15 avril 2013

Cléopatre (Cleopatra) de Joseph L.Mankiewicz - 1963

Le peplum n'est pas le genre le plus fréquenté sur ce blog, et quand on redécouvre Cleopatra on se demande un peu pourquoi. C'est pourtant du spectacle dopé au maximum, une représentation clinquante et tonitruante de l'Hollywood que Shang et moi-même aimons particulièrement, et en plus on s'y marre bien, ce qui est un bonus pas négligeable. Mankiewicz a visiblement des moyens démesurés pour monter cette immense fresque de plus de 4 heures, et a certainement reçu comme consigne de faire apparaître à l'écran chaque dollar dépensé : on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 octobre 2011

Soudain l'Eté dernier (Suddenly last Summer) (1959) de Joseph L. Mankiewicz

Encore une indéniable leçon de mise en scène donnée par le grand Joseph qui, lors de séquences qui s'étirent tant et plus, met en scène avec une fluidité étourdissante ses principaux personnages : c'est le récit d'Hepburn - ultra collet monté - à un Clift - au regard si doux (...) - dans une forêt primaire reconstituée où animaux et plantes se font menaçants : l'histoire de ces bébés tortues dévorés par des oiseaux de proie parvient à chaque fois à me foutre des frissons dans le dos ; c'est les récits d'une Taylor - d'une beauté... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2011

L’Aventure de Madame Muir (The Ghost and Mrs. Muir) (1947) de Joseph L. Mankiewicz

The Ghost and Mrs. Muir est définitivement un grand film pour tout amoureux du cinéma (et de Gene Tierney...). Celle-ci (son meilleur rôle, sans discussion) incarne à la perfection à la fois l'éternelle beauté - cinématographique -, l'innocence et la pureté des sentiments, ce petit grain de folie (eh oui, le destin de la Gene...) pour vivre dans un autre monde et cette force de caractère, ce besoin d'indépendance (même si la déception amoureuse est au rendez-vous via son histoire avec Sanders) d'une héroïne "jusqu’au-boutiste". Son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2011

Guêpier pour trois Abeilles (The Honey Pot) (1967) de Joseph L. Mankiewicz

Mankiewicz est un véritable dandy cinématographique, toujours prêt à insuffler de l'art dans la vie. Si The Honey Pot peut apparaître dans un premier temps comme une petite merveille scénaristique qui fait, encore et toujours, la part belle à l'art de la manipulation et s'impose comme une éternelle variation sur le thème de l'arroseur arrosé, le personnage principal (Rex Harrison is Cecil Fox et s'éclate littéralement) incarne, lui, véritablement, ce dandysme : il ne cesse de chercher à vouloir mettre en scène sa propre vie et celle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2011

Carol for another Christmas (1964) de Joseph L. Mankiewicz

Voilà une vraie rareté tournée pour la télé sous le patronage messieurs-dames des Nations Unies, une adaptation de Dickens par Monsieur Quatrième Dimension, Rod Sterling, et avec au générique du beau monde : Sterling Hayden, Ben Gazzara, Peter Sellers, Eva Marie Saint sans parler de Peter Fonda dont il ne subsiste au final que le portrait sur une peinture... Une histoire pavée de bonnes intentions puisqu'il s'agit de démontrer que les Nations Unies qui sont là pour aider les différents Etats à discutailler ben c'est vachement bien,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2011

Un Mariage à Boston (The late George Apley) (1947) de Joseph L. Mankiewicz

Adapté d'une pièce de théâtre dont on sent que Mankiewicz s'est plu à garder le découpage et les séquences qui "tirent" en longueur pour laisser aux personnages un maximum de temps de jeu, ce film n'est peut-être point l’œuvre la plus olé-olé du Joseph, mais offre une vision de la haute société bostonienne dont le ton cul-serré est finalement tel qu'il finit souvent par arracher des sourires (la scène de la cravate offerte en cadeau au fils par sa fiancée qui l'a tricotée elle-même ou la séquence où les deux se retrouvent à chaque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 septembre 2011

Le Limier (Sleuth) (1972) de Joseph L. Mankiewicz

Pour son ultime réalisation, le gamin Mankiewicz s'en donne à cœur joie et nous livre une petite mécanique scénaristique absolument jouissive. De cette ouverture sur ce jardin en forme de labyrinthe à ce "bloody" final - l'anglo-saxon aime à jouer sur les mots -, on se régale de ces multiples rebondissements où l'arroseur se fait arroser, le pseudo-inspecteur (Laurence Olivier écrit des polars) se fait pseudo-inspecter (oui, c'est pourtant vrai...), où le joueur malgré lui (Michael Caine) se prend fatalement à son propre jeu... Si... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2011

On murmure dans la Ville (People will talk) (1951) de Joseph L. Mankiewicz

  Difficile de ne point ressortir de la vision de ce film sans la banane, l'ami Mankiewicz faisant preuve dans ce film d'une telle foi dans l'humanité qu'en comparaison, même une œuvre de Capra paraîtrait petit joueur. Cary Grant trouve là un rôle absolument en or pouvant, sans se départir de son sérieux à tout crin, se montrer à la fois charmeur, généreux, humaniste, malin, dévoué, drôle (plus il fronce des sourcils, plus il se met en colère, plus il sait jouer sur le fil de la comédie : cela ne s'invente point) et ressort... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2011

Un Américain bien tranquille (The Quiet American) (1958) de Joseph L. Mankiewicz

Encore un film de bien belle tenue signé Mankiewicz, même si le rythme de l'ensemble n'est pas toujours ultra trépidant (au niveau de l'action, c'est la partie congrue, faut reconnaître) : comme dans l'excellent Five Fingers, les joutes verbales sont nombreuses : entre nos deux héros - Pyle le Ricain (Audie Murphy) face à Fowler l'Anglais (Michael Redgrave, absolument parfait) qui discutent en parfait gentlemen de "l'avenir" d'une femme vietnamienne - la bien jolie Phuong - pour laquelle les deux ont le béguin ; entre Fowler et ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 juin 2011

Escape (1948) de Joseph L. Mankiewicz

"There's nothing more tragic in life than the utter impossibility of changing what you have done" Galsworthy Bien inspiré de me pencher dans la foulée de House of Strangers sur l'une des œuvres les moins connues de Mankiewicz. L'histoire d'un homme qui, à la suite d'un petit accrochage et la mort accidentelle d'un flic, est condamné à trois ans de prison. Estimant cette condamnation totalement injuste, notre homme va se faire un devoir de se faire la belle et croisera dans sa cavale une poignée d'individus plus ou moins... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »