10 décembre 2012

Amour de Michael Haneke - 2012

On ne sort jamais tout à fait indemne des films de Haneke, mais là, je dois dire qu'il m'a fait atteindre une sorte de limite. Je déconseillerai donc vivement à tous les gens ayant atteint la période critique du 3ème âge, et en général à tous les gens ayant ou ayant eu des parents, la vision de ce film éprouvant, qui parle de deux choses : la mort et l'amour. On assiste pendant deux bonnes heures à la lente déréliction d'une femme, ancienne prof de piano érudite et distinguée qui peu à peu meurt devant nos yeux, et surtout aux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 septembre 2011

71 Fragments d'une chronologie du hasard (71 Fragmente einer Chronologie des Zufalls) de Michael Haneke - 1994

Ce joyeux drille de Haneke nous sert une nouvelle comédie échevelée dont il a le secret, avec cet essai glacial sur le déterminisme et le hasard. On a beau être habitué à la rigueur et au jansénisme du compère, ce cinéma-là nous assied toujours autant par son exigence, son absence totale de compromis, et aussi, disons-le, par ce moralisme judéo-chrétien qu'il tient coûte que coûte malgré les critiques. Un étudiant sans histoire assassine subitement, la veille de Noël, des gens dans une banque : voilà la base du film, but vers lequel... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2010

La Pianiste de Michael Haneke - 2001

Quel pitre, ce Haneke. Non content de nous avoir déjà asséné de vigoureuses claques en parlant de la violence et de ses représentations, il passe à présent aux coups de pieds dans la face en abordant la perversion des échanges sexuels en milieu tempéré. La Pianiste, c'est, comment dire, froid, oui c'est ça. Après la classe moyenne de ses films autrichiens, Haneke explore la bourgeoisie grand crin, celle cultivée et raffinée qui écoute Schubert dans des soirées privées chez Madame de. Celle dont la façade n'est que marbre, celle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2009

Le Ruban blanc (Das weisse Band - Eine deutsche Kindergeschichte) (2009) de Michael Haneke

On retrouve chez Haneke ce soin méticuleux à concevoir, à mettre en place, la structure du récit, et je n'ai guère pu m'empêcher dès le départ de penser au déroulement narratif de 71 fragments d'une chronologie du Hasard si ce n'est qu'ici il serait plutôt question de chronologie du mal (j'ai po compté les fragments non plus...). Si l'expression n'était point si galvaudée, on pourrait tenter de dire que Haneke nous plonge dans les racines du mal (j'ai bien du lire 34 fois l'expression au gré des interviews, du coup impossible de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 novembre 2009

Le Château (Das Schloß) (1997) de Michael Haneke

De l'aveu-même de Haneke, il y a la volonté, avant tout, dans l'adaptation d'une oeuvre littéraire pour la télé (il fait bien la distinction avec le "cinéma"), de s'effacer en quelque sorte derrière la mise en scène pour mettre l'oeuvre en avant. Haneke, même s'il coupe ici ou là certaines séquences (les flashs-back, la distribution "kafkaïenne" des dossiers, sur la fin, dans l'auberge, la plupart des longs dialogues...) est très respectueux du déroulement narratif de l'histoire (distillant même ici ou là en voix... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2009

Funny Games (remake américain) de Michael Haneke - 2008

Bon, on peut aller relativement vite pour cette fois, vu que j'ai déjà pondu un texte définitif sur l'opus originel (regarde voir ici), et que ce remake est quasiment une copie à l'identique. Plan par plan, Haneke reproduit son chef-d'oeuvre autrichien (Haneke est autrichien), respectant chaque cadre, chaque tempo. Les petites variations (il faudrait avoir l'autre film en regard pour les percevoir) me semblent trop petites pour qu'on n'arrive à en déduire quoi que ce soit. Ce nouveau film est donc une fois de plus immense, une sorte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 février 2008

Caché de Michael Haneke - 2005

Voir et revoir Caché permet d'en épaissir de plus en plus les mystères, chose que je considère comme une grande qualité. Ce film fait le pont entre le conceptuel le plus pur et le polar classique, entre la complexité et la simplicité, mêlant en un seul mouvement la théorie philosophique et sa mise en pratique. C'est en tout cas le seul film à ma connaissance qui arrive à produire de la mise en scène à partir de concepts métaphysiques purs, à filmer une théorie. Un gosse de 6 ans dénonce sans raison un maghrébin adopté par ses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2006

Le Temps du Loup de Michael Haneke - 2002

Sur 9 films, Haneke a fait 8 merveilles, ce qui, vous le reconnaitrez, n'est pas si mal. Le Temps du Loup est le 9ème, et il est assez raté. Non pas par la mise en scène : une fois de plus, la sécheresse de style du gars fait son effet, il maîtrise parfaitement l'écran, en le remplissant progressivement de détails. Sa conception de l'espace, toujours originale et intelligente, est une fois encore très pertinente, comme son utilisation de tous les "tabous" du cinéma (le noir complet, le son inaudible, le hors-champ, la mort... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2006

Funny Games de Michael Haneke - 1998

Me suis fait un petit cycle Haneke ce week-end, c'est dire la chaleur qui émane de mon univers actuel... Bref... Funny Games est une horreur absolue, et c'est un chef-d'oeuvre. Proprement insupportable, il est à l'image des autres films de Haneke : froid, mathématique, inéluctable, jouissif, malsain, provocateur et radical. Comme dans The Birds d'Hitchcock, la mort est ici absurde, implacable, inexplicable. Le film plonge dans les arcanes de la métaphysique par son aspect brutal et incompréhensible. Deux jeunes hommes déciment une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 juillet 2006

Code Inconnu (Code unbekannt) de Michael Haneke - 2000

On a toujours voulu me faire croire que Code Inconnu était un film raté de Haneke. Eh bien, en tant que fan du pépère autrichien, je m'insurge de façon véhémente, et affirme que ce film-là n'a pas à rougir face aux autres oeuvres du gars. Fidèle à son style sec et mathématique, Haneke filme l'indifférence, l'absence totale de sensibilité face aux violences du quotidien. Sujet certes banal, mais traité ici en grand artiste (beaucoup plus, sur le même thème, que le dernier spectacle de Maguy Marin, cela dit en passant et parce que ça... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »