18 juillet 2014

Remorques de Jean Grémillon - 1941

Est-ce l'histoire chaotique de la construction du film (un tournage qui s'étale sur deux ans à cause de la guerre et de la mobilisation des uns et des autres) ? En tout cas, Remorques possède une aura cataclysmique magnifique, alors qu'il ne parle que des tourments du coeur, et encore les plus triviaux. C'est simplement l'histoire d'une infidélité, si on veut rester bêtement concret, et on a du mal à voir comment la tragédie peut entrer là-dedans. Mais Grémillon, bien aidé par les dialogues subtils de Prévert et le formidable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 avril 2014

L'étrange Madame X (1951) de Jean Grémillon

Michèle Morgan est belle comme le jour, la photo d'une superbe luminosité (Grémillon s'amuse à faire du Doisneau, dirait-on, le temps d'un baiser) et puis... c'est tout, le reste, scénar, jeu d'acteurs, dialogues... est terriblement plat, anémique même, tenterais-je. Dès le départ, on ricane : Michèle Morgan, femme de chambre ? Nan ? En fait, non, c'est ce qu'elle fait croire à ce grand benêt de Henri Vidal avec lequel elle trompe l'ennui des dimanches et... son mari. Eh oui, car la Michèle est une bourgeoise qui habite une grande... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2014

L'Amour d'une Femme (1954) de Jean Grémillon

"- Tu compliques tout..., dit-elle. - Moi, répond-il outré, mais je ne connais personne de moins compliqué que moi ! Je ne demande que la chose la plus simple : une femme à moi. Et si j'ai des enfants que ma femme soit une mère pour nos enfants. C'est pas le plus beau des métiers ça ! - Ah je ne sais plus, moi. Tu viens de me dire que si j'ai besoin de mon métier pour être heureuse, tu essaierais de t'y habituer. Dans la même minute, j'entends "MA FEMME, MES ENFANTS, MON FOYER". Tu parles comme ton grand-père. - Ma grand-mère, elle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
24 janvier 2014

L'étrange Monsieur Victor (1938) de Jean Grémillon

"- Au lieu de faire la tête, tu ferais mieux de dire c’que t’as. Quoi, t’as mal aux dents, la cuisine n’est pas bonne ? Ben dis-le ! Ah c’que les hommes peuvent être lâches… Ah c’est pas toi qui fais des scènes ni qui bats ta femme. Toi, c’est le silence… L’incompris, mmh ? Monsieur joue le philosophe mais il prend de grands airs parce qu’un gigolo m’a dit deux mots. Ben mon ptit fallait prendre une femme moche, une bossue... Dieu sait pourtant si je suis sérieuse. Et tu veux savoir pourquoi ? Parce que je suis bête.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2014

Daïnah la Métisse (1932) de Jean Grémillon

Il ne reste que la moitié du film qui avait été tourné et le gars Jean a tout simplement renié cette œuvre. Oui, bon, dis comme cela, cela ne met pas forcément en confiance. L'histoire pour sa part est assez simple (je n'en raconte que la moitié forcément - rires) : une croisière, une métisse très flirteuse (la célèbre Laurence Clavius qui n'a fait... ah oui, tiens, que ce film), son mari black, illusionniste et un mécano (Charles Vanel, 40 berges, et déjà cet éternel air de vieux...) - moi aussi je taille dans le gras, les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2011

¡Centinela, alerta! (1937) de Jean Grémillon (& Luis Buñuel)

On reste dans le triangle amoureux et dans les "raretés" avec ce film attribué généralement à Jean Grémillon (même po de générique) et à Luis Buñuel, scénariste et directeur de production, qui aurait pris les commandes quand le Jean tomba malade. Disons-le tout de go, on fut loin d'être emballé par cette histoire assez bizarrement construite, les personnages du fameux trio ne se croisant finalement, quand on y songe, presque jamais. Une jeune femme, Candelas, se fait mettre en cloque par un furieux séducteur, Arturo - belle petite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1