20 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 7- Tu ne voleras pas (Nie kradnij) de Krzysztof Kieślowski - 1988

Ah petite baisse de régime pour Kieślowski ici, qui livre l'épisode le plus faible de sa série depuis le début. A croire que quand il sort de Varsovie, il est moins inspiré, et que ses histoires de "fuite sur place" le font lui-même piétiner un peu. Il s'agit d'un vol, en effet, celui d'une jeune femme qui kidnappe une fillette pour une escapade en banlieue ; sauf qu'on apprend bien vite que le vrai vol a eu lieu bien des années plus tôt : la femme est la vraie mère, mais l'enfant a été confiée à sa grand-mère à cause de la jeunesse... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 6- Tu ne seras pas luxurieux (Nie cudzołóż) de Krzysztof Kieślowski - 1988

Un petit parfum d'hitchcockisme imprègne cet épisode tout triste mais assez conceptuel. On a affaire en effet à un voyeur, jeune puceau tombé passionnément amoureux d'une image, celle de sa voisine d'en face, femme émancipée qui collectionne les amants. Le garçon a mis en place tout un réseau de pièges et de rencontres hasardeuses pour pouvoir approcher son idole, et notamment il l'observe depuis la fenêtre d'en face avec sa longue-vue. Peu à peu, le lien va enfin se faire, et Tomek va enfin pouvoir passer une soirée chez la belle.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 5- Tu ne tueras point (Nie zabijaj) de Krzysztof Kieślowski - 1988

Tu ne tueras point est certainement le point d'orgue de la série au niveau de son sens, de son scénario. Frontalement, sans prendre aucune pincettes vis-à-vis de son spectateur, Kieślowski s'attaque à la peine de mort, renvoyant tout le monde, assassin, victime, disciple de l'Etat, bourreau, dos à dos, dans le même marasme moral. Le film est beaucoup plus simple que les autres épisodes, linéaire et privé de symboles. Et si on aperçoit une nouvelle fois l'ange blond qui apparaît toujours, c'est simplement pour un regard implorant qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 4- Tu honoreras ton père et ta mère de Krzysztof Kieślowski - 1988

On continue sur la belle lancée du n°3, avec cet épisode (titre original : Czcij ojca swego i matkę swoją) tout en sentiments rentrés et en jeux de hasard. Cette fois, c'est les rapports filiaux qui sont abordés, et comme l'indique le commandement-titre, il va s'agir d'honorer son père, sa mère, et ceux qu'on a toujours pris pour. Anka est une apprentie-comédienne qui n'arrive pas à exprimer sur scène le sentiment amoureux. Et pour cause : elle est complètement amoureuse de son père Michal, et entretient avec lui une relation... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 3- Tu respecteras le jour du Seigneur de Krzysztof Kieślowski - 1988

Un petit virage formel de la part de notre bon Krzysztof dans sa série, avec cet épisode (titre original : Pamiętaj abyś dzień święty święcił) toujours aussi exigeant, mais chargé cette fois d'une très belle sensibilité directe. Kieślowski joue ici avec les petites circonvolutions du sentiment amoureux, et livre un épisode à fleur de peau, romantique et émouvant. On voit arriver doucement sa trilogie (Bleu-Blanc-Rouge) dans ce choix d'un mélange de radicalité et de sensibilité, ainsi que dans l'utilisation de couleurs primaires, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 2- Tu ne commettras point de parjure de Krzysztof Kieślowski - 1988

On continue dans la fête au village de Varsovie avec ce film austère et triste comme un jour sans pain (dont voici le titre original, qui ne tient pas dans la bête fenêtre de titre : Nie będziesz brał imienia Pana Boga swego nadaremno). Cette fois le sujet est presque un sujet de comédie, mais on peut compter sur Kieslowski pour transformer ça en drame intimiste le plus tourmenté. Andrezj se meurt dans une chambre d'hôpital. On voit qu'il meurt parce qu'il fait d'étranges rêves d'eau qui envahit sa chambre. Sa femme harcèle son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2017

Le Décalogue (Dekalog) - 1- Un seul Dieu tu adoreras (Nie będziesz miał bogów cudzych przede mną) de Krzysztof Kieślowski - 1988

Dans le cadre de notre cycle "je range mes vieux dvd", passage obligé au rayon polonais, avec cette série fondatrice qui fit connaître son auteur et hanta quelques-unes de mes nuits. Kieślowski démarre très fort avec cet épisode proprement bouffé par la mort dès le départ. Le premier plan : un mystérieux clochard beau comme un Polonais, l'air triste au coin du feu, au bord d'un lac gelé, lève brusquement les yeux vers la caméra. On comprend que tout ce qui va se dérouler ensuite sera sous l'égide de ce regard. Jugement moral ou... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2007

Le Hasard (Przypadek) de Krzysztof Kieslowski - 1981

Il y a deux périodes dans la carrière de Kieslowski : celle des premiers films à trois kopecks, et celle des "grands chefs-d'oeuvre" (dixit Télérama) aux scénarios amples et à l'esthétique raffinée. Le Hasard appartient à la deuxième période, est peut-être même le film-charnière de l'oeuvre du gars... et je préfère définitivement la première période... Non qu'il soit dénué d'intérêt : apparemment sincère, effectivement très ambitieux et vaste, sans aucun doute très réfléchi et maîtrisé dans son scénario autant que dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2007

L'Amateur (Camera Buff Amator) de Krzysztof Kieslowski - 1979

Avant de réaliser des clips dans les années 90 (Bleu-Blanc-Rouge), Kieslowski fut un cinéaste, il est toujours bon de le rappeler. L'Amateur date de cette période, période où les filtres colorés vachement trop class n'étaient pas encore arrivés en Pologne, et où le gars, devant se dépatouiller avec les difficultés d'être un cinéaste de l'Europe de l'Est, arrivait à créer dans l'urgence de bien belles choses. Ce n'est pourtant pas une totale réussite. Le film sent franchement beaucoup le film à thèse, il y a des relents de Dossiers... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]