26 mars 2014

A Touch of Sin (Tian zhu ding) (2013) de Jia Zhang Ke

En guise d'introduction, deux ptites choses : tout d'abord, il est difficile en matant le dernier film du gars Jia de ne pas repenser à cette une du Monde diplomatique d'il y a quelques mois "quand la Chine s'autodétruira" ; point question de pollution ou de bouffe dégueulasse ici, juste un "petit" problème de tension sociale qui serait le plus souvent à l'origine de ces montées soudaines de violence... La deuxième chose que j'aimerais évoquer ce sont les paroles - qui commencent à dater de quelques années - du gars Zhang Yimou qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2010

I wish I knew (2010) de Jia Zhang-ke

Film sur Shanghai réalisé par Jia Zhangke que j'avais forcément hâte de découvrir, même si je sais à quel point les oeuvres sont souvent plus contemplatives que "démonstratives" - faut prendre parfois "son mal en patience" (film pointu et nécessaire, that's it), une idée qui colle finalement à la perfection au sujet de ce film. Il y a une évidente nostalgie qui se dégage de cette oeuvre-interview toujours fortement mâtinée d'une petite pointe d'ironie : non point que le cinéaste se permette un quelconque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2010

Useless (Wuyong) (2007) de Jia Zhang-ke

Trois parties dans ce documentaire où Jia Zhang-ke brode finement sur le thème de la confection vestimentaire, en ses propres terres. Un récit qui démarre assez mollement dans une usine de confection à grande échelle, sans âme ni fioriture, à Canton (lents travellings lateraux déjà vus dans d'autres oeuvres : on pense irrémédiablement à Manufactured Landscapes) puis un portrait cousu main d'une styliste chinoise, Ma Ke, qui a su imposer sa marque (Useless) et sa vision de la création. L'oeuvre s'achève dans la province natale... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2009

24 City (Er shi si cheng ji) (2008) de Jia Zhang ke

Baignant, pour ainsi dire, dans le bouillon chinois 24 heures sur 24, il est vrai qu'il n'est pas toujours facile de s'attaquer comme cela, le temps d'une soirée, à un film de Jia Zhang ke - comme s'il fallait en plus en remettre une petite couche. Et bien c'est un tort, car je dois avouer que ce documentaire/fiction (des témoignages, dont certains sont interprétés par des acteurs) m'a proprement cueilli. Une dizaine de témoignages de personnes qui ont toutes un lien avec cette fameuse usine 420, ancien complexe militaire (en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 01:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2008

Still Life (Sanxia haoren) de Zhang Ke Jia - 2006

Lion d’or au dernier festival de Venise, il faut avouer que le cinéma de Jia Zhang Ke est moins spectaculaire qu’un James Bond (mais cela a toujours été une condition sine qua non de succès à Venise). A l’image du titre anglais (est-ce le côté « nature morte » ou le fait qu’il y ait « encore de la vie » qui intéresse le réalisateur… ? un peu des deux sûrement), le film met en scène des relations entre des gens qui comme les immeubles lâchent leur dernier soupir. Deux histoires parallèles : un homme revient plusieurs années après dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2008

Dong (2006) de Zhang Ke Jia

En parallèle avec le tournage de Still Life dans la vallée des trois Gorges, Jia Zhang Ke filme le peintre Liu Xiaodong; la première partie du film est consacrée aux ouvriers chinois qui passent leur journée à taper sur des cailloux : Liu Xiaodong les peint au repos, en train de jouer aux cartes, avec cette fameuse vallée en toile de fond; on le suit également lorsqu'il rend visite à la famille d'un des ouvriers morts, passage d'une grande émotion dans la Chine rurale, avec la gamine, la mère, le grand-père qui bourre sa pipe,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2006

Xiao Wu (1997) de Zhang Ke Jia

Premier film réalisé à l'âge de 27 ans par celui qui est en passe de devenir l'un des tout meilleurs réalisateurs chinois de la sixième génération. Alors oui, c'est pas la fête du slip: Xiao Wu est un petit pickpocket à la ramasse abandonné peu à peu par ses anciens comparses qui se sont "rangés" dans le traffic de clopes et les bars Karaoke (mais non ce ne sont pas des prostitués, juste des chanteuses pour le fun, si, si), sa petite copine, et ses parents... il finit même attaché à un poteau au vu et au su de tous,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1