01 avril 2016

Le Matin de la Famille Osone (Ôsone-ke no ashita) (1946) de Keisuke Kinoshita

Juste après la guerre, les cinéastes japonais (avec la bénédiction des forces alliées...) purent se laisser aller à réaliser des films contre l'ancien pouvoir guerrier nippon. Mieux vaut tard que jamais, certes. Il est difficile de savoir si ce genre de film est le résultat d'une sorte de "mea culpa" national un peu forcé (sous influence des pays vainqueurs...)  ou si les cinéastes peuvent enfin exposer le plus naturellement du monde leur pacifisme longtemps censuré. Le débat est ouvert. Il n'en demeure pas moins que ce récit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2016

Comme une Fleur des Champs (Nogiku no gotoki kimi nariki) (1955) de Keisuke Kinoshita

Encore une petite perle de l'ami Keisuke Kinoshita qui nous conte une histoire aussi friable qu'une enveloppe de riz. Un éternel amour de jeunesse perdu à jamais dans les limbes de l'impossible. Je m'arrêterais là au niveau du résumé, j'assume. Le vieil homme qui entreprend le douloureux voyage vers son passé n'est autre que l'incontournable Chishû Ryû, décidément de tous les combats. Un vieil homme qui reprend le bateau, le mode de locomotion traditionnel, celui de sa jeunesse,  pour se rendre sur les terres d'un amour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2016

Carmen revient au Pays (Karumen kokyo ni kaeru) (1951) de Keisuke Kinoshita

Voilà encore une excellente surprise du pays du soleil levant, un film avec au moins 60 ans d'avance sur son temps (j'y vais fort en ce moment). Il s'agit apparemment du premier film nippon en couleurs et celles-ci ne sont heureusement point passées entre-temps à la machine. Avec Kinoshita à la baguette et une ribambelle d'acteurs d'Ozu au casting (Hideko Takamine, ma seconde promise après Setsuko Hara, Chishu Ryu dans le rôle du principal de l'école, Takeshi Sakamoto en bon vieux paysan père d'Hideko, Keiji Sada en prof), on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2011

Un Amour éternel (Eien no hito) (1961) de Keisuke Kinoshita

Voilà - enfin - l'occasion de rendre hommage à la sublime et inoubliable Hideko Takamine qui nous a quittés à la fin de l'année 2010 - il me semble en effet ne pas avoir vu de film avec elle depuis... On pense qu'on va pouvoir se délecter d'une grande histoire d'amour nippone ultra romantique, ben nan, le titre est en fait assez trompeur : une Haine éternelle aurait en effet sûrement mieux convenu pour décrire les relations sur trente ans du couple phare formé par Hideko Takamine et par le toujours aussi juste Tatsuya Nakadai. Il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2007

La Ballade de Narayama (Narayama bushiko) (1958) de Keisuke Kinoshita

Première version ciné de cette histoire avant celle d'Imamura. Magnifiquement mise en scène dans des décors entièrement reconstitués en studio (ils ont fait rentrer une forêt entière, une montagne et même une rivière...), cette version très théâtrale (et assumée comme telle) de ce fils, qui va dans la montagne pour y laisser mourir sa mère âgée de 70 printemps, est d'une beauté formelle qui coupe le souffle. Kinoshita, après une brève intro de l'histoire, fait tomber littéralement un rideau sur son décor - on voit bien que le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2007

La Rivière Fuefuki (Fuefukigawa) (1960) de Keisuke Kinoshita

Du bien bel ouvrage décidément que celui du père Kinoshita qui nous emmène au XVIème pour nous faire suivre l'impact de multiples guerres seigneuriales sur une famille de paysans - et ce sur plusieurs générations s'il vous plaît. Le film a la particularité d'être en noir et blanc avec des touches de couleurs -filtres ou simple "coloriage" - ce qui est ma foi bien jouli. Kinoshita se focalise donc sur cette famille de paysans qui habite une maison tout de guingois auprès d'une rivière (Fuefuki, on la nomme, c'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2007

Vingt-Quatre Prunelles (Nijushi no hitomi) (1954) de Keisuke Kinoshita

Préparez vos mouchoirs pour ce mélodrame à la Japonaise d'après-guerre, une bonne demi-douzaine de paquets de Kleenex au moins. De 1928 à 1946, Kinoshita suit le parcours d'une jeune maîtresse sur une île peuplée d'agriculteurs et de pêcheurs. Après 3425 drames, le mot fin apparaît et on se dit qu'on a bien pleuré pour le reste du mois - sauf incident imprévu. Hisako Oishi a des débuts quelque peu difficiles, jugée un peu trop moderne avec son vélo et sa veste d'homme, mais elle ne tardera pas à devenir la coqueluche des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2006

La Tragédie du Japon (Nihon no higeki) (1953) de Keisuke Kinoshita

Dans cette collection chinoise de dvd consacrée généralement aux vieux films... chinois (ou russes), je fus un peu étonné de trouver cette magnifique oeuvre japonaise. Rien d'étonnant en fait car elle nous montre le Japon alors au plus bas (no comment). Kinoshita entrecoupe son récit à la fois d'images d'actualités et de flash back sur les difficultés d'une mère -son mari est mort - à élever ses enfants. Ces derniers - le garçon est un jeune étudiant en médecine plein d'avenir, la fille consacre toutes ses heures à apprendre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]