02 mars 2012

Le Havre (2011) d'Aki Kaurismäki

Aki Kaurismäki se rend dans cette bien belle ville du Havre (son port, ses rades, ses marins, Venise est enfoncée grave) et livre un joli conte qui fleure bon les bons sentiments. Comme Claude Guéant et Henri Guaino, Aki aime les petites gens et les sans papiers ; son film se fait la chronique d'un bon vieux cireur de pompe (Wilms, la voix plus blanche, tu déteins - il est Marcel, vingt ans après La Vie de Bohème) qui va venir en aide à un gamin noir qui s'est échappé d'un container. Il se fait un devoir de le prendre sous son aile... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 octobre 2008

La Fille aux Allumettes (Tulitikkutehtaan tyttö) (1990) d'Aki Kaurismäki

Pratiquement muette, cette fille aux allumettes ne respire pas la joie et finit même par sentir le souffre. On est dans la grande épure kaurismäkienne avec Kati Outinen, front bas, regard têtu, déçue mais décidée, qui porte le filme sur ses épaules. Elle travaille dans une boîte d'allumettes (oui, elle était facile) ce qui permet d'ailleurs d'apprendre comment on fabrique ces tout petits bidules à grande échelle. Elle s'ennuie comme un rat mort, habite encore chez ses parents et sort le week-end en disco - enfin disons qu'elle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2008

Ariel (1988) d'Aki Kaurismäki

Contrairement à ce que pourrait laisser croire le titre, Ariel est un film noir, très noir. On se demanderait presque pourquoi les Finlandais ne sont pas tous des bandits (ou des alcooliques, ça peut aider aussi) vu la tristesse de l'état des lieux. Le point de départ est kaurismäkien au possible : une mine qui ferme, un ancien ouvrier qui se tire une balle et notre héros qui "hérite" de sa décapotable. Il part cheveux aux vents - à -20 c'est rude, sans capote - avec 8.000 proutouies en poche et se fait assommer à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 septembre 2008

Ombres au Paradis (Varjoja paratiisissa) (1986) d'Aki Kaurismäki

Après Le Traité du Désespoir, un bon petit Kaurismäki - sachant que je suis en train de lire Virgin Suicides, on vous prie de croire qu'on a la patate sur ce blog!... Ombres au Paradis est donc le premier tome de la "trilogie du prolétariat" de l'ami Aki. On fait la connaissance des fidèles Matti Pellonpää, la moustache toujours un peu de travers, et Kati Outinen dont la candeur des tâches de rousseur se retrouve jusque dans ses immenses yeux bleus. Il ramasse les poubelles, elle est caissière et Kaurismäki nous narre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2007

Au Loin s'en vont les Nuages (Kauas Pilvet Karkaavat) d'Aki Kaurismäki - 1996

J'ai un peu le même souci avec Kaurismäki qu'avec Almodovar : je trouve leurs films vraiment bien, je n'ai rien du tout à leur reprocher, je reconnaîs sans problème leur talent, mais ça ne me touche pas. Ceci dit, entre les deux, je chosis Kaurismäki, surtout après la vision de ce joli Au Loin s'en vont les Nuages. Comme toujours, le gars Aki ne raconte pas grand-chose, en l'occurence : la vie. Vaste sujet que le réalisateur envisage sous son aspect le plus minuscule, dans son quotidien le plus étriqué. On assiste à la lente... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2006

Les Lumières du Faubourg (Laitakaupungin valot) (2006) d'Aki Kaurismäki

Noir c'est noir... Dans sa trilogie de la tristesse et du chômage, on peut dire que celui-ci est assez gratiné. On retrouve un pauv'responsable de la sécurité à la dérive dont ses collègues se foutent de la gueule, mal vu dans les cafés branchés, et qui entretient une relation très tristounette avec la vendeuse de saucisses. Parle po, fume beaucoup, il erre en rêvant de monter sa propre société, ce qui provoque d'autres rebuffades à la banque (on le fait sortir par la porte de service) et lorsqu'il veut prendre la défense d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1