19 mars 2017

Terreur aveugle (See No Evil / Blind Terror) (1971) de Richard Fleischer

Mia Farrow n'est pas à la fête dans ce petit thriller signé Fleischer qui reste avant tout une histoire de cadre et de hors-champs : Mia Farrow étant aveugle, on reste souvent scotché à son regard sans en savoir beaucoup plus qu'elle sur ce qui l'entoure. Fleischer, après avoir joué la carte insoutenable de l’attente (on présume qu’il y a des morts mais où sont-ils ?), nous fait découvrir ce qu'elle verrait si elle n'était pas aveugle. Enfin, grâce aux "palpages", aux tâtonnements, elle découvre elle-même les différents... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2017

Les Flics ne dorment pas la Nuit (The new Centurions) (1972) de Richard Fleischer

Fleischer en ce début des années 70 fait son petit film à la gloire de nos amis flics, des êtres dévoués, souvent, mal aimés, certes, mais dévoués, donc, de façon parfois aveugle ... On ne peut pas dire que ce soit vraiment un portrait à charge (seules exceptions : un flic qui n'est pas très poli avec une prostituée et un autre qui descend une victime (armée) à la place du coupable : la bavure classique qui semble faire partie du métier...), le cinéaste s'attachant surtout à montrer que nos gars ont une vie de merde pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2016

Duel dans la Boue (These Thousand Hills) de Richard Fleischer - 1959

En 1959, Fleischer invente le western sans événement, et il faudra bien une bagarre finale, il est vrai remarquable, pour justifier le titre français. A vrai dire, c'est même à peu près la seule scène vraiment valable dans ce film où le plus violent épisode consiste en un cow-boy qui dresse un cheval un peu excité. Résumons : Lat est un brave type, qui veut faire du fric, et est prêt pour ce faire à tous les boulots, dresseur de chevaux, cow-boy, chasseur de loups. Quand une prostipute aux yeux de biche (Lee Remick, très mauvaise)... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2016

Child of Divorce (1946) de Richard Fleischer

Premier film de Fleischer sur, pas de surprise, une enfant du divorce. La chtite Roberta, dans l'une des premières scènes du film assez marquantes, est avec des amies lorsqu'elle voit sa mère... embrasser un autre homme. C'est une scène pré-truffaldienne et doublement cruelle : non seulement la chtite perd un bras devant l'infidélité de sa mère mais elle perd également l'autre en devant subir les moqueries des autres enfants. C'est la soupe à la grimace à la casa. Lorsque le père revient (il est souvent en voyage), il ne tarde pas... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2015

Le Génie du Mal (Compulsion) (1959) de Richard Fleischer

Richard Fleischer n'en finira jamais de me régaler : ce Compulsion (basé sur le cas Leopold / Loeb comme La Corde du Bouddha) est un petit délice de polar : deux jeunes gens de la haute en quête du crime parfait (l'excellent Dean Stockwell, Mister Suave in Blue Velvet, et Bradford Dillman absolument parfait en jeune homme au rire carnassier), un noir et blanc magnifique, un rythme relevé, un Orson Welles - au top du générique - qui fait son apparition après 70 minutes de film et qui emplit l'écran, une plaidoirie finale écrite au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2015

La Fille sur la Balançoire (The Girl in the red Velvet Swing) (1956) de Richard Fleischer

Joan Collins est une fille coupée en deux (Chabrol, quand tu nous tiens) entre un sugar daddy marié qu'elle aime avec son ptit coeur de poupée de porcelaine et un jeune beau richissime qui n'a d'yeux que pour elle - mais qu'elle n’aime guère. Seulement voilà, le premier, Ray Milland (49 ans au compteur mais 60 au teint), grand architecte, ne peut se résoudre à tout laisser tomber pour cette poupée de son ; quant au second, Farley Granger (un brin adipeux, la lèvre méprisante et jaloux comme une teigne), il ne peut supporter... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 juin 2015

L'Assassin sans Visage (Follow me quietly) (1949) de Richard Fleischer

On continue d’explorer la filmo de Fleischer avec cette petite chose d’une heure où l’on retrouve le gars Anthony Mann au scénar. Un flic droit dans ses bottes, une apprentie journaliste avec la bouche en cœur et un assassin sans visage (mais avec des lunettes tout de même, sans vouloir péter le suspense). Notre ami le serial killer agit par temps de pluie (il doit venir du Nord), opère par strangulation arrière (une psychanalyse s’impose) et se fait appeler « Le Juge » (La société est pourrie et il faut suivre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2015

Les Inconnus dans la Ville (Violent Saturday) (1955) de Richard Fleischer

Il est malin ce Richard Fleischer, tant ses films prennent souvent des trajectoires inattendues. On comprend vite, dans cette petite bourgade de Bradenville qu’il va y avoir un casse. Un type (Stephen Mc Nally) avec ses deux acolytes (dont Lee Marvin  : c’est donc forcément les salopiots de l’histoire ) ont des vues sur une banque. Les repérages sont assez simples et l’on pense que la violence annoncée dans le titre anglais ne devrait point tarder. Que nenni. Le Richard, il cherche pas à nous brusquer, à nous donner un petit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
04 avril 2014

Sacré Printemps (The happy Time) (1952) de Richard Fleischer

  Soirée "double Fleischer" tonight, on ne se refuse rien... C'est le printemps et the happy Time est une film gouleyant, rafraîchissant, bien de saison. Voici venu le temps des rires bêtes et de la puberté au Cânâdâ. C'est Bobby Driscoll qui s'y colle dans le rôle du benêt de service en pleine mue. Mais Fleischer nous concocte également un casting de Frenchies des plus séduisants : l'irrésistible Charles Boyer (qui me fait toujours marrer, c'est nerveux), Louis Jourdan (le parfait French lover, arrogant et menteur... mais... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 01:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 avril 2014

L'Etrangleur de la Place Rillington (10 Rillington Place) (1971) de Richard Fleischer

  Richard Fleischer vient encore de me coller une grosse baffe... Je m'attendais à un ptit thriller aux oignons, avec du suspense, de l'action, je ne sais quoi - foutaises ; 10 Rillington Place parvient à dépeindre l'horreur absolue, la déchéance totale avec un zen, un calme, une sorte d'inertie absolument bluffant. Je parlais des acteurs anglais il y a peu, force est de reconnaître que John Hurt (Gols en moins beau, moins bon et plus vieux pour vous donner une idée) est absolument époustouflant dans ce rôle de pauvre type... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]