11 octobre 2018

Burning (Beoning) (2018) de Lee Chang-dong

Le voici donc ce fameux dernier film de Lee Chang-dong adapté (librement ? forcément serait-on presque tenté de dire) de Murakami. Deux auteurs asiatiques des plus intéressants sur le papier pour une œuvre oscillant entre romance, mystère et drame. Lee Chang-dong semble avoir quelque peu épuré son écriture scénaristique, limitant en un sens les multiples rebondissements, pour se concentrer sur un trio d'acteurs et sur "l'état d'esprit" de l'un d'eux en particulier ; Jong-su, type un rien désœuvré et écrivain "potentiel", retrouve... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 août 2018

Secret Sunshine (Milyang) (2007) de Lee Chang-dong

On peut aisément dire que Secret Sunshine n'est pas avare en rebondissements et en instants mélodramatiques. Jugez du peu : Shinae (Jeon Do-yeon totalement investie) décide, suite à la perte de son mari, de venir s'installer avec son jeune fils dans la ville natale de celui-là. Un choix curieux (pourquoi remuer la plaie ?) qui commence assez mal puisque sa bagnole tombe en panne ; cela lui permet toutefois de faire la connaissance de Kim, un type qui va dès lors se montrer très amical… et la suivre comme une sangsue. Shinae... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2010

Poetry de Lee Chang-Dong - 2010

Comme à son habitude, le gars Chang-Dong nous livre un sensible portrait humaniste. Voilà un cinéma modeste et touchant, qui ne cherche pas l'épate et sait rester dans les rails du sentiment et de la finesse sans en rajouter. Poetry traite du thème de l'effacement : effacement des corps, à travers un homme d'affaires handicapé qui se bourre de viagra pour obtenir un dernier émoi sexuel ; effacement des actes, à travers une histoire de viol sur mineure que les parents des coupables tentent d'ensevelir à grands coups de chèques ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2008

Peppermint Candy (Bakha satang) de Lee Chang-Dong - 2000

A la manière du Ozon de 5x2, et avec la même efficacité, Lee Chang-Dong tente de raconter le désastre d'une vie en commençant par sa fin : le suicide du héros. Dès la première séquence, on voit donc notre brave type se jeter sous un train, puis le film va remonter, de jours en jours, d'années en années, à la source de ce malheur, aux commencement de ce ratage. Et ce qui pourrait passer pour un gadget insupportable prend vraiment un sens étonnant, et les émotions en ressortent chargées, encore plus fortes, grâce à cette idée somme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juin 2007

Oasis de Lee Chang-Dong - 2002

Sujet assez risqué pour ce film coréen de bonne tenue : les amours entre un déclassé ex-taulard et une handicapée cérébrale, sur fond de rejet familial et de société discriminatoire, on peut dire que Lee Chang-Dong ne choisit pas la facilité. Ce qui touche vraiment dans Oasis, ce sont les deux personnages. Ils sont non seulement magnifiquement interprétés (et je ne suis pourtant pas un grand fan de ces compositions à Oscar), mais aussi très bien dessinés par le réalisateur. D'un côté, le jeune gars : jamais à sa place, un petit pois à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]