21 février 2014

Only Lovers left alive (2014) de Jim Jarmusch

Je suis un fan absolu de Dead Man. Force est malheureusement de constater que le charme de Jarmusch a bien du mal à autant agir sur moi depuis une poignée de films. On ne peut lui reprocher de savoir planter des ambiances propres à lui : Tanger, Detroit, Swinton, Hiddleston même combats ; soit donc dans ces deux cités romantiques et délabrés deux dandys vampires déprimés et déprimants entourés d'objets vintage (on est pas chez Christophe Lambert, hein, on ne collectionne pas les beaux meubles et les cornemuses, là on est dans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 mars 2010

The Limits of Control (2009) de Jim Jarmusch

Film ultra contemplatif (Christopher Doyle à l'image, c'est jamais désagréable) et conceptuel (genre "film d'action sans action", comme dirait le père Jarmusch, où les dialogues sont réduits à peau de chagrin : moins il se passe de trucs, moins on en dit, plus faut imaginer... mouais) qui peut plonger dans un curieux état de zen (impeccable pour toute personne qui ne peut se passer de la téloche en faisant du yoga ou du tai-chi) ou tout simplement dans la somnolence... The Limits of Control, c'est un peu Dead Man (un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 octobre 2008

Mystery Train de Jim Jarmusch - 1989

C'est très bien, Jim Jarmusch, mais il faut bien se rendre à l'évidence : ça vieillit assez mal. Si ses très grands films résistent bien (Dead Man, Ghost Dog, Down by law), les petites récréations accusent franchement le poids des ans. C'est le cas avec ce Mystery Train, très sympathique mais qui apparaît aujourd'hui comme un film de mode, un témoin d'une époque révolue. Comme à son habitude, Jarmusch sert un film "cool", pratiquant un humour pince-sans-rire assez indéfinissable, fait de choses anodines et allanguies.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2007

Down by Law de Jim Jarmusch - 1986

C'est toujours un grand plaisir de se retaper ce film, un de ceux qui marquât définitivement mon entrée en cinéphagie en cette glorieuse et richissime année 1986. Jarmusch y installe définitivement son style entre poésie anglaise et blues new-orleans, entre contemporaneité totale (le travail sur le vide) et hommages aux aînés (Robby Muller est autant là pour ses références wendersiennes que pour sa sublime photo). Difficile pourtant, malgré les références, de situer Down by Law dans l'histoire du cinéma, tant l'originalité du ton... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2007

Night on Earth de Jim Jarmusch - 1991

Mes impressions d'il y a 15 ans viennent de m'être confirmées ce soir : Night on Earth est sympathique, charmant, souvent très drôle, mais totalement démuni de fond, et tout de même franchement inégal. Jarmusch nous propose un petit tour du monde en 5 étapes (Los Angeles, New-York, Paris, Rome et Helsinki) et une nuit, à travers 5 sketches se déroulant tous dans un taxi. Si la légendaire légèreté du gars fait merveille chez certains acteurs (avec une préférence très nette pour Giancarlo Esposito, drôlissime, craquant et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 01:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2007

Ghost Dog de Jim Jarmusch - 1999

Grand plaisir de revoir ce film-hommage du grand Jim qui, même s'il a déjà un peu vieilli, garde tout son humour et toute sa noblesse. Si on exclut le jeu très flou de Bankolé, qui prouve qu'a priori Jarmusch ne connaît rien à la langue française et a eu beaucoup de mal à diriger cet acteur, Ghost Dog touche au très grand art. Derrière le regard limite ovin de Forest Whitaker, qui est parfait dans son mutisme et son non-jeu (tout un univers passe dans ses yeux pendant le meurtre éhonté de tous ses pigeons), derrière ces pitreries zen... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 janvier 2007

Permanent Vacation (1980) de Jim Jarmusch

Ce premier film de Jim Jarmusch nous propose une errance dans des ruines newyorkaises, avec une bande son assez lourdingue et quasi omniprésente d’avions, de bombes qui tombent et de cloches… Ben le gars du titre il est en vacances permanentes et à tout prendre on croit comprendre qu’il se fait un peu chier : il danse sur deux-trois notes de jazz avant de s’écrouler, lit à sa copine Maldoror de Lautréamont mais bon il en a fait le tour, décide d’aller prendre l’air et croise un jeune gars dans un décor détruit qui se croit au Vietnam... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1