04 décembre 2020

Metropolis (1927) de Fritz Lang

"Le médiateur entre le cerveau et les mains doit être le coeur" - Bon, ok, mais quand il n'y a point de cerveau, on fait quoi ? Fritz Lang ouvre la boîte de Pandore des problèmes sociaux du siècle en devenir, mais offre une conclusion en forme de paix sociale un peu convenue. On va point lui en tenir rigueur tant le film est bourré de séquences d'anthologie, de personnages marquants, de milliards d'idées visuelles. On touche ici l'un des summums du muet, et la musique originale pleine de souffle et d'impétuosité relègue au placard... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2020

Les trois Lumières (Der müde Tod) (1921) de Fritz Lang

Un film qui tombe plutôt à pic en cette journée des morts en Chine - oui, les aléas du calendrier. Bernhard Goetzke donne ses traits burinés à cette mort, et se construit aux abords d'un cimetière une véritable forteresse avec un mur qui ridiculiserait la muraille de Chine elle-même. Une mort qui décide impitoyablement que quand c'est l'heure c'est l'heure; néanmoins cette oeuvre de Lang vient également illustrer ce fameux vers du Chant de Salomon : "parce que l'amour est comme la mort", en nous contant l'histoire d'un jeune couple... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 avril 2020

Le Secret derrière la Porte (Secret Beyond the Door...) (1948) de Fritz Lang

Malgré une résolution quelque peu décevante - Oedipe quand tu nous tiens -, une voix off un peu trop systématique, et des acteurs un peu trop monolithiques, il y a de belles choses dans ce film de Lang. On pourrait presque y voir une compile des années 40 du maître Hitch (de Rebecca - mais Joan Fontaine imprime plus la rétine que Joan Bennett - à Spellbound - mais scénaristiquement et visuellement un ton au-dessous - en passant par Suspicion - mais malheureusement point aussi tendu et ambigu au niveau du suspense), même si, malgré... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:30 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
12 septembre 2017

M le Maudit (M) (1931) de Fritz Lang

Après à peine cinq minutes de film, il est facile d'être convaincu qu'on est bien en face d'un chef-d'oeuvre. Si l'intrigue demeure captivante, chaque séquence est, dès le départ, au niveau du graphisme, du montage, de l'utilisation du son, du cadre, du symbolisme ou plus précisément du pouvoir d'évocation... (tout cela, et encore plus), d'une intelligence évidente - quand on apprend, ensuite, en plus, qu'il s'agit du premier film allemand parlant, on est sidéré de voir à quel point Lang a su utiliser, incorporer dans sa trame, ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 juin 2012

L'Ange des Maudits (Rancho Notorious) (1952) de Fritz Lang

Une histoire de viol, de meurtre, de revanche et... de broche, pour un western savamment ourdi par notre ami Fritz Lang. Si la chansonnette au départ peut faire craindre le pire (en plus on va se la taper plusieurs fois), le reste est un pur plaisir en Technicolor, une longue course-poursuite qui ne peut s'achever que dans le sang. On sent le drame venir dès la première séquence, et nous voilà partis pour une longue cavalcade durant laquelle Fritz Lang multiplie rencontres et divers flash-back. La vengeance est un plat qui se mange... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 octobre 2011

Les Nibelungen : la vengeance de Kriemhild (Die Nibelungen : Kriemhilds Rache) (1924) de Fritz Lang

La vengeance est un plat qui se mange froid : rien de tel dans ces cas-là que de faire appel à un tartare. Kriemhild n'a qu'une idée en tête, venger la mort de Siegfried en tuant Hagen Tronje, et n'hésite pas pour se faire à se marier avec Attila, à s'allier avec les Huns pour massacrer les autres : les siens.L'ami Bibice soulignait le sens de la mise en scène de Lang, et faut avouer qu'il est un maître incontesté, aussi bien dans les scènes qui partent dans tous les sens - la cour des Huns devant Attila sur son trône, les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2011

Les Nibelungen : la mort de Siegfried (Die Nibelungen : Siegfried) (1924) de Fritz Lang

Un grand moment du cinéma muet sur une musique royale de Gottfried Huppertz. C'est un petit peu long que ces "7 canto" et les 2h20 de la version longue mais au bout du compte, on se frotte les mains en attendant la deuxième partie (comme je suis aussi en plein Berlin Alexanderplatz, je patienterai un tantinet - ben oui ça sent les longues soirées d'hiver devant la flambée ma foi). Des décors superbes, des effets spéciaux particulièrement réussis - le dragon tortue est un must dans le genre -, des personnages qui feraient passer ceux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 août 2010

Le Tigre du Bengale (Der Tiger von Eschnapur) (1959) de Fritz Lang

Il peut paraître un peu surprenant - et bêta - d'avoir vu Le Tombeau hindou avant Le Tigre du Bengale (il y a plus de trois ans déjà, gosh), mais que voulez-vous on ne fait pas toujours ce qu'on veut. Ce premier opus langien n'est, pas plus que le second d'ailleurs, destiné aux daltoniens tant l'on assiste à un feu d'artifice multicolore : si cela fait très couleur locale lors de "cérémonies" filmées in situ avec moult autochtones et éléphants (la réception de Berger par Chandra), on tire terriblement vers le kitsch dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2010

Guérillas (American Guerrilla in the Philippines) (1950) de Fritz Lang

Fritz Lang embarque Tyrone Power et Micheline Presle aux Phillipines pour nous conter sa libération : une poignée de Ricains qui "guérillent" à mort et qui entraînent de farouches autochtones bien décidés à se débarrasser de ces saloupiots de Japs - ils savent ce qu'ils perdent mais ils ne savent pas ce qu'ils gagnent, mais ne nous faisons point trop caustique. D'autant que Fritz Lang, lui-même, se fait un devoir de nous montrer qu'il y a aussi de mauvais Américains - des profiteurs qui rançonnent les Philippins avec de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2010

Le diabolique Docteur Mabuse (Die 1000 Augen des Dr. Mabuse) (1960) de Fritz Lang

Dernier volet des aventures de l'affreux Mabuse et ultime oeuvre du père Lang qui revient en ses terres teutonnes. Big Brother is watching you, Orwell l'avait prédit, Lang le démontre. C'est un festival de caméras-espions - en forme d'oeil, forcément - qui fleurissent ici et là à tel point parfois que l'on ne sait plus vraiment qui observe qui ; quel est le véritable grand manitou aux manettes ? Lang multiplie subtilement les fausses pistes pour mieux nous cueillir sur la fin. Si l'on est à l'heure de la surveillance continue, on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]