16 septembre 2013

Quo Vadis (1951) de Mervyn LeRoy

Vous en voulez du peplum ? Eh bien en voici un de très bonne facture signé Mervyn LeRoy. Nous sommes au temps du gars Néron et nos amis chrétiens commencent à étendre leur réseau. Vu leurs idéaux (à mort l’esclavage, vive la liberté) et leur combat (à bas les tyrans et aimons son prochain et ses camarades syndiqués), ils ont tout d’une secte gauchiste avant l’heure - ce qui les rend forcément sympathiques - laissez tomber les commentaires politiques, ce n'est pas l'endroit. Ils se réunissent pour partager la bonne parole, chanter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2013

Une Allumette pour trois (Three on a Match) (1932) de Mervyn LeRoy

Dans mes teens, j'ai aimé les années 80, à vingts ans les années 60, à trente, les années 40-50, voilà que je craque pour les années 30. A ce rythme-là, je vais rapidement finir par aimer à mater de vieilles photos... Faut dire que ce Three on a Match est craquant comme une allumette, sent forcément (le code Hays n'est pas passé à l'acte) un peu la poudre (adultère, femme en pleine déchéance abandonnant enfant, jeunes filles court-vêtues...) et possède une vraie petite flamme cinématographique : le film se consume en un éclair... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 avril 2011

Je suis un Evadé (I Am a Fugitive from a Chain Gang) (1932) de Mervyn LeRoy

  Je suis pas vraiment mécontent de ne pas être forçat (quand on dit "travailler comme un forçat", il est clair que l'expression est un poil galvaudée aujourd'hui). Mervyn LeRoy réalise un film choc sur les conditions du bagne aux Etats-Unis, qui ferait passer Prison Break pour un camp de vacances de gonzesses. L'histoire de notre pauvre Paul Muni illustre non seulement les injustices du système américain, mais affiche également clairement son inhumanité. Les gospels chantés par les blacks qui pètent de la caillasse (et qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mars 2011

Johnny Roi des Gangsters (Johnny Eager) (1941) de Mervyn LeRoy

  Excellent film noir, aussi bien par son somptueux casting (Robert Taylor aussi à l'aise en séducteur à la coule qu'en perfide malfrat calculateur et cynique ; Lana Turner en blonde qui a du chien - si elle tombe "forcément" raide dingue de notre héros, elle est aussi la seule capable de percer la cuirasse du gars ; et puis l'excellent Van Heflin (grande source d'inspiration pour Philippe Léotard qui lui a même piqué sa coupe de cheveux dans ce film...?), le pote contre vents et marées du Robert, un type cultivé qui semble se... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2008

Chercheuses d'Or de 1933 (Gold Diggers of 1933) de Mervyn LeRoy - 1933

Un bon vieux "musical" broadwayen à l'ancienne, ça fait jamais de mal, surtout quand on y trouve un chouille plus de fond qu'à l'ordinaire. Gold Diggers of 1933 est plein de fantaisie, grâce surtout au joli minois de mesdemoiselles les danseuses de cabaret, Joan Blondell en tête (une frimousse, des jambes de 6 km, une voix rigolote, il en faut guère plus). Sur fond de krach boursier et de crise sociale, ces dames se mettent en tête d'embobiner des hommes de la haute, leur piquer leur pote-cigarettes platiné, leur chéquier,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2006

Le Petit César (Little Caesar) (1931) de Mervyn LeRoy

Classique du film de gangster avec cet ignoble petit pou d'Edward G. Robinson qui va faire un grand bond dans la hierarchie du milieu avant de se retrouver les fesses au tapis. Mervyn LeRoy prend son temps pour introduire ses personnages (joli plan pour la présentation de chacun des membres de la bande de Sam Ventori que Little Caesar dit "Rico" rejoint au début). Ensuite ses coups de gueule et ses coups de sang du haut de ses 1m12 auront raison de ses différents supérieurs - sa phrase de base c'est "tu te ramollis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1