24 avril 2009

Sportif par Amour (College) de Buster Keaton & James W.Horne - 1927

Hou la la, minuscule Keaton que celui-ci. Je ne sais pas qui est ce James W. Horne (pourtant auteur de 212 films selon Imdb), mais le fait est que la mise en scène de College est véritablement poussive, à mille lieues des inventions techniques habituelles de Keaton (non-crédité à la réalisation, et il a bien raison). Les deux bougres ne savent strictement jamais comment filmer leur histoire, et se contentent donc d'une plate mise en scène frontale, sans rythme et sans invention. Il y a bien quelques-uns de ces travellings latéraux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2009

Ma Vache et Moi (Go West) de Buster Keaton - 1925

Voilà un petit film qui ne paye pas de mine au demeurant, et qui s'avère être un touchant autoportrait d'une jolie poésie. On savait la propension fréquente de Buster à préférer le sentiment au gag, à privilégier dans ses scénarios poilants des passages uniquement sensibles. Go West joue en plein sur cette inspiration presque mélancolique. Si le film fourmille encore une fois de 10000 gags hilarants, ce qui frappe le plus est d'un ordre plus intime : Buster y apparaît en héros totalement solitaire, abandonné au sein d'un monde... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2009

Les Lois de l'Hospitalité (Our Hospitality) de Buster Keaton & John G. Blystone - 1923

Le terme de virtuosité semble un peu faible pour qualifier ce genre de productions keatoniennes : le spectacle est bluffant, aussi bien en termes de moyens techniques qu'en termes de gags ou d'acrobatie. On connaît le sens du risque de Buster, mais là, il faut reconnaître que dans la dernière bobine, ça frôle l'inconscience. Le corps du gars est secoué dans tous les sens, défie toutes les lois de l'apesanteur et joue avec le danger pour le simple plaisir du spectacle, c'est époustouflant. Mais avant ces acrobaties insensées, Buster... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2009

Fiancées en Folie (Seven Chances) de Buster Keaton - 1925

Si Seven Chances a peu de chances de figurer parmi les chefs-d'oeuvre de Buster Keaton, il peut sans problème se ranger dans les grands délires surréalistes. Voilà un objet absolument barré, qui ne devrait pas déplaire à Dali ou à Breton. La trame vaut deux dollars, pourtant : un gars doit hériter de 7 millions, à la seule condition de se marier le jour même. Après avoir essuyé un refus de la part de celle qu'il convoite depuis toujours, il sillonne la ville à la recherche de celle qui voudra bien l'épouser. Après quelques bobines... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2009

La Croisière du Navigator (The Navigator) de Buster Keaton & Donald Crisp - 1924

Je découvre petit à petit les longs métrages de Keaton avec émerveillement, et The Navigator est encore une fois un grand moment de gags excellents conjugués à une folie des grandeurs effarante. Keaton s'offre cette fois un décor à sa mesure, un immense paquebot sur lequel il est pratiquement seul, terrain de jeu colossal dont il va utiliser le moindre cordage pour faire se gondoler le public. Ce film est sûrement moins virtuose à tous les niveaux que ses autres films : moins d'acrobaties (quoique sauter de 20 mètres la tête la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2009

Sherlock Junior (Sherlock Jr.) de Buster Keaton - 1924

Décidément aussi bon metteur en scène qu'acteur, le Buster, et j'ajouterais même auteur assez fabuleux. Ce Sherlock Jr. est une merveille à tous les postes, et permet de vérifier une nouvelle fois la virtuosité sans faille du bonhomme. Dans les 10 premières minutes, on doute un peu, faut dire : pas très passionnant, ce prologue détaché de la trame principale est assez rare en gags et en trouvailles. On y voit le brave Keaton, projectionniste de son état, rêver de devenir détective. Il se pâme d'amour pour une donzelle, mais est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2008

Le Cameraman (The Cameraman) de Buster Keaton - 1928

Absolue merveille de la part de Keaton, décidément aussi grand metteur en scène que comédien : The Cameraman réussit le pari d'être un divertissement confinant à la perfection, dans lequel on se marre comme une clé à molette, et en même temps un brillant essai (involontaire ?) sur la beauté du cinéma. Je dis "involontaire", car Keaton semble dans un premier temps se gausser des grands expérimentateurs du 7ème art : pauvre petit photographe qui se retrouve tout à coup avec une caméra entre les mains, ses premiers essais... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 janvier 2008

Les Trois Ages (Three Ages) de Buster Keaton - 1923

Entrée par la petite porte du grand Buster dans ce blog : Three Ages est son premier long-métrage, et n'est vraiment pas à la hauteur de ses futurs chefs-d'oeuvre. Keaton ne maîtrise pas encore les rythmes du long, et nous sert même trois courts-métrages imbriqués les uns dans les autres, qui déséquilibrent un peu ce film qui a du mal à trouver son homogénéité. L'idée de départ est pourtant plutôt astucieuse : partant du principe que les règles de l'amour sont les mêmes depuis toujours, on nous montre le brave Buster aux prises avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1