23 février 2011

Memory of the Camps de Sydney Bernstein & Alfred Hitchcock - 1945

J'étais tout heureux de voir enfin le dernier Hitch qui manquait à notre odyssée (merci, mon gars Shang). La vache ! Je ressors de la chose le moral dans les chaussettes et le coeur au bord des lèvres. On a beau avoir déjà vu de nombreuses fois ces images des camps de la mort, ces tas de cadavres empilés, ces êtres rachitiques qui fixent la caméra avec de grands yeux vides, ces baraquements effroyables ; ce film-là est peut-être le plus impressionnant de tous, et remet à zéro les compteurs de notre tolérance visuelle. L'équipe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2009

Les Enchaînés (Notorious) d'Alfred Hitchcock - 1946

Le chef-d'oeuvre des chefs-d'oeuvre, un de ceux qui vous fondent une cinéphilie en moins de deux. En s'attelant à la critique de Notorious, on sent bien qu'on n'arrivera jamais à en faire le tour en quelques lignes. Ce film me hante depuis des années, et je préfère vous inviter à boire quelques bières pour en discuter tranquillement plutôt que de tenter d'en faire le tour ici. Mais bon, les choses étant ce qu'elles sont, allons-y pour un bref aperçu énamouré... Notorious est le film le plus poignant de Bouddha. Ce qui est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 février 2009

Le Procès Paradine (The Paradine Case) d'Alfred Hitchcock - 1947

Si avec ce film, Hitch se montre un peu moins inspiré au niveau du scénar, The Paradine Case n'en reste pas moins un brillant exercice de style, rendu d'autant plus spectaculaire qu'il est fait dans des contraintes serrées : celles du film de procès, sclérosant au possible, et sur lesquelles nombre de gusses se sont cassé les dents. Difficile de filmer ces longues séquences d'interrogatoires avec imagination ; à ce niveau-là, on ne peut que s'incliner : Bouddha se montre dans cet exercice d'une virtuosité éblouissante, faisant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2008

La Corde (Rope) d'Alfred Hitchcock - 1948

Toujours eu un faible particulier pour ce Hitch-là, qui est d'ailleurs celui que je connais le mieux (je le passe inlassablement aux non-initiés pour tenter d'allumer des passions). Ce qui fascine le plus, c'est la somme de contraintes que Bouddha s'oblige à endosser, et la facilité avec laquelle, au sein même de ce barnum technique impossible, il parvient à retrouver toutes ses figures de style. Premier film en couleurs de Bouddha, d'abord : si les teintes de l'appartement-lieu unique sont très pastels (jusqu'aux costumes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 septembre 2008

Mr. & Mrs Smith (1941) d'Alfred Hitchcock

Terrible de voir à quel point dans cette comédie  (il avait la gastro le père Hitch?) tout est planté. On a beau finalement avoir la même idée classique d'un couple séparé qui finit par se retrouver, tout tombe à plat, ne passe jamais la (Lom)barre. Uni pendant trois ans - une union jalonnée de disputes d'anthologie -, le couple Smith apprend qu'ils ne sont pas  légalement mariés (un truc de procédure et d'Etat américain, cherchez pas). Si l'homme s'en amuse le temps d'une soirée, sa femme, ou plutôt son ex-femme, n'a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2008

Le Masque de Cuir (The Ring) (1927) d'Alfred Hitchcock

Plus à voir avec Rocky qu'avec Nakata ou Gollum, cette version cinématographique dédiée à la boxe signée du jeune Hitch reste méchamment prévisible malgré un rythme soutenu et une grande économie de cartons (à noter qu'un carton allemand se glisse sur une image en plein film... bizarre): un paquet de scènes inutiles, comme les 10 minutes avant le combat final, qui viennent plomber l'ensemble. Quatre coins du ring mais bis repetita, toujours une relation triangulaire, une femme un poil opportuniste entre deux hommes: comme ils sont... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 août 2008

Soupçons (Suspicion) d'Alfred Hitchcock - 1941

On est là dans la crème de la crème, une pierre de touche dans l'oeuvre de Bouddha. Suspicion n'est peut-être pas truffé d'idées comme maints autres de ses films, mais encore une fois Hitch y fait la preuve qu'il est le master pour faire monter une ambiance, rendre ambivalent le moindre petit fait sans importance et servir un divertissement raffiné et retors. Ca commence par une demi-heure de romance classique parfaitement admirable. La rencontre entre Cary Grant et Joan Fontaine est fulgurante, menée tambour battant par... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2008

Chantage (Blackmail) (1929) d'Alfred Hitchcock

Premier film parlant de l'histoire du cinéma anglais et le Hitch de se permettre 8 premières minutes -l'arrestation d'un homme- sans dialogue. Les images, mais oui, les images avant tout. Encore une femme blonde entre deux hommes, sauf que cette fois-ci, c'est elle la meurtrière - légitime défense, peut-on arguer. Alice n'aurait jamais dû faire confiance à cet artiste peintre : à partir du moment où dans un film le gars vous dit "You trust me ?", il faut répondre "No", c'est un petit truc que j'ai appris... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 mai 2008

La Taverne de la Jamaïque (Jamaica Inn) d'Alfred Hitchcock - 1939

Pas très passionnante, cette incursion de Bouddha dans le film d'aventures en costumes. Pour ce dernier opus britannique, on sent le compère empêtré dans ses problèmes de scénario, un peu gêné par le jeu outrancier de Laughton (en roue libre, et pourtant assez génial), et décontenancé devant le peu de matière pour s'exprimer... Jamaica Inn, du coup, est un de ses films les moins personnels, les moins stylisés, se contentant de remplir (certes brillamment) son cahier des charges. Hitch n'est pas fait pour le film à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 mai 2008

Une Femme disparaît (The Lady Vanishes) (1938) d'Alfred Hitchcock

The Lady Vanishes est une grande réussite de bout en bout et on est prêt à pardonner à Hitch le premier plan sur la maquette de la petite gare ferroviaire dans les montagnes - d'autant que les mouvements de deux des trois figurines sur le quai de la gare sont finalement assez poilants. Le rythme est aussi enivrant que l'air pur des montagnes et on retrouve une multiplicité de scènes et de thèmes typiques de Bouddha. La nouvelle copie de la version Criterion est au diapason de cette oeuvre. On ne sait par où commencer : la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3  4  5    Fin »