12 septembre 2011

Thérèse Desqueyroux (1962) de Georges Franju

"Vous osez avoir un avis ?Vous n'avez qu'à écouter, qu'à recevoir mes ordres.Je ne cède pas à des considérations personnelles. Je m'efface, la famille compte, seule." Quel terrible personnage "anodin" plein de suffisance et... de creux que celui incarné par Philippe Noiret, à l'aise comme dans un poisson dans l'eau dans ces rôles de petits bourgeois de province solidement ancrés dans leur sol et ravagés de l'intérieur par une indéniable crétinerie arrogante. Emmanuelle Riva aurait dû y réfléchir à deux fois avant d'épouser cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2010

Hôtel des Invalides (1952) de Georges Franju

Une petite visite guidée narrée par l'ami Michel Simon, cela ne peut jamais faire de mal. Un musée à la Gloire des illustres soldats ? Ouais, n'empêche qu'ils ont salement morflé, car comme le dit le célèbre commentateur de sa voix inoubliable : "La guerre a ses héros, la guerre a ses victimes" : outre les nombreux morts, il y a aussi les blessés ; Franju s'appesantit mine de rien sur  une petite brochette d'anciens combattants qui viennent se recueillir dans l'église Saint-Louis ; entre ceux qui ont la tremblote et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2010

La première Nuit (1958) de Georges Franju

Pour ne pas rester en froid avec l'ami Georges après la vision de Thomas l'Imposteur, j'ai enquillé avec son dernier court-métrage réalisé juste avant son premier long (tout cela est logique) La Tête contre les Murs. Il s'agit des errances dans le métro parisien d'un jeune bambin qui s'est mis en quête d'une chtite tête blonde féminine. Le court est sans dialogue, laissant toute la place aux sons stridents des lieux ou à l'inquiétante et douce musique de Delerue. Notre garçonnet est d'abord totalement perdu dans la foule avant de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 août 2010

Thomas l'Imposteur (1964) de Georges Franju

Je ne voudrais pas être méchant avec l'ami Georges, mais voilà un film qui sent bougrement la naphtaline. Une adaptation du roman de Cocteau (après la vision, récemment, des Parents terribles, on ne peut pas dire que le Jeannot ait, personnellement, en ce moment, vraiment la cote...) qui semble dater d'avant l'invention du cinéma tant l'ensemble ressemble plus à un livre d'images qu'à du septième art. Reconnaissons que le pauvre Franju s'entoure d'un casting particulièrement mou : si Emmanuelle Riva et Jean Servais ont l'un comme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2009

La Tête contre les Murs (1959) de Georges Franju

Un peu le cul entre deux chaises après la découverte de ce film de Franju qui vient de ressortir dans une version somptueuse - la collection magique The Masters of Cinema. On apprécie à la fois, avec bonheur, certaines images, un rythme, déjà quasi hypnotiques, la partition de Maurice Jarre relativement inspirée qui accompagne parfaitement l'univers "sur la corde raide" du cinéaste, des acteurs au taquet (des tout jeunots Anouk Aimée, Aznavour et Jean-Pierre Mocky, en jeune premier, aux plus expérimentés Pierre Brasseur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2009

Le Sang des Bêtes de Georges Franju - 1949

Vous voulez du réalisme ? En voilà. Franju livre ici un film complètement border-line, d'une troublante ambiguité, et incontestablement un des films les plus brutaux et radicaux du cinéma français. Ca commence pourtant plutôt de façon champêtre : une voix off de jeune fille en fleurs, quelques images idylliques des portes de Paris, ses petits trains, son marché aux Puces, ses amoureux qui se bécottent, un petit tableau de Renoir qui traîne... On pense que Franju va nous emener vers ces lieux attachants et populeux, nous servir une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2009

Judex (1963) de Georges Franju

Il y a quand même quelque chose de jubilatoire dans ce Judex. Les quinze premières minutes sont proprement éblouissantes, Franju plantant l'atmosphère avec une mise en scène et des cadres proprement parfaits au service de ses personnages : le banquier véreux, le secrétaire à la crinière et la barbe blanche qui ne parviennent point à cacher un oeil malicieux, le détective pataud Coquentin qui ferait passer d'entrée de jeu Jean-Pierre Léaud, chez Truffaut, pour Sherlock Holmes, la jeune fille (Edith Scob) à l'allure de colombe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 janvier 2009

Nuits rouges (1974) de Georges Franju

Et dire que nous avions oublié ce bon vieux Georges dans la colonne de gauche. Bon, franchement, Nuits rouges est un peu nase et a terriblement mal vieilli, peut-être plus que Michel Drucker, même, qui a pourtant toujours été vieux. Moi qui adore Les Yeux sans Visage et Judex (que je n'ai pas revus depuis longtemps), grosse déception avec ce Fantômas assez fauché qui croise une Irma Vep vintage po crédible une seconde (ah oui, jolie, très rousse ce qui n'est pas bien malin pour se faire repérer la nuit, gainée dans sa combi de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1