27 mars 2020

Salammbô (2014) de Bertrand Mandico

Salam Salammbô, comme le suggère le titre, un salam en forme ici d'un au-revoir à Salammbô qui définitivement n'est plus ce qu'elle était. Une vieille femme qui croule sous le nombre des années et dont les seins pendent comme des fruits euh bien trop murs - on n'est pas dans un sketch de Groland mais bien dans un film (si, c'est stylisé) de Bertrand Mandico. Ce dernier joue des surimpressions pour montrer notre pauvre femme hantée par le souvenir de sa jeunesse. La jeune femme qu’elle fut la hante, se moque et la titille, lui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2020

Depressive Cop (2017) de Bertrand Mandico

Plus rien ne peut nous surprendre dans le monde un rien starbé de Mandico. Des disparitions sur une île, une femme (Elina Löwensohn) qui ressemble comme deux gouttes d'eau à sa fille (je dis ça, je dis rien), un flic masqué particulièrement glauque (voire dépressif si on en croit le titre) qui enquête et une fin qui tourne mal : cop "démasqué" (et échoué sur la plage pour apparemment nourrir les crabes) et femme attachée par les occupants de l'île - mais elle s'en fout, elle les emmerde tous, elle est libre et sa fille la vengera... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2020

Souvenirs d'un Montreur de Seins (2014) de Bertrand Mandico

"Je suis fruit, je suis légume, ils sont viande." Un peu de poésie (mammaire) avec cette œuvre de Mandico où Elina Löwensohn (qui a pris cent ans en passant de Hal Hartley à Mandico, les mystères féminins du cinéma) se met en scène en montreur de sein. Une voix off d'Elina, sur des images d'elle-même, fumant, pensant, triturant ses nibs, un texte répété deux fois d'ailleurs, simplement séparé par la présentation du titre, que dis-je, des titres du film (on pourrait ainsi appeler la chose, Souvenirs d'un Dompteur de Seins ou... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2019

Notre-Dame des Hormones (2015) de Bertrand Mandico

Pas mal comme apéro d'un autre grand film barré, du chef-d’œuvre des films barrés (ne soyez pas impatients, c'est juste après). Mandico, on le sait maintenant, ne fait pas dans le banal, le tout-venant, le quotidien. Sous influence œdipienne (on y vient), dans une forêt luxuriante (faune et flore magiques) comme seul Mandico sait en composer (le célèbre fesse-tronc, la fleur au pistil éjaculateur, la biche aux seins…) deux actrices tombent sur une sorte de dinde déplumée à tête de bite (je tente d'être précis). C'est forcément le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 mai 2019

Ultra pulpe (2018) de Bertrand Mandico

Mandico est également un cinéaste qui, indéniablement, a un univers et une vision qui lui sont propres... Seulement contrairement à Gonzalez au sujet duquel on peut parler d'œuvre cyclique avec des tenants et des aboutissants, le monde de Mandico donne souvent la terrible impression de tourner en rond, un rien inutilement... Univers de SF, de SM (...), où l'on retrouve dans des décors studio chiadés (pour une production française, on s'entend), différentes saynètes apocalyptiques, érotiques, épileptiques. Une metteur en scène qui,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 avril 2019

La Résurrection des Natures mortes (Living Still Life) (2012) de Bertrand Mandico

  Redonner une vie à une chose morte, c'est le pari de ce Mandico toujours aussi bariolé, barré, original, animé. Le plaisir, d'abord, de retrouver l'hartleyenne Elina Löwensohn en chasseresse d'animaux morts : un lièvre, un chien, un cheval, une femme, la belle Elina entre deux âges, magicienne des sentiers fleuris, photographe sinon aussi, leur redonne vie d'un clic ou plutôt en plusieurs clics. Elle ramasse ces cadavres dans des champs multicolores ou sous des lumières tromboscopiques, elle les étale proprement sur sa table... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2019

Y a-t-il une Vierge encore vivante (2015) de Bertrand Mandico

A brûle-pourpoint j'ai envie de dire non même si ce n'est pas le sujet. Soit donc ici cette salope de Jeanne d'Arc en quête de chair fraîche (féminine) depuis qu'elle a perdu sa virginité ; les jeunes femmes, entre ses mains, ne font pas long feu et la Jeanne un rien cruelle finira transpercée par un traître ennemi. Une histoire, on le voit, historiquement discutable, mais visuellement toujours aussi travaillée. Une Elina Löwensohn en cuirasse d'amazone on ne peut plus inquiétante (pas le genre à faire le défilé du 1er mai, cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2018

Les Garçons sauvages (2018) de Bertrand Mandico

On reste dans le cinéma français expérimental avec cette œuvre curieuse et titillante de l'ami Mandico. Une ouverture à la Kubrick (cinq jeunes garçons sauvages faisant subir des sévices à leur prof de français), puis un procès tendu comme un film de Lang, avant que l’on découvre une aventure des plus étranges (les cinq jeunes garçons sont pris en charge par un capitaine pour parfaire leur éducation... Il les amène sur une île mystérieuse...) : l’oeuvre oscille visuellement entre Guy Maddin (des effets visuels à base de "fond... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]