par leurs acteurs bigger than life (j'ai quand même découvert cette semaine que non seulement Charlton Heston fut jeune mais aussi entre deux âges - dans ce film, il finit en plus grimé comme l'enfant de Geoffrey de Peyrac et de Ribéry, du délire ; Sophia Loren est pour sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 août 2013

Two O'Clock Courage (1945) d'Anthony Mann

Ce film qu’on pourrait encore situer au  début de la carrière de Mann commence sur de bonnes bases : une silhouette d’homme, de dos, progresse, chancelante, dans une artère de la ville en pleine nuit. L’homme décidément pas au mieux est à deux doigts de se faire écraser par un taxi. Une jeune femme pas farouche décide de venir en aide à ce type en perdition : il ne sait plus où il habite, dans quelle ville il se trouve, comment il s’appelle, à quoi il ressemble... A-t-il trop lu de livres de Modiano ou est-ce cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 août 2013

Serenade (1956) d'Anthony Mann

Je ne suis pas du genre à aimer tailler dans le gras (ce d'autant que le héros du film - Mario Lanza (existe aussi en marque de café) - est un ténor) mais disons-le franco de port : je me suis ennuyé ma race. Alors oui, Anthony Mann est, on le sait, un touche à tout. Il tente donc le film musical avec des morceaux d'opéra. L'opéra est un genre auquel je suis aussi sensible que la tauromachie, ne cherchez même pas le rapport. Et d'une j'ai dû me taper 212 morceaux en solo d'opéras, d'Othello à Don Giovanni et j'en passe, surtout... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 mai 2013

Les Héros de Telemark (The Heroes of Telemark) (1965) d'Anthony Mann

Il faut aller jusqu'au bout de l'effort pour achever cette odyssée Mann. Qu'en est-il alors de ces Heroes of Telemark qui a toutes les allures du film qu'on se tapait gamin les dimanches après-midi ou les jours fériés quand on s'ennuyait à mourir ? Ah ben on est vraiment dans le film d'aventures ultra cheap (à l'image de l'affiche, on dirait celle d'un Bébel) avec un Mann qui a dû déserter les commandes pour faire des batailles de boules de neige... Les paysages neigeux c'est d'ailleurs encore ce qu'il y a de mieux dans cette oeuvre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 avril 2013

Strategic Air Command (1955) d'Anthony Mann

N'y allons pas par quatre chemins, Strategic Air Command, malgré la présence de James Stewart et de sa femme à la voix cassée June Allyson, ne présente aucun intérêt. Sauf si vous êtes un gros fan de B42 mais il y a tout de même peu de chance. Le gars Stewart - justement nommé Holland : décidément, rien ne lui réussit dernièrement... - rempile dans l'armée de l'air pour 21 mois. Il quitte son club de base-ball mais peut toujours compter sur le soutien de sa femme - cool. Son taff : piloter. Le danger : se poser en catastrophe. Il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 avril 2013

Romance inachevée (The Glenn Miller Story) (1954) d'Anthony Mann

Difficile de vraiment reconnaître la patte d’un Anthony Mann dans cette « music love story » d’une gentillesse terrible : d’un côté l’éternel grand enfant James Stewart qui semble tout droit sorti d’un film de Capra, de l’autre la chtite June Allyson qui a « honnêtement » du chien avec son joli petit minois et sa voix suavement cassée. Une évidente alchimie lie les deux acteurs ce qui donne forcément du charme à cette histoire délicieusement romanesque. Il s’agit donc comme vous l’aurez aisément deviné si... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2013

Strangers in the Night (1944) d'Anthony Mann

Moins d'une heure pour cette sixième oeuvre de Mann dans laquelle plane un parfum de mystère et qui aurait pu avoir sa place, en bonne position, dans un Hitch présente. D'ailleurs, au Hitch, on y pense plusieurs fois au cours de cette histoire avec cette vieille femme zarbi handicapée (autant psychologiquement que physiquement, le lien est facile) qui cache un lourd secret et ce verre de lait suspicieux qu'elle offre à sa bonne qui fourre un peu trop le nez dans ses affaires, à son goût... Pendant qu'on y est, on aura aussi une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]