20 novembre 2019

Meurtrière de Philippe Grandrieux - 2015

On prend les mêmes qu'on fout à poil et on recommence. Deuxième volet d'une trilogie entamée avec White Epilepsy et terminée avec Unrest, Meurtrière creuse le même sillon effrayant et intrigant, attirant et repoussant. On connaît désormais le principe : dans une pénombre calculée, Grandrieux suspend dans une sorte de flottement amniotique des corps nus, qu'il agite de quelques soubresauts et de légers mouvements pour, par un subtil jeu d'ombre, en tirer des formes étranges, monstrueuses, comme pour fabriquer une érotique nouvelle.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2019

Unrest de Philippe Grandrieux - 2017

Regarder un film de Grandrieux n'a jamais été une expérience de tout repos, et ce n'est pas Unrest qui inversera la tendance. Plus ça va, plus ses films s'éloignent de la narration pour devenir des formes pures, plus proches finalement de la danse, ou de l'installation, que du cinéma dans son sens le plus traditionnel. Ce fim est d'ailleurs une commande du CNN de Montpellier, d'abord expérimentation scénique avant de devenir les 50 minutes qu'on a devant les yeux. Trois temps en rythment la projection : 1/ une surimpression... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2017

Une Génération de Philippe Grandrieux - 1982

Dès ses débuts, Grandrieux faisait dans l'expérimental, et réfléchissait déjà au sens et aux limites du documentaire. En bon élève de Chris Marker, mais un Chris Marker qui aurait aussi fait un stage chez Kenneth Anger, il se tient avec Une Génération pile à la frontière entre politique, portrait intime et expérimentation formelle. Qu'est la gauche en 1982, juste après l'élection de Mitterrand, qu'il commence par filmer par le regard de ceux qui l'ont faite : un groupe de trentenaires devant la télévision le soir du grand soir,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2016

L'Arrière Saison de Philippe Grandrieux - 2007

L'Arrière Saison n'est peut-être pas le meilleur film de Grandrieux, mais il n'en demeure pas moins complètement sidérant et envoûtant. On connaît le pouvoir hypnotique du cinéma du gars, surtout quand il plonge, comme ici, dans la pure expérimentation formelle ; c'est à nouveau le cas. Les 21 minutes qu'on passe devant la chose ont tout d'un rêve éveillé, une plongée corps et âme dans un univers unique, à la fois haïku épuré et étrange poésie pulsionnelle, réflexion par la sensation pure sur le cinéma et installation naturaliste.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 mars 2016

White Epilepsy de Philippe Grandrieux - 2012

Il est important de se taper à intervalles réguliers un film de Philippe Grandrieux : ça permet de vérifier qu'au milieu du marasme capitaliste qu'est devenu le cinéma dans son grand ensemble, il reste des îlots de résistance, des endroits où le cinéma est encore admiré pour son pouvoir de fascination, d'invention et d'hypnose. White Epilepsy a ce pouvoir, celui de vous laisser bouche bée durant plus d'une heure devant des plans mystérieux, hantés, sans qu'il soit nécessaire de raconter une histoire ou de développer une quelconque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2015

Masao Adachi de Philippe Grandrieux - 2011

Grandrieux avait disparu des écrans radars depuis Un Lac, c'était bien dommage ; mais en fait, non : c'est juste que les radars ont de plus en plus de mal à le situer. Le voilà qui refait son entrée par la petite porte, avec cet essai autour de la figure de Masao Adachi, cinéaste japonais expérimental, ami de Wakamatsu et d'Oshima (pour situer le niveau de santé mentale du gars), qui a travaillé dans les années 60-70 sur la notion de révolution, sur le surréalisme, sur la réalité, etc. Quand un grand cinéaste expérimental comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2010

Un Lac de Philippe Grandrieux - 2009

Au vu du premier quart d'heure d'Un Lac, on perçoit très bien ce qui peut gaver les détracteurs du cinéma de Grandrieux : à force de jouer avec le feu, le cinéaste si sincère de Sombre et de La Vie nouvelle tombe dans les travers qu'on craignait. Caméra portée par un cadreur visiblement atteint de hoquet, solennité prétentieuse des scènes d'exposition, effort soûlant pour brouiller les pistes de la lecture, voilà un début complètement foiré et qui fait redouter le pire. Quand expérimentation rime avec errance, on n'a plus envie de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 avril 2008

La Vie Nouvelle de Philippe Grandrieux - 2002

Voilà le film qu'on attendrait de David Lynch, mais que celui-ci est désormais incapable de faire depuis qu'il est devenu David Lynch. La Vie Nouvelle est une expérience sensorielle totalement borderline, une plongée dans un univers stupéfiant de sons industriels, de pulsations, d'images striées et de noirceur. C'est du cinéma comme on n'ose plus en rêver, de peur de mal dormir d'une part, mais surtout d'autre part parce que c'est un cinéma libéré de toute contrainte, intérieur et urgent, fiévreux et malaisé, qui crache... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2007

Sombre de Philippe Grandrieux - 1998

Sur la carte du cinéma français, il serait assez difficile de placer Grandrieux. Disons alors qu'il est à l'opposé de Claude Zidi, si vous voyez. Sombre est un film de laboratoire, intransigeant et viscéral ; mais il n'est pas seulement ça, bien heureusement : c'est aussi un film très physique, directement ancré à la réalité, et le regard certes étrange du cinéaste n'emmène pas le film dans le simple cercle étroit du cinéma expérimental. Malgré la radicalité de la chose, ce n'est pas un film difficile, ni un film intellectuel... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]