26 septembre 2013

Moebius (2013) de Kim Ki-Duk

Vous n'êtes pas très fan des histoires de mutilation des parties génitales, de viol et d'inceste ? Vous êtes plutôt fleur bleue et continuez d'écouter Francis Cabrel en cachette ? Oui, prenez alors un chemin de traverse et ne vous aventurez pas sur le sentier sanglant ("sans gland" marcherait aussi d'ailleurs, désolé pour le piètre jeu de mot qui est venu tout seul...) du dernier opus de Kim Ki-Duk. On savait les cinéastes coréens férus de portrait de famille qui implose de l'intérieur. Kim Ki-Duk tente de réaliser le film ultime... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 janvier 2013

Pieta (2012) de Kim Ki-Duk

On avait un peu perdu la trace de notre ami coréen… Depuis l’époustouflant Locataires, le gars Kim semble rechercher un second souffle (Breath, for example, si vite oubliable…) et le couronnement par le Lion d’or à Venise de cette ultime œuvre pouvait laisser présager le meilleur… J’ai beau avoir parfois défendu KKD contre vents et marées, son dernier opus m’a, disons-le, franchement consterné. Psychologie à deux balles, écriture paresseuse, cinématographie au ras des pâquerettes (image laide et cadre à l’arrache… je ne parle même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2011

Printemps, été, automne, hiver... et printemps (Bom, yeoreum, gaeul, gyeoul, geurigo bom) de Kim Ki-Duk - 2003

Ouf, Kim Ki-Duk est passé à deux doigts du film mondialiste tendance Nature & Découverte, et donc du blâme. Mais, je ne sais pas, un ton personnel, une façon de nous surprendre dans les situations, une sorte d'abstraction étrange bienvenue, et quelques pointes de modernité tout de même sauvent ce film de l'écueil. Je dirais même que, si vous allez vous coucher avant l'horrible dernier tiers (l'hiver convient moins au gars que les autres saisons), vous pouvez même passer un moment fort agréable avec cette histoire de sagesse et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2010

The Coast Guard (Hae anseon) (2002) de Kim Ki-Duk

Dès le prologue, où Kim Ki-Duk nous rappelle gentiment que la péninsule coréenne demeure le seul pays encore divisé, on sent venir la lourde parabole sur ce thème - la séparation, les dangers de la militarisation...: on ne se trompe guère. On suit donc les aventures du soldat Kang sur cette fameuse côte coréenne, soldat qui, avec une vingtaine d'autres, doit décimer tout espion s'approchant de cette jolie plage en été. On se dit que cela pourrait se transformer en une version coréenne du Désert des Tartares, pas vraiment, vu qu'on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2009

The Birdcage Inn (Paran daemun) (1998) de Ki-Duk Kim

Troisième - petit - film du père Kim qui fait preuve déjà d'une certaine empathie pour son personnage principal, sa très mimi héroïne Jin-a (Ji-eun Lee), qui endosse le rôle d'une prostituée. Elle semble avoir échoué au bout du monde, lorsqu'elle parvient, au début du film, sur cette petite route en bord de plage, et semble autant manquer d'air que le poisson rouge qu'elle renverse malencontreusement. Elle se dégotte une petite pension familiale où contre quelques dollars elle se vend au client de passage. Abusée par le père qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 mars 2009

Dream (Bi-Mong) (2008) de Ki-Duk Kim

Depuis le sublime Locataires, on se demande quand même un peu si l'ami Kim ne s'enferre pas dans de pauvrettes histoires d'amour qui tourne un peu en rond. Il s'agit pourtant au départ d'une belle et originale idée de scénario : les rêves d'un homme deviennent réalité via le personnage d'une femme somnambule. Alors que celui-ci ne parvient point à oublier sa compagne, cette dernière tente d'échapper à son ancien compagnon. Le blème? C'est que lorsqu'il rêve à sa compagne, la femme somnambule retourne automatiquement à son amant via... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


06 mars 2008

Souffle (Soom) de Ki-Duk Kim - 2007

Kim Ki-Duk finit par tourner en rond, à force de vouloir absolument réaliser 2 films par an. Il serait bon qu’il se pose un peu, et qu’il tente de renouveler son style, qui a certes fait ses preuves, mais qui, répété ainsi à l’infini de films en films, finit par lasser.D’abord ses personnages. Comme d’habitude, ceux de Souffle sont opaques, avares de parole, suivant des motivations mystérieuses. Mais à force de mutisme et d’opacité, l’héroïne du film (ainsi que son comparse condamné à mort) finit par paraître simplette, et du coup peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2008

Crocodile (Ag-o) de Ki-Duk Kim - 1996

Dès son premier film, le père KKD pondait déjà un OVNI ardu et sans concession. Crocodile est très loin des grandes oeuvres du gars (mais finalement, je me demande si je n'aime pas que Locataires, les autres m'ayant pour l'instant déçu), mais parvient à intriguer souvent, à choquer parfois, à forcer le respect de temps en temps. C'est le portrait d'un SDF qui, dégoûté du monde qui l'entoure, décide de trouver sa voie dans la violence, l'abandon de tout repère moral. Il viole comme on respire, dépouille les cadavres, met des mandales... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2006

Time (Shi gan) (2006) de Ki-Duk Kim

Petite avant-première (il faudra attendre janvier 2007 en France) du dernier film de Kim Ki-Duk. Si l'on ne retrouve jamais la magie de Locataires, il y a tout de même un fond de réflexion wongkarwaien qui vaut le détour, la mise en scène dans l'ensemble étant tout de même légèrement décevante. Pourquoi en amour se lasse-t-on si rapidement des corps (c'est lui qui le dit, attention...) alors qu'une fois que cet amour est perdu, l'on demeure obstiné par l'être aimé? Sûrement une question de temps... (de la routine quotidienne à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 février 2006

L'Arc (Hwal) (2005) de Ki-Duk Kim

                                         Alors que le sublime Locataires qui frôlait la perfection fonctionnait sur presque rien pourquoi dans l'Arc presque rien ne fonctionne? L'histoire de ce vieil homme sur son bateau qui veut épouser  la jeune fille qu'il a repêché (rires) le jour de ses 17 ans tourne à vide. C'est super drôle de voir qu'il chasse les divers prétendants de la fille à coup de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


  1