05 avril 2010

Les trois Lumières (Der müde Tod) (1921) de Fritz Lang

Un film qui tombe plutôt à pic en cette journée des morts en Chine - oui, les aléas du calendrier. Bernhard Goetzke donne ses traits burinés à cette mort, et se construit aux abords d'un cimetière une véritable forteresse avec un mur qui ridiculiserait la muraille de Chine elle-même. Une mort qui décide impitoyablement que quand c'est l'heure c'est l'heure; néanmoins cette oeuvre de Lang vient également illustrer ce fameux vers du Chant de Salomon : "parce que l'amour est comme la mort", en nous contant l'histoire d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2010

Furie (Fury) (1936) de Fritz Lang

"Une foule ne pense pas"Co-écrit par Lang, ce premier film dans sa carrière américaine montre à quel point le gars (cinq ans après M le Maudit, rappelons-le tout de même au passage) a été marqué par la puissance destructrice d'une foule qui parvient à se monter la tête en un tour de main. Dès lors que notre pauvre Spencer Tracy, homme tranquille, gentil et bonne pâte, est arrêté (se retrouver accusé d'un kidnapping pour... des cacahuètes, c'est quand même fortiche et diablement caustique), Fritz Lang excelle a montrer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mars 2010

Espions sur la Tamise (Ministry of Fear) (1944) de Fritz Lang

Il y a de bien belles choses dans Ministry of Fear, même si le gars Lang semblait loin d'en être satisfait : des mouvements de caméra d'une belle ampleur (la sortie de prison, un bonheur en soi), un personnage principal, Ray Milland, qui campe un parfait "faux-coupable" au passé néanmoins trouble (trop rapidement éclairci, malheureusement, pour que l'on se focalise rapidement sur la chasse aux Nazis) - toute la séquence d'ouverture, dans la fête foraine, distille une curieuse atmosphère qui nous happe d'entrée de jeu -,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2010

Harakiri (1919) de Fritz Lang

Petite rareté de Fritz Lang qui signe donc une adaptation de Madame Butterfly. Certes, on a une distribution entièrement germanique pour incarner les personnages nippons, mais le soin donné aux décors - jolis kleine jardins mit cerisiers en fleurs - et au jeu des acteurs - relativement sobre, même lorsqu'il s'git les instants les plus tragiques - permet de s'immerger assez aisément dans cette version. Il y a déjà dans cette oeuvre de jeunesse une figure de méchant qui, dès la première apparition fait frissonner (Georg John, grand... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2010

Cape et Poignard (Cloak and Dagger) (1946) de Fritz Lang

Petit film d'espionnage, sur fond de Seconde Guerre Mondiale, avec un Gary Cooper grande classe, qui bifurque bizarrement en son tiers en une sorte de romance (l'élue étant une Lilli Palmer italianisée) avant d'accélérer sur la fin pour livrer son lot de scènes d'action pleines de "suspense"... Cette "suspension" soudaine de l'action, au détriment d'un petit jeu du chat et de la souris entre nos deux héros (et le chat, protecteur, de prendre sous sa patte, sans griffes, cette petite souris toute stressée... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2010

La Femme au Gardenia (The blue Gardenia) de Fritz Lang

Un scénario terriblement cousu de fil blanc qui, sans enlever tout intérêt à ce film noir de base (Fritz Lang reprenant en partie les motifs (certes classiques) qu'il avait déjà utilisés dans The Woman in the Window : le miroir - brisé -, le téléphone qui joue dans l'histoire un rôle d'intermédiaire crucial, la "meurtrière" qui voit des flics partout faisant monter sa paranoïa...), ne le place parmi les très grands films du maître. Malgré une utilisation finaude de la musique (de Nat King Cole, qui interprète himself, en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 mars 2010

La Femme au Portrait (The Woman in the Window) (1944) de Fritz Lang

Un très bon petit film noir du père Fritz Lang avec un Edward G. Robinson, tout alangui, qui à force de trop vouloir refouler ses désirs se verra donner une bonne petite leçon... Lang joue à merveille avec tous les codes du genre - femme fatale, meurtre, ambiance nocturne éclairée aux lampadaires, petits chemins déserts boueux... - et plus Robinson semble tomber dans tous les clichés du genre (comment réaliser le meurtre parfait, comment faire disparaître un témoin gênant...), plus Lang se joue, d'une certaine façon, du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2010

L'invraisemblable Vérité (Beyond a Reasonable Doubt) (1956) de Fritz Lang

Belle idée au départ que cet improbable scénario mis en place pour battre en brèche l'existence de la peine capitale : Austin Spencer, journaliste qui signe des éditos visant un procureur qui n'hésite jamais à envoyer un homme sur la chaise électrique, persuade son futur beau-fils Tom Garrett (Dana Andrews) de jouer au faux-coupable; même si l'on tique un peu devant la réaction de celui-ci (ce qui gène surtout le gars Tom, c'est de condamner un innocent à mort - ce qui biaise d'entrée de jeu le vrai débat), on suit avec intérêt... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2010

Le Retour de Frank James (The Return of Frank James) (1940) de Fritz Lang

Dans la foulée du Jesse James réalisé par Henry King, on retrouve Fritz Lang aux manettes avec, entre autres, Henry Fonda (Frank James) et John Carradine (Bob Ford) qui endossent le même rôle; Gene Tierney, dont c'est ici le tout premier rôle, complète cette distribution de choix et illumine (ne cherchez aucune objectivité de ma part - les photogrammes le prouvent...) de ses apparitions ce film certes propre, carré, mais un peu décevant tout de même venant de Lang. Très peu de réalité historique dans cette suite, Henry Fonda... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2010

J'ai le Droit de vivre (You only live once) (1937) de Fritz Lang

Encore un chef-d'oeuvre de Fritz Lang ? Eh bien oui, ne soyons pas bégueule, tant You only live once est un petit trésor d'émotion, à la fois film noir de la plus belle beau et drame romantique à y laisser sa chemise. L'histoire est particulièrement dense, jamais avare de rebondissements, et le couple phare formé par la magnifique Sylvia Sydney (la mère de Marion Cotillard ? Euh nan) et l'impressionnant Henry Fonda (le seul homme qui en bougeant juste un micro-muscle du visage passe de la dureté impassible à la gentillesse pure)... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]