15 novembre 2014

Le Code criminel (The Criminel Code) (1931) de Howard Hawks

Forcément un petit air de déjà vu à la vision de cette œuvre puisqu’il n’y a pas si longtemps j’avais vu le (second) remake de la chose (Convicted, 1950 - je n’ai pas vu en revanche Penitentiary de l’excellent John Brahm datant de 1938). Cela déflore un peu le suspense de ce movie de geôle du grand Hawks (crédité au générique comme producteur et non comme réalisateur mais ne chipotons point) mais il y a suffisamment de temps forts et de scènes joliment mis en scène par le sieur pour qu’on y trouve son dû. L’histoire en deux mots... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2014

Scarface (1932) de Howard Hawks

Que dire sinon que l'on est dans l'incontournable film d'anthologie, une œuvre qui ne prendra jamais une ride - à peine une légère cicatrice. Ce motif, cette croix qui raye le visage de Paul Muni (minutieux méchant), est génialement déclinée tout au long du film par Hawks : elle apparait à l'aune d'un massacre de Scarface ou juste après, elle va jusqu'à s'inscrire sur le dos de sa sœur - celle qu'il aime plus que tout, celle qui forcément causera sa perte, sa chute... Les quelques photogrammes qui émaillent cette chronique sont un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 octobre 2014

Si nos Maris s'amusent (The Cradle Snatchers) (1927) de Howard Hawks

Même s'il y a un "petit trou" au  milieu du film (25 minutes de perdues, 45 de retrouvées...), cette comédie hawksienne reste ma foi assez plaisante. On pourrait traduire aujourd'hui Cradle Snatchers par couguars, au féminin, et par sugar daddies (ou tout simplement "hommes"...) au masculin. Le point départ est plutôt rigolo : trois maris entre deux âges laissent leurs femmes entre deux âges pour sortir avec des poulettes (the oldest story of the world, hum). Les femmes se rebellent et décident de "louer" trois jeunes hommes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juin 2014

La Foule hurle (The Crowd roars) (1932) de Howard Hawks

Deux frères, deux voitures, deux gonzes. James Cagney du haut de son mètre douze veut prendre son ptit frère sous son aile - Mr Eric Linden. Cagney picole, a une poule mais ne veut pas que son frère mange de ce pain-là. Il lui refuse ainsi de fréquenter la platine Joan Blondell. C'est la dispute. Réglement de compte on the road avec le chtit frère qui prend le meilleur. James Cagney est atteint dans son for intérieur, touche le fond, ne se rase plus. La course de la réconciliation aura lieu à Indianapolis - les deux trompe-la-mort... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 juin 2014

Le Harpon rouge (Tiger Shark) (1932) de Howard Hawks

  Edward G. Robinson est un mix de super Mario et du Capitaine Crochet dans cette œuvre d'Hawks dédiée à la chasse aux thons (rien à voir avec le Macarena cela dit). On y retrouve un habituel trio amoureux : Edward et sa main d'argent en sympathique gars portugais un peu neuneu qui, suite à un heureux concours de circonstances, "sympathise" avec la belle (enfin pas trop moche) Quita Silva (Zita Johann) ; celle-ci, qui a bon cœur, finit par céder aux avances de ce pêcheur moustachu peu avenant tout en lui avouant qu'elle n'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 août 2013

Train de Luxe (Twentieth Century) (1934) de Howards Hawks

Il y a apparemment deux types de spectateurs de ce film de Hawks : ceux qui crient au génie des acteurs (John Barrymore et Carole Lombard) et s’émerveillent devant cette screwball comédie des thirties survitaminée, et ceux qui s’ennuient farouchement devant cet exercice boulevardier où les deux personnages principaux hurlent de bout en bout. Je fais sans aucune discussion possible partie du second groupe. Après une première partie où les personnages théâtralisent à mort (Ok, il est metteur en scène, ok, elle est devenue une star de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


08 août 2013

Après nous le Déluge (Today we live) (1933) de Howard Hawks

Film de guerre romantique et mélodramatique : Hawks sort l'artillerie lourde même si, quoiqu'on puisse en dire, dans un film de Hawks, tout le monde a la classe... C'est dû, bah, je sais pas, à une façon de filmer, au jeu des acteurs, à la simplicité et la franchise des dialogues ?... Faut dire qu'au niveau casting on a du très lourd : Joan Crawford, à tomber, Gary Cooper, beau comme un Dieu, Robert Young - dans le rôle du "ptit ami" de la Joan - et Franchot Tone - le frère de la Joan -, l'un comme l'autre toujours justes et très... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2013

Les Chemins de la Gloire (The Road to Glory) (1936) de Howard Hawks

Le dernier Hawks visionné m’avait laissé sur ma faim - et dans la brume -, The Road to Glory, admettons-le, m’en a donné pour mon grade. Histoire d’amour (une femme, deux hommes : le trio diabolique…), histoire de guerre (les hommes font plus figures de chair à canon renouvelable à l’envi que de véritables grands guerriers en route pour la gloire…), histoire de liens familiaux (un père sous les ordres de son fils : pour le meilleur et pour le pire…), que du lourd. On est donc au temps de la Grande Guerre, celle où les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2012

Ville sans loi (Barbary Coast) (1935) de Howard Hawks

Je suis rarement déçu par mon gars Howard et là si... Jamais vraiment accroché à cette histoire de blonde (Miriam Hopkins, terriblement fade) débarquant à San Franciso et se faisant enrôler par le bad guy Edward G. Robinson en patron de casino (il a une boucle d'oreille pour faire genre "je me la pète" et c'est aussi crédible - et ridicule - que votre serviteur avec un piercing à la fesse gauche) : elle est vénale mais de là à coucher avec ce pou, ça va... Heureusement (...), elle croisera le beau et béat Joel McCrea (taillé comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2012

El Dorado (1966) de Howard Hawks

Wayne, Mitchum, Hawks, des seconds rôles excellents (leurs deux hommes de main en particulier, le petit jeune James Caan qui tire comme moi (ai raté un dindon à deux mètres, jamais réessayé) et le bon vieux grigou Bull, Arthur Hunnicut), des petites pépés triées sur le volet - de la femme mure au regard de louve à la blonde échevelée et wilde en passant par l’indienne aux yeux tomawaks (…)  (ça devait être sympa d’être le casting director de Hawks), un zeste d’humour qui touche toujours juste, des scènes d’action qui font... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »